Élodie Edwards-Grossi, Bad Brains. La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale, XXe-XXIe siècles.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Amériques », 2021, 286 p.

Il faut saluer cette publication de Bad Brains, qui aborde la manière dont la psychiatrie aux États-Unis a utilisé et utilise encore la notion de race, largement présente dans les discours et les représentations du corps médical au sujet des Africains-Américains. En effet, hormis la traduction récente de l’excellent ouvrage de Jonathan Metzl, les recherches sur ces thèmes ne sont pas disponibles en français1. Élodie Edwards-Grossi, maîtresse de conférences à l’Université Paris Dauphine-PSL, propose ici les résultats de sa thèse sous la direction de Paul Schor et de Dominique Vidal.

Bad Brains interroge la présence des stéréotypes raciaux dans le contexte psychiatrique, la manière dont les classifications psychiatriques ont participé du contrôle social exercé sur les populations racisées, mais aussi comment les psychiatres africains-américains se sont positionnés en proposant pour certains l’introduction d’une dimension culturelle dans leurs pratiques de soin.

Cet ouvrage se situe au carrefour de différents champs de la recherche, celui d’une histoire de la médecine et des « dispositifs de contrôle des corps racialisés », mais aussi d’une histoire de la psychiatrie en tant que discipline, particulièrement quand elle classifie les troubles supposés concernés spécifiquement telle ou telle population. L’auteure présente les nombreuses publications qui ont trait à une sociohistoire de la profession psychiatrique. Elle inscrit son travail dans le champ plus vaste des études qui abordent la notion de race, notamment les recherches sur les questions de catégorisations ethnoraciales, mais aussi les Whiteness Studies, qui documentent le rapport des Américains blancs aux délimitations raciales2.

Élodie Edwards-Grossi s’appuie sur deux sources principales, d’une part différentes archives de centres de soins, d’autre part une enquête de terrain réalisée en 2015 en Californie auprès de psychiatres et de personnels soignants, principalement à Los Angeles. L’étude débute avec les années 1920 et se concentre sur le Nord, les différents espaces où s’installent les Africains-Américains, à partir du tournant du XXe siècle, lors des différents épisodes de la Grande migration, quand ils quittent les États du Sud anciennement esclavagistes.

Le fil directeur de l’ouvrage est le concept de « racialisation stratégique », que l’auteure construit à partir d’un emprunt à Gayatri Chakravorty Spivak, qui a elle-même développé celui d’« essentialisme stratégique3 ». Élodie Edwards-Grossi le met en œuvre dans le domaine de la psychiatrie pour montrer comment certains médecins africains-américains, dont les souffrances psychiques de leurs patients découlaient visiblement du racisme, ont mis en avant la nécessité de soignants noirs pour les patients noirs. Par ailleurs, alors qu’eux-mêmes sont confrontés à des discriminations à l’embauche, cette mise en avant d’un binôme patients-psychiatres issus des mêmes minorités ethnoraciales participe aux tentatives de construire un système de soins au service de la minorité, dont les emplois iront prioritairement aux psychiatres africains-américains. Ainsi certains, tel Paul Cornely, sont partisans d’un véritable « séparatisme » médical.

L’auteure fait la distinction entre racisation (processus de construction racial au niveau des interactions sociales) et racialisation, qu’elle réserve au champ médical : en effet, pour les médecins qu’elle a étudiés, la « race entre dans les corps » (p. 32). Ces usages se démarquent de l’emploi souvent indifférent et imprécis des deux termes. Elle les distingue, ce qui lui permet de mettre en lumière la manière dont le corps médical états-unien continue d’avoir recours plus ou moins implicitement à des présupposés biologiques sur la race. Cependant, les définitions qu’elle leur donne lui sont propres et s’ajoutent à celles déjà existantes. Comme l’a précisé Sarah Mazouz, racialisation et racisation renvoient à des registres distincts : la racialisation, qui apparaît en français sous la plume de Frantz Fanon, a d’abord été employée par W. E. B. Du Bois (racialize)4. Ce concept rend « compte de la production de groupes soumis à l’assignation raciale tout en examinant aussi les mécanismes qui amènent un groupe à tirer profit des logiques de racialisation5 ». Colette Guillaumin désigne par racisation « le processus par lequel un groupe dominant définit un groupe dominé comme étant une race6 ».

Bad Brains commence par revenir sur l’évolution de la psychiatrie, des années 1920 aux années 1960, pour montrer comment la fin des établissements ségrégués s’est accompagné du développement d’une psychiatrie noire qui revendique son autonomie. Des années 1920 aux années 1960, des pionniers fondent des institutions qui manquaient cruellement aux malades africains-américains. Le rôle de la fameuse clinique Lafargue, fondée en 1946 par Fredric Wertham, un psychiatre allemand réfugié aux États-Unis, est souligné. On serait tenté de chercher l’inspiration de Wertham du côté de Wilhelm Reich : tous deux se connaissaient et Wertham a recensé plusieurs ouvrages de Reich, qui avait fondé en 1928, à Vienne, six centres de consultation psychiatriques gratuits à destination des ouvriers, les Sexualberatungsklinik für Arbeiter und Angestellte (Clinique de conseil sur la sexualité pour les travailleurs et les fonctionnaires)7. Cette piste reste à explorer.

