Annick Lacroix, Un service pour quel public ? Postes et télécommunications dans l’Algérie colonisée (1830-1939).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2022, 456 p. Préface par Omar Carlier.

Le livre d’Annick Lacroix, issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2014, se penche sur une institution qui, « ni école, ni police », incarne pourtant un des principaux visages de l’État colonial en Algérie : les postes et télécommunications (PTT). Il décrit la transformation de l’Algérie promptement reliée à la métropole : à la fin du XIXe siècle, Paris ne se trouve qu’à trente-six heures d’Alger, le courrier quitte la capitale le samedi soir à 20 h 45 et atteint Alger à 8 h le lundi matin (p. 90) : les PTT matérialisent cette ambition de jeter un pont sur la mer pour faire de la colonie nord-africaine le strict prolongement de la métropole. Annick Lacroix, dans une étude riche de vastes dépouillements d’archives, propose d’envisager toutes les dimensions de cette institution, sociales, culturelles et administratives.

Toute la dynamique de croissance des communications est enfermée dans une tension persistante entre la rapidité de constitution du réseau, indispensable outil de conquête puis de maîtrise du territoire, et les disparités spatiales, qu’il exagère ou auxquelles il donne naissance. Inégalités sociales et géographiques : au début du siècle, seuls 5 % de la population trouvent accès aux PTT (p. 117), l’Algérie souffre aussi de la comparaison avec la métropole : à la même période, les 603 bureaux algériens font pâle figure face aux 10 000 de la métropole. Les communications participent des particularités du développement du Maghreb tout entier, qui connaît les innovations technologiques du XIXe siècle sans la révolution industrielle qui l’accompagne.

Cet ouvrage, en interrogeant les visées d’un service public en situation coloniale, rend compte d’une tendance d’ensemble des sociétés maghrébines : les outils de la domination par excellence, comme les poteaux et fils du télégraphe qui matérialisent la souveraineté française, s’insèrent progressivement dans la vie quotidienne des Algériens, qui jouissent, petit à petit, de ses usages. De service public pour privilégiés, dont les noms (français) figurent dans les annuaires téléphoniques, sorte de bottin mondain des PTT, ces moyens de communication deviennent un instrument répandu dans les campagnes, où les migrations des Algériens se multiplient et où les besoins de rester en contact avec son village d’origine et sa famille sont plus instants. À la fin de la période étudiée, Annick Lacroix peut parler d’une « banalisation des échanges postaux » (p. 313), transformation qui se décline en aspects administratifs, culturels et sociaux que nous détaillerons avant de conclure sur la question des sources.

La croissance d’une administration algérienne

Les PTT offrent une entrée privilégiée dans les processus d’étatisation de la société algérienne, qui, alors soumise à la souveraineté ottomane, voyait un État constitué surtout autour des grandes villes côtières. Dans la lignée d’autres monographies1, ce livre montre les logiques contradictoires de croissance d’administrations dont le modèle, importé de métropole, connaît des traductions originales face aux besoins du milieu local. Cette algérianisation progressive de la poste se manifeste aussi dans la répartition et le statut du personnel multinational, au départ détaché des cadres métropolitains puis recruté sur place, obéissant alors aux lois spécifiques d’un cadre algérien.

Cette étude s’inscrit dans une discussion historiographique déjà riche sur l’assimilation juridique de l’Algérie à l’espace français : les trois départements d’Afrique du Nord font toujours l’objet d’un régime dérogatoire pour chaque loi, par décision du législateur à Paris mais aussi par désir d’autonomie du gouvernement général. Sous la IIIe République, quand les PTT sont officiellement rattachées à la métropole, le gouvernement général souhaite conserver ses pouvoirs budgétaires et n’admet pas d’être réduit au rôle d’un préfet. Cette autonomie se prolonge par les prérogatives déléguées, après 1900, aux municipalités, puis par le retour d’un service central algérien en 1919. Ces marges de manœuvre étendues expliquent une particularité de la croissance de l’État colonial au Maghreb : le déficit de plus en plus prononcé dans l’entre-deux-guerres est « assumé » et, alors que tous les domaines des politiques de l’État se trouvent ramenés à des limites prudentes, les PTT sont un des services publics en croissance constante, au motif de construire un « pays neuf » (p. 192). L’État colonial sélectionne ses priorités selon la conviction persistante, plus ou moins explicite, d’occuper un pays constamment menacé par la guerre. Les PTT y seraient un atout stratégique de premier ordre ; l’État tient également aux constructions somptuaires des grandes postes des villes, qui veulent donner à l’Algérie coloniale son visage moderne et triomphant.

