Karine Clément, Contestation sociale à bas bruit en Russie. Critiques sociales ordinaires et nationalismes.

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, « Critiques et contestations », 2021, 146 p.

Selon la sociologue Karine Clément, les recherches académiques sur la société russe mettent habituellement l’accent sur l’apathie, l’apolitisme ou la dépolitisation. Or, au sein de la population, les critiques du régime sont variées et répandues, même si elles ne prennent pas la forme de protestations publiques ou de mobilisations collectives. Ces contestations, discrètes, « à bas bruit », sont l’objet de l’ouvrage. Le regard porté sur la société russe est original, puisqu’il s’agit d’analyser les modalités variées de critique sociale ordinaire et leur articulation à différentes formes de nationalisme.

L’autrice mobilise sur les terrains russes les perspectives ouvertes en sciences sociales depuis une vingtaine d’années sur la politique ordinaire. Son intérêt pour les formes de « politisation terre à terre » fait ainsi écho à diverses notions qu’elle rappelle dans l’ouvrage, comme celles de « politique proche de chez soi » (Nina Eliasoph), de « politisation du proche » (Laurent Thévenot) ou d’« infrapolitique » (James C. Scott).

L’analyse repose sur une enquête collective menée entre 2016 et 2018 dans six villes ou régions de Russie : Saint-Pétersbourg, Moscou, Astrakhan, Kazan, Perm et l’Altaï. L’équipe de dix-huit personnes (dont l’autrice) était constituée d’étudiants et d’enseignants-chercheurs de la Faculté des arts libéraux et des sciences de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg. Les personnes interrogées appartiennent à des catégories socio-professionnelles diversifiées. Au total, 237 entretiens ont été menés avec des femmes et des hommes d’âges variés. Les matériaux rassemblés comprennent également une cinquantaine d’observations ethnographiques.

L’ouvrage est organisé autour de six parties de longueurs inégales. La première (« Penser les catégories ») permet de situer la réflexion de l’autrice au sein d’une constellation conceptuelle composée de sept éléments : politique ordinaire ; critique sociale ordinaire ; nationalisme ; nationalisme russe ; projet patriotique du Kremlin ; imaginaire social ; autoritarisme. La deuxième (« Une typologie croisée ») introduit des distinctions dans les formes de critique sociale, en les articulant à des modalités spécifiques de nationalisme et mettant ainsi en relation everyday politics et everyday nationalism : critique sociale de sens commun et nationalisme d’État ; critique sociale ordinaire intellectualiste et nationalisme élitiste ; critique sociale populaire de bon sens et nationalisme populaire. Ces trois types de critiques sociales font l’objet des trois parties suivantes. La sixième et dernière partie porte sur les conditions d’émergence des différentes critiques sociales ordinaires.

Le cœur de l’ouvrage porte ainsi sur la critique sociale ordinaire. Celle-ci est définie comme « un dévoilement ou une dénonciation des maux structurels de la société ou de la réalité sociale par les dominés eux-mêmes, ou les victimes de ces maux, dans des propos ou des actes qui restent au plus près de leur expérience quotidienne » (p. 19). S’inscrivant dans la perspective de la sociologie pragmatique de Boltanski et Thévenot (p. 16), Karine Clément indique que cette critique sociale ordinaire se manifeste en particulier lors d’épreuves, appréhendées comme « la confrontation du sens pratique de la réalité à des aspects ou aspérités de cette réalité qui sèment le doute » (p. 23).

La première forme de critique sociale ordinaire repérée dans les entretiens relève de la critique sociale de sens commun. Celle-ci, en reproduisant les préjugés et la doxa qui circulent dans l’environnement des personnes, traduit une attitude conformiste. La vision du monde social qu’elle sous-tend est la suivante : « il importe avant tout que le consensus social soit préservé, qu’il n’y ait pas de conflits, de risques de guerre civile, que les particularités et les différences ne s’affichent pas et soient soumises aux normes plébiscitées par la majorité » (p. 77). Les adversaires désignés dans les discours sont l’Occident et les libéraux. Si Karine Clément indique que cela ne signifie pas que cette « critique se contente de reproduire les stéréotypes de la propagande officielle d’État » (p. 77), elle repose néanmoins sur « une approbation générale de la propagande patriotique orchestrée par les institutions d’État ainsi que du rôle du gouvernement dans le renforcement de la nation » (p. 67). La critique sur le monde social porte ici sur l’insuffisance de la mise en œuvre du nationalisme d’État : « pas assez d’efforts d’éducation patriotique de la jeune génération, pas assez de sévérité pour imposer le respect des “valeurs traditionnelles”, etc. » (p. 76). Ce type de discours est porté par des « personnes en réussite sociale » (p. 75). Selon Karine Clément, ces dernières sont peu enclines à critiquer l’État puisqu’elles considèrent vivre bien.

