Emily Baughan, Saving the Children. Humanitarianism, Internationalism, and Empire.

Oakland, University of California Press, « Berkeley Series in British Studies », 2022, 300 p.

L’histoire de l’humanitaire s’est longtemps déployée à travers le récit hagiographique de ses grandes figures ou de ses principales organisations (Comité international de la Croix-Rouge, Sociétés nationales de Croix-Rouge, Médecins sans frontières, etc.). L’auteure propose une démarche classique, soit une étude chronologique des cinquante premières années de Save the Children, mais évite l’écueil de l’histoire institutionnelle. Structurée en six chapitres, cette synthèse efficace et bien ficelée offre une analyse critique de l’histoire de l’ONG britannique. En outre, elle apporte des éléments très utiles pour décrypter les racines idéologiques des institutions humanitaires occidentales, mais aussi pour mettre en lumière leurs liens avec le colonialisme.

Contribution importante pour l’historiographie de l’humanitaire, l’ouvrage d’Emily Baughan permet de connecter l’histoire de l’humanitaire à l’histoire politique et sociale des guerres mondiales et à celle de la colonisation. À partir d’une recherche très solide dans les archives de l’organisation britannique mais aussi dans une vingtaine d’archives en Suisse, en Angleterre aux États-Unis ou au Kenya, l’historienne décrypte la transformation d’une institution lancée, au départ, par des militantes critiques de la politique de blocus menée par Londres en 1914-1919. À partir de la Seconde Guerre mondiale, elle devient un important soutien des politiques d’assistance promues par l’administration anglaise.

Save the Children trouve son origine dans une mobilisation pacifiste lancée en janvier 1919 sous l’égide de Dorothy Buxton. Militante internationaliste engagée contre le patriotisme anti-allemand, elle est active au sein de la Women’s International League for Peace and Freedom, qui prend position contre la politique de blocus en envoyant à Berlin des bouteilles de lait destinées aux enfants allemands.

Organisation caritative dédiée au sauvetage des enfants victimes de la guerre, Save the Children connaît un succès très rapide, qui s’explique partiellement par la nouvelle orientation menée par Eglantyne Jebb, sœur de Dorothy, qui prend la direction du mouvement. Dès 1919, le principal terrain d’action du mouvement est l’Europe centrale, en particulier l’Autriche. Dans ce pays ruiné par la guerre, l’organisation britannique déploie une action principalement destinée aux familles de la classe moyenne, car elles constituent, du point de vue de Save the Children, le pilier du rétablissement des sociétés meurtries par la guerre, mais aussi un investissement pour la reconstruction de l’économie du pays. À partir d’une vision pacifiste et libérale des relations internationales, l’éducation d’une jeunesse saine et productrice constitue la pierre angulaire du développement d’États-nations prospères et de la genèse d’un monde sans guerres. Cette approche obtient l’appui de la population et du gouvernement britannique (avec un subside de plus de 100 000 livres). Ce dernier veut se profiler comme le père des enfants du monde.

Après cette première partie consacrée aux origines du mouvement et à l’après-guerre, le chapitre 2 s’intéresse à l’entre-deux-guerres et, en particulier, à la déclaration des droits de l’enfant adoptée le 26 novembre 1924 à l’initiative de l’Union internationale de secours aux enfants, plateforme internationale promue par Save the Children. Texte de référence, la déclaration impose une vision de l’enfance comme instrument de l’ordre international en mettant en lien la citoyenneté et le rôle futur de l’enfance pour l’économie libérale. Les enfants sains et protégés par les institutions humanitaires et les politiques sociales seront les instruments de la prospérité des nations. À l’opposé, tout enfant qui menace la santé biologique de la communauté est un danger pour la démocratie. Selon ce point de vue, les enfants représentent une proie facile pour les idées révolutionnaires et antilibérales.

Ces principes idéologiques sont déterminants pour comprendre l’engagement de Save the Children sur le terrain colonial, qui est abordé dans le troisième chapitre. En juillet 1931, une Conférence internationale sur l’enfance africaine est organisée à Genève. Elle s’inscrit dans une vision nouvelle de l’éthique humanitaire, mais elle ne remet pas fondamentalement en cause les codes coloniaux. On retrouve également les principes promus par Jebb après la Première Guerre mondiale. L’objectif de la conférence est d’intégrer les enfants africains dans l’économie globale et de les mettre au service d’un ordre pacifique occidental. Le projet colonial n’est donc pas remis en cause, mais les humanitaires se font les promoteurs d’un impérialisme « éthique ». Au lieu de critiquer l’exploitation de l’Afrique, la conférence défend l’éducation des mères pour protéger l’enfance.

