Éliane Le Port, Écrire sa vie, devenir auteur. Le témoignage ouvrier depuis 1945.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps et lieux », 2021, 398 p.

En histoire sociale, les témoignages ouvriers ont souvent été considérés comme des sources propices à la reconstitution des parcours militants (Claude Pennetier et Bernard Pudal), à une meilleure connaissance d’univers professionnels ou encore comme des écrits reflétant des enjeux de lutte de classe (Xavier Vigna). S’inscrivant dans la lignée des ouvrages de sciences sociales retraçant l’histoire des voix ouvrières, Éliane Le Port fait ici un pas de côté en voulant recomposer l’expérience littéraire d’ouvriers devenus auteurs. De façon novatrice, son ouvrage se situe à la croisée de l’histoire des écrits ouvriers initiée par Michelle Perrot, Jacques Rancière, plus récemment Xavier Vigna, et de l’histoire des écrits littéraires, pensée notamment par Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard et Corinne Grenouillet. Nourrie par les travaux portant sur les rapports entre histoire et littérature, et contribuant à une réflexion sur les témoignages ouvriers, l’auteure cherche à appréhender les individus qui ont écrit sur leur vie, à cerner les raisons pour lesquelles ils ont débuté la pratique de l’écriture et ont souhaité publier leur manuscrit : en somme, elle entend contextualiser les expériences littéraires en milieu ouvrier en se fondant sur des témoignages qui ne soient plus uniquement cités pour leur valeur informative et/ou illustrative.

Pour répondre à ce faisceau de questions, elle a construit méthodiquement un corpus d’une centaine d’auteurs ouvriers et ouvrières – témoignant de secteurs professionnels diversifiés, même si les mineurs, les travailleurs de l’automobile, de la métallurgie et de la sidérurgie prédominent – dont les ouvrages ont été publiés entre 1945 et 20061. En outre, pour mieux comprendre les ressorts, les formes et les étapes de l’expérience d’écriture, elle a procédé à une enquête orale qui, au fil des chapitres, livre des données précieuses pour compléter les témoignages écrits.

Dès le chapitre 1, l’auteure nous plonge dans les trajectoires sociales, scolaires, professionnelles et politiques des ouvriers écrivains, qui sont autant de formes de socialisation susceptibles de développer des compétences d’écriture. Bien qu’elle note des temporalités variées et des différenciations selon les appartenances professionnelles et les générations, elle confirme surtout le plaisir de la lecture et son rôle dans les acquisitions culturelles et le processus de légitimation de l’acte d’écriture qui permettrait une « échappée sociale », notamment pour les individus nés avant les années 1930 (à cet égard, l’exemple du cheminement de Théophile Malicet est éloquent, p. 97-98).

L’entrée dans l’écriture prend des chemins variés : « le besoin de dire » son expérience de travail, sa pratique militante, ses traumatismes – liés à une exclusion politique, à un accident de travail ou à un licenciement économique dans un contexte de fermeture des usines – ne saurait masquer des pratiques – diversifiées et précoces – d’écritures d’usine. Les revues ainsi que les journaux d’usine sont à cet égard des espaces de diffusion de l’écriture ouvrière (Jacques Cottin et le journal de cellule de Tréfimétaux ; Henri Rollin et le courrier aux syndiqués ou Joseph Tréhel et La Tribune, p. 124). Pour illustrer le déclenchement de l’écriture, l’auteure s’appuie sur l’ouvrage de Marcel Donati (p. 138-143). Elle livre alors un bel exemple de son analyse à la fois historique et littéraire : en effet, elle identifie « les choix narratifs opérés par l’auteur », « les épisodes existentiels qu’il a privilégiés » et la mise en forme du récit pour montrer comment il construit la figure de l’ouvrier rebelle et celle du témoin écrivain capable de « dire la vérité, dire le réel », parce qu’il est ouvrier et/ou porte-plume du groupe social, et de jeter un regard critique sur le récit qu’il élabore. Ainsi, elle insiste déjà sur un processus crucial : l’appropriation de pratiques intellectuelles ou proches des méthodes historiques consistant à recourir à d’autres souvenirs de collègues, à des matériaux écrits syndicaux (Hubert Truxler), voire à des archives nationales (Marius Apostolo). En somme, l’enquête orale permet de dévoiler les « dessous » de l’écriture du témoignage : la confrontation de sources contribuant à une réflexion sur le récit en voie d’élaboration.

