Rémi Fabre, Thierry Bonzon, Jean-Michel Guieu, Michel Rapoport, Élisa Marcobelli (dir.), Les défenseurs de la paix, 1899-1917.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Hors série », 2018, 446 p.

Les pacifistes de la Belle Époque suscitent l’attention croissante de chercheurs. Ils étudient la complexité de ce milieu, son influence. Un important colloque s’est déroulé à l’occasion du centenaire de la Grande Guerre à l’Institut historique allemand avec le concours de Paris-Est-Créteil et de Paris-Est Marne-la-Vallée ; les actes en sont publiés ici.

Le terme « défenseurs de la paix », préféré à celui de pacifistes, plus ambigu, renvoie à trois groupes : ceux qui ont la paix pour but, ceux qui ont plusieurs objectifs, dont la paix, ceux qui peuvent agir pour la paix sans avoir « d’identité militante ». Il faut croiser deux traditions historiographiques : celle du mouvement ouvrier et celle des peace studies. Sandi E. Cooper reprend la distinction entre pacifismes socialiste et bourgeois pour remarquer que le premier a été tellement étudié qu’il apparaît souvent unique. D’après de nombreux spécialistes, cettepériode ne constitue pas une avant-guerre permanente. Un consensus existe avant 1914 pour souhaiter le règlement pacifique des conflits puis une culture de paix subsiste durant la guerre.

R. Fabre, J.-M. Guieu et É. Marcobelli soulignent les tentatives d’organisation des pacifistes à l’échelle mondiale, dans un contexte d’interdépendance croissante des États. Dans cette communauté réduite, recrutant parmi les classes moyennes, les professions juridiques, les caractéristiques nationales demeurent fortes. Les cercles anglo-saxons sont alimentés par les Églises protestantes, mais de nouvelles sociétés ou personnalités comme Norman Angell s’appuient moins sur les valeurs religieuses que sur des démarches scientifiques. En Europe latine, l’anticléricalisme anime une partie des membres et la franc-maçonnerie joue un rôle. Le pacifisme français, balkanisé, bénéficie des liens avec les organisations républicaines. Le mouvement allemand se limite à quelques cercles de bourgeois libéraux, mal vus des autorités.

Des réseaux concurrents et complémentaires se développent. Dès 1891, des militants fondent le Bureau international de la paix. Les parlementaires français et anglais, Frédéric Passy, William Randal Cremer organisent l’Union interparlementaire en 1899. La Dotation Carnegie pour la paix, créée en 1910 par le milliardaire américain, veut contribuer à la structuration du mouvement. Son Centre européen distribue des subventions pour rapprocher les organisations, d’où des différends. Le mouvement socialiste est perçu comme la principale force politique en faveur de la paix. Mais des socialistes se méfient du « pacifisme bourgeois » et la lutte pour la paix ne devient importante que dans les années 1900. Pour les « marxistes intransigeants », elle passe après l’objectif politique. D’autres l’estiment nécessaire pour l’émancipation ouvrière, le militarisme étant une tactique des classes dominantes contre l’union des prolétaires. Aussi Jaurès tente-t-il d’entraîner les socialistes dans l’union des forces de paix et travaille au rapprochement franco-allemand.

Deux thèmes structurent l’ouvrage : la « culture de paix » et les réactions aux conflits. Le premier est étudié dans des contributions très diverses. J.-M. Guieu, fin connaisseur des pacifismes français, montre que nombre de sociétés militent pour une « paix par le droit », défendent le recours à l’arbitrage. Même après 1914, des militants estiment que la guerre ne signe pas l’échec de ces solutions juridiques, car elle a été provoquée par les puissances. En complément, Jacob Zollman propose une histoire de l’arbitrage depuis ses fondements philosophiques jusqu’aux premières sentences arbitrales. Pour ces auteurs, si l’arbitrage est délaissé en 1914, il est ensuite renforcé par les propositions de Wilson. Gabriela A. Frei présente l’Institut du droit international fondé par des juristes européens et américains. À l’écart des pacifistes, ils veulent créer une organisation indépendante, capable de faire avancer le droit international. Mais ils sont aussi des intermédiaires entre académies, gouvernements, groupes d’intérêts.

