Simon Godard, Le laboratoire de l’internationalisme. Le CAEM et la construction du bloc socialiste (1949-1991).

Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2021, 325 p.

ISBN : 9782724627503

Étudier le Conseil d’aide économique mutuelle (CAEM), une institution de coopération économique faisant partie des vaincus de l’histoire, aurait pu paraître un exercice peu engageant. Rappelons que le CAEM, appelé communément Comecon, avait été fondé par l’URSS et les démocraties populaires en 1949 pour organiser la coopération économique, technique et scientifique entre ses pays membres. Le grand intérêt de cet ouvrage est de se confronter au fonctionnement « au concret1 » du Conseil et de sa bureaucratie. L’ouvrage de Simon Godard, tiré de sa thèse de doctorat, parvient à réaliser une étude du « bloc socialiste » non éthérée. Il étudie un interstice entre les espaces nationaux et l’espace international. Il suit la manière dont le bloc de l’Est se construit par le prisme d’une institution et des acteurs – États et individus – qui le composent et la font vivre. Il montre parfaitement comment se forme, par le biais du CAEM, un milieu d’experts de l’économie internationalistes. Vitrine de la coopération socialiste dans un contexte de guerre froide et dans une concurrence larvée avec les autres organisations européennes en gestation à l’Ouest, le CAEM doit donner à voir des résultats et contraint les États membres au consensus et à des négociations internationales pour construire des infrastructures matérielles (oléoducs, réseaux d’électricité) et immatérielles (normes), qui relèvent d’un « intérêt commun », propre au bloc socialiste. L’auteur parvient à désingulariser le monde socialiste en montrant comment le fonctionnement et l’évolution du CAEM s’inscrivent dans une tendance plus générale de développement des organisations économiques régionales de la seconde moitié du xxe siècle.

Ce travail se place dans la lignée des travaux de la directrice de thèse de l’auteur, Sandrine Kott, et des perspectives en sociohistoire des sociétés communistes et des organisations internationales qu’elle et d’autres ont pu développées. L’ouvrage s’appuie, pour cela, sur des matériaux archivistiques denses qui ont contraint l’auteur à parcourir l’Europe : fonds du secrétariat du CAEM, de l’État est-allemand, d’anciens fonctionnaires du CAEM, archives de la Stasi, archives de l’Economic Commission for Europede l’ONU, auxquels s’ajoutent l’étude des bulletins et des cahiers d’informations du CAEM, ainsi que des entretiens. Cet ensemble riche permet de proposer une histoire incarnée de l’institution, attentive aux chaînes de décisions, aux échelles de pouvoir, aux marges de manœuvre de commissions et aux conflits qui surgissent dans l’organisation.

L’auteur commence par retracer l’histoire institutionnelle du CAEM. Il en resitue la fondation dans le contexte de l’après-guerre et du basculement vers la guerre froide. Conçue comme outil de coordination du développement économique, l’instance, intergouvernementale, se distingue des organisations interpartisanes comme le Kominform. Vitrine du bloc socialiste, elle se voit contrainte d’élargir son champ de compétences et d’obtenir des résultats. Simon Godard décrit l’évolution institutionnelle, liée à l’extension des champs de coopération. À partir de la fin des années 1950 apparaissent des commissions permanentes sectorielles (métallurgiques ou agricoles) ou traitant de questions transversales (commerce extérieur), chargées de renforcer les projets de coopération économique. À compter des années 1960, pour faciliter le travail des commissions, des établissements autonomes (Banque internationale d’investissement, institut de standardisation, comité de planification) se multiplient. Le CAEM est au centre d’une « galaxie » d’instances, qui en dépendent et qui sont le résultat de l’extension des champs de coopération. Simon Godard décrit également comment les États s’opposent au sujet des évolutions possibles du projet, ce que favorise le vote à l’unanimité des décisions : le Conseil permet aux démocraties populaires de renforcer leur poids diplomatique et d’affirmer des positions contradictoires à celles de l’URSS. La Roumanie est, par exemple, à l’avant-garde de l’opposition à la constitution d’un organe supranational de planification. La visibilité du CAEM contraint les Soviétiques à y chercher le consensus et à communiquer sur son action, ce qui rend l’internationalisme socialiste « réellement existant ». Simon Godard compare le développement du Conseil à celui d’organisations régionales, concurrentes ou liées à l’ONU, et montre comment elles influent sur les projets qui y sont menés. L’avancée de l’intégration commerciale et économique de la CEE pousse les États membres du CAEM à s’y intéresser, à dialoguer avec elle et à en faire un modèle de marché à atteindre.

