On Barak, Powering Empire. How Coal Made the Middle East and Sparked Global Carbonization.

Oakland, University of California Press, 2020, 321 p

L’histoire de l’énergie, encouragée par la crise climatique que nous traversons, a suscité depuis une vingtaine d’années des travaux d’une grande originalité, relisant la « révolution industrielle » à l’aune des transitions énergétiques et des hasards géologiques donnant accès aux ressources fossiles, critiquant l’idée de la transition au sens d’une substitution pure et simple d’une énergie à une autre, mettant en avant le rôle des autres sources énergétiques – eau, animaux – dans les transformations industrielles du premier XIXe siècle ou rappelant la place des énergies alternatives à l’ère de la puissance fossile (F. Jarrige et A. Vrignon). L’ouvrage d’On Barak se situe dans cette prestigieuse lignée (dont on peut regretter qu’il ignore la branche française…), en proposant une étude ambitieuse, d’une grande originalité, sur la manière dont le charbon britannique a façonné le Moyen-Orient au cours d’un long XIXe siècle, à l’occasion de ce qu’il appelle, d’un beau néologisme, une « coalonisation » (je rappelle qu’en anglais, charbon se dit coal).
La grande force de ce travail est certes de s’attacher aux liens, jusqu’alors très peu pris en compte, entre l’Empire britannique et le charbon de la métropole, mais aussi de considérer d’emblée ce dernier dans sa matérialité, à l’image des pistes proposées par Frank Trentmann. Loin d’être simplement une « énergie » abstraite, le charbon est en effet une substance concrète dont le maniement requiert des hommes, des infrastructures, des modes de pensée aussi, et c’est tout cela qu’On Barak donne à voir au fil des six chapitres qui organisent son ouvrage. Ce faisant, il met curieusement en avant ce qu’il s’efforce de nier, à savoir l’existence de régimes énergétiques (nous dirions plutôt systèmes énergétiques). Il rejette en effet d’emblée cette notion sous prétexte qu’elle cloisonnerait par trop les temporalités et les mondes, suggérant le passage radical d’une énergie à une autre. Or, comme il le montre justement, le charbon, au lieu de provoquer une rupture avec les puissances (naturelles, animales, humaines) qui ont précédé son avènement, tend plutôt à intensifier leur usage ; il n’en reste pas moins une force dominante de la période étudiée, et c’est la manière dont il façonne une partie de l’Empire britannique qui fait tout l’intérêt de cet ouvrage.
En Égypte, dans la péninsule arabique, dans l’Empire ottoman, le charbon est convoyé par des animaux et sur des canaux, tout autant que par le train, que ceux-ci complètent plutôt qu’ils ne le concurrencent ; il est aussi massivement utilisé pour installer des usines de désalinisation afin d’alimenter en eau potable les dépôts de charbon maritimes (Aden ou Port-Saïd) nécessaires à la flotte britannique de steamers (lesquels accueillaient aussi à leur bord des installations dessalant l’eau pour pouvoir faire fonctionner la machine à vapeur). Bien entendu, ces installations provoquaient des transformations sociales, territoriales, économiques et politiques de première importance (chap. 1). De la même manière, il fallait non seulement abreuver les habitants de ces territoires et les passagers des steamers (et les machines qui les transportaient), mais aussi les nourrir : l’approvisionnement en viande, salée, fraîche puis congelée, grâce là encore à des appareils mus par la vapeur, est un enjeu politique et militaire de premier importance, et contribue à des changements profonds de la région, vers une consommation plus importante de viande de certaines populations locales, des bouleversements économiques, des glissements politiques et sociaux (chap. 2).
L’établissement d’un secteur énergétique global est attesté encore par l’étude de groupes de travailleurs liés au charbon à travers le monde, et de leurs liens. Le chapitre 3 rappelle ainsi à bon escient que l’usage de la machine à vapeur, sur les navires par exemple, s’accompagne d’un effort musculaire important : il faut charger le charbon sur les bateaux, l’ajuster à la porte de chauffe, l’apporter à la machine et le charger constamment dans la fournaise : un marin sur deux, à l’ère des navires à vapeur, est occupé à cette dernière tâche. Les « chauffeurs » œuvrent dans des conditions d’une difficulté extrême du fait de la chaleur intenable : ils se recrutent parmi les hommes de couleur, jugés opportunément plus aptes