Chantal Dhennin-Lalart, Ravages et héritages de la Grande Guerre. 1900-2020. Un secteur de la zone rouge, d’Armentières à Lens.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2021, 397 p. Préface de Xavier Boniface.

Cet ouvrage est issu du travail de thèse de Chantal Dhennin-Lalart, soutenu en 2015 et intitulé initialement « Vivre, survivre et revivre sur le front nord-occidental : Illies et le canton de La Bassée durant la Grande Guerre ». Il propose une approche micro-historienne d’un territoire – Les Weppes – situé à l’ouest de Lille, entre Armentières et Lens, qui fut occupé d’octobre 1914 à octobre 1918 par les troupes allemandes et alliées et qui reste encore aujourd’hui marqué dans son paysage par la guerre. C’est par le prisme de cet espace géographique restreint que la guerre de 1914 et ses conséquences sont envisagées.

C’est donc l’histoire de ses habitants, de celles et ceux qui y vécurent, s’y battirent ou s’en exilèrent que l’auteure cherche ici à reconstituer. Mais c’est aussi le poids d’une guerre surmontée tardivement qu’elle cherche à mesurer en remontant la chronologie du début du XXe siècle jusqu’au début du XXIe, quand commence la vague de commémorations du Centenaire de la Grande Guerre.

L’histoire des Weppes durant et après la Grande Guerre fut-elle différente de celle vécue ailleurs sur le front occidental ? Comment la guerre s’inscrivit-elle vingt ans, soixante ans, cent après dans le territoire et dans les souvenirs familiaux ?

Pour répondre à ces questions, Chantal Dhennin-Lalart s’est appuyée sur un imposant corpus d’archives publiques, privées et orales, majoritairement centré sur la période 1914-1936 et notamment sur des écrits du for privé d’habitants. Ces derniers témoignent de la grande familiarité qu’avait l’auteure avec ce territoire. Née après la Seconde Guerre dans un petit village des Weppes, Chantal Dhennin-Lalart a en effet, dès les années 1970, entrepris de collecter les témoignages à Illies de celles ceux qui avaient vécu le conflit. Elle a par ailleurs publié plusieurs livres sur l’histoire de son village et sur la Grande Guerre à Illies, comme Illies, lieu de mémoire de la Grande Guerre ou sur Léon Bocquet, romancier particulièrement cité dans le cadre de cette thèse, avant d’entreprendre cette étude plus large sur les Weppes. Elle a en outre contribué à la naissance de « Weppes-en-Flandres », créé en 1992 pour fédérer les associations historiques locales. C’est donc une historienne du terrain et de terrain qui entreprit dès 2005 ce travail plus large sur les Weppes, qui s’appuie sur des sources classiques (archives administratives et militaires) et des sources privées inédites, comme le témoignage de François Rucho, les lettres de soldats britanniques et allemands ayant combattu dans ce secteur ou la correspondance des frères Verly, mobilisés en 1914 et qui échangèrent durant toute la guerre avec leurs proches.

Dans cette monographie, Chantal Dhennin-Lalart s’est attachée à une toute petite partie du front, moins connue que le secteur de Verdun ou de la Somme, pour l’étudier le plus finement possible, des deux côtés du no man’s land. L’étude débute vers 1900. Un court premier chapitre interroge d’abord la géographie du pays de Weppes, qui eut une incidence déterminante sur l’invasion rapide en 1914 et sur la longue occupation, jusqu’en 1918. Le talus des Weppes, sur lequel était situé l’axe de la RN 41, s’avéra essentiel : l’armée allemande se positionna sur les crêtes et les Alliés en contrebas dans les fonds de vallée de la Lys. Le terroir agricole du canton, formé de limons fertiles, portant une agriculture prospère, fera vivre aussi pendant la guerre les soldats occupants et leurs chevaux ; quant aux industries, les Grandes Usines Delerue, qui fabriquaient du collodion nécessaire à la confection des matières explosives des obus, elles expliquent aussi l’emprise allemande sur ce secteur. Enfin, le réseau de communication performant (voie fluviale, route Lille-Lens, nœud ferroviaire) incita aussi les occupants à verrouiller le canton et ses axes de passage. L’auteure montre ainsi à quel point une bonne compréhension des caractéristiques géographiques du pays de Weppes détermina les formes d’occupation. Hormis quelques rudes combats à La Bassée en 1914, à Neuve-Chapelle et Festubert en mai 1915 et sur la Lys, ou dans le cadre de l’opération Georgette en 1918, le front se maintient là, entre Armentières et La Bassée, jusqu’en 1918. Les militaires ne furent donc pas confrontés de manière permanente à la violence des combats dans ce secteur du front, comme en témoigne le nombre de jours effectifs de combat calculé par l’auteure, qui s’élève seulement à une centaine, pour une présence totale de 1 563 jours.

