Juliette Cadiot, La société des voleurs. Propriété et socialisme sous Staline.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps et lieux », 2021, 320 p.

ISBN : 978-2-7132-2885-8http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/la-societe-des-voleurs/

Quelle justice pour les voleurs dans l’URSS de Staline ? Le livre de Juliette Cadiot propose une plongée dans le monde qui attend les voleurs en Union soviétique, une fois leur forfait accompli. Ce monde de l’après-délit est régi par des décrets qui, se succédant de 1932 à 1947, imposent un lourd régime de peines à ceux qui attentent à « la propriété socialiste » : au moins sept ans de goulag. Juliette Cadiot montre comment toute la société soviétique est concernée par ces décrets draconiens, notamment dans une période, l’après-guerre, marquée par la famine et la pénurie. L’auteure s’intéresse ainsi particulièrement aux voleurs petits et grands, attrapés entre 1947 et 1953, explorant le traitement qui leur est réservé, par le droit, les polices, la justice, enfin dans les lieux d’incarcération : les prisons et les goulags.

Le livre décrit un système à l’aval du vol, c’est-à-dire moins ses circonstances que ses implications et ses conséquences. Cette histoire sociale du vol, inédite, vient très efficacement compléter les travaux antérieurs des spécialistes de l’URSS sur la justice, la délinquance et la criminalité en Union soviétique aux périodes stalinienne et khrouchtchévienne. Juliette Cadiot mobilise un corpus d’archives centrés sur Kiev et Moscou, notamment les recours en grâce qui lui permettent de mettre en série quelque 200 dossiers et de parfaire ainsi l’histoire des inculpés pour vol. Cinq chapitres permettent de suivre le destin des voleurs.

Le premier chapitre explique ce que sont, en droit, la propriété socialiste et la manière dont les institutions la défendent, ainsi que les acteurs du système ; l’auteure éclaire la fabrique du droit soviétique, en revenant sur la loi, sa conception, son écriture puis son application. Les décrets sont des expédients qui permettent d’appliquer un régime des peines identique dans toute l’URSS.La procédure judiciaire, de l’instruction à l’inculpation, est le moment où sont mis en concurrence les organes de justice, le parquet, la policeet le Comité central du parti. La police possède un département économique chargé des crimes économiques et de la défense de la propriété socialiste, dont le rôle est de renseigner et réprimer. Juliette Cadiot dévoile l’économie du renseignement : le recrutement des indicateurs et des infiltrés, la formation des mouchards, le tout composant, en 1951, un réseau de 380 000 informateurs sur l’ensemble du territoire.Elle s’intéresse à un ensemble d’acteurs, non exempts de corruption, à l’instar des huissiers tentés par le gain lors des procédures de recouvrement ou des acteurs ambigus du système que sont les avocats, accusés d’imposer des suppléments d’honoraires et de soudoyer juges et procureurs.

Les moyens utilisés par les citoyens soviétiques pour échapper à l’application stricte des décrets sur le vol font l’objet du deuxième chapitre. Les deux voies de recours judiciaires, l’appel en cassation auprès de la Cour suprême de la République de Russie et la procédure ensupervision (une manière d’appel « informel », 72 heures après le verdict, l’inculpé demande au parquet la révision de son procès par les cours suprêmes),sont ainsi présentées.

L’auteure insiste également sur le rôle du patronage pour échapper à la loi et montre comment des personnalités influentes politiquement à l’échelle locale s’agrègent des clientèles à qui elles assurent protection en échange de services. Partiellement hérité de la Russie tsariste, très développé en URSS, notamment en province, ce système est ciblé par Staline et durement réprimé par une purge des appareils gouvernementaux pour mettre fin aux trafics d’influence. Juliette Cadiot rappelle que le Parti oppose au parquet ses propres procédures disciplinaires, épaulé par la Commission de contrôle du Parti. Les pouvoirs locaux du Parti, influents et protecteurs, grèvent le travail des procureurs (des pratiques pérennes sous N. S. Khrouchtchev).

Le troisième chapitre propose une expédition dans le souterrain des choses, où l’auteure se confronte au monde des escrocs et des fraudeurs. Comment frauder l’État dans une économie où cohabitent logique du plan, bureaucratie et marché (par les coopératives et les marchés kolkhoziens) ? La réforme monétaire de décembre 1947 stimule les arnaques, les détournements et les possibilités d’enrichissement plus ou moins légales contre lesquels l’État-Parti durcit le ton. Ce moment permet l’exploration de l’économie informelle, des détournements et des escroqueries.

