Élodie Serna, Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe (1919-1939).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2021, 308 p.

La première partie s’ouvre sur un chapitre consacré à la castration masculine et accorde une large part aux skoptzy (scoptes), une secte chrétienne originaire de l’Oural, active tout au long du xixsiècle en Russie et en Roumanie. Elle disparaît ensuite progressivement au début du xxe, victime de la répression du régime communiste. Les skoptzy ne recouraient cependant à la castration volontaire (partielle, par ablation des testicules, ou complète, incluant le pénis) qu’après avoir assuré leur descendance. Élodie Serna ne s’attarde pas sur le fait que leurs pratiques rituelles avaient une dimension strictement mystique et purificatrice et qu’elles concernaient aussi bien les hommes que les femmes (ablation des seins et des grandes lèvres). On ne comprend donc pas bien comment ce cas s’intègre dans la globalité de l’ouvrage et permet d’éclairer le thème de la virilité, étranger aux considérations de la secte. S’il est question de virilité, c’est indirectement, dans les discours qui accompagnent l’oppression de la secte par les communistes jusque dans les années 1920. Les deux chapitres suivants, qui se placent dans le contexte de l’émergence et des progrès de l’endocrinologie des années 1900 à 1940, sont beaucoup plus convaincants. Ils abordent des pratiques que l’on se réjouit de voir si bien documentées, telles que les xénogreffes de testicules de singes ou des greffes testiculaires de donneurs humains, qui témoignent de la « survalorisation de la production gonadique masculine » (p. 47) par la communauté médicale de l’époque. La production séminale étant alors signe de vitalité, son économie devient l’objet de toutes les attentions, et l’on voit fleurir de nombreuses méthodes visant à accroître la force et l’endurance physiques, à stimuler les capacités intellectuelles et à retrouver la jeunesse. Des injections de broyats testiculaires d’animaux, de sucs et autres élixirs hormonaux, dont on attend des miracles, sont proposées. C’est dans ce contexte, où vitalité, génitalité et virilité sont étroitement liées, que l’œuvre du médecin Eugen Steinach, promoteur d’une vasectomie régénératrice, est analysée. Pour lui, les testicules ont deux fonctions, reproductive et hormonale, qui entrent en concurrence : faire baisser la première doit permettre de renforcer l’autre. Cette « réactivation chirurgicale du sexe » (p. 71) est abordée dans un troisième chapitre, où elle est opportunément mise en relation avec le contexte d’une société de la performance technique et industrielle dans les années 1920 et 1930. Selon l’auteure, la vasectomie serait une manière d’adapter le corps masculin aux exigences sociales d’efficacité de la vie moderne plutôt qu’un procédé contraceptif. Cette norme imposée conduit aussi à la définition corrélative de déviances et la chirurgie sexuelle investit le champ thérapeutique, par exemple dans le traitement de l’homosexualité, dont la cause est alors considérée comme somatique. L’étude de l’influence grandissante de la psychanalyse, qui vient tempérer le primat du physiologique sur le corporel, est également intéressante.

L’auteure propose une étude centrée sur la notion de virilité, qu’elle distingue de celle de masculinité en la définissant, par référence à Georges Vigarello, comme « idée d’une prétention noble et achevée de la performance de genre » (p. 11). Faisant sienne la thèse du mythe de la virilité, mais doutant du fait que cette dernière ait véritablement décliné au xxe siècle après avoir triomphé au xixe, l’auteure nous invite à examiner l’évolution de cette construction sociale. Cet objectif est éclairé par l’analyse des pratiques volontaires de stérilisation masculine dans la période de l’entre-deux-guerres en Europe et, plus particulièrement, en Grande-Bretagne, en Autriche, en Espagne et en France. L’ouvrage est divisé en trois parties, chacune composée de trois chapitres. Le premier mouvement est consacré aux chirurgies génitales, le deuxième à la vasectomie dans une perspective eugéniste et le troisième à l’usage contraceptif de la vasectomie.

La deuxième partie de l’ouvrage, qui se propose d’analyser le lien entre la stérilisation volontaire (la vasectomie exclusivement) et l’eugénisme, s’intéresse au glissement du thérapeutique à l’eugénique. Un chapitre est consacré à la vasectomie comme « arme de classe » en Grande-Bretagne, des années 1900 aux années 1930. Il aborde plus particulièrement le combat de médecins et de personnes militant – avec un succès mitigé – pour la légalisation de la stérilisation eugénique, qui montre que la société britannique est surtout soucieuse de contrôler qualitativement les classes populaires et d’enrayer ainsi la propagation du crime et des tares qui semblent menacer les intérêts de la bourgeoisie. Le cinquième chapitre est centré sur le lien entre stérilisation et réforme sexuelle. Il traite notamment du rôle majeur de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle (LMRS) et de son initiateur, Magnus Hirschfeld. On regrette les qualifications morales de l’auteure qui, en évoquant l’eugénisme natif de la LMRS, parle de « dérives eugénistes », ce qui ne témoigne pas d’une approche compréhensive pleinement contextualisée. Le chapitre permet néanmoins de découvrir l’œuvre d’Hildegart Rodríguez Carballeira, militante féministe, fondatrice en 1932 de la section espagnole de la LMRS, assassinée par sa mère en 1933, à l’âge de 19 ans.

