Noëlline Castagnez, Quand les socialistes français se souviennent de leurs guerres. Mémoire et identité (1944-1995).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2021, 478 p. Préface de Jean-François Sirinelli,

Noëlline Castagnez, professeure à l’Université d’Orléans, propose, avec ce livre issu de son mémoire d’habilitation, une somme sur le rapport qu’ont entretenu les socialistes français, de la SFIO, du PSU et du parti d’Épinay, avec « leurs » guerres, celles qu’ils ont faites, comme celles qu’ils ont subies, de la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie.

L’ouvrage articule six chapitres en deux parties inégales. La première autour d’une « longue sortie de guerre », de la Libération aux accords d’Évian, oppose l’héritage mémoriel de l’occupation et de la Résistance aux nouveaux enjeux de la guerre froide (dont la querelle de la CED) et de la décolonisation. La seconde s’attache à démontrer, en deux chapitres, comment le parti d’Épinay, puis le pouvoir mitterrandien, réussissent à écrire un nouveau « roman socialiste » (p. 342) enchâssé dans l’air du temps, et bien en phase avec le « syndrome de Vichy » mis à jour par Henry Rousso. Pour ce faire, Noëlline Castagnez a procédé à un dépouillement impressionnant et quasi exhaustif des fonds d’archives concernés (en particulier ceux de l’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) et de la Fondation Jean Jaurès, dont les fonds des secrétaires successifs du Parti socialiste, de François Mitterrand à Henri Emmanuelli) et de l’abondante presse socialiste, nationale, mais aussi fédérale et locale, dans trente-sept départements. Des sondages ont aussi été effectués dans des fonds d’archives de huit municipalités aux quatre coins du pays, de Rennes à Besançon, et de Lille à Marseille. La mobilisation de ce large éventail de sources permet à l’auteure de mettre sans cesse en balance une « mémoire par en haut », et des mémoires territoriales souvent en discordance, un point fort de l’ouvrage. L’apport principal de cet énorme travail est d’abord, comme le souligne son préfacier, d’étudier la « composante mémorielle » de la culture politique d’un courant qui fut, spécialement dans le second XXe siècle, un acteur majeur de la vie politique française, au pouvoir (national et municipal) comme dans l’opposition.

À la Libération, la SFIO de Daniel Mayer et Léon Blum s’efforce de construire par en haut un « résistancialisme socialiste », entendu ici comme « la capacité d’une force politique à mettre en avant son engagement dans la Résistance » (p. 22). Celui-ci exalte la petite phalange élitaire des opposants du 10 juillet 1940, héros socialistes de la Résistance tombés au front, comme Léo Lagrange en juin 1940, martyrs, comme Pierre Brossolette ou Marx Dormoy, morts en déportation, comme Jean Lebas, tout en vouant aux géhennes de l’oubli les « capitulards » de juillet 1940.

Mais ce dispositif reste largement inopérant pour différentes raisons, bien exposées par l’auteure. Les héros socialistes-de-la-Résistance ne sont pas des héros de-la-Résistance-socialiste, du fait de la dispersion des résistants du parti, sur tout l’éventail des mouvements et des réseaux. C’est ce « refus du particularisme » sous l’Occupation qui « inhibe l’écriture et l’exhibition d’un martyrologe socialiste » après la Libération (p. 103). De plus, l’organisation même d’un parti, demeuré une « fédération de fédérations », refusant la centralisation, permet mal la remontée des initiatives de bas en haut, et produit une « territorialisation des mémoires » (p. 103). Ainsi, le maquis du Vercors, où les socialistes tinrent une place importante, n’est jamais mentionné dans les congrès nationaux (y compris quand il se tient à Grenoble, en 1973 !). La fragilité de ce dispositif mémoriel s’expose au grand jour dans le procès des bourreaux d’Oradour-sur-Glane, où se divise la direction socialiste et, plus encore, dans la querelle de la CED, où « cédistes » comme « anticédistes » mobilisent les mêmes références à la Résistance, montrant par là que le passé commun ne détermine pas les mêmes choix. La guerre d’Algérie, qui porte un coup fatal à la SFIO, fait aussi voler en éclat cette première construction mémorielle, Guy Mollet comme ses opposants invoquant tour à tour « Munich », le 6 février 1934, le 10 juillet 1940, face à Nasser, au FLN ou à de Gaulle. Pour autant, cette « longue sortie de guerre » a permis un enracinement mémoriel des socialistes dans les territoires qu’ils administrent, leur présence massive dans les associations d’anciens résistants et déportés (FNDIR, Comité d’action de la Résistance, associations locales surtout), et la déconstruction de leur pacifisme « Plus jamais ça » hérité de la Grande Guerre, le « poilu » devenant le précurseur du résistant.

