Pierre Caspard, La famille, l’école, l’État. Un modèle helvétique, XVIIe-XIXe siècles.

Lausanne, Peter Lang, « Exploration », 2021, 236 p.

Ancien directeur du service d’histoire de l’éducation de l’INRP (Institut national de la recherche pédagogique), l’historien Pierre Caspard livre ici une synthèse des travaux qu’il a menés depuis plusieurs décennies sur les rapports entre les sociétés occidentales et leur école aux XVIIIe et XIXe siècles, à travers l’exemple du canton suisse de Neuchâtel qu’il a particulièrement étudié. Le premier intérêt de cet ouvrage est de reposer sur un parti pris épistémologique croisant histoire sociale et histoire culturelle et sur l’inscription de cette démarche dans l’analyse méthodique de sources très diverses. De plus, l’auteur privilégie l’observation des mécanismes sociaux à l’échelle des acteurs, particulièrement les familles les plus impliquées dans le fonctionnement des écoles, souvent issues de milieux relativement aisés, mais en recherchant les archives donnant accès aux milieux les plus populaires.

À l’échelle régionale, tout particulièrement en milieu rural, l’ouvrage nous permet de mettre au jour les principes, valeurs et intérêts qui motivaient les paysans, artisans, ouvriers, commerçants et petits notables à instruire ou faire instruire leurs enfants avant même que l’État ne renforce son poids dans l’essor de l’enseignement élémentaire par des politiques plus ambitieuses à partir du milieu du XIXe siècle. Ainsi, Pierre Caspard nous fait à la fois entrer dans l’intimité des familles et dans la gestion collective de l’école, dans un contexte de démocratie directe exercée à l’échelle communale.

Les deux premiers chapitres éclairent les motivations des parents pour l’instruction des enfants dans la sphère familiale, mais aussi à l’échelle de la communauté villageoise dans son ensemble. Le premier texte explore les logiques relevant à la fois de l’appréciation de la nécessité croissante de l’instruction pour participer à la vie économique, mais aussi des vertus civiques que les parents escomptent d’un investissement dans l’école fondé sur des principes de justice et d’équité. Puis, le deuxième texte dévoile plus précisément des valeurs éducatives qui transparaissent des correspondances familiales entre les parents et leurs enfants envoyés en apprentissage scolaire et/ou professionnel, loin du domicile familial, dans un internat ou une famille d’accueil.

Les trois chapitres suivants analysent ensuite l’évolution de l’organisation que les villageois ont concrètement donnée à leur école. Le premier se focalise sur le temps scolaire en montrant à quel point sa structure quotidienne, hebdomadaire et annuelle est le fruit d’ajustements issus des interactions entre les différents groupes sociaux et une institution scolaire en cours de structuration. Ces interactions conduisent à une progressive autonomisation du temps scolaire par rapport à la structure temporelle de la société environnante. Le chapitre suivant est plus généralement dédié aux modalités du contrôle que la société villageoise exerce sur son école dans son organisation, le contenu de l’enseignement dispensé et les méthodes mises en œuvre, confrontés aux résultats obtenus par le régent désigné par la communauté pour assurer la fonction d’instituteur. Le troisième texte est une contribution originale à l’histoire des enseignantes, montrant que cette période est marquée par une fréquente présence féminine aux côtés du régent, notamment pour la scolarisation des plus jeunes enfants, en dehors de toute reconnaissance institutionnelle avant le milieu du XIXe siècle.

Deux autres chapitres sont dédiés à la nécessité, pour les jeunes Suisses, d’apprendre la langue de l’autre, particulièrement dans le canton de Neuchâtel situé sur la frontière linguistique, entre espaces francophones et germanophones, grâce à la pratique très ancienne d’échanges d’adolescents entre des familles situées de part et d’autre, avant que cette immersion ne s’accompagne d’un apprentissage plus méthodique de la langue écrite, dans les familles d’accueil et de plus en plus à l’école située à proximité.

Enfin, les deux derniers textes composant cet ouvrage interrogent les effets de l’instruction reçue sur le destin de celles et de ceux qui en ont bénéficié. L’analyse du parcours individuel d’un Jurassien issu d’une famille associant production agricole et travail dans l’industrie horlogère nous montre l’investissement croissant dans la scolarisation prolongée, qui conduit en l’occurrence ce jeune jusqu’à l’obtention du baccalauréat en 1823. Ce parcours, particulièrement documenté grâce à des archives familiales, est mis en regard avec l’étude statistique des effets de la scolarisation dans une population ouvrière travaillant dans une importante manufacture de coton implantée dans le village de Cortaillod depuis le milieu du xviiie siècle. Cette dernière étude est particulièrement intéressante. L’auteur s’applique à confronter les archives comptables de la manufacture aux archives témoignant des apprentissages scolaires. Si les archives comptables donnent accès à la liste nominative des ouvriers, avec leur salaire et leur qualification – même si celle-ci n’est pas encore explicitement reconnue –, la liste des enfants reçus à l’examen d’admission à la Cène, tenu par le pasteur de la paroisse depuis la fin du XVIIe siècle, fait l’objet d’un classement méritocratique selon des critères intellectuels donnant une place centrale à la maîtrise de l’écrit sous la dictée. L’absence de corrélation entre la durée de la scolarisation, les résultats scolaires obtenus et le niveau de qualification à l’embauche témoigne de la prééminence de la dimension civique et culturelle de la scolarisation sur les mobiles économiques.

Cette présentation succincte du contenu de l’ouvrage témoigne de la diversité des approches permettant de reconstituer, par l’observation du cas du canton de Neuchâtel, le fonctionnement du modèle helvétique de scolarisation de la fin de l’époque moderne. Cependant, pour rendre hommage aux qualités de cet ouvrage, il faut souligner à quel point ces études, très documentées et marquées du sceau d’une authentique réflexion méthodologique, dépassent le cadre de la monographie. Au sein d’une société dont les dynamiques sociales, économiques et culturelles sont méticuleusement reconstituées, l’auteur nous montre comment une nouvelle idéologie donnant à l’instruction des fins supérieures à celles qui étaient les siennes antérieurement, au nom du bonheur de la société tout entière, ne peut se réduire à la diffusion des Lumières sur une société passive.

Pierre Caspard conclut son livre en analysant l’émergence d’une aspiration à l’intervention d’une autorité supérieure dans les affaires scolaires à partir du début des années 1830, dans un contexte marqué par l’entrée en crise de la démocratie directe, dans des communautés villageoises où la part des communiers participant aux prises de décision tend à diminuer selon une logique censitaire. Il s’agit désormais d’élargir l’accès à l’instruction, y compris aux familles réfractaires, ce qui nécessite notamment la promulgation de l’obligation scolaire et la mise en œuvre de mesures de péréquation financière, sous l’autorité d’un État que la scolarisation est censée renforcer. Il répond, à partir du milieu du xixe siècle surtout, à l’aspiration à une harmonisation des contenus et des méthodes d’enseignement à l’échelle nationale. Le principal mérite de ce livre est de mettre en évidence à quel point, dans le cas du canton de Neuchâtel et à divers degrés partout en Occident, les valeurs et les principes qui ont accompagné et motivé les acteurs dans le premier essor des écoles constituent une culture fondatrice de l’ordre scolaire, qui sert de socle aux politiques scolaires étatiques, qui prolongent ensuite ce premier développement de la scolarisation.

Jérôme Krop


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search