Cole Stangler, La solidarité et ses limites. La CFDT et les travailleurs immigrés dans « les années 68 ».

Nancy, Arbre bleu éditions, « Le corps social », 2021, 281 p. Préface de Frank Georgi, postface de Laurent Berger.

« Au royaume du capitalisme, nous sommes tous des immigrés. » La phrase, prononcée par Edmond Maire, ancien secrétaire général de la CFDT, lors de son discours au meeting commun à la Bourse du travail le 10 février 1972, illustre l’apogée de l’engagement de la CFDT en faveur des immigrés dans l’après-Mai 68. Cette séquence est au cœur de l’ouvrage de Cole Stangler, journaliste et historien franco-américain, dont le livre issu de ses recherches de master à l’Université Paris 1 a été récompensé en 2019 par le prix du master/thèse de la CFDT.

Dans le sillage de travaux récents au croisement de l’histoire de l’immigration et de l’histoire du travail – notamment ceux de Laure Pitti, Vincent Gay, Anton Perdoncin –, l’ouvrage de Cole Stangler a la particularité de s’intéresser au rôle de la CFDT dans les luttes des travailleurs immigrés, complétant sur cette thématique les recherches déjà menées sur le syndicat1. Faisant le constat du faible nombre de publications sur l’immigration et le syndicalisme en France, Cole Stangler puise aussi ses références dans les recherches états-uniennes, autour de la « new labour history ». Dans son ouvrage, l’auteur se penche plus particulièrement sur la séquence 1965-1979, celle des « années 68 ». Cette période a marqué pour la CFDT un tournant vers la déconfessionnalisation, mais aussi en faveur de l’autogestion, du socialisme et des luttes des immigrés, avec l’émergence de nouvelles revendications, jusqu’au tournant dit « réformiste » de 1979.

Cole Stangler s’appuie sur un solide travail mené à partir de sources variées provenant des fonds de la CFDT : les sources syndicales des archives confédérales, tels les documents des congrès et les rapports d’activité, la presse confédérale, les archives fédérales, départementales et locales. Ces sources sont complétées par l’étude de fonds d’archives de la CGT, des rapports issus des conférences sur l’immigration, des fonds du groupe des Cahiers de Mai à la Contemporaine, des films de l’INA et des entretiens « avec des acteurs et des actrices présents dans les conflits et dans les organisations » (p. 37), sur le déroulement et les enjeux desquels on aurait aimé avoir plus de détails.

L’auteur s’interroge sur les modalités de l’engagement de la CFDT en faveur des travailleurs immigrés et sur ses limites, à partir de trois axes principaux : « le discours, les représentations et l’action », avec la volonté d’analyser l’implication de la CFDT à différentes échelles. L’argumentaire, s’inscrivant dans les champs de l’histoire sociale et de l’histoire politique, saisit le fonctionnement de la CFDT de la « base » jusqu’au niveau le plus élevé de la confédération. Néanmoins, l’auteur récuse tout engagement pyramidal du syndicat pour la cause immigrée, lui préférant la comparaison avec le modèle du « sablier », illustrant une plus forte implication perceptible à la base et dans les « hautes sphères de l’organisation cédétiste » (p. 221).

L’ouvrage se divise en six chapitres, retraçant l’engagement de la CFDT dans la lutte des travailleurs immigrés de 1965 à 1979, de façon chronologique (chap. 1, 2 et 3), puis en descendant les échelles d’analyse, du niveau « intermédiaire » (chap. 4), à l’échelle de mouvements sociaux emblématiques et moins étudiés (chap. 5), jusqu’à une étude de cas du site de Renault-Flins (chap. 6).

Dans les trois premiers chapitres, l’auteur revient sur l’histoire de la CFDT depuis la déconfessionnalisation et sa création en 1965 lors du 33e congrès. C’est lors de ce congrès fondateur qu’une résolution consacrée aux travailleurs immigrés émerge pour la première fois en France, renforcée par celle de 1966. Ces résolutions conduisent à la création de « commissions de travailleurs immigrés » dans les Unions départementales (UD), d’une commission confédérale des travailleurs immigrés et à la mise en place d’un service des travailleurs immigrés au sein de la confédération, connu sous le nom de « Secrétariat immigrés ». Tandis que la « cause immigrés » devient centrale dans l’extrême gauche pendant ces années, le discours d’Edmond Maire précité du 10 février 1972 à la Bourse du travail marquerait l’apogée de l’engagement de la CFDT, fidèle alors à une politique tournée vers l’anticapitalisme, l’antiracisme et l’internationalisme. Ces mobilisations aboutissent notamment à la loi dite « antiraciste », en juin 1972, qui pénalise l’incitation à la discrimination, à la haine et à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe en raison de son appartenance raciale ou religieuse. De même, le droit syndical voté par le Sénat pour les étrangers en 1972, malgré ses limites, résulterait aussi de ces engagements. Alors que les circulaires Marcellin-Fontanet de février 1972 ont conduit à l’émergence des « sans-papiers », l’engagement de la confédération est plus nuancé, malgré de nombreux soutiens à la base. La suspension de l’immigration en 1974 marque un tournant ; aux côtés du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés) et d’autres associations, la CFDT critique l’interdiction du regroupement familial.

