Mémoires SNS, L’aventure humaine et industrielle de la sidérurgie algérienne. 1964-1982.

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, « Sociétés et politiques en Méditerranée », 2021, 314 p. Préface d’Akram Belkaïd.

À la lecture de la première de couverture, l’ouvrage réserve une première interrogation. À la place d’un habituel nom d’auteur·e, on peut lire « Mémoires SNS », sigle mystérieux pour les non-initiés. Les premières pages du livre lèvent l’interrogation sur l’identité des auteurs et dévoilent l’originalité du projet qui lui a donné naissance. Les « promoteurs [algériens et français] de ce livre » (p. 16) ont en commun d’avoir travaillé en tant que cadres à la Société nationale de sidérurgie (SNS) dans les deux décennies ayant suivi l’indépendance de l’Algérie. L’association Mémoires SNS qui regroupe ces anciens s’est lancée en 2018 dans ce projet éditorial afin de transmettre un récit de cette expérience ayant marqué le cours de leur vie.

Pour rédiger l’ouvrage, Mémoires SNS a sollicité les compétences de la sociologue Sabah Chaïb et celles de l’écrivaine Murielle Naïtali. Sabah Chaïb avait déjà participé au programme Archicoop, qui avait permis de recueillir des entretiens de coopérants français en Algérie archivés depuis à la Contemporaine1. Sous la conduite de cette sociologue, l’association s’est transformée en « véritable collectif de travail qui a éprouvé (avec les tâches réjouissantes et celles ingrates) toutes les phases d’élaboration d’une enquête sociologique (conception d’une grille d’entretien, réalisation des entretiens filmés, retranscription de centaines d’heures, etc.) » (p. 263-264). Là réside sans doute l’intérêt premier de ce travail : celui d’avoir fait émerger des « centaines d’heures » de sources orales sur une période pour laquelle l’accès aux archives écrites n’est pas aisé. À partir de ce matériau et du plan envisagé par les membres de l’association, Murielle Naïtali s’est attelée à la rédaction de l’ouvrage. Le produit fini a donc emprunté des chemins inhabituels dans l’édition, où la notion d’auteur·e est centrale. Le résultat n’est ni un ouvrage historique ou sociologique à part entière, ni une compilation organisée d’entretiens. Fondé sur une démarche scientifique, l’ouvrage est organisé en chapitres thématiques qui restituent les témoignages d’une quarantaine de cadres de l’industrie sidérurgique algérienne postindépendance2. En se structurant autour de la parole des acteurs, l’ouvrage souffre peut-être parfois de répétitions.

Les entretiens retranscrits disent d’abord l’enthousiasme qui anima cette génération face aux perspectives nouvelles ouvertes par les indépendances. Du côté algérien, certains avaient participé à la lutte aux côtés du FLN. Du côté français, les trajectoires de ces jeunes ingénieurs pendant la guerre furent plus variées, mais elles eurent pour point commun de constituer un moment de politisation intense et rapide, décisif dans leur choix d’aller développer la sidérurgie en Algérie à l’indépendance au détriment d’une carrière plus prestigieuse en France. « Singulière Babel » (p. 263), la sidérurgie algérienne associa ingénieurs et techniciens algériens, français et russes mais aussi anglais, chiliens, mexicains ou yougoslaves. L’enthousiasme politique pour l’Algérie indépendante se doublait chez eux d’un enthousiasme industriel, comme en rend compte le journaliste Akram Belkaïd dans son avant-propos :

En moins de vingt ans, de 1964 à 1982, la Société nationale de sidérurgie (SNS), où ces hommes s’étaient retrouvés, avait réalisé un exploit technique remarquable : celui d’avoir édifié un secteur métallurgique composé d’usines et d’ateliers de haute technicité. On y coulait de l’acier, fabriquait des tubes sans soudure, étamait des tôles fines, couvrait le marché intérieur de produits sidérurgiques…

p. 13

Fleuron du projet « d’industries industrialisantes » du président Boumediene, la sidérurgie avait pour vocation d’industrialiser le pays en fournissant tôles, tubes, billettes et autres blooms (les propos techniques sont décodés par un lexique clair et utile en fin d’ouvrage) à une industrie en aval permettant l’essor d’une économie nationale. Quels que furent les échecs ou les désillusions de cette stratégie de développement économique national, celle-ci mit en branle de jeunes acteurs qui témoignent ici de leurs aspirations. Cette effervescence autour de l’acier en fusion se retrouve dans l’organisation de l’ouvrage, qui fait la part belle aux prouesses industrielles réalisées en dépit de la faiblesse de l’héritage colonial en la matière, faiblesse qu’une histoire des technologies ou histoire de l’industrie à la période coloniale permettrait de mieux cerner, voire de nuancer, mais qui reste elle-aussi largement à écrire3.

