Britta Elena Hecking, Jugend und Widerstand in Algier. Alltagsräume im Kontext urbaner Transformationen. [Jeunesse et résistance à Alger. Des espaces du quotidien dans un contexte de transformation urbaine],

Bielefeld, Transcript, « Urban Studies », 2021, 272 p.

En se fondant sur l’exemple d’Alger, Britta Elena Hecking a voulu étudier les moyens d’action d’une jeunesse populaire dans une capitale du Sud, Alger, et sa capacité à résister à un État autoritaire prêt à se faire l’instrument d’une politique néolibérale. Son livre, qui reprend les éléments d’une thèse de doctorat préparée dans le cadre d’un programme sur les « lignes de fracture de la globalisation » (Bruchzonen der Globalisierung) à l’Université de Leipzig, sous la direction conjointe d’un géographe, Jörg Gertel, et d’un politiste, Rachid Ouaissa, se fonde sur une observation participante réalisée dans les milieux populaires de trois quartiers de la capitale, la Casbah, Bab el-Oued et Bologhine, entre 2009 et 2012, avec pour langues de communication le français, l’arabe (avec un interprète) et parfois l’anglais. Elle a été prolongée en juin 2019 par quelques entretiens téléphoniques à distance.

Dans l’introduction générale de l’ouvrage, Britta Elena Hecking rappelle l’importance des jeunes parmi la population algérienne (près d’un tiers de la population d’Alger a entre 15 et 34 ans). Elle précise les critères définissant le groupe des quatre-vingt-sept personnes qu’elle a observées et interrogées (elles avaient entre 14 et 35 ans, étaient célibataires, vivaient chez leurs parents, sans situation professionnelle stable, et se reconnaissaient comme jeunes), en soulignant sa difficulté à évaluer la situation économique des familles. Elle a centré son étude sur la Casbah, un lieu symboliquement chargé, dont le contrôle a été âprement disputé depuis le XIXe siècle et l’occupation du pays par la France. Elle rappelle qu’elle a été le symbole de la ségrégation – elle concentrait au XXe siècle une population musulmane paupérisée – et de la résistance algérienne – elle a fourni après 1954 une base de repli pour les combattants du FLN, avant que l’armée française ne remporte en 1957 « la bataille d’Alger » en faisant usage des pires moyens : Ali la Pointe, tué dans la destruction à l’explosif de sa cache, y est aujourd’hui une figure de héros. Depuis l’indépendance de l’Algérie, son image est ambivalente : prestigieuse par son passé et sa centralité, elle reste un quartier pauvre, surpeuplé et délabré. Sa jeunesse a participé aux émeutes de 1988, ses habitants ont voté aux élections municipales de 1990 en faveur du FIS, qui y a imposé ses règles en matière de mœurs pendant la décennie qui a suivi, les étrangers au quartier ne s’y aventurant plus. Malgré l’effet de politiques de relogement dans des immeubles modernes de quartiers périphériques, la population est restée attachée au quartier. Britta Elena Hecking rappelle aussi le contexte politique général dans lequel elle a conduit son étude : celle d’un pays encore marqué par la mémoire de la guerre d’indépendance et par celle des violences de la « décennie noire », depuis laquelle le contrôle policier de l’espace public ne s’est pas relâché, mais a pris des formes nouvelles, contestées, comme l’installation de caméras de surveillance. Celle aussi de la perspective d’un projet urbain d’envergure, le Plan stratégique de développement d’Alger 2010-2029. L’hypothèse sur laquelle repose l’observation se nourrit des travaux d’Asef Bayat : ce serait à travers des résistances invisibles, quotidiennes, ordinaires que se manifesterait chez les jeunes l’expression d’un « droit à la ville », témoignant de changements discrets mais profonds1.

Le livre est écrit dans une langue simple et claire, avec à la fin de chaque chapitre un résumé du propos. Après un premier chapitre qui expose les présupposés théoriques du travail, une première partie, diachronique, se compose de trois chapitres respectivement consacrés à la période de l’occupation française (chap. 2), de l’indépendance (chap. 3) et aux évolutions depuis le début du XXIe siècle (chap. 4). Une seconde partie présente les résultats des observations de terrain, qui mettent en avant l’importance d’une capacité à tracer son chemin, à « naviguer » (c’est le terme utilisé par les jeunes) dans l’espace de la rue (chap. 5) ou dans des espaces semi-publics (maison de jeunes, bibliothèque, association de jeunesse) (chap. 6). Elle montre aussi la façon dont cette capacité de mouvement et d’affirmation de soi est mise en forme esthétiquement à travers des performances, arts martiaux (kung-fu), art du déplacement (parkour) ou danse urbaine (street dance) (chap. 7). La conclusion (chap. 8) propose une ouverture sur le mouvement du hirâk, dont la rapidité et l’ampleur ont suscité en 2019 la surprise, le texte s’achevant à la veille des confinements imposés par l’épidémie de la Covid-19 en mars 2020.