Dans le chapitre consacré à la recomposition des expériences, Éliane Le Port identifie les « matériaux d’écriture », que ce soient les notes – au travail et/ou sur le travail – écrites sur des carnets, calepins, carnets de bord qui facilitent le travail de remémoration, ou les sources militantes, telles que des rapports de réunion, voire des enregistrements d’interviews de collègues de travail (Nicolas Dubost). De la part des ouvriers, elle souligne le souci des archives ainsi que la prise de conscience d’un travail de préparation et de sélection des sources avant même l’acte d’écrire (une mise en ordre jugée complexe par Joseph Tréhel). Elle insiste à la fois sur la complexité des temporalités d’écriture et l’enchevêtrement de l’écriture militante et de l’écriture pour soi (Joseph Tréhel et Yves Dréheau, p. 185). Elle révèle une pratique d’écriture mentale au travail mais aussi – de manière paradoxale – une nécessité de mise à distance du lieu de travail pour pouvoir écrire, c’est-à-dire « retrouver l’inspiration et recomposer les scènes d’usines » (p. 188). Et en effet, à travers l’exemple d’Hubert Truxler, l’historienne démontre combien l’écriture façonne une double identité ; « celle de l’ouvrier qui observe le travail ; celle de l’écrivain dont ils ont intériorisé les pratiques et les représentations » (p. 190). On voit là le point crucial du travail d’Éliane Le Port : la construction d’une autre identité par l’écriture. Néanmoins, cela n’empêche nullement l’auteure d’analyser des dispositifs d’écritures collectives : celles qui sont produites au moment des grèves et consignées dans des journaux retranscrivant les débats entre ouvriers, auxquels s’ajoutent tracts et articles de presse qui sont autant de traces des événements, ou encore des enregistrements oraux, vecteurs permettant l’irruption de paroles ouvrières dans les écrits (Notre arme c’est la grève. La grève chez Renault-Cléon ; La grève à Flins de Jean Philippe Talbo ; Lip au féminin) ; celles qui, écrites dans le cadre d’un réseau d’ouvriers, sont fondées sur un long processus de lectures, réécritures et relectures (Le mur du mépris ; L’usine. Chronique d’une fermeture programmée) ; enfin, celles qui, écrites en collaboration, posent le problème d’« autérisation » des textes (p. 209).

L’autre défi relevé par l’auteure, c’est celui de comprendre comment les ouvriers écrivains se sont approprié les procédés formels et rhétoriques des genres littéraires. Ainsi, elle élabore une typologie de leurs choix textuels. Dans la première catégorie, elle regroupe des textes se référant à différents « rapports au temps » : les autobiographies affichant une généalogie ouvrière, se structurant autour du cadre social, professionnel et/ou de l’engagement politique et militant et s’apparentant à une forme de bilan ; les récits d’expérience, plus singuliers, focalisés sur un ou plusieurs épisodes de leur vie ouvrière ; les journaux caractérisés par une pratique d’écriture à la fois quotidienne et limitée dans le temps mais considérés comme des « traces mémorielles ».

C’est avec la deuxième catégorie, « le genre romanesque », qu’Éliane Le Port démontre avec le plus de force combien le « roman autobiographique », circulant entre fiction et autobiographie, invite à une double lecture. Elle se livre donc à une méticuleuse analyse des textes pour repérer les correspondances avec les expériences personnelles des auteurs et les paratextes ou dispositifs intertextuels. Mais surtout, elle note combien le recours au roman permet aux ouvriers et aux ouvrières « de mettre en scène des histoires d’amour et d’énoncer des désirs » (p. 233), ce qui souligne l’entrée « du corps et du désir sexuel dans la littérature ouvrière » et invite à une forme d’émancipation féminine ouvrière (voir l’analyse très convaincante du roman de Dorothée Letessier, p. 235).