La deuxième partie de l’ouvrage se propose d’analyser l’espace social de l’organisation, son ancrage et son rayonnement sur le territoire du bloc. L’auteur s’intéresse aux fonctionnaires et aux experts du bloc, qui bénéficient de trois privilèges dans le contexte des démocraties populaires et de l’Union soviétique : une politique salariale avantageuse, des facilités de mouvement au-delà des frontières nationales et des informations précises sur la situation économique des pays membres du bloc. Les experts en poste à Moscou profitent alors de contacts internationaux fréquents, ce qui favorise la constitution d’un esprit internationaliste et la mise en place de réseaux d’experts tramant le bloc socialiste. L’action syndicale permet tout autant de souder ce groupe et de construire une identité collective. L’institutionnalisation du CAEM passe aussi par une implantation au cœur de la « Troisième Rome » et par l’intégration de ses propres bâtiments, à proximité des lieux de décision centraux d’Union soviétique. À partir de 1962, il est décidé de construire un bâtiment de prestige dans le cadre du réaménagement urbain de l’Arbat. Le renforcement des pouvoirs de l’organisation et le déménagement vers Moscou des commissions permanentes, jusqu’alors dispersées dans les différents États membres, ont pour conséquence le développement d’une administration nombreuse regroupée dans une tour, symbole de la modernité économique socialiste. L’organisation de coopération socialiste dispose de plusieurs moyens pour rayonner depuis Moscou et agir dans les pays membres. D’abord, les organisations économiques internationales, comme Interchim, fonctionnent comme des réseaux de production et de commercialisation transnationaux autour d’un produit ou d’une branche. Ensuite, les expositions internationales accueillent le grand public et mettent en réseaux les entreprises et les experts du bloc. Enfin, pour participer à la diffusion des « bonnes pratiques », le CAEM crée des brigades internationales de spécialistes qui sont des outils de modernisation des appareils productifs à partir de solutions développées par des entreprises du bloc. Le CAEM n’est donc pas une seule organisation bureaucratique et centralisée. Elle fonctionne comme une « galaxie » d’organisations et d’experts transnationaux, convaincus qu’il était possible de moderniser l’économie dans un cadre socialiste.

Simon Godard analyse, en s’appuyant sur quelques trajectoires et des portraits d’individus travaillant au CAEM, ce que l’international produit sur leurs carrières. Il décrit aussi les parcours sociaux et professionnels qui y mènent. L’auteur montre que ce sont d’abord des profils plus politiques qui ont été favorisés, avant de sélectionner des profils de techniciens de l’économie, disposant de meilleures compétences linguistiques en russe et maîtrisant le jargon technique de l’organisation, à mesure que l’organisation internationale gagne en ampleur, en technicité et en autorité dans les recrutements. Il note également que les pays intermédiaires (Hongrie et Pologne, par exemple) portent un grand soin à la sélection afin de renforcer leur autorité technique et leur poids diplomatique. Le choix d’une carrière d’« internationaliste » a cependant des conséquences et les éloigne des cursus honorum nationaux. Le capital international qu’ils développent les conduit, dans les années 1970-1980, à envisager des carrières dans la coopération économique intrabloc ou dans les institutions internationales. Un des interviewés parle ainsi d’une « mafia » du CAEM, qu’il envisage comme un groupe restreint de professionnels de la coopération économique multilatérale, unis par des relations de travail ou amicales anciennes, défendant, au-delà des visions nationales, un internationalisme en acte. Pour les études de trajectoires professionnelles, l’auteur se centre sur le cas de la République démocratique d’Allemagne, dont les archives ont constitué la principale source. Un regard comparatif sur les trajectoires professionnelles de membres issus d’États plus faibles économiquement (Roumanie ou Bulgarie) aurait pu permettre de parfaire la compréhension des logiques professionnelles qui peuvent, en fonction de la puissance de l’État au sein de l’organisation, diverger.

En se centrant sur une organisation phare du bloc socialiste, Simon Godard éclaire plusieurs chantiers actuels de l’histoire de la guerre froide et du bloc socialiste. Il montre clairement comment les petits États mobilisent les organisations internationales afin d’y défendre leurs vues ou de peser diplomatiquement. Il met en évidence le rôle de ces instances dans la construction de politiques transversales, dans la standardisation des pratiques nationales et dans le développement de réseaux d’infrastructures, d’individus et d’entreprises, dont certains trament encore l’Europe de l’Est. Il participe, enfin, à une meilleure connaissance des élites socialistes internationalisées, tout en montrant comment le franchissement des frontières et l’intégration à des réseaux transnationaux sont à la fois des ressources et des caractéristiques structurantes des catégories privilégiées des États socialistes.

Sylvain Dufraisse




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 6 juin). Simon Godard, Le laboratoire de l’internationalisme. Le CAEM et la construction du bloc socialiste (1949-1991). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fi

  1. J. Rowell, Le totalitarisme au concret. Les politiques du logement en RDA, Paris, Economica, 2006. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search