La mise en perspective historique est la partie la plus faible de l’ouvrage. La période de l’occupation française est présentée de façon très schématique, opposant les colons et les indigènes, sans considération pour les disparités sociales au sein des deux groupes, et oubliant qu’il y eut parmi les Français des voix pour critiquer les démolitions et les aménagements subis par la Casbah, par exemple celle de l’écrivain Eugène Fromentin2. L’utilisation de travaux historiques aurait permis de donner une vision plus fine des transformations de la Casbah, et de ses perceptions, que le seul ouvrage de Zeynep Çelik et les grilles de lecture de Franz Fanon et de Pierre Bourdieu3. Les chapitres sur l’évolution de la ville après l’indépendance sont aussi de seconde main. Ils soulignent des continuités dans la politique urbaine, entre la période coloniale et l’indépendance (une première opération de relogement des habitants de la Casbah avait été mise en œuvre en 1957-1960, avec la construction de la cité Climat de France), l’impact du tournant économique libéral, avec la construction du centre commercial de Riadh al-Fath, inauguré en 1985, symbole d’une consommation ostentatoire contrastant avec le mode de vie des habitants de la Casbah, et la réactivation de cette logique par le Plan Alger 2029, avec son centre commercial, son quartier d’affaires, ses infrastructures de prestige et sa prétention de faire table rase de l’habitat informel. Britta Elena Hecking rappelle l’importance de la solidarité de quartier (hûma) dans les mobilisations protestataires, en 2011 comme en 1988. Des opérations policières de destruction de constructions illégales ont ainsi suscité un mouvement de protestation dans la cité Climat de France, nouvelle Casbah. Elle rappelle l’enjeu symbolique de la figure des harrâga, dont le départ est vu comme l’expression d’une protestation indirecte4.

La seconde partie de l’ouvrage, fondée sur une observation directe des jeunes dans l’espace public, est plus intéressante. Elle met en regard deux espaces d’affirmation de leur capacité d’action : la rue, avec les vendeurs du commerce informel (dont la plupart sont des garçons), à la limite de l’illicite ; des lieux semi-publics, de bonne réputation, comme une maison de jeunes, une association ou une bibliothèque tenue par les sœurs blanches (leur fréquentation est mixte, les filles y sont nombreuses). Britta Elena Hecking dessine quelques portraits de jeunes vendeurs sur la place des Martyrs, qui montrent la variété de leur profil, au-delà du trait commun d’un attachement au quartier. Illégal bien que largement toléré, ce travail suppose une solidarité entre pairs, avec le sentiment d’un droit au respect, symbolisé par le vendeur ambulant Mohamed Bouazizi, héros et martyr de la Révolution tunisienne, qui s’est immolé après avoir été chassé et humilié par la police. Les jeunes qui fréquentent les lieux semi-publics qui leur sont destinés ont quant à eux soin de leur réputation et cherchent à acquérir des qualités qui leur permettront d’accéder à un emploi régulier. Les deux groupes ont cependant en commun de pouvoir trouver, dans un espace public qui permet une activité à la fois professionnelle/scolaire et de loisir, le moyen d’échapper au contrôle social de la famille ou du voisinage, et la perspective d’acquérir des revenus ou des compétences qui permettent d’accéder au statut d’adulte. Britta Elena Hecking note, à la suite d’Ananya Roy, le caractère ambigu de cette capacité d’adaptation : on peut y voir une force de résistance à un régime politique autoritaire, mais aussi l’intégration d’un modèle néolibéral d’auto-entrepreneuriat. Elle observe enfin la façon dont la pratique de différents modes d’expression corporelle est un moyen d’intégration sociale et de renforcement de l’estime de soi, les jeunes y trouvant la possibilité de percevoir un revenu complémentaire par l’enseignement ou la participation à des spectacles. C’est le cas pour un sport de combat depuis longtemps institutionnalisé comme le kung-fu, avec une salle d’entraînement qui n’est pas sans faire penser à la salle de prière d’une mosquée, pour des arts du mouvement nés au sein de groupes dominés comme la capoeira, le parkour ou la street dance, ou pour la danse qu’elle voit pratiquée dans le cadre d’une troupe d’amateurs dans une maison de jeunes de la Casbah, avec, dans ce cas, une mixité de genre et un brassage social, une partie des danseurs venant de quartiers plus résidentiels. Autant d’éléments qui lui semblent porteurs d’espoir.

Malgré certaines redondances, et des propos qui reposent parfois sur des présupposés et une sympathie pour l’objet plutôt que sur une véritable démonstration, les observations parfois très fines dont témoigne le livre offrent au lecteur un aperçu de la complexité des différentes lignes de conduite qui s’offrent aux jeunes des quartiers populaires centraux d’Alger, et des moyens qu’ils trouvent pour y faire leur chemin.

Alain Messaoudi




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 16 octobre). Britta Elena Hecking, Jugend und Widerstand in Algier. Alltagsräume im Kontext urbaner Transformationen. [Jeunesse et résistance à Alger. Des espaces du quotidien dans un contexte de transformation urbaine], Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0g4

  1. A. Bayat, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press, 2010. []
  2. E. Fromentin, Une année dans le Sahel, 1859, in Œuvres complètes,G. Sagnes (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1984, p. 196-201. []
  3. Au-delà de la monographie de R. Lespès (Alger. Étude de géographie et d’histoire urbaines, Paris, Alcan, 1930), plusieurs ouvrages auraient mérité d’être utilisés : J.-J. Jordi et J.-L. Planche (dir.), Alger, 1860-1939. Le modèle ambigu du triomphe colonial, Paris, Autrement, 1999 ; J.-J. Jordi et G. Pervillé (dir.), Alger, 1940-1962. Une ville en guerres, Paris, Autrement, 1999 ; Alger : lumières sur la ville, Alger, EPAU, 2002 ; C. Piaton et al. (dir.), Alger : ville et architecture, 1830-1940, Arles-Alger, Honoré Clair-Barzakh, 2016. []
  4. On pourra lire à ce propos la contribution de Farida Souiah au volume dirigé par A. Allal, L. Baamara, L. Dakhli et G. Fabbiano (dir.), Cheminements révolutionnaires. Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020), Paris, CNRS Éditions, 2021. [Note de lecture disponible sur ce carnet] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search