Objet du quatrième chapitre, l’affaire Khain de 1952 donne l’occasion à l’auteure d’une étude de cas détaillée à partir d’un dossier inédit de 25 000 pages. À Kiev, Khanan Aronovich Khain, membre influent du Parti, est à la tête d’un commerce de gros de textile qu’il dirige pour l’État. À partir du centre d’approvisionnement, c’est toute une logistique qui s’organise, des ateliers de confection, des entrepôts, des dépôts, aux bazars. Lui et ses hommes sont accusés de « nationalisme juif », vol, malversations, corruption et spéculation. L’auteure explique que le contexte antisémite, lors de la campagne « anticosmopolite », favorise des peines sévères pour des crimes économiques pour les accusés de « nationalité juive ». Juliette Cadiot revient sur les trajectoires des inculpés. Les activités de leur établissement de textile se déployaient loin autour de Kiev et l’argent corrompu, une multitude de petites et grosses sommes, circule de part et d’autre d’une chaîne d’acteurs, « du petit receleur au procureur ».

Le dernier chapitre s’appuie en partie sur 200 dossiers de recours en grâce qui éclairent les parcours bouleversés d’individus mis en détention pour des vols mineurs. Les dossiers présentent les profils contrastés des détenus. Le monde du goulag décrit par Juliette Cadiot est une société composite où se mêlent kolkhoziens, ouvriers et artisans des villes, « sans-parti », ainsi que des Soviétiques installés dans le système : membres du parti ou du komsomol, parfois médaillés. L’auteure décrit la socialisation des voleurs au goulag, expérience structurante, marquée par l’initiation aux pratiques et aux rituels du camp, où la violence se fait la part du lion. Inspirée de l’histoire des subalternes, l’auteure cherche à comprendre les « économies morales » et le « rapport au droit » des détenus pour vol. S’intéressant tant au contexte de production qu’à la matérialité des lettres, elle analyse des contenus qui présentent le récit de soi par les détenus et l’appréhension de leur crime, tantôt contesté, tantôt présenté comme exceptionnel et regretté. Loin de réformer les petits et les grands voleurs, les camps les transforment en rouages du banditisme systémique fait de vols, trocs, émeutes.

Cet ouvrage contribue à plusieurs niveaux à l’histoire des pratiques juridiques et judiciaires en URSS. D’abord, Juliette Cadiot montre bien les ressorts de la justice en train de se faire, et les apories de cette institution commandée par le pouvoir politique, qui lui laisse des marges de manœuvre très aléatoires. Ensuite, si les études sur le quotidien soviétique ne sont plus si rares, l’auteure donne accès au monde de la délinquance économique, très partiellement traité par les historiens de l’URSS. Cherchant avant tout à établir des faits, l’auteure se tient à l’écart d’une histoire des représentations. L’analyse des imaginaires collectifs aurait cependant pu compléter, entre autres, le travail sur les économies morales des inculpés, ne serait-ce qu’à travers le traitement médiatique des affaires. Une telle approche aurait permis de penser davantage le rapport des Soviétiques au vol, à défaut de pouvoir véritablement traiter celui de leur rapport au droit. La vision très répressive de l’ordre social qui est décrite contraste avec le développement d’une économie interlope en URSS, et invite effectivement à s’interroger sur le rapport au droit des communistes. L’existence de réseaux de patronage explique la pérennité des trafics et les prises de risque face aux peines encourues et l’on retiendra que les communistes, quoique rendus vulnérables, ont plus de chance de se soustraire à la loi. Une mise en série des procès aurait, peut-être, pu dévoiler la sociologie des voleurs et la discrimination de fait des « sans-parti », moins protégés. De même, pour mieux saisir le profil des voleurs, une typologie des lieux de la délinquance aurait pu éclairer les nuances entre villes et villages. Les quelques exemples ruraux illustrent des vols dans les fermes collectives, mais ne permettent pas de saisir l’ampleur du phénomène dans les campagnes.

L’efficacité de l’ouvrage tient toutefois dans la capacité de l’auteur à reconstituer, grâce à ses archives inédites, un univers et le parcours des acteurs, ce que la seule étude du discours et du droit n’aurait pas permis, du moins pas avec la même force. Au-delà de l’URSS, le sujet du livre invite à penser le rapport des sociétés au bien public, son sens et sa valeur, ainsi que les modalités déployées par l’État pour le protéger. En ce sens, l’exemple soviétique montre les limites de la criminalisation du vol de la propriété socialiste, qui ne parvient pas à responsabiliser l’individu au nom du bien collectif.

Yoanna Chesnot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search