Dans l’exploration de la troisième catégorie – l’écriture poétique –, elle confirme l’appropriation des règles de versification suivie d’une émancipation marquée par l’adoption de vers libres. De même, elle dévoile les modalités de la construction d’une présentation de soi en tant que poète à travers les dédicaces, les hommages rendus par d’autres poètes ou les récompenses obtenues dans les concours de poésie.

La dernière catégorie se compose des témoignages de groupe ou des écritures collectives, particulièrement ceux des années 1990 inscrits dans le contexte de la désindustrialisation. L’historienne démontre leur dimension patrimoniale à travers l’exemple de l’usine Tréfimétaux à Couëron. Elle réaffirme combien ces ouvriers écrivains « se font historiens » en réfléchissant au corpus de sources (écrites et orales), en pensant les événements, en discutant et corrigeant les écrits.

Après avoir procédé à une périodisation des publications de témoignages ouvriers dans le monde éditorial, Éliane Le Port répertorie le rôle des publicateurs, à la fois dans l’incitation à l’écriture puis dans l’aide éditoriale, notamment en mettant en valeur les réseaux porteurs, qu’ils soient politiques, littéraires et politiques, ou même religieux. C’est sans doute dans « les attentes des éditeurs » et dans « les formes de censure ouvrière » que le propos est le plus original. L’identification de demandes de corrections en dit long en effet sur les décalages entre les représentations des intellectuels sur la classe ouvrière et les propos émanant du monde ouvrier. Comme l’énonce Éliane Le Port, parfois ce sont des écritures ouvrières « sous contrôle » (p. 295), notamment lorsqu’elles ne coïncident pas avec les enjeux politiques des maisons d’édition, comme en témoignent les exemples d’Hubert Truxler, Louis Oury, Georges Navel ou Joseph Tréhel. Néanmoins, les éditeurs font émerger des ouvriers écrivains qui deviennent des porte-parole de leur secteur professionnel, tandis que leurs écrits deviennent des « idéal types du témoignage » : de ce point de vue, l’auteure livre une analyse instructive sur le type de collaboration mise en œuvre entre le mineur Augustin Viseux et Jean Malaurie, le directeur de la collection « Terre Humaine » aux éditions Plon (p. 300-301).

Au fil de l’ouvrage, et tout particulièrement dans le dernier chapitre, l’auteure aborde la question cruciale de l’articulation entre les identifications collectives et l’écriture singulière. Il semble que la singularité l’emporte et que le refus de l’écriture du je dans le monde ouvrier doive être (re)discuté. Que ce soit à travers les écrits transgressifs d’Hubert Truxler, les écrits dissonants d’ouvriers écrivains voulant se distinguer du monde ouvrier qu’ils décrivent et dont ils se désolidarisent par des perceptions négatives (Robert Piccamiglio et Louis Oury) ou même les écrits de travailleuses qui cherchent à s’émanciper des discours sur la classe ouvrière, en mettant en scène leur identité de travailleuse et de femme à la fois dans l’usine, au foyer et dans la société (Lip au féminin), l’irruption de la singularité est une donnée manifeste. Or, dans certains cas, ces écrits singuliers sur la vie en usine peuvent dans un premier temps être très mal perçus par les collègues de travail considérant que leurs auteurs n’ont pas respecté « les normes du collectif et les représentations du groupe ouvrier » (p. 348), en d’autres termes qu’ils ont rendu visible « le nous privé de l’usine » (p. 342), pratique ressentie comme une trahison. Abordée à la fin de l’ouvrage, la question de la réception des témoignages ouvriers dans le monde ouvrier lance donc une piste de travail particulièrement prometteuse, faisant écho à leurs modalités de circulation ou de non-circulation.

Au-delà du plaisir de lecture, l’ouvrage permet donc une immersion graduelle dans le monde des ouvriers écrivains. Il contribue à une histoire de la culture littéraire des travailleurs au xxe siècle et à une histoire sociale et culturelle « from below », peu pratiquée en France.

Nathalie Ponsard




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 10 septembre). Éliane Le Port, Écrire sa vie, devenir auteur. Le témoignage ouvrier depuis 1945. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fx

  1. Les références complètes des témoignages écrits sont indiquées aux pages 361-367 de l’ouvrage. Dans mon compte rendu, j’indiquerai uniquement les noms des ouvriers écrivains et/ou les titres des écrits. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search