Isabelle Sommier, François Audigier et Xavier Crettiez (dir.), Violences politiques en France de 1986 à nos jours.

Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2021, 416 p.

L’ouvrage dirigé par Isabelle Sommier, avec la collaboration de Xavier Crettiez et François Audigier, est l’aboutissement de l’ANR Vioramil, financée de 2016 à 2019. Au cœur de ce projet de recherche transdisciplinaire se trouve l’élaboration d’une base de données recensant l’ensemble des faits de violences politiques de toute nature en France, de 1986 à 2017. Le point de départ de cette longue collecte de données est l’ambition de sortir l’objet polémique et spectaculaire des violences politiques contemporaines du champ des débats parfois stériles, des idées préconçues qui sont légion sur le sujet – pensons aux jugements à l’emporte-pièce sur un prétendu « ensauvagement » de la société – en reprenant l’analyse sur la base d’une quantification rigoureuse. L’objectif final, largement tenu par le livre, est d’en produire un panorama exhaustif et une analyse comparative tenant compte à la fois de la profondeur historique et des renouvellements de la sociologie politique.

D’où proviennent, tout d’abord, ces données ? C’est à partir d’un minutieux travail de dépouillement de la presse, souvent régionale, mais également des périodiques activistes, sites web et exceptionnellement des données de la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) auxquelles Nicolas Lebourg a eu accès en ce qui concerne l’activisme d’extrême droite, que les « codeurs » ont minutieusement rempli la base de données, qui compte près de 6 000 « épisodes » de violence, qui peuvent chacun renvoyer à plusieurs « faits » de violence (p. 20-23). Le codage distingue les différents types de violence (affrontements, agressions, attentats, assassinats, prises d’otages, séquestrations, destructions et obstructions), précise quels en sont les auteurs, classés en cinq familles (« idéologiques », « religieux », « séparatistes », « professionnels » et « sociétaux »), la date, le lieu, le type d’arme utilisée, les éventuelles revendications et victimes. À ce propos, si l’ouvrage décrit assez précisément les différentes catégories retenues, il aurait sans doute été utile de présenter la base et de reproduire un formulaire utilisé pour le codage. En outre, la base de données n’est pas (encore ?) accessible en ligne.

La première partie est une présentation en cinq chapitres de chacune des familles choisies. Il s’agit d’un nécessaire travail de remise en contexte et de description des spécificités historiques et culturelles de chaque ensemble. Ces chapitres introduisent d’emblée de grandes dissemblances et une hétérogénéité très remarquable entre les types de violences considérés : quoi de commun entre les actions démonstratives mises en œuvre par les « sociétaux » (qui recouvrent en fait les différentes mouvances de la lutte environnementaliste ou animaliste) et les attentats djihadistes ? Plus gênant à première vue, certaines des catégories retenues sont elles-mêmes fortement hétérogènes : les « idéologiques » rassemblent ainsi les mouvances de la droite et de la gauche radicales, dont le premier chapitre pointe pourtant les fondamentales différences ; les actes commis par les « religieux » regroupent les violences mises en œuvre par les catholiques fondamentalistes, notamment contre les cliniques pratiquant l’IVG ou les œuvres théâtrales ou cinématographiques jugées blasphématoires… avec les islamistes !

Ces remarques, quoi qu’il en soit, ne diminuent pas la portée des analyses, bien au contraire : elles pointent des difficultés inhérentes à l’exercice de la mise en série, de l’analyse quantitative des données. La réflexion sur les catégories, leur intérêt et leurs limites est du reste au cœur de plusieurs contributions, et c’est en partie pour cette autoréflexivité que l’ouvrage est riche d’enseignements. Jamais les questions de méthode ne sont éludées, en particulier les difficultés pour assigner une catégorie précise à certains actes violents (actes mafieux ou actions indépendantistes en Corse, p. 22) ou sur l’interprétation des chiffres (augmentation des agressions homophobes peut-être due à un effet de source au moment de la Manif pour tous car le contexte aurait pu faciliter les dépôts de plainte, p. 30). On regrettera en revanche, par moments, une mise en perspective trop rapide au sein de cette première partie, qui rend parfois difficile le repérage au sein des archipels formés par des groupes militants eux-mêmes très variés. C’est en partie le cas du premier chapitre, qui aborde les violences des « idéologiques » de la gauche révolutionnaire et de l’extrême droite, pour lesquels la continuité ou les ruptures avec des formes de violence préexistantes sont très rapidement abordées – sans doute par manque de place, les deux auteurs étant par ailleurs des spécialistes reconnus de ces deux champs. Comment, par exemple, différencier les diverses familles de l’extrême droite (altérophobes, néofascistes, ultra-droite, nationaux ; plus loin apparaissent les skins et néonazis, les réactionnaires…, p. 45) ?