Cette culture se diffuse grâce à des militants et des organisations, d’efficacité variable. La Fabian Society des époux Webb, un des courants du socialisme britannique, travaille durant la guerre aux projets d’organisation internationale. Emmanuel Jousse note toutefois que, dans un premier temps, elle s’intéresse plus aux réformes sociales qu’à la paix mondiale, qu’elle est favorable à un équilibre entre nationalisme et internationalisme, tout en faisant l’apologie de l’impérialisme ! Si les catholiques semblent peu investis dans ces travaux, Gearóid Barry étudie l’apport du Français Alfred Vanderpol, favorable à l’arbitrage, fondateur en 1906 de la Société Gratry, synthèse du pacifisme libéral et du catholicisme social. Elle participe à la création en 1911 de la Ligue internationale des catholiques. Des personnalités, plus ou moins représentatives, sont évoquées. Jean-Rémy Bézias s’intéresse aux relations entre la grande pacifiste autrichienne Bertha von Suttner et le prince Albert 1er de Monaco, à l’origine d’un Congrès de la paix à Monaco en 1902. Jean-François Condette dépeint l’action de Jules Payot, enseignant, partisan d’un pacifisme patriotique, de l’arbitrage et du dialogue avec l’Allemagne dans la revue pédagogique Le Volume. Il est critiqué par ceux qui y voient une dérive de l’école républicaine. L’action des pacifistes ne fait d’ailleurs pas consensus, comme le montre R. Fabre. La virulence des écrits de Georges Goyau, Ferdinand Brunetière et Émile Faguet constitue pourtant un indice de l’influence des Ligues de paix.

Werner Wintersteiner étudie le passage d’une culture de la violence à une culture de la guerre. Sous la surface d’un comportement civilisé, aspirant à plus de justice sociale, de démocratie, se développerait « une culture de la violence, nourrie par les disparités et les injustices sociales, l’impérialisme, basée sur une tradition de violence »,combinant de vieilles pratiques, de nouvelles idéologieset un racisme scientifique. Il réhabilite le « pacifisme sentimental » de B. von Suttner, souvent moqué, qui aurait pu s’opposer aux formes de légitimation de cette culture de la violence.

La deuxième partie étudie les réactions des pacifistes face aux guerres. Une grande place est consacrée aux femmes. S. E. Cooper montre que les militantes italiennes, Paolina Schiff, Alma Dolens (pseudonyme de Teresita Pasini dei Bonfatti) ou Emily Hobhouse, lors des guerres en Afrique ou contre la guerre des Boers, s’éloignent du « pacifisme mainstream », glissent vers l’antimilitarisme, font le lien entre paix et justice sociale. Verdiana Grossi, dans « Femmes et paix : 1914-1917 », note que les associations féministes soutiennent majoritairement l’effort de guerre. Mais l’action de quelques féministes pacifistes, Maude Royden, Rosika Schwimmer, et l’ampleur du conflit suscitent l’émergence d’un féminisme pacifiste et dissident. À La Haye, l’International Committee of Women for Permanent Peace est créé. D’autres femmes font des choix plus radicaux. Clara Zetkin et Rosa Luxemburg s’opposent à la guerre avant 1914 et incarnent « un pacifisme révolutionnaire au féminin ».

Comment lutter collectivement pour la paix ? Élisa Marcobelli s’intéresse à l’action des socialistes à partir de l’exemple de la guerre italo-turque. L’Internationale socialiste est souvent évoquée sous l’angle de l’échec de 1914. Mais l’historiographie montre aussi la solidarité, les initiatives communes entre les partis membres. Toutefois, quand la France et l’Allemagne sont impliquées dans une crise, l’Internationale est bloquée. Elle échoue dans son opposition à la guerre mais ouvre la voie aux modes de mobilisation des mouvements ultérieurs pour la paix. Des actions minoritaires perdurent durant le conflit. Claudia Baldoli nous apprend que, dans la vallée du Pô, des ligues catholiques paysannes s’opposent aux interventionnistes. Thierry Bonzon, à travers la figure de Pierre Brizon, député socialiste, évoque les noyaux socialistes et syndicalistes devenus pacifistes… mais quel fut leur impact réel ? La question est plus générale : peut-on mesurer l’influence des pacifistes dans les sociétés ?

Cet ouvrage, à la présentation austère, constitue une véritable somme sur le pacifisme ; il met en valeur sa richesse comme ses divisions. Les contributions, les renouvellements historiographiques, les nombreuses références bibliographiques, un propos clairement organisé en font un instrument indispensable. Certes, on retrouve les problèmes inhérents au genre. Les communications sont inégales, certaines semblent hors sujet, anecdotiques ou trop spécialisées. Le propos de Piotr Szlanta évoque ainsi les organisations militaires polonaises ! Le texte de Gérald Sawicki sur les appels pour la paix en Alsace décrit en fait les forces politiques. La contribution de Werner Wintersteiner est à la fois stimulante et irritante. La culture de la violence y est présentée comme hégémonique sans que cela soit démontré. Les élites en seraient les acteurs majeurs, mais la diversité de leurs choix n’est pas abordée. Des articles se recoupent à propos des socialistes, de B. von Suttner, de la place des femmes… Pourtant, tous les courants et aires régionales ne sont pas vus : l’Amérique, la Russie ou l’Asie sont délaissées. On regrette de ne pas trouver plus de traces des échanges durant le colloque. Pour Norman Ingram, la thèse d’une césure majeure en 1914 dans le milieu pacifiste divise les chercheurs, alors que Carl Bouchard considère que les historiens exagèrent le choc provoqué par l’éclatement de la guerre chez ces militants.

Christian Birebent


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search