Le chapitre 6 s’attache à l’étude de l’eugénisme libertaire en France, de la fondation de la Ligue de régénération humaine (LRH), en 1896, à la fin des années 1930. L’auteure affirme – sans doute un peu vite – qu’aucune étude en France n’a interrogé « la spécificité d’un eugénisme antiautoritaire » (p. 155). Au-delà du fait que cette assertion est discutable, on ne peut pas dire que les éléments qu’elle fournit soient très convaincants. Tout d’abord, parce qu’elle cède derechef à la tentation d’une condamnation morale forte de l’eugénisme néomalthusien qui fait obstacle à la saisie de son identité. Ensuite, parce que le fait de poser un tel schéma interprétatif conduit à ignorer les sources qui pourraient venir tempérer, voire contredire, les affirmations et les conclusions qui en sont tirées. Ainsi, la littérature néomalthusienne eugéniste est réduite à quelques auteurs (essentiellement Gabriel Giroud et Manuel Devaldès) et à quelques publications. Cela n’est en rien représentatif du caractère bigarré des œuvres et des positionnements personnels des acteurs du mouvement. Plus dérangeante, d’un point de vue historique, est l’exclusion de certaines sources philosophiques (l’utilitarisme) et scientifiques (le lamarckisme) essentielles pour comprendre le néomalthusianisme français, ici réduit à son seul fondement anarchiste-individualiste.

Élodie Serna pointe donc les contradictions de l’eugénisme néomalthusien et, ne voyant pas d’éléments explicatifs valides, à l’exception d’une lointaine filiation avec l’individualisme de Stirner dans L’Unique et sa propriété (1844), énonce des jugements décontextualisés. Ainsi, évoquant les utopies néomalthusiennes, elle considère par exemple qu’« [e]n tentant d’insérer une chimère dans le cadre du réel, les eugénistes transforment leur utopie en une idéologie moribonde. L’acte d’imagination a dégénéré » (p. 173). La question de l’eugénisme implique pourtant, afin d’être véritablement comprise dans son émergence, un travail de détermination des éléments de la cohérence interne des discours. Il est évident que, d’un point de vue contemporain, la perception que les sciences avaient il y a un siècle de la génétique nous paraît grossière et infondée. Mais pourquoi céder à la rétrospectivité ? Pourquoi également laisser entendre que les eugénistes néomalthusiens préconisent tous un eugénisme autoritaire, alors que même les plus radicaux, tel Charles Binet-Sanglé dans Le Haras humain, insistent sur son caractère irréductiblement incitatif, toute coercition étant contradictoire avec le but eugénique recherché ?

La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à une étude scrupuleuse et documentée des mésaventures des acteurs de la vasectomie clandestine en Europe. On suit ces derniers dans leurs pérégrinations au gré des poursuites pénales qu’ils subissent. C’est d’abord le réseau des « vasectomistes » autrichiens qui est étudié, ce qui permet de mettre en relation leur pratique avec le développement des études sexologiques viennoises (Krafft-Ebing, Freud) de la période. En Autriche, la propagande des techniques contraceptives étant interdite, la charge des conséquences de la sexualité repose essentiellement sur les femmes. La vasectomie apparaît donc comme un moyen pour les hommes de coopérer un peu. En 1933, des poursuites pénales vont contraindre les « vasectomistes » à déplacer leur activité clandestine en Espagne, ce qui est l’objet du chapitre suivant. Le dernier chapitre aborde l’affaire des « stérilisés de Bordeaux », en 1935, qui donne lieu à un procès au retentissement national mettant en lumière le rôle central de Norbert Bartosek.

L’ouvrage conclut sur le fait que les mesures eugéniques ont prioritairement ciblé les classes défavorisées et que toutes, en dépit de différences légères, ont pour but, en repensant la masculinité, d’améliorer simultanément la qualité humaine et le contrôle des naissances, ce qui étaye, selon l’auteure, l’« androcentrisme » des discours qu’elle dénonçait déjà en introduction. Le travail d’Élodie Serna est donc original par son sujet, il s’avère intéressant, notamment dans les première et troisième parties. Mais il cède parfois, dans sa deuxième partie, dont le choix de sources – notamment croisées – pourrait aisément être étendu, à une tentation critique où affleure une condamnation morale par principe qui nous semble devoir être écartée de l’étude historique.

Éric Hello


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search