La refonte du socialisme français après 1965, couronnée en 1971 par le congrès d’Épinay et l’arrivée de jeunes générations, va complètement réaménager la mémoire socialiste des guerres du XXe siècle. Les nouveaux responsables à la formation des militants, Pierre Joxe puis Lionel Jospin, comprennent l’importance d’une mémoire commune dans la création d’une identité partisane cohérente. Le nouveau discours, diffusé dans la presse du parti et de multiples brochures à destination des adhérents, inscrit l’histoire du socialisme dans un « roman national », qui confronte au fil des siècles dominés et dominants, gauches et droites, « antifascistes » et « vichystes » ou « fascistes ». Le parti, qui « sait humer l’air du temps mémoriel » d’après 1968, construit ainsi une mémoire des guerres « à large spectre », « antitotalitaire, antifasciste, antiraciste et anticolonialiste, mâtinée de tiers-mondisme » (p. 375).

Les souvenirs de la Résistance sont ainsi réactivés contre le « néo-pétainisme » du « pouvoir giscardien ». L’Unité, nouvel hebdomadaire du PS, commente élogieusement la parution du livre de Robert Paxton sur La France de Vichy, et la sortie des films de Louis Malle, Lacombe Lucien, ou de Costa-Gavras, Section spéciale. Cette mémoire, devenue présidentielle et gouvernementale après le 10 mai 1981, est télescopée par les controverses sur la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv en 1992 et la parution en 1994 du livre de Pierre Péan sur la jeunesse et l’itinéraire « vichysto-résistant » de François Mitterrand.

En conclusion, Noëlline Castagnez revient longuement sur l’échec de la SFIO, et a contrario sur la réussite apparente du PS, dans la construction d’une mémoire des guerres, non réductible à la période 1940-1945. Le second, qui a bénéficié du décès du général de Gaulle et du reflux communiste, a réussi à faire partager une « mémoire simplifiée » (p. 426) des conflits du siècle, en phase avec les préoccupations des nouvelles générations. Mais n’est-ce pas une victoire à la Pyrrhus, dans la mesure où cette simplification et cette systématisation des références au régime de Vichy le banalisent et ne permettent pas de comprendre ce qui se joue avec la montée du Front national ? Dans les toutes dernières lignes, l’auteure se demande d’ailleurs si cette mémoire n’est pas devenue une « valeur refuge » (p. 428), qui compense la perte de substance idéologique et électorale.

On ne peut que partager cette proposition en refermant ce volume touffu, dont la lecture exhale aujourd’hui un parfum doux-amer, tant l’objet du livre, le socialisme français, s’est recroquevillé et effondré dans des proportions aussi spectaculaires… La synthèse est en tout cas convaincante, même si l’on aurait souhaité que l’ouvrage aborde de front la mémoire socialiste de la Grande Guerre après 1945 ou, à défaut, s’explique sur son choix de ne pas l’aborder. Celle-ci, au-delà de son rôle matriciel, est aussi portée par des centaines de milliers d’anciens combattants, encore présents après 1945, qui pèsent ainsi sur la définition des critères pour l’obtention de la carte de combattant volontaire de la Résistance. Mais ce n’est là qu’une remarque circonstanciée, tant on apprend dans ce bel ouvrage.

Gilles Vergnon



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 18 juillet). Noëlline Castagnez, Quand les socialistes français se souviennent de leurs guerres. Mémoire et identité (1944-1995). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search