Réponse à une note de lecture

Cyril Cordoba, Au-delà du rideau de bambou. Relations culturelles et amitiés politiques sino-suisses (1949-1989). Neuchâtel, Alphil, « Politique et échanges culturels », 2020.

Cyril Cordoba a souhaité réagir à la note de lecture de son ouvrage, publiée le 13 novembre 2021. Sans souscrire à ses objections, la rédaction a jugé légitime de lui accorder un droit de réponse.


Il est très agréable pour un jeune chercheur d’être lu, en particulier par des collègues dont l’expertise permet de mettre en perspective un travail de longue haleine tel qu’une thèse. Face aux panégyriques qui parsèment parfois les rubriques ‘Notes de lecture’ des revues spécialisées, les comptes rendus nuancés, qui permettent d’enrichir la pratique historienne, sont particulièrement bienvenus. Malheureusement, ce n’est pas le cas de la recension consacrée en novembre 2021 à mon ouvrage Au-delà du Rideau de Bambou, qui s’avère parsemée d’affirmations erronées. Plutôt qu’un droit de réponse, je souhaite apporter ici un certain nombre de rectifications en passant, par souci de brièveté, sur les approximations des évaluateurs, consistant par exemple à sortir des citations de leur contexte pour leur attribuer une autre signification1.

Je dois tout d’abord, sans vouloir me lancer dans des comptes d’épicier, m’inscrire en faux contre l’affirmation d’Antoine Kernen et Alexandre Mathys selon laquelle l’étude reposerait « essentiellement [sur] des archives officielles [soit] diplomatiques ou policières ». En effet, comme le soulignent eux-mêmes les auteurs quelques lignes plus haut, les sources provenant du Département politique fédéral/Département fédéral des affaires étrangères et du Département fédéral de justice et police (mobilisées avant tout dans la première partie du livre) s’avèrent tout aussi importantes pour mon propos que celles des associations d’amitié, des partis de gauche radicale, des intellectuel-le-s, militant-e-s et autres organisations prochinoises en Suisse, en France, aux Etats-Unis et en Belgique2. C’est ce qu’aurait révélé un examen plus attentif des notes de bas-de-page et de l’inventaire dressé en fin d’ouvrage (qui illustre la variété des ressources mobilisées, classées en vingt-trois catégories selon leur provenance).

Dans leur texte, les deux auteurs font également état d’une « politisation progressive » des associations d’amitié avec la Chine en Suisse. Or, le propos central de toute la deuxième partie de l’ouvrage consiste précisément à démontrer que celles-ci ne se sont jamais politisées, contrairement à ce que le discours dominant laisse entendre, mais qu’elles se sont simplement radicalisées. Les recenseurs se trompent également lorsqu’ils affirment que seuls les « partis de gauche » ont cherché à les contrôler, puisque cela reviendrait à ignorer la majeure partie du chapitre 6, qui explique comment d’autres acteurs, notamment économiques, ont cherché à tirer profit de la place stratégique occupée par les groupes prochinois sur la scène diplomatique à partir des années 1980.

D’autres erreurs d’appréciation s’avèrent d’autant plus problématiques qu’elles conduisent les auteurs à asséner des contre-vérités. Par exemple, à propos de la troisième partie de l’ouvrage, Kernen et Mathys expriment leur déception d’avoir découvert « quatre-vingts pages sur le thème de la Chine dans la culture occidentale ». Comment ne pas être embarrassé face à cette affirmation, compte tenu du fait que cette thématique, tout juste évoquée en introduction, occupe en réalité… trois pages et demi ? Le malaise persiste lorsqu’ils reprochent à l’ouvrage de ne pas mobiliser d’« extraits de productions littéraires de ces groupes prochinois », alors que l’intégralité du chapitre 7 repose sur l’analyse des publications des associations d’amitié et des mouvements maoïstes en Suisse.

De la même manière, les pages consacrées à l’écrivaine sino-belge Han Suyin (qui n’était nullement « sinologue », contrairement à ce qu’affirme le commentaire) pâtissent d’un jugement à l’emporte-pièce de la part des auteurs. En effet, loin d’ériger cette personnalité en figure représentative des milieux prochinois en Suisse, cet ultime chapitre propose au contraire de prendre du recul et d’examiner comment une personnalité internationale (se définissant elle-même comme une « global woman » (p. 209)) a incarné le mouvement d’amitié avec la Chine à travers le monde, hors du cadre strictement helvétique. La carrière de cette autrice, qui a récemment été l’objet d’un numéro spécial du Journal of Postcolonial Writing, s’avère donc bel et bien révélatrice des discours véhiculés par les « amis de la Chine » durant la Guerre froide.

À travers leur compte-rendu, les deux auteurs, travaillant au sein du même laboratoire de recherche de la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne, semblent donc regretter que l’ouvrage ne soit pas ce qu’il n’avait nullement l’ambition d’être : une étude de sociologie politique. Leurs reproches adressés au manque de données biographiques sur les protagonistes (qu’on retrouve pourtant en annexes de l’ouvrage) ne font nulle mention des parties méthodologiques de l’étude. Celles-ci apportent pourtant d’importantes précisions à propos des contraintes du travail historique sur les milieux prochinois, et expliquent mon renoncement à toute velléité prosopographique : réticences des acteur-rice-s à témoigner (m’obligeant à anonymiser leur témoignage et leur parcours) ; destruction systématique des documents internes du parti maoïste suisse ; refus essuyés auprès des Archives fédérales suisses pour obtenir des fiches de surveillance, etc. Rien non plus ne figure dans cette recension à propos de la conclusion générale de l’ouvrage, qui réfléchit justement au caractère « désincarné » (p. 297-300) de la notion d’amitié avec la Chine et aux difficultés de l’analyser à la lumière de parcours individuels.

Au final, on regrettera surtout qu’aucune évaluation du fil rouge de l’analyse – la caractérisation de l’amitié avec la Chine comme expression d’un système clientéliste transnational – ne soit proposée par les auteurs du compte-rendu. Je les remercie malgré tout d’avoir souligné « l’originalité et l’ambition du projet [qui] tranche avec l’approche très classique » des travaux existant sur le sujet, et je renvoie, pour une lecture plus détaillée de l’ouvrage, aux recensions réalisées par Paul Servais (Université catholique de Louvain) et Christian Jacobs (Humboldt Universität de Berlin) pour HSozkult/Infoclio et Traverse ; la version anglaise du livre est parue chez Routledge en juillet 2022.

Cyril Cordoba




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 24 septembre). Réponse à une note de lecture. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fy

  1. Ainsi, il n’est par exemple pas question dans l’ouvrage de « diplomatie chinoise “par le bas” », mais bien d’une « vision [historique] des événements ‘par le bas’, au plus près d’acteurs le plus souvent anonymes » (p. 25). []
  2. Il en est ainsi du chapitre 8, dédié aux voyages organisés par les associations d’amitié avec la Chine, qui repose sur un matériel archivistique très divers provenant de quatre pays (correspondance, films amateurs, enregistrements sonores, photographies, compte-rendus, matériel publicitaire, documents internes), mais qui n’est évoqué qu’à demi-mot à la fin du commentaire. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search