L’analyse porte ensuite sur la critique sociale ordinaire intellectualiste. Elle repose sur une vision du monde social qui dénonce « l’absence de reconnaissance des mérites intellectuels et moraux » (p. 90). Cette position traduit des formes de « racisme social » (p. 82). Méprisant « la masse inculte du peuple » (p. 90), elle accorde « une valeur plus grande aux personnes se mouvant dans la sphère de l’esprit et de la morale, alors que sont dépréciées les personnes accordant trop d’importance au matériel, que ce soient les “nouveaux riches” […] ou les plus pauvres » (p. 92). Cette critique sociale ordinaire s’adosse à une glorification de « la nation magnifiée, auréolée du mythe de la grande culture russe et de l’intelligentsia aux valeurs morales et spirituelles supérieures », opposée au « crypto-patriotisme » revendiqué par les « hourra-patriotes zombifiés » (p. 82). Cette critique sociale ordinaire apparaît dans les discours des personnes qui se considèrent comme « intelligentnye ». Cette catégorie, peu définie par l’autrice, renvoie à « un mélange de culture, intelligence et bonnes mœurs » (p. 86).

La critique sociale de bon sens est présentée comme « la principale nouveauté conceptuelle apportée par cette recherche » (p. 25). Elle prédomine chez les ouvriers, petits entrepreneurs, cadres d’entreprises industrielles, et provinciaux, quels que soient leur sexe et leur âge, et dont le point commun est de qualifier leur niveau de vie de bas ou de partager un « sentiment de déclassement social immérité » (p. 106). À partir d’une lecture de Arendt, Orwell, Gramsci et Latouche, l’autrice oppose au sens commun, « conformiste et empli de préjugés », le bon sens fondé sur « l’expérience sensorielle et corporelle » (p. 122). Rappelant sa filiation avec la conception du « matérialisme » défendue par Bruno Frère, Karine Clément souligne comment cette forme de critique s’inscrit « dans un monde matériel, incertain, immanent, en train de se faire, imparfait » (p. 24). La critique prend sa source dans des situations caractéristiques du lieu que l’on habite, comme « les routes cabossées, la cour d’immeuble défoncée, les vieilles dames qui vendent des champignons, les retraités qui font les poubelles, etc. » (p. 115). Du prosaïque, la critique s’étend ensuite au « commun élargi » (p. 17), en dénonçant l’absence de rémunération juste du travail, l’oligarchie et les injustices sociales. À partir de leur expérience de vie, les membres des classes populaires développent de manière autonome une critique sociale traversée par un « marxisme vernaculaire » (p. 119), qui dévoile les rapports d’exploitation (terme que, souligne l’autrice, les interlocuteurs n’emploient pas) sur lesquels repose l’ordre économique et social. Cette critique trouve son assise dans un nationalisme populaire, défini comme « un attachement au “peuple”, entendu comme le bas peuple ou petit peuple, dont le bien-être devrait être la préoccupation principale de l’État » (p. 95). Autrice de Ouvriers russes dans la tourmente du marché. 1989-1999. Destruction d’un groupe social et remobilisations collectives (2000), Karine Clément insiste sur « la radicalité du changement que constitue l’avènement de l’imaginaire d’un peuple commun » (p. 101), qui différencie la période contemporaine de celle des années 1990 caractérisées par le « chacun pour soi » et l’atomisation. Selon elle, la critique sociale ordinaire de bon sens est ainsi chargée d’un « potentiel émancipateur » (p. 113).

Le choix d’un texte court (146 p.) ne permet pas toujours de situer précisément les termes de certains débats académiques, en particulier sur la caractérisation du nationalisme russe et du projet patriotique du Kremlin, ou encore sur la distinction entre nationalisme et patriotisme. En outre, si la distinction analytique entre trois formes de critique sociale ordinaire est éclairante, leur articulation respective à l’idéologie d’État et à la politique de Poutine (notamment l’annexion de la Crimée en 2014 et la guerre du Donbass débutée la même année) pourrait être précisée. Le choix d’un texte concis ne permet pas non plus le déploiement de descriptions situées des personnes rencontrées et des conditions d’énonciation des discours. Si quelques verbatim sont cités dans l’ouvrage, la dimension ethnographique des entretiens apparaît peu à la lecture du texte. Aussi, contrairement à d’autres publications de Karine Clément1, les extraits d’entretien restent relativement décontextualisés et peu ancrés dans des configurations locales intelligibles pour le lecteur. L’intérêt essentiel de l’ouvrage réside dans le refus de se contenter des résultats des enquêtes quantitatives pour saisir le rapport au politique dans la Russie de Poutine et dans l’accent mis sur l’importance des enquêtes de terrain, en particulier au sein des classes populaires – même si, depuis le 24 février 2022, leur entreprise s’avère périlleuse.

Ronan Hervouet




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 18 juillet). Karine Clément, Contestation sociale à bas bruit en Russie. Critiques sociales ordinaires et nationalismes. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ft

  1. « Mobilisations sociales à Astrakhan. Une politisation terre à terre », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, 2017, p. 125-158. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search