Annick Lacroix explicite le lien entre organisation administrative et intégration des agents algériens dans ce service public – un des rôles, avec celui d’usager, où apparaît la population locale. Le lecteur est frappé par plusieurs spécificités algériennes : la fonction publique est organisée d’une manière homogène à la métropole, tout en restant assortie de primes destinées à attirer, notamment pour les grades les plus élevés, des fonctionnaires français. À côté de ces « oiseaux de passage » (p. 74), l’essentiel de l’administration est composé d’un « cadre local » où, d’une manière plus prononcée que dans des protectorats plus discriminants, les Français d’Algérie et les Algériens musulmans et juifs se mélangent. En conséquence, dans les premiers temps de l’administration algérienne, le clivage salarial tient moins à la nationalité qu’à l’origine géographique. Le mouvement démographique d’algérianisation des cadres (85 % des fonctionnaires relèvent du cadre local en 1918) entraîne logiquement leur fusion et la France n’a plus besoin d’importer une administration, trouvant sur place des ressources suffisantes en postiers français. Ceux-ci représentent un échelon intermédiaire dans la hiérarchie d’une société coloniale, entre les Algériens musulmans et les Français originaires de métropole, position qu’ils déplorent.

Cette brève imbrication entre hiérarchie raciale et hiérarchie sociale ne doit pas faire oublier, comme le rappelle l’auteure, que les fonctionnaires dits « indigènes » occupent uniquement les marges de l’administration. Leur travail est intérimaire, leur rémunération aléatoire et ces infirmités cumulées expliquent leur relative « invisibilité » (p. 251) dans les archives. L’esprit dépensier des PTT se concentre de surcroît sur les villes et les contraintes de rentabilité s’exercent ensuite sur l’Algérie rurale et les communes mixtes, qui accueillent une majorité d’administrés algériens. Il faut attendre les années 1920 pour que les Algériens deviennent des « usagers à part entière » (p. 354), non du fait d’un effort des PTT mais de la revendication et de la diffusion de l’usage de ces techniques parmi eux.

Les mondes des PTT : la diffusion heurtée du salariat et des usages épistolaires

Monographie exemplaire de service public, l’ouvrage d’Annick Lacroix ne se limite pas aux logiques internes de l’administration, mais cherche à saisir, dans la limite des archives disponibles, les contacts « au guichet ». Une série de mutations sont perçues au long cours, mais leur creuset est l’entre-deux-guerres, quand les usages de la poste se répandent parmi une population où la scolarisation des élites algériennes progresse : les « filles d’imams, de postiers ou d’instituteurs » (p. 317) sont les nouvelles venues de la poste. L’analphabétisme pèse sur la population algérienne, mais ce lourd couvercle ne signifie pas l’absence d’usages épistolaires, comme l’auteure le rappelle justement : par l’aide d’un intermédiaire, plus ou moins officiel comme l’écrivain public, d’un interprète ou d’un ami, tous les Algériens peuvent indirectement prendre la plume.

L’autre obstacle est la pauvreté : pour les classes populaires, algériennes ou européennes, le télégramme coûte deux journées de travail à la fin du XIXe siècle. La démocratisation est lente mais continue : le temps postal donne la mesure d’un temps unifié (l’auteur prolonge ici les recherches d’Omar Carlier), la financiarisation des économies, par le mandat postal, progresse également, même si elle concerne d’abord les Européens. La langue arabe reste une butte : prudente sur l’évaluation du nombre de lettrés arabophones à l’époque, l’auteure recourt à des traductions de la presse pour montrer l’impossible accès de l’arabe au statut de langue postale et son inadéquation aux procédures décidées par les PTT. Cette hégémonie du français dans l’administration contraste, là encore, avec la situation des pays de protectorat. Cette discrimination n’empêche pas la poste de devenir l’affaire de tous et de faire l’objet de revendications ou de critiques dans la presse arabophone.

