Amin Allal, Layla Baamara, Leyla Dakhli et Giulia Fabbiano (dir.), Cheminements révolutionnaires. Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020)

Paris, CNRS Éditions, 2021, 352 p.

Produit dans le cadre du programme européen de recherche DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean), cet ouvrage rassemble une série d’analyses éclairant le Hirâk, produites par des chercheurs ayant déjà une solide expérience de recherches sur l’Algérie. En se fondant sur leurs travaux antérieurs, inscrits dans la durée, ils éclairent la genèse, la signification et la portée d’un mouvement qui a suscité la surprise, l’intérêt, voire l’enthousiasme, et s’est rapidement accompagné d’une floraison d’écrits, comme dix ans plus tôt le « Printemps arabe ».

Après une introduction qui indique l’orientation générale de l’ouvrage, qui axe sa réflexion sur l’impact d’un temps ou d’une dynamique révolutionnaires, sans téléologie (« Révolutionnaires sans révolution ? »), l’ouvrage se compose de dix contributions organisées en deux grandes parties. La première met l’accent sur les structures et les groupes déjà constitués (« Regards portés sur le hirak, un chemin à suivre ? Transformation des mondes, devenirs révolutionnaires observés à partir de mondes sociaux constitués »). La seconde rassemble des études interrogeant plus particulièrement les dynamiques de changement et leurs limites (« Au cœur du hirak, un monde en transformation ? Observer le mouvement et comprendre ce qui s’y joue, ce qui se répète et se renouvelle »). Il comprend aussi, intercalés de façon à entrer en résonance avec les textes principaux, huit encadrés, comme autant de fenêtres sur certains aspects du mouvement ou de pistes pour des recherches à venir à travers l’analyse d’une photographie de la danseuse classique Melissa Ziad, Arthur Asseraf propose ainsi de réfléchir sur les figures féminines mises en scène (p. 213). Une « chronologie indicative » détaillée (20 p.), et une bibliographie rassemblant l’ensemble des références citées fournissent d’utiles instruments de travail.

Les contributions croisent les champs disciplinaires (histoire, science politique, sociologie, anthropologie) et adoptent par conséquent différentes formes d’écriture. Elles proposent des interprétations qui peuvent varier, voire s’opposer. Cherif Dris, interrogeant la capacité de résilience du régime à long terme, inscrit sous une forme synthétique le Hirâk dans le cadre plus général de l’État indépendant, depuis 1962. Amar Mohand-Amer concentre son attention sur deux questions et propose d’éclairer le Hirâk à travers la valeur des élections, continument contestée depuis 1991, et la conviction inentamée de l’armée, depuis 1962, d’avoir une légitimité incontestable, en tant que seule garante de l’unité nationale. Nedjib Sidi Moussa, dont les travaux historiques ont porté sur les engagements radicaux des messalistes1, assume une lecture résolument engagée et critique du Hirâk. Il considère que le mouvement, interclassiste et s’affirmant porteur de paix (silm), en partageant les références identitaires du régime, soit une conjugaison d’islamité, d’arabité et d’amazighité, et en se fermant à une véritable perspective internationaliste, a rapidement perdu sa vigueur révolutionnaire. Une enquête de terrain menée entre 2009 et 2015 sur les pratiques de la mer et l’usage de ses ressources dans le parc national d’El Kala, où l’exploitation du corail est légalement interdite, mais de fait largement tolérée2, permet à Tarik Dahou de constater une érosion de la légitimité de l’État chez les habitants, qui le voient alterner répression et laisser-faire, reconnaître, voire encourager des pratiques qui offrent des ressources non négligeables à une partie de la population locale, et affirmer dans le même temps leur caractère illicite. Contre une lecture du système politique fondée sur le seul champ institutionnel, et n’accordant d’attention qu’aux effets de la rente pétrolière, Tarik Dahou engage à porter attention aux pratiques quotidiennes de résistance, aux transactions des citoyens avec les représentants de l’État, à l’économie morale en vigueur, et à prendre en compte l’impact de son respect (ou de son outrage) par l’État.

La plupart des contributions associent les résultats d’une longue recherche, antérieure au déclenchement du mouvement en février 2019, et souvent liée à la production d’une thèse ou d’un livre, avec des enquêtes réalisées en 2019-2020. Ces dernières permettent d’observer les changements qu’a produits la temporalité particulière du Hirâk, marquée par la régularité des manifestations et la perspective de changements, sinon d’une révolution. Dans la première partie de l’ouvrage, c’est le cas des enquêtes de Laurence Dufresne Aubertin, de Farida Souiah, de Layla Baamara et de Siham Beddoubia. À partir d’observations faites dans des quartiers populaires d’Oran et d’Alger (Bab el Oued), Laurence Dufresne Aubertin montre que les jeunes hommes des classes populaires ont accompagné le mouvement, qui leur ouvrait une occasion d’affranchissement ou de défoulement. Mais le caractère réglé des marches, les consignes de leur conserver une dimension pacifique, sans faire usage de la force, ont pu les lasser et ils ne s’y sont pas investis de façon organisée et durable.