L’ouvrage de Mémoires SNS s’inscrit de fait dans la volonté de renouvellement de l’histoire de l’Algérie indépendante pour laquelle 1962 constitue un moment, un jalon et non plus une fin de l’histoire4. L’enquête sociologique préalable a fourni un riche matériau documentant l’histoire de ces ingénieurs et de ces cadres d’un secteur économique clef. Même si ce n’est pas son objet initial, ce matériau éclaire également des pans de l’histoire du travail encore peu prisés par les historiennes et les historiens. Il intéressera donc celles et ceux qui souhaitent s’investir dans ce chantier qui s’ouvre. Entre autres éléments, le livre éclaire par exemple des problèmes saillants liés au développement du complexe sidérurgique d’El Hadjar, situé à proximité d’Annaba, accueillant à son apogée, à la fin des années 1970, plus de 20 000 travailleurs. Cette arrivée rapide de milliers de travailleurs et travailleuses avec leurs familles posa des problèmes de transport, de logement, d’approvisionnement en eau, en alimentation, etc. Les bidonvilles et leurs habitations constituées par les emballages en bois des matériaux arrivant à l’usine ne se résorbèrent pas avant les années 2000 (p. 193). Le travail dans la sidérurgie est dangereux et l’on apprend au détour d’une note de bas de page que quatre-vingts accidents mortels se seraient produits entre 1967 et 1977. Si le directeur du personnel se félicite d’une politique avant-gardiste et généreuse en matière d’hygiène et de sécurité au travail, la thématique nécessiterait d’être approfondie par d’autres recherches (p. 104). Par ailleurs, le témoignage d’un ingénieur sur un accident de travail l’ayant touché en 1972 montre que, pour le moins, des failles dans la prise en charge de ces accidents existaient (p. 233). Le rôle des syndicats, entre défense des intérêts des travailleurs et travailleuses et interface avec la direction, est également abordé en filigrane de certains témoignages (p. 105-113). Comme l’y invitent les auteurs, toutes ces thématiques mériteraient d’être développées par d’autres recherches, tant l’enquête orale réalisée fournit un riche matériau qui « se découvre [comme un] point de départ à de nouvelles interrogations » (p. 263) pour l’écriture d’une histoire postindépendance.

L’ouvrage donne largement la parole aux acteurs, mais ces derniers ne sont toutefois pas toujours présentés précisément, en particulier concernant les positions qu’ils occupèrent après la liquidation de SNS en 1984. D’où parlent ces acteurs aujourd’hui ? On apprend ainsi dans l’épilogue que certains d’entre eux sont devenus dirigeants d’entreprises, secrétaires généraux de ministères ou même ministre en Algérie. Leur position de dominant a nécessairement une incidence sur leur parole contemporaine et aurait pu être précisée pour en avertir les lecteurs et les lectrices. Il n’en constitue pas moins une véritable mine d’informations sur le secteur et un témoignage d’un point de vue rare sur les années postindépendance. Les entretiens filmés, pour le moment conservés par l’association, ont de quoi alimenter plusieurs travaux en histoire du travail, de l’industrie et plus largement en histoire de l’Algérie à cette période.

Antonin Plarier


  1. L’inventaire de ces entretiens filmés est disponible à cette adresse : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-201434143542211. []
  2. L’ouvrage prolonge, sous une forme différente, les réflexions entamées sur l’ingénierie postindépendance par A. Kadri et M. Benguerna (dir.), Ingénieurs en Algérie dans les années 1960. Une génération de la coopération, Paris, Karthala, 2014. Voir également A. el Kenz, Le complexe sidérurgique d’El Hadjar. Une expérience industrielle en Algérie, Paris, Éditions du CNRS, 1987 ; A. Keramane, L’électrification de l’Algérie. De la lumière dans les ksour, Paris, L’Harmattan, 2020. Je remercie Annick Lacroix et Baptiste Mollard de m’avoir indiqué ces références. []
  3. A. Berthonnet, « La formation d’une culture économique et technique en Algérie (1830-1962) : l’exemple des grandes infrastructures de génie civil », French Colonial History, vol. 9, n° 1, 2008, p. 37 []
  4. M. Rahal, Algérie 1962. Une histoire populaire, Alger-Paris, Barzakh-La Découverte, 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search