Les quatre chapitres suivants abordent ensuite la guerre et analysent l’occupation du terrain, le vécu des civils et des soldats. Pourquoi tant de nations se sont opposées dans ce secteur et comment ont-elles vécu cette expérience ? Les besoins toujours croissants en hommes et en matériel ont nécessité l’appoint des territoires coloniaux et de volontaires venus d’Afrique du Nord, d’Irlande, de Turquie, mais aussi de territoires plus éloignés, comme l’Océanie, les Indes, le Canada et les États-Unis. Ils ont permis la mise en contact et le brassage dans cet espace restreint du front de toutes ces populations. La guerre de masse a en outre entrainé de nombreux morts et permis l’expérience de la perte aussi bien chez les combattants que dans les familles des soldats mobilisés. Grâce aux témoignages des habitants et aux archives allemandes, l’auteure restitue les difficultés économiques subies par les soldats allemands et perceptibles aussi par les civils occupés. Elle nuance au passage la verticalité de l’occupation allemande pour insister sur les interactions entre occupants et occupés et les relations correctes et réciproques établies. Cela contraste avec les témoignages de la zone britannique, qui soulignent davantage l’interdiction des attroupements, l’obligation de posséder des sauf-conduits pour se déplacer et l’affaiblissement des compétences traditionnelles des préfets et des magistrats.

On comprend ainsi peu à peu comment chaque habitant des Weppes, civil ou militaire, a vécu diversement cette période. Un des points communs de ces expériences fut le sentiment de vulnérabilité ressenti par tous : par certains mobilisés heureux d’être blessés pour passer un mois, deux, voire plus, dans les hôpitaux où la vie pouvait reprendre doucement ; par les femmes qui devaient tenir leur place face aux soldats occupants ; par les enfants obligés de travailler ; jusqu’aux vieillards emmenés durant le long exode vers le sud de la France. Cette impression de vulnérabilité se meut peu à peu en indifférence aux soucis des autres. Cette forme de préservation personnelle est un des éléments qui ressort de l’analyse des comportements observés durant la guerre.

Les chapitres qui suivent questionnent la sortie de guerre, côté français principalement, et la reconstruction. La Première Guerre a-t-elle constitué une rupture ou une continuité avec l’ordre ancien, s’interroge Chantal Dhennin-Lalart ?

Après la guerre, les femmes et les soldats démobilisés reprennent leurs vies familiale et affective, parfois chamboulées par le deuil et les mutilations de guerre, tandis que les anciens cadres politiques animent à nouveau le canton ; rien ne semble donc changer. Pourtant, la première transformation visible est d’ordre démographique, car les habitants ne sont revenus en 1922 que dans la proportion des deux tiers et qu’entre-temps, de nouveaux venus se sont installés, souvent des ouvriers intéressés par la reconstruction, donnant l’illusion d’un territoire presque revenu à son niveau démographique d’avant la guerre. Le second changement est économique, car les fabriques, pour l’essentiel, n’ont pas été reconstruites. La guerre reste par ailleurs présente dans le paysage par les alignements de blockhaus, la présence de cimetières militaires qui se pérennisent et l’érection de monuments aux morts communaux. Comme ailleurs, le relèvement du territoire et lié à son degré de dévastation. Au niveau politique, les anciens dirigeants réussissent à retrouver leur pouvoir et leurs places. La démobilisation psychologique, quant à elle, est plus difficile à saisir et l’intensité du deuil impossible à mesurer, faute de sources.