Les deux autres parties sont comparatistes et transversales. La deuxième, qui s’intéresse aux modalités d’action, cibles et objectifs de la violence, permet de se repérer efficacement parmi les mille et une formes que peuvent revêtir les violences politiques. La réflexion permet de situer la violence en politique comme une ressource, sans être pour autant le fruit d’un pur calcul. L’analyse des revendications montre que certaines formes de violences, fortement ritualisées, renvoient davantage à des signaux destinés à visibiliser une cause (séparatistes corses ou animalistes) ou peser dans une négociation (violences liées à des actions syndicales) qu’à un hypothétique déchaînement nécessairement irrationnel auquel on les réduit souvent. La violence, alors maîtrisée, s’inscrit dans des économies liées à des cultures politiques et de contextes précis, qui peuvent aussi renvoyer à la nécessité de faire corps (cas des agressions de rue racistes pour les groupes d’extrême droite, p. 194, et plus largement p. 257) ou à la volonté de peser dans un débat local et de s’imposer face à la concurrence (cas des groupes séparatistes corses, p. 202). La létalité est marginale (3 % des épisodes violents ont occasionné un décès), malgré la brutalité du djihadisme ultracontemporain (p. 181). Enfin, l’analyse des revendications permet de renvoyer aux différents registres de justification des violences, parfois absentes mais nécessaires pour nombre de combats, dans l’idée de légitimer une forme de violence de moins en moins acceptée dans l’opinion.

La troisième et dernière partie, plus inégale, aborde la question des espaces et temporalités des violences, mais également les aspects matériels, notamment le domaine des armes (chap. 11). Comme le soulignent les auteurs, le choix des armes « apparaît un peu comme le thermomètre de la radicalité annoncée » (p. 271), parfois en adéquation avec la volonté d’afficher le refus des négociations ou l’ambition d’intimider, mais est aussi dicté par les contraintes matérielles ou les enjeux symboliques. Là encore, le langage de la violence est décrypté de différentes manières, selon les acteurs, le niveau de dangerosité perçu, le contexte : « l’arme n’est pas seulement un outil de destruction, elle est aussi un moyen de communication, propice à la construction de fantasmes d’effroi » (p. 272). Reflet donc des cultures militantes, de la volonté effective de blesser et/ou détruire et de la stratégie de communication plus ou moins consciemment élaborée. Les chapitres consacrés à la géographie et à la temporalité des violences, en revanche, tiennent moins leurs promesses en ce qu’ils peinent à dégager des variables communes applicables aux différentes familles. Il n’y a pas de réel tempo d’ensemble, et les cartes, plutôt décevantes, ne laissent rien apparaître de surprenant (conflits au travail situés plutôt dans les régions ayant connu une désindustrialisation importante, violences liées au rejet de la corrida dans le Sud-Ouest et en Provence, violences viticoles dans le Languedoc, etc.).

Le mérite de l’approche quantitative permet d’aller au-delà des événements médiatiques spectaculaires, pour scruter la réalité des violences politiques qui circulent aussi à bas bruit, encore présentes au quotidien de notre démocratie représentative, répondant à des logiques socioculturelles bien définies. Si aucune explosion contemporaine n’est remarquée, l’ouvrage pointe des recompositions en cours. D’un côté, les violences « idéologiques » restent présentes, mais évoluent : les groupes clandestins ou révolutionnaires, qui pratiquent l’attentat, voire l’agression et l’assassinat, déclinent, alors que les violences les plus courantes sont commises lors des manifestations, dont la base de données enregistre une croissance sensible à partir des manifestations contre la loi Travail (2016). Certaines formes de violences déclinent (violences commises sur les lieux de travail, ou par les séparatistes), tandis que deux types de violences politiques très dissemblables connaissent une forme de recrudescence : les assassinats menés par les djihadistes et les actes spectaculaires menés par les activistes environnementalistes ou animalistes (obstructions, dégradations de locaux…). La majorité des actes sont des dégradations matérielles, les atteintes aux personnes restent rares, mais on reste frappé par la constance et l’importance numérique des agressions commises par l’extrême droite, des atteintes aux personnes décrites comme « altérophobes », qui sont en fait des crimes racistes aux conséquences souvent dramatiques, mais peu médiatisées, tandis que les violences contre les forces de l’ordre, à l’inverse très médiatisées, sont finalement minoritaires.

Enfin, contrairement à trop d’ouvrages collectifs disparates, ce livre se signale par la rigueur scientifique remarquable de son ensemble. La riche introduction délimite précisément l’objet des violences politiques, pose le cadre du renouvellement de la sociologie des mouvements sociaux autour de la question des violences, aborde les concepts discutés (terrorisme, radicalisation), détaille la méthode. La conclusion réintègre la question cruciale de la réponse institutionnelle et répressive, qui influe sur la dynamique des violences elle-même, mais joue aussi un rôle dans la définition, et donc la compréhension et éventuellement la prévention des violences politiques – un volet qui, en France, d’après les auteurs, devrait être largement perfectionné. Complété par une bibliographie et un utile glossaire, cet ouvrage servira de cadre incontournable à d’indispensables monographies et études qualitatives touchant aux multiples dimensions des violences politiques contemporaines.

Grégoire Le Quang



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 24 septembre). Isabelle Sommier, François Audigier et Xavier Crettiez (dir.), Violences politiques en France de 1986 à nos jours. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search