Jérémie Brucker, Avoir l’étoffe. Une histoire du vêtement professionnel en France des années 1880 à nos jours.

Nancy, Arbre bleu éditions, « Histoire des mondes du travail » 2021, 406 p.

L’habit ne fait pas le travailleur, mais il contribue à la caractériser même lorsque, par ses particularités matérielles, il peut l’aider à s’acquitter de sa tâche. C’est à cet objet, somme toute récent, ce qui en permet l’histoire sur son temps long, qu’est consacré l’ouvrage de Jérémie Brucker. L’introduction fait le point sur l’historiographie, la problématique, les sources, et pour cela l’auteur a su prendre en compte les nombreux travaux menés depuis les années 1970 par les historiens qui ont décidé que rien, pas même la dimension vestimentaire, ne devait leur échapper. Les différentes références bibliographiques qui labourent largement le champ de cette thèse sans s’en contenter ne se limitent pas aux spécialistes de l’histoire du travail et des travailleurs, et il est ainsi question de Michel de Certeau, d’Erving Goffman, d’Axel Honneth et même, parmi beaucoup d’autres, de Jean-Paul Sartre.

Une première partie, très riche, fait le point sur ce phénomène alors nouveau, « s’habiller pour travailler à la fin du XIXe siècle ». La deuxième se penche plus précisément sur les cas des cheminots et des postiers des années 1880 à nos jours, développant les politiques, y compris commerciales et en termes d’image, de ces deux institutions, sans négliger la discipline des corps, essentielle dans le cas du travail à l’époque contemporaine. « Le vêtement comme enjeu de gouvernement dans les grandes entreprises au XIXe siècle » est l’objet de la dernière partie, sans oublier l’action des individus ni celles des organisations syndicales, au poids loin d’être négligeable dans les secteurs postaux et ferroviaires. Car les deux groupes sociaux plus précisément étudiés sont les cheminots et les postiers, porteurs aujourd’hui encore d’uniformes. Certains, ceux des « gens de