Dans les trois autres chapitres, l’engagement de la CFDT est analysé à différents échelons, à l’épreuve de la durée. La CFDT semble puissante dans les secteurs où les travailleurs immigrés ne le sont pas et faible dans ceux où ils le sont. Dans les années 1970, Cole Stangler distingue les grèves « traditionnelles » des conflits « non traditionnels » se déroulant hors de l’usine (p. 159). Soucieuse de mieux écouter les « oubliés de la classe ouvrière », la CFDT s’implique dans des luttes qui ne sont pas typiques du mouvement syndical, avec des revendications qui ne sont pas « classiques », comme les questions liées au logement ou à la réglementation. Selon l’auteur, ces grèves sont la manifestation d’une double identité, ouvrière et immigrée, alors que d’un point de vue démographique les étrangers occupent une place de plus en plus importante dans la classe ouvrière française. Au-delà du cas de Peñarroya, déjà étudié par Laure Pitti, Cole Stangler invite à saisir d’autres conflits moins connus, comme les grèves de Zimmerfer à Louviers, en février-mars 1973, et de Girosteel au Bourget, en février-mars 1972, qui avaient attiré les militants d’extrême gauche. Parmi les grèves qualifiées de « non traditionnelles », l’auteur s’intéresse aux grèves dans les foyers d’Oyonnax en 1971-1972 et à la grève de paysagistes maghrébins à l’entreprise Boidin, dans le département de la Marne, en 1973.

Dans sa conclusion, l’ouvrage de Cole Stangler souligne les difficultés auxquelles fut confrontée la CFDT pour syndicaliser davantage les ouvriers, tel le morcellement en multiples entreprises dans le secteur du bâtiment, où le syndicat parvint pourtant à jouer un rôle moteur, mais aussi l’investissement inégal de certaines fédérations, comme celle de la chimie (p. 219). Ces observations permettent de nuancer le propos et d’éviter toute généralisation sur les positions et sur l’engagement du syndicat. S’il fallait néanmoins tirer une conclusion générale, la CFDT se serait montrée flexible sur le terrain, se voulant « capable de modifier sa pratique pour mieux s’adapter aux besoins de la base et mieux écouter les “oubliés de la classe ouvrière” » (p. 162). Enfin, les documents en annexe de l’ouvrage aident à sa compréhension grâce aux listes de responsables de la CFDT, la mention des rassemblements clés, ou un graphique de la structure de la CFDT, complété par des documents iconographiques issus des archives.

Dans l’ensemble de l’ouvrage, les comparaisons entre la CFDT et la CGT au niveau revendicatif, poursuivies sur plusieurs chapitres, sont particulièrement pertinentes. La CGT prône par exemple la création d’un « statut de l’immigré », jugé peu utile par la CFDT. Cette dernière se distingue par certains combats : contre les « rayures racistes » lors des élections professionnelles (l’élimination des noms des candidats à consonance étrangère), en faveur des congés sans solde ou pour de meilleures conditions de logement dans les foyers. Les différentes catégories de conflits dressées par l’auteur lui permettent de nuancer son propos : la CFDT apparaît certes comme « la centrale pour les étrangers en lutte » – mais pour certains types de conflits –, tandis que la CGT conserve son hégémonie pour d’autres conflits, comme dans l’automobile et la sidérurgie, où les OS immigrés sont particulièrement mobilisés. Il est quelque peu regrettable que l’auteur n’ait pas pris plus de distances avec la catégorie des « nouveaux acteurs sociaux » utilisée par la CFDT pour regrouper pêle-mêle « les jeunes, les femmes et les étrangers » (p. 15).

Enfin, le climat des crimes et des violences racistes en France dans les années 1970, qui atteint son sommet en 1972, est restitué jusque dans les positions de certains syndicalistes en interne. La faible représentativité des travailleurs de nationalité étrangère parmi les cadres de la CFDT est présentée comme une limite à l’engagement du syndicat, et peut expliquer la difficile compréhension des conditions de vie quotidiennes des travailleurs immigrés, notamment en dehors de l’usine. L’approche intersectionnelle annoncée par Cole Stangler en introduction aurait néanmoins gagné à être davantage développée. Qu’en est-il des travailleuses étrangères ? Certes, les femmes étaient peu nombreuses dans le secteur du bâtiment analysé entre autres dans cet ouvrage, mais les travailleuses étrangères étaient présentes en plus grand nombre dans d’autres secteurs, comme dans la métallurgie. Leur position se trouvait au croisement de plusieurs dominations liées à leur origine, à leur genre et à leur statut social subalterne.

Soulignons cependant les perspectives majeures ouvertes par l’ouvrage de Cole Stangler sur les liens entre l’immigration et les syndicats et, plus largement, sur l’histoire politique de l’immigration au plus près des acteurs et actrices, atteignant par là son objectif de contribuer à l’étude de l’immigration comme enjeu politique en France.

Juliette Ronsin




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 24 septembre). Cole Stangler, La solidarité et ses limites. La CFDT et les travailleurs immigrés dans « les années 68 ». Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0g0

  1. Voir les travaux de Frank Georgi, dont : CFDT : l’identité en questions. Regards sur un demi-siècle (1964-2014), Nancy, Arbre bleu éditions, 2014. Lire le compte rendu []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search