Philipp Müller et Hervé Joly (dir.), Les espaces d’interaction des élites françaises et allemandes, 1920-1950

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2021, 210 p.

L’ouvrage est le résultat d’un travail entamé lors d’un colloque organisé en septembre 2017 à l’Institut historique allemand de Paris sur le sujet des liens entre l’économie et la politique, entre l’État et le privé, dans les relations interélites entre la France et l’Allemagne des années 1920 à 1950.

La chronologie choisie est ambitieuse, tant les ruptures politiques et économiques sont variées dans les évolutions française et allemande : liens à la SDN, arrivée du national-socialisme au pouvoir, occupation durant la Seconde Guerre mondiale. Or, le fil directeur de l’ouvrage est de montrer que les liens ont perduré, sans cesse, mais ont également été renouvelés et refaçonnés, que ce soit par le politique, l’économique ou par d’autres acteurs. Au-delà du rôle des changements de système étatique dans les modifications du lien franco-allemand, l’accent est mis sur la recherche de continuité malgré l’alternance politique.

Pour l’essentiel, on notera la qualité des archives étudiées par les différents contributeurs de l’ouvrage, non cantonnés à la réinterprétation d’écrits éculés. Un rigoureux et appréciable travail d’historien est opéré, avec des archives inédites, notamment au sein des Archives de la préfecture de police. Il en va de même pour les notes et renvois bibliographiques bénéficiant d’une historiographie anglo-saxonne, allemande et française actualisée et novatrice.

La force de l’ouvrage réside dans la diversité des angles choisis pour le traitement des acteurs. L’entrée par le politique dans la préservation du lien des élites franco-allemandes est attendue et se présente comme dynamique, au travers d’une présentation des diplomates français à Berlin, nourris d’impératifs économiques et fins connaisseurs du monde entrepreneurial allemand (Marion Aballéa). Véritable lieu de médiation économique dans l’entre-deux-guerres, l’ambassade de France à Berlin a permis au monde de l’entreprise de continuer à développer un vaste réseau de contacts entre les deux rives du Rhin.

Novateur, l’ouvrage l’est dans sa relecture des conséquences économiques et politiques du traité de Versailles sur les liens franco-allemands. Loin d’imaginer une élite économique allemande dévastée par les impératifs catégoriques fixés par les termes du traité, elle continue de développer des partenariats avec la France, notamment autour de la construction de centrales hydrauliques, comme autant de promesses de développement qui perdureront dans les années 1930 et 1940 (Anna Karla). En second lieu, Marion Aballéa s’attache à démontrer les services économiques de l’ambassade de France à Berlin sous la république de Weimar. Commerce, finance et industrie deviennent des priorités diplomatiques au sein de la légation, dans le cadre du rapprochement franco-allemand. Entre réussites et impasses, les efforts de coopération montrent certaines limites propres à la difficile conciliation de tous les acteurs.

L’intérêt de l’étude réside également dans celle des trajectoires de parcours individuels révélateurs des enjeux de l’entre-deux-guerres. Du Luxembourgeois Émile Mayrisch, président d’aciéries, étudié par Gérald Arboit, au juge berlinois Robert Marx, analysé par Jakob Zollmann, ces destins sont envisagés au travers d’une perspective réticulaire de l’entente franco-allemande. La singularité des parcours ne doit pas faire oublier la naissance de véritables réseaux de coopérations au sein des élites des deux nations.

Les questions commerciales ne sont pas délaissées dans l’ouvrage, au travers de trois solides analyses sur l’artisanat (Cédric Perrin), le négoce du vin (Sébastien Durand) et le fonctionnement de la Chambre de commerce internationale (Philipp Müller). De nouveaux espaces d’interaction voient le jour et la construction économique européenne n’est plus un impensé mais une expérience en actes. Les élites voient leur fonction se développer et muter, au bénéfice d’un intérêt général européen. Le regroupement des intérêts économiques allemands et français occupe désormais le cœur des réflexions, tant dans les entreprises privées qu’au sein des plus hautes sphères de l’État.

Dans un dernier temps, la considération du temps de la guerre est évoquée. Tout d’abord, les enjeux liés à la collaboration et la place du Comité France-Allemagne, bien qu’abondamment étudiés par l’historiographie, trouvent une place de choix dans la contribution d’Hervé Joly. Les trajectoires des membres du Comité de 1935 à la Libération démontrent combien la proximité des élites franco-allemandes de l’avant-1939 s’est progressivement muée en collusion de fait, collaboration active et parfois collaborationnisme patenté. Les perspectives de l’après-guerre et les devenirs de chacun démontrent une interaction devenue interdépendance idéologique, au détriment d’une capacité de discernement effective. L’étude du Cercle européen entre 1941 et 1944 (Gilles Morin), moins connu car moins documenté, confirme les similitudes des trajectoires de certaines élites françaises vers la collaboration. La sociologie de ces élites collaboratrices est particulièrement intéressante : une population aisée, pour l’essentiel parisienne, pour autant excluant une partie des grandes élites économiques mais aussi les élites politiques et administratives.

La question de l’après-guerre est centrée sur les échanges autour des jumelages et autres voyages d’études de la part des différentes chambres de commerce, en France comme en Allemagne (Martial Libera). On retiendra notamment que ces voyages constituent l’un des moyens principaux de recueillir des informations sur l’adversaire d’hier devenu potentiel partenaire. À l’image du magnétisme opéré par l’Allemagne d’avant-guerre, la séduction opère chez l’observateur français parcourant les espaces économiques d’outre-Rhin. Le haut niveau de formation des fonctionnaires allemands interpelle et fascine. Pour Sylvain Schirmann, l’interaction se situe avant tout sur une convergence d’intérêts. Porté par les représentants de la grande industrie française, le projet de coopération économique franco-allemand se dessine notamment autour d’un renforcement des liens dans les colonies et protectorats. L’après-guerre ne les dissoudra pas, malgré une carte géopolitique fortement remaniée. Il est dès lors intéressant de noter combien les liens de coopération franco-allemands, dans le cadre de la construction européenne d’après-guerre, sont en réalité les héritiers directs de l’activisme de l’entre-deux-guerres.

L’ouvrage a ainsi pour vertu de mettre l’accent sur les élites, dans une historiographie déjà abondante sur les liens économiques entre les deux pays. Le propos fait la part belle au prisme guerrier, à juste titre, afin de comprendre combien la guerre est un bouleversement anthropologique dans les relations humaines, y compris dans la façon de concevoir le partenariat économique. Le fameux « modèle allemand » n’est, à la lecture de l’ouvrage, ni plus ni moins qu’un « modèle alsacien », une entité plastique modelée par trente ans de contacts, tantôt répulsifs, tantôt attractifs, entre les élites françaises et allemandes.

Frédéric Sallée



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 27 octobre). Philipp Müller et Hervé Joly (dir.), Les espaces d’interaction des élites françaises et allemandes, 1920-1950. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ga

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search