En plus de cette dimension d’histoire culturelle, le livre s’engage dans une histoire du travail, indispensable quand on apprend que la poste est, derrière l’enseignement, le principal employeur de l’État algérien en 1902. Celle-ci est attentive à la féminisation du métier, par les Françaises d’abord, Algériennes plus timidement par la suite, qui occupent des fonctions subalternes de « dame employée ». Les agents algériens, plus lettrés mais non diplômés, vivent un peu mieux qu’un ouvrier et un paysan et jouissent d’une forme de stabilité, malgré la brièveté des carrières. Le labeur reste difficile : dix heures par jour de tâches manuelles, debout, mal payées. Les carrières décousues relativisent l’idée d’un salariat administratif protecteur. La rupture des années 1930 est ici minorée par l’étendue chronologique du livre, qui s’arrête en 1939 : la conflictualité sociale qui oppose de plus en plus Algériens et Français et la politisation des enjeux sociaux ne s’exaucent réellement qu’après 1945, quand de nouvelles garanties sont données aux agents dits « indigènes ».

Sources et questionnaires d’une histoire sociale de l’administration

Le livre d’Annick Lacroix convainc sans difficulté de la pertinence d’une histoire de l’administration, fenêtre sur les transformations d’une société. Il ne s’enferme jamais dans de seules questions d’histoire coloniale et témoigne d’un effort constant pour saisir les envers des télécommunications, malgré les contraintes des sources : usages vernaculaires perpétués, permanence du dromadaire et du cheval (plus rapides que le télégraphe jusque dans les années 1930), réseaux interpersonnels de correspondance sont évoqués. Ce livre est bien le produit d’une enquête en Algérie et donne à voir la richesse des fonds conservés sur place, dans les wilayas, mais l’auteure admet que le recours aux sources arabophones ouvrirait d’autres horizons. Dans ce cadre, les sources en arabe ne peuvent jouer qu’un rôle de contrepoint, à la « lisière de l’institution » (p. 29). Même en dépassant ses frontières, l’histoire d’une administration francophone ne peut trouver que des documents arabes de passage. Saisir les usages de l’écrit et de la communication par les Algériens exigerait de repartir de leurs préoccupations : pastorales et intellectuelles pour les savants oulémas, sécuritaires pour les caïds et les cheikhs, comptables et charitables pour les fondations pieuses… Ces sources appellent une réflexion sur leurs conditions de conservation et les institutions qui les produisent, autrement dit une tout autre enquête.

Annick Lacroix n’esquive pas ces questions et propose de nombreuses autres pistes pour compenser le manque de sources, qui revient avec régularité. Son approche nuancée permet de restituer une « constellation d’usages » (p. 177), dans un cadre chronologique et spatial particulièrement étendu. Il faut enfin souligner le mérite de cette ambition : tandis que les historiens multiplient les approches par le « local » ou par le « transnational », ce livre assume la dimension nationale de sa réflexion, féconde en résultats. La rupture technologique des PTT est nette ; elles incarnent une incontestable nouveauté de la période coloniale qui s’étend jusqu’au Sahara et donne une armature concrète à l’espace national algérien. Leur histoire montre une possibilité avortée pour le pays : le Sahara, carrefour avec l’Afrique occidentale française, aurait pu faire de l’Algérie un « espace de liaison entre la métropole et l’empire » (p. 292) en offrant au pays une vocation africaine transcontinentale. La conclusion d’Annick Lacroix est pourtant que la multiplication des communications n’a guère rapproché Algériens et Français2 et qu’elle a souvent, dans les rapports entre l’Algérie et le monde, enfermé le pays dans un face-à-face. À la fin de la période, 3 % seulement des communications de la population d’Algérie concernent un autre espace que la métropole ou les protectorats voisins. Ce couloir de communication s’apparente rapidement à une prison, qui offre aux Algériens un motif supplémentaire pour demander leur libération après la Seconde Guerre mondiale.

Antoine Perrier


  1. D. Lorcy, Sous le régime du sabre. La gendarmerie en Algérie, 1830-1870, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. []
  2. Comme le note aussi Arthur Asseraf, Electric News in Colonial Algeria, Oxford, Oxford University Press, 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search