Christopher Houston, Istanbul, City of the Fearless. Urban Activism, Coup d’État, and Memory in Turkey.

Oakland, University of California Press, 2020, 227 p.

Istanbul, City of the Fearless s’ouvre sur une invitation engageante :

Imaginez une ville caractérisée par la radicalisation en masse des étudiants, des travailleurs et des associations professionnelles […]. Considérez une ville où la ségrégation gauche/droite et gauche/gauche est tenace dans presque tous les domaines de l’interaction sociale publique, dans les universités et lycées, dans les cafés, usines, rues et banlieues.

p. 1

Tissant une cinquantaine d’entretiens avec des militants de tous horizons politiques et s’appuyant sur des archives de journaux, des pamphlets politiques et des mémoires, la monographie de Christopher Houston nous invite à réfléchir sur la façon dont les militants de la période 1974-1983 se représentaient la politique et l’espace public. En introduisant le concept de « politique spatiale », il associe des discussions sur la phénoménologie à des comptes rendus minutieux sur la manière dont les militants se souviennent de leur militantisme politique à Istanbul. Circonscrit à la période qui a précédé le coup d’État de 1980 et ses suites immédiates, l’activisme politique urbain que Christopher Houston étudie appartient à une autre époque, où le militantisme de gauche dans les villes a constamment été décrit comme une forme de « banditisme urbain » par les gouvernements de droite du moment.

Le livre s’appuie sur une approche phénoménologique de la mobilisation sociale, de la violence politique entre les courants politiques et de la violence étatique, enfin des mémoires qui donnent la priorité à la parole des militants eux-mêmes. Plutôt qu’une analyse externe, le livre se concentre sur les acteurs en demandant directement à plus de cinquante militants politiques d’Istanbul des années 1970 quels souvenirs ils ont gardés de la ville, quel sens ils donnaient à la mobilisation politique de l’époque et quelle était leur implication. L’orientation spatiale d’Istanbul, City of the Fearless fait de ce livre une contribution unique dans les études turques. L’ouvrage ne se contente pas d’examiner quelle faction politique était implantée dans tel ou tel quartier, il retrace également l’impact de la mobilisation politique sur le développement de la ville et le vécu des habitants.

L’ouvrage est organisé en huit chapitres. Les chapitres 1 et 2 introduisent et développent les concepts et les fondements méthodologiques de la recherche. Le chapitre 3 vise à présenter un panorama politique, spatial et social d’Istanbul de 1923 à 1974. Les chapitres 4 et 5, dans lesquels Christopher Houston mobilise ses données ethnographiques, constituent le cœur du livre. L’auteur s’attache à montrer comment le militantisme politique a façonné le paysage urbain d’Istanbul dans les années 1970. Dans le chapitre 5, il explique comment la politique spatiale était essentiellement composée des bidonvilles, des usines et des municipalités. Ce chapitre donne des éléments importants pour les études de sociologie urbaine et des mouvements sociaux. Le chapitre suivant expose les différentes idéologies et stratégies politiques de l’extrême gauche turque en faisant des allers-retours avec les mouvements anticommunistes de droite. Le chapitre 7 se concentre sur le coup d’État du 12 septembre 1980 et ses suites, et retrace les conséquences de la prise du pouvoir par les putschistes (1980-1983), dans le champ politique mais aussi le champ urbain. Le dernier chapitre fait le bilan de l’emploi de la phénoménologie dans l’étude de la violence politique des années 1970 à Istanbul. Le livre arrive à ses conclusions en montrant la complexité et la nature changeante des stratégies, des personnes et des pratiques.