Ayant observé la diffusion dans les médias de propos selon lesquels le mouvement du Hirâk aurait eu pour effet une diminution des départs des harrâga vers l’Europe, Farida Souiah a voulu vérifier leur pertinence et comprendre leur signification, une fois établi qu’on ne pouvait constater aucun impact du Hirâk sur les départs. Elle montre avec brio que leur circulation confirme la force de la figure du brûleur, symbole de la faillite du gouvernement de l’État, dans l’imaginaire collectif, et met en évidence sa capacité de mobilisation politique, ce qui rend dans un certain sens la rumeur « vraie ». Layla Baamara a observé la façon dont les militants engagés de longue date dans des mouvements de contestation politique ont appréhendé le Hirâk et les modalités de leur mobilisation. Elle montre que leur expérience de la répression et de la guerre civile les a rendus sensibles au risque que les marches ne puissent servir, au nom de la nécessité du maintien de l’ordre, à justifier l’instauration d’un régime dictatorial. Ils sont aussi soucieux d’éviter qu’elles ne soient l’occasion pour les islamistes de s’imposer et d’accéder au pouvoir. Car si, à l’échelle des dirigeants politiques, les rencontres entre opposants de gauche et islamistes sont possibles, dans les espaces militants, la distance demeure forte. La « puissance mobilisatrice du soulèvement populaire ne transforme [finalement] que marginalement les logiques organisationnelles habituelles » (p. 92). Siham Beddoubia analyse l’impact du Hirâk sur les syndicats autonomes, soit les syndicats sectoriels qui ont été fondés après 1990, en marge de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), la syndicalisation dans son ensemble étant faible en dehors du secteur public. Elle montre avec précision qu’ils ont été conduits à sortir de la neutralité politique pour se montrer prêts à contribuer à un processus de transition démocratique.

C’est aussi sur l’association d’une recherche de longue haleine et d’observations faites en 2019 que se fondent les contributions de Giulia Fabbiano et de Saphia Arezki. Giulia Fabbiano, qui a étudié l’héritage des luttes politiques des Algériens de France, a observé les manifestations organisées à Paris place de la République. Elle relate la constitution de différentes coordinations (avec comme ligne de partage la présence en leur sein des militants islamistes du mouvement Rachad) et note les tensions que suscite la présence du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK). Elle rappelle que la figure de la diaspora a remplacé celle de l’immigré et de l’émigré, avec une hétérogénéité sociale et une dimension transnationale nouvelles, et que l’action de cette diaspora, qui a ses logiques propres, n’est pas sans effet en Algérie.

Forte de sa connaissance de l’histoire de l’armée algérienne après l’indépendance3, Saphia Arezki conclut de l’observation des références au passé qu’on a pu voir ou entendre dans les marches, que celui-ci est avant tout convoqué pour célébrer les morts et les disparus des luttes passées. Ces références contribuent ainsi à la solidarité des manifestants et, indirectement, contiennent discrètement une dimension contestataire, par le seul fait qu’elles se démarquent de l’histoire officielle que le régime impose.

Les contributions que rassemble le volume ont en commun une attention fine aux contextes sociaux dans lesquels s’est développé le Hirâk et aux temporalités dans lesquelles il s’est inscrit, ouvrant à une mise en perspective avec les mouvements de 2011 et comprenant le mouvement à l’échelle de séquences temporelles plus larges – un temps du militantisme associatif, par exemple, où les années 1988-1991 comptent, par-delà la période de la guerre civile et les ruptures entre ceux qui ont soutenu l’interruption du processus électoral par l’armée en 1992 et ceux qui l’ont condamné. Centré sur l’Algérie et sur la question du potentiel révolutionnaire des protestations collectives, l’ouvrage aurait peut-être gagné à évoquer moins marginalement des mouvements sociaux et politiques contemporains, absents de la chronologie et peu présents dans les textes (il n’est fait qu’à peine mention des Gilets jaunes qui manifestent alors en France), en s’interrogeant sur de possibles interactions ou des parallélismes. Est-ce le reflet involontaire de la dimension nationaliste que Nedjib Sidi Moussa décèle dans le mouvement ? Ou une simple prudence méthodologique ? Quoi qu’il en soit, ce livre, par sa plurivocité et l’ancrage historique, social et anthropologique de ses contributions, est un précieux outil pour mieux comprendre les évolutions récentes de l’Algérie, sans clés de lecture simplistes ni détours.

Alain Messaoudi




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 24 septembre). Amin Allal, Layla Baamara, Leyla Dakhli et Giulia Fabbiano (dir.), Cheminements révolutionnaires. Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://lms.hypotheses.org/13964

  1. N. Sidi Moussa, Algérie, une autre histoire de l’indépendance. Trajectoires révolutionnaires des partisans de Messali Hadj, Paris, PUF, 2019. []
  2. T. Dahou, Gouverner la mer en Algérie. Politique en eaux troubles, Paris, Karthala, 2018. []
  3. S. Arezki, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne, 1954-1991, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search