Dans un bref dernier chapitre, l’auteure interroge enfin le prolongement de la guerre jusqu’à nos jours. Cet aspect est notamment abordé à l’aide d’un échantillon de journaux spécifiques : un bulletin paroissial religieux (L’Écho d’Illies), un autre de politique régionale (La Voix du Nord) et un dernier à caractère historique local (Autrefois), qui permet de mesurer les occurrences sur la guerre de 1914. La sortie de guerre s’est opérée en apparence rapidement dans les esprits, même si les traces sur le paysage, la société et l’économie sont durables. L’idée d’une guerre destructrice est très prégnante, même si on n’en parle pas.

La sortie de guerre des soldats étrangers ayant servi en Weppes est par contre très peu abordée. Leur présence passée resurgit pourtant brutalement dans les années 1990, à la faveur des recherches menées par des chercheurs australiens et français à Fromelles, et surtout en 2008, avec les fouilles archéologiques entreprises près de Pheasant Wood, qui mettent au jour les corps de 250 soldats australiens et britanniques. La guerre reparaît alors et devient un motif d’aménagement économique et touristique du territoire, intégrant du coup le canton dans une forme de mondialisation : un nouveau musée, un parking, des aires de pique-nique, des circuits pédagogiques et des emplois sont alors créés.

L’auteure parvient finalement, à l’issue de cette étude, à intégrer le pays de Weppes dans les questionnements relatifs à tous les pays impliqués dans cette guerre. On referme l’ouvrage en se disant que le monde entier a combattu en 1914-1918 dans les Weppes et que toutes les formes d’expériences de guerre s’y sont concentrées : celles des civils réfugiés, parfois exilés, parfois occupés et soumis aux armées allemandes ou britanniques, comme celles des mobilisés, venus parfois de loin en pays de Weppes ou vivant parfois de loin cette guerre, car appelés sur d’autres fronts de guerre. Ce secteur moins connu du front fut un condensé pendant près de quatre ans du monde en guerre et reste marqué encore aujourd’hui dans son paysage par la présence de vestiges, de sépultures militaires et par l’inscription récente des communes dans les chemins de mémoire, ces itinéraires aménagés pour valoriser certains sites de guerre.

On referme aussi l’ouvrage en regrettant que la réadaptation du travail de thèse pour l’édition ait réduit fortement les premier et dernier chapitres, nécessaires à la compréhension pour l’un, des caractéristiques du territoire d’étude avant 1914, et pour l’autre, de l’impact laissé par la Grande Guerre sur le territoire et ses habitants. De même, on regrettera que les tableaux statistiques, trop nombreux, n’aient pas été placés en annexe et que les longs extraits de témoignages n’aient pas été écourtés. Au regard du manuscrit initial, les coupes effectuées peinent hélas à gommer des transitions parfois redondantes qui ralentissent la lecture. Pour finir, une réorganisation de la bibliographie et des sources auraient permis de mieux valoriser le travail titanesque de dépouillement mené par l’auteure, en mettant par exemple davantage en avant les enquêtes orales, qui occupent une place à part dans ce travail sur les Weppes, et les correspondances privées qui restituent le vécu des habitants occupés ; ces sources multiples disent toute la difficulté d’entreprendre un travail d’une telle ampleur sur cent ans.

Emmanuelle Danchin



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 10 octobre). Chantal Dhennin-Lalart, Ravages et héritages de la Grande Guerre. 1900-2020. Un secteur de la zone rouge, d’Armentières à Lens. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0g3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search