Christian Chevandier, Mémoires d’une tragédie. Les policiers du 13 novembre 2015.

Paris, Robert Laffont, 2022, 318 p.

Christian Chevandier est un historien reconnu du travail et des professions. De publication en publication, il en dresse le portrait, pour en analyser les pratiques et logiques professionnelles et comprendre l’évolution des identités individuelles ou collectives qui les traversent. Outre les cheminots ou les infirmières, il a déjà longuement travaillé sur l’histoire des policiers parisiens ”C. Chevandier, Policiers dans la ville. Une histoire des gardiens de la paix, Paris, Gallimard, 2012 et Été 44. L’insurrection des policiers de Paris, Paris, Vendémiaire, 2014.)). Son dernier livre s’intègre dans la droite ligne de ses expertises antérieures et est en même temps très particulier. En effet, dans le cadre du projet de recherche transdisciplinaire 13-11, coordonné par Denis Peschanski, portant sur la construction mémorielle sur la longue durée des attentats de Paris1, Christian Chevandier s’intéresse à l’histoire policière des événements.

Plus exactement, à partir d’un corpus dans le corpus, à savoir les témoignages de la cinquantaine de policiers et policières récoltés dans le cadre du volet « enquête 10002 » du programme 13-11, l’auteur s’attaque à un double projet. D’une part, il dresse au ras-du-sol, sur le terrain, l’enchaînement des attaques et de l’action des policiers et policières face à celles-ci. Chevandier fait preuve d’un bel exercice de méthode, pour donner du sens et articuler la chronologie au sein des témoignages dont il dispose. Il n’hésite pas à les compléter lorsque cela s’avère nécessaire. Il utilise dans ce but des documents officiels, issus de niveaux hiérarchiques supérieurs ou émanant du monde politique (notamment le réquisitoire du procès, ou les documents publics de la commission d’enquête sur les attentats). Il travaille également à partir de mémoires qu’ont pu publier des acteurs « médiatiques » de l’ordre. Il est ainsi capable de prendre de la hauteur pour dépasser l’aspect parfois kaléidoscopique des témoignages de « simples » agents et leur donner du sens. Christian Chevandier analyse les témoignages pour comprendre concrètement ce qu’ont fait les policiers la nuit du 13 novembre et dans les quelques jours ayant suivi les attentats, et la manière dont ils ont vécu et perçu les faits. Il démontre ainsi ce qu’a pu être, durant la crise, le « faire la police ».

D’autre part, il questionne la plus longue durée. S’intéressant ici à la construction progressive d’une mémoire individuelle et collective des attentats au sein de la police parisienne, Chevandier montre comment le vécu des attentats a pu changer le métier de policier, ou la perception de ce dernier par les agents concernés. L’intérêt de sa démarche tient à la diversité des points de vue qu’il adopte, rappelant combien (faire) la police est une réalité polymorphe à la rencontre d’individus, de pratiques, de moyens, de discours et de perceptions. Dans son propos, et c’est là son intérêt principal, il envisage les relations entre collègues ou avec les différents niveaux de la hiérarchie, les différences entre services spécialisés et police généraliste de voie publique, le rapport des policiers à la ville et à l’espace qu’ils contribuent à protéger ainsi que le sens donné par des agents aux profils, expériences et attentes multiples à la fonction policière. Surtout, l’auteur mobilise dans son analyse les travaux antérieurs sur le monde policier : faisant véritablement œuvre d’historien, il inscrit ainsi la séquence des attentats dans la transformation sur la longue durée de la police parisienne.

Ce livre est hors norme, de par le sujet abordé. Sans voyeurisme, servi par une écriture directe, il donne à voir et à comprendre ce qu’ont été ces heures pour les policiers – diversité des missions, peur, sidération, improvisation et initiative, héroïsme et pragmatisme, hiérarchisation, autonomie et tri dans les injonctions reçues. L’attitude de ces policiers, surpris qu’on leur redemande d’aller pourchasser des vendeurs à la sauvette, alors qu’ils avaient été engagés durant de longues heures sur les lieux des attentats, est un exemple révélateur à cet égard. Le livre éclaire aussi ce que ces heures ont pu être pour les services concernés – nécessité de se coordonner, difficultés de gestion des effectifs et du matériel, relations et enjeux hiérarchiques, définition des zones et domaines de compétences. Enfin, le livre est bien évidemment hors norme par l’impact des attentats dans l’histoire et la société française. La minutie adoptée dans la reconstitution des faits, les comparaisons et différentiations entre le Stade de France, les terrasses et le Bataclan, constituent ici un de ses apports majeurs, sans doute nécessaire pour beaucoup de lecteurs, tout autant qu’un socle indispensable à l’analyse effectuée ultérieurement.

Le livre est aussi original par les perspectives méthodologiques qu’il propose. Nous ne reviendrons ici que très brièvement sur l’intérêt du témoignage oral pour l’histoire des professions et sur sa richesse particulière relativement aux métiers d’ordre. Il permet souvent de relire selon une perspective nuancée les documents écrits et injonctions performatives sur les fonctions exercées par la police. Par la richesse concrète de son analyse plus que par l’appareil critique et méthodologique restant somme toute discret (il est essentiellement repoussé en fin de volume, pouvant laisser certains chercheurs sur leur faim), le travail de Chevandier est à cet égard exemplaire. Il pourrait constituer un chapitre complémentaire du livre coordonné par René Levy et Jean-Marc Berlière en 2010 sur le sujet3.

Relevons aussi la démonstration qui est faite grâce à ce travail de la possibilité, pour ne pas dire la nécessité, de travailler sur des perspectives ultracontemporaines pour renouveler l’histoire des polices. Aux limites entre l’histoire, la sociologie, l’ethnologie parfois, cette approche est rendue possible par la conjonction de différents facteurs : une volonté d’y apporter le temps long, la combinaison de plusieurs angles d’analyse et un effort majeur de problématisation, autour des transformations et des normalités policières. Enfin, la démarche est rendue pertinente par le recours adéquat à la contextualisation, au-delà du caractère exceptionnel des attentats. L’auteur rappelle ainsi que ce qu’ont fait les attentats à la police ne peut se comprendre que dans certaines spécificités sociologiques du recrutement des policiers parisiens (notamment la forte représentation en leur sein de jeunes recrues, issues de province et ne connaissant finalement que fort peu la ville) ou face à une séquence plus large, qui sera ensuite marquée au prisme des enjeux policiers de la COP 21, des manifestations contre la loi travail et du mouvement « Nuit debout ».

En définitive, ce livre trouvera un public large. Il constitue tout à la fois une pièce supplémentaire de l’histoire de la police, une analyse stimulante du devenir et des transformations d’une profession dans des circonstances exceptionnelles, ainsi qu’une réflexion sur ce que sont les mémoires individuelles ou collectives de ses membres. Face au traumatisme, il représente également un cas d’école d’usage de témoignages au service de l’analyse historique.

Jonas Campion




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 16 octobre). Christian Chevandier, Mémoires d’une tragédie. Les policiers du 13 novembre 2015. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0g6

  1. Voir en ligne : https://www.memoire13novembre.fr/. []
  2. Il s’agit de la récolte à quatre reprises de témoignages de 1000 témoins directs ou non des faits (intervenant directs, riverains, Parisiens et Français non-Parisiens). []
  3. J.-M. Berlière et R. Lévy (dir.), Le témoin, le sociologue et l’historien. Quand les policiers se mettent à table, Paris, Nouveau Monde éditions, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search