L’ouvrage peut être considéré comme la première synthèse sur les années 1970 en Turquie vues à travers le prisme d’une ville. Mais on est en droit de se demander pourquoi l’auteur s’est restreint au seul cas d’Istanbul. Analyser le militantisme politique dans une ville comme celle-ci peut évidemment être considéré comme un choix pertinent, mais il convient de rappeler qu’Ankara, la capitale de la République de Turquie, a également été le lieu d’une forte contestation sociale et politique dans les années 1970. Dans ces deux villes, on comptait trois universités à partir de la fin des années 19601. Ces universités rassemblaient une bonne partie des militants politiques de droite et de gauche. La polarisation des facultés, des rues, des quartiers, des usines et des bidonvilles existait aussi à Ankara. Si on y ajoute la présence des sièges de l’Assemblée nationale et de tous les ministères, la ville d’Ankara reste un sujet d’analyse assez pertinent. L’auteur ne propose cependant pas de développements sur cette ville, ne serait-ce qu’au titre d’une comparaison avec le cadre choisi, Istanbul.

Istanbul, City of the Fearless entend présenter de façon nuancée et détaillée les expériences politiques de militants dans l’espace urbain. Mais hormis la reproduction de deux schémas tracés à la main par des militants lors des entretiens, qui permettent à l’auteur d’analyser les souvenirs de leur activisme à Istanbul (la figure 22 représente les emplacements des usines à Istanbul et la figure 33 montre la division des factions de l’extrême gauche en Turquie), le livre est dépourvu de cartes et de documents iconographiques. Des cartes montrant les usines et les facultés, les différents quartiers d’Istanbul, les sociabilités militantes, mais aussi des reproductions de pancartes, écritures murales, affiches, photographies de la période auraient été très utiles dans un ouvrage qui se donne pour objectif de donner à voir l’inscription urbaine d’un engagement politique.

On peut mentionner également deux autres lacunes. La première concerne la littérature. L’ambition scientifique de Christopher Houston est certainement novatrice pour les études turques, mais il ne mobilise pas suffisamment la littérature internationale consacrée aux mouvements sociaux dans les espaces urbains. Les ouvrages sociologiques et historiques qui étudient les villes italiennes pendant les « années de plomb » auraient pu par exemple permettre à l’auteur d’avoir des points de comparaison4. L’utilisation de la littérature française sur les « villes rouges » aurait également pu être fructueuse pour étudier l’usage et la perception de la ville à une période donnée5.

La seconde lacune concerne les mouvements de droite. Nous pensons que la violence politique des années 1970 ne peut être clairement comprise sans une analyse précise des courants de droite et d’extrême droite. Et cette analyse est particulièrement importante pour comprendre la Turquie d’aujourd’hui, car Recep Tayyip Erdoğan et les cadres fondateurs de l’AKP (Parti de la justice et du développement) ont vécu leurs premières expériences politiques dans les années 1970, et majoritairement dans la ville d’Istanbul. Si Christopher Houston fournit quelques éléments d’analyse sur la droite turque, ceux-ci restent insuffisants pour comprendre le climat politique de cette décennie. Il n’évoque par exemple que très succinctement l’élaboration de la « synthèse turco-islamique6 » au cours des années 1970, doctrine politique progressivement devenue l’idéologie officielle de l’État turc. Or, cette synthèse, développée et diffusée par un club élitiste composé d’universitaires, le Foyer des intellectuels (Aydınlar Ocağı), est capitale pour comprendre le militantisme politique de gauche, qui se pensait en grande partie en réaction contre cette idéologie défendue par les gouvernements du front nationaliste au cours des années 19707. L’analyse de cette doctrine est également indispensable pour appréhender la politique spatiale de la Turquie portée par la droite. Ses revendications historiques et politiques autour de la ville d’Istanbul sont souvent un point de conflit avec la gauche turque. On peut par exemple évoquer les manifestations pour l’anniversaire de la conquête d’Istanbul en 1453 et les revendications sur la reconversion de Sainte-Sophie en mosquée. Au-delà même du fait d’impliquer davantage la droite turque dans son analyse, l’auteur aurait pu mieux situer Istanbul dans le contexte de la guerre froide. On sait qu’Istanbul est devenue, à partir de la fin des années 1960, une ville symbolique de contestations politiques – comme en témoigne une des scènes emblématiques de l’époque, lorsque des militants d’extrême gauche ont jeté des soldats américains dans le Bosphore8.