Un deuxième temps décrit comment la période des mobilisations des années 1950 aux années 1970 a été l’occasion d’une « psychiatrisation » de la révolte sociale. Les autorités répondent aux émeutes par des théories médicales et l’auteure revient longuement sur les liens entre le rapport Moynihan et la psychiatrie noire. Le sociologue Patrick Moynihan avait été nommé au département de la recherche du ministère du Travail, au sein de l’administration Kennedy. Il analyse la révolte des ghettos comme le symptôme d’une famille africaine-américaine dysfonctionnelle, au sein de laquelle le matriarcat conduirait les hommes à l’abandon du domicile et à la violence8. Un large inventaire de la littérature existante montre à quel point ce rapport officiel a été important, au sens où il a participé à une reconfiguration du racisme dans son acception différentialiste ou culturaliste, après l’abandon de son versant biologique. Au passage, Élodie Edwards-Grossi s’inscrit en faux contre Jonathan Metzl, qui n’aurait décrit le phénomène de psychiatrisation qu’à travers la schizophrénie. Il nous semble que ce n’est pas le cas, alors qu’il a étudié dès 2010 ces procédés de médicalisation : Metzl établit une forte association du diagnostic schizophrène avec la majorité des patients noirs (les hommes principalement), en montrant pour autant que ce sont tous les troubles psychiatriques, comme toutes les manifestations de colère ou de révolte, qui sont réduits à ce diagnostic.

Les deux derniers chapitres, sans doute les plus originaux, s’appuient sur les résultats de deux enquêtes de terrain pour réaliser un état des lieux plus contemporain ; à travers ces enquêtes, deux situations sont mises en parallèle. Sont en premier lieu présentés les choix de l’hôpital de l’Université de Californie-San Francisco, qui depuis 1985 a mis en place, notamment à l’initiative de Francis Lu, des unités de soins séparées selon des critères ethno-raciaux. Autrement dit, on y trouve une Black Focus Unit, une Asian Focus Unit et une Latino Focus Unit. Cette psychiatrie de la « compétence culturelle » ne peut manquer de faire penser à l’ethnopsychiatrie pratiquée notamment en France par Thobie Nathan. Cependant, ces unités séparées pratiquent une même psychiatrie générale, et ne reprennent pas à leur compte les développements de l’ethnopsychiatrie. Puis, l’auteure part à la rencontre de psychiatres majoritairement blancs qui exercent dans le cadre de la médecine de ville, et qui, dans leurs discours comme dans leurs pratiques, sont conduits à introduire le concept de race. Finalement, deux orientations médicales qui semblent diverger se retrouvent sur le besoin que les soignants signalent de passer par ce concept racial.

Cet ouvrage dense et informé propose une synthèse très utile sur la psychiatrie états-unienne et met en valeur l’intérêt d’une approche qui associe les méthodes de l’histoire et celles de la sociologie.

Olivier MAHEO


  1. J. M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civils Rights, une histoire du contrôle social, Paris, Autrement, 2020. []
  2. P. Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009. []
  3. Ce concept a été proposé par G. C. Spivak pour désigner le choix d’une essence qu’on sait artificielle, afin d’en tirer parti temporairement dans un contexte déterminé. Elle a énoncé cette idée pour la première fois en 1989, lors d’une conférence en Bulgarie publiée en 2011 ; toutefois, elle est depuis en partie revenue dessus, au moins sous cette forme, du fait des confusions autour de ce concept. G. C. Spivak, Nationalisme et imagination, Paris, Payot, 2011, p. 78 ; G. C. Spivak et S. Harasym, The Post-Colonial Critic. Interviews, Strategies and Dialogues, Londres, Routledge, 1990. []
  4. F. Fanon, Les damnés de la Terre,préface de J.-P. Sartre, Paris, Maspero, 1961 ; W. E. B. Du Bois, The Philadelphia Negro. A Social Study, New York-Oxford, Oxford University Press, 1899. []
  5. S. Mazouz, « Racialisation ou racisation ? », Carnet de recherche Racismes, 6 octobre 2020, https://racismes.hypotheses.org/173. []
  6. C. Guillaumin, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris-La Haye, Mouton, 1972 ; S. Mazouz, « Racialisation ou racisation ? », art. cité. []
  7. C. Moir, « Wilhelm Reich et la politique de l’homosexualité dans le mouvement Sex-Pol », Cahiers d’histoire, n° 150, 2021, p. 106. []
  8. H. Le Dantec-Lowry, De l’esclave au président. Discours sur les familles noires aux États-Unis, Paris, CNRS Éditions, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search