Cet engagement pour l’enfance africaine connaît un frein avec le début de la Seconde Guerre mondiale, qui signifie, du point de vue de Save the Children, un repli de ses engagements internationaux. L’organisation déploie ses activités sur le terrain britannique et mène une politique de collaboration étroite avec le gouvernement (chap. 4). Le regard de Save the Children se tourne vers les classes misérables anglaises et met en place des projets de soutien en faveur des enfants et femmes réfugiés à l’intérieur du pays pour fuir les bombardements des grandes villes (ouverture de garderies, etc.). Dès 1945, elle collabore avec l’armée britannique pour encadrer les familles, notamment lors de l’occupation de Berlin.

Après la guerre, Save the Children cherche à se faire une nouvelle place dans un espace humanitaire dominé désormais par les États-Unis et les organisations internationales, telles que l’UNRRA ou l’UNICEF (chap. 5). À ce moment, l’institution « redécouvre » l’empire et renforce sa position d’auxiliaire des politiques sociales menées par le gouvernement britannique en se mettant au service du projet colonial. Motivée notamment par la nécessité de trouver de nouvelles ressources de financement, Save the Children se spécialise dans la lutte contre la délinquance des adolescents. Dans ce cadre, l’école Sarandah au Mali s’impose comme une vitrine de l’évolution de l’institution, qui poursuit l’objectif de diffuser les valeurs britanniques contre l’émergence du mouvement communiste anticolonialiste.

Pour décrypter les enjeux politiques et idéologiques de l’action menée en Afrique, l’auteure s’appuie sur différentes études de cas (Somalie ou Kenya), exemplaires de la volonté britannique de discipliner les adolescents à partir d’une utopie basée sur la formation d’une classe d’ouvriers au service de l’empire. Cette intention se traduit par l’intégration, dans le personnel de Save the Children, d’acteurs issus de l’administration coloniale (Colonial Office), à l’exemple de l’ancienne secrétaire d’État aux colonies, Ana Lerroux-Boyd, qui devient présidente de SCF.

Proche de l’establishment colonial, l’institution poursuit son engagement en Afrique dans le cadre de la décolonisation (chap. 6). Elle met à disposition des nouveaux États son expertise, ce qui garantit la continuité de ses projets humanitaires. Cependant, face à l’émergence d’Oxfam et de Christian Relief, Save the Children constitue une enclave du personnel colonial. L’organisation s’adapte plus difficilement à la nouvelle réalité issue de la disparition de l’empire. Cependant, le discours sur le développement s’impose progressivement, malgré l’ambivalence de ses dirigeants, comme le suggère l’action menée en Jamaïque. Face aux résistances de la population locale, l’institution prend l’initiative de s’appuyer sur du personnel originaire du pays, bien qu’elle poursuive un modèle d’action basé sur la formation des mères aux valeurs bourgeoises britanniques. Au Nigeria, Save the Children fait aussi appel au personnel local, sous la pression des autorités locales mais aussi pour des raisons financières. Cette évolution est à l’origine des tensions entre personnel local et « expats ». La guerre du Biafra signifie la fin d’une étape et le retour de l’action d’urgence centrée sur l’aide aux enfants.

Aujourd’hui, Save the Children peut être considérée comme une multinationale de l’humanitaire. Elle est présente dans cent vingt pays, avec un budget de plus de 300 millions de livres. Ses principes fondateurs étaient fondés sur la conviction que l’enfance éduquée et bien nourrie assurerait la paix et la prospérité, mais l’échec de cette vision utopique et du projet impérial ont progressivement amené l’institution à développer son action vers des opérations d’urgence, en renonçant à agir sur les causes profondes de la misère et de la faim. Cette analyse est exemplaire de la réflexion menée par Emily Baughan, qui défend que la meilleure manière de décoloniser l’action humanitaire est de critiquer son passé.

Sébastien Farré


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search