Antony Kitts, Yannick Marec et Olivier Vernier, La pauvreté et sa prise en charge en France, 1848-1988.

Neuilly, Atlande, « Clefs concours », 2022, 323 p.

Ce manuel, destiné aux étudiants préparant le concours d’agrégation en sciences économiques et sociales, est organisé en série de chapitres-outils : les grandes lignes d’évolutions historiographiques ; des « Repères » retraçant la chronologie générale du sujet ; puis quatre thèmes spécifiques, organisés chacun de façon chronologique (ou, selon, chrono-thématique) – « La pauvreté et sa mesure dans la longue durée », « Formes plurielles et niveaux de secours : du privé au public » (portant surtout sur le traitement par les associations), « “Bons” et “mauvais” pauvres » (qui aborde notamment la sociologie historique de la pauvreté, les conditions de vie et les questions controversées de « culture de la pauvreté »), enfin « Enfants, vieilles et vieux » (sur la protection de l’enfance, les politiques natalistes et de vieillesse). S’ajoutent une chronologie ; vingt biographies (sur lesquelles il aurait été utile d’avoir la bibliographie correspondante) ; des cartes, graphiques et tableaux ; un petit glossaire ; enfin, la bibliographie.

L’exercice n’était pas des plus aisés, dans la mesure où le temps réduit de préparation accordé aux auteurs de ce type de manuels, ainsi que la subdivision en chapitres thématiques – certes adaptée à la préparation d’un concours – imposent de naviguer en permanence entre l’écueil des redites (ici réduites) et celui des différences (complémentarités ?) d’approches quand plusieurs auteurs se partagent la rédaction (ainsi pour la périodisation de l’après-1945, où Y. Marec propose un résumé de l’ouvrage de F. Vigier tandis qu’A. Kitts reprend celle que j’ai moi-même proposée au fil de mes travaux). On voit aussi affleurer, dans l’écriture comme dans les sujets et les exemples mobilisés, la patte des différents auteurs – pour deux d’entre eux historiens rouennais, pour l’autre historien du droit et niçois.

Le pari est cependant réussi, avec une réelle complémentarité dans les compétences, qui se traduit en particulier par une bibliographie d’une très grande richesse. L’ouvrage vient aussi combler un réel manque, dans la mesure où aucune synthèse n’existait encore sur le sujet pour la période allant de 1848 (Seconde République) à 1988 (loi sur le Revenu minimum d’insertion), et où les derniers grands travaux de synthèse en date étaient ceux d’André Gueslin, pour le XIXe siècle (1998) puis le XXe siècle (2004) – alors même que l’historiographie a largement évolué depuis. L’insertion d’une large sous-partie sur l’espace colonial, fait rare dans les travaux sur la pauvreté en France (quasi tous exclusivement centrés sur la métropole), est également à saluer.

On regrettera simplement que la multiplicité de chapitres conduise à éclater quelque peu la chronologie générale, donc à la rendre moins lisible. Le plaidoyer des associations de solidarité est assez peu abordé, de même que n’est pas centralement conceptualisé leur rôle (très important) dans l’évolution des dispositifs publics. Nonobstant, il s’agit d’un véritable outil, promis à servir bien après ledit concours.

Axelle Brodiez-Dolino



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 10 octobre). Antony Kitts, Yannick Marec et Olivier Vernier, La pauvreté et sa prise en charge en France, 1848-1988. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0g2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search