Le livre de Christopher Houston peut enfin se révéler une source utile pour les études sociologiques et urbaines portant sur les années 2010, marquées en Turquie par des mouvements d’occupation, des révoltes et soulèvements écologistes, comme le mouvement Gezi à Taksim en 2013. Dans ce dernier mouvement, on a pu observer des parallèles et des différences sur l’usage et la perception de la ville entre les militants politiques des années 1960 et 1970 et les jeunes primo-militants9. Le livre de Christopher Houston offre un bon point de départ pour comprendre les évolutions du militantisme politique en Turquie sur plusieurs générations.

Zeynep Bursa-Millet




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 2 juillet). Christopher Houston, Istanbul, City of the Fearless. Urban Activism, Coup d’État, and Memory in Turkey. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fn

  1. L’Université d’Istanbul (ancienne université ottomane, reconfigurée en 1933), l’Université technique d’Istanbul (fondée en 1928) et l’Université de Boğaziçi (fondée officiellement en 1971) sont situées à Istanbul, tandis que l’Université d’Ankara (fondée en 1946), l’Université technique du Moyen-Orient (fondée en 1956) et l’Université d’Hacettepe (fondée en 1967) sont trois universités importantes de la capitale. []
  2. Figure 2 : « Leftist group’s family tree », p. 155. []
  3. Figure 3 : « Mapping the City: Gecekondu, industry and corporation », p. 107. []
  4. Ces deux livres proposent une analyse sociogéographique sur la question de la violence politique en Italie : A. Saccoman, Sentieri rossi nella metropoli. Per una storia delle Brigate rosse a Milano, Milan, CUEM, 2007 ; L. Pastore, La vetrina infranta. La violenza politica a Bologna negli anni del terrorismo rosso 1974-1979, Bologne, Pendragon, 2013. Voir également M. Jaggi, R. Muller et S. Schmid, Red Bologna, Londres, Writers and Readers Publishing Cooperative, 1977. Ce dernier ouvrage publie des entretiens avec des salariés, des intellectuels et des cadres politiques locaux sur leur perception des changements survenus dans la ville de Bologne. []
  5. Parmi d’autres, voir A. Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Les Éditions ouvrières-Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986. Voir également E. Bellanger, « Une question éminemment urbaine : les mouvements sociaux de la ville », in M. Pigenet et D. Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, p. 543-554. []
  6. La synthèse turco-islamique a été évoquée pour la première fois par Ziya Gökalp (1876-1924), sociologue et père fondateur du nationalisme turc. Cette synthèse considère l’islam comme partie intégrante de l’identité turque et propose un islam turquifié. Au-delà de ses aspects semi-historiques et mythiques sur le passé des Turcs depuis des siècles, cette synthèse a constitué un programme d’action pour la droite turque des années 1970, puis pour le régime militaire (1980-1983). []
  7. Voir Z. Bursa-Millet, « Traiter le péril jeune. Ayhan Songar, un psychiatre au service du régime militaire en Turquie (1980-1983) », Le Mouvement social, n° 267, 2019, p. 47-61. []
  8. Mentionné par un militant d’extrême gauche à la page 44. []
  9. Voir D. Firat (dir.), Sokağın Belleği. 1 Mayıs 1977’den Gezi Direnişine Toplumsal Hareketler ve Kent Mekanı [La mémoire de la rue. Du 1er mai 1977 à la résistance de Gezi. Mouvements sociaux et espace urbain], Istanbul, Dipnot, 2014. Voir également E. Ileri, « L’engagement en mouvement : des “soixante-huitards” à la résistance de Gezi », in G. Pleyers et B. Capitaine (dir.), Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016, p. 87-100. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search