que les Occidentaux à endurer de telles souffrances. De la même manière, ce sont souvent les autochtones vivant dans les ports servant de dépôts de charbon qui sont affectés au travail ingrat de charger les navires avec ce combustible – ce qui ne se fait pas sans résistance, notamment à Port-Saïd à partir des années 1880. La puissance impériale britannique étouffe ces revendications, en s’appuyant sur les marins eux-mêmes (qui rechignent à ce travail et militent pour le passage au pétrole) ou sur d’autres bassins d’emplois le long de la mer Rouge – ouvriers chinois, indiens, maltais, etc., étant transportés, selon les besoins, d’un port à un autre. La capacité de perturbation du fonctionnement impérial par les travailleurs du charbon devient dès lors globale, même si seuls les ouvriers anglais bénéficient de la « carbon democracy » (T. Mitchell) – leurs homologues de l’Empire ne parvenant pas à obtenir gain de cause.
Le charbon modèle aussi le territoire et les navires qui l’utilisent : son usage comme lest, absolument essentiel pour comprendre le développement de la marine marchande britannique, est bien mis en valeur, tout comme l’implantation, dans ce qui deviendra le Moyen-Orient, des dépôts de charbon en fonction des besoins des bateaux, des attentes impérialistes et de la technologie. L’essor de la navigation à vapeur induit un ensemble d’infrastructures techniques (phares, lignes télégraphiques terrestres et sous-marines, etc.), qui mettent elles-mêmes en jeu des négociations politiques, et des actions militaires pour les imposer ou les défendre. Enfin, elle encourage la recherche et l’exploitation de gisements de charbon, par exemple en Égypte ou dans l’Empire ottoman, qui souhaitent se doter d’une flotte à vapeur et désirent leur indépendance et leur sécurité énergétique, sans grand succès (chap. 4).
Le chapitre 5 est un bel exercice historique cherchant à analyser les mécanismes de développement, au Moyen-Orient, du navire à vapeur, à partir d’un fil rouge, le naufrage en 1880 du steamer Jeddah. Ce développement s’appuie ainsi sur diverses caractéristiques jusqu’alors ignorées, ou peu s’en faut, par l’historiographie : les particularités environnementales de la mer Rouge (la mousson, ses courants, sa chaleur, l’abondance de ses récifs) ; le pèlerinage à La Mecque, qui devient une affaire lucrative (notamment en surchargeant les navires de pèlerins) ; l’essor des compagnies d’assurances, qui rendent possible la prise de risque mais aussi, en limitant les conséquences financières des accidents, encouragent l’innovation pour empêcher la répétition de ces derniers. Ce faisant, c’est une reconfiguration du Moyen-Orient à laquelle on assiste : les routes du hajj sont retracées et déplacées par l’usage croissant des steamers ; des formes de travail forcé se déploient, lorsque des pèlerins lourdement endettés acceptent en forme de paiement de travailler dans des plantations singapouriennes appartenant à des familles de marchands yéménites, souvent propriétaires de compagnies maritimes.
La dimension éthique et spirituelle du charbon est enfin étudiée dans le dernier chapitre qui, à partir notamment d’une analyse précise des traductions de traités de géologie européens en arabe et en turc, montre l’insertion de cette science dans un cadre idéologique et religieux singulier, qui influe sur la perception de ces trésors enfouis – cadeaux de Dieu – et sur la gestion des ressources minérales de ces territoires par les autorités qui en ont la charge (chap. 6).
On peut regretter une tendance parfois à une théorisation excessive – l’insistance tout au long de l’ouvrage sur la thermodynamique ne m’a pas paru très utile –, alors que l’intérêt majeur de ce travail réside dans la mise en évidence de tous les facteurs concrets qui rendent possible ou non l’usage régulier du charbon au Moyen-Orient, et des effets, tant environnementaux qu’humains ou spirituels, de ce dernier dans la construction de cet espace.
Parce qu’il offre ainsi un point de vue éclairant et très neuf sur les liens entre le charbon et l’Empire britannique, Powering Empire est très certainement un ouvrage indispensable pour qui veut comprendre les dynamiques fossiles et leur impact sur notre monde actuel.

Charles-François Mathis



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 9 juin). On Barak, Powering Empire. How Coal Made the Middle East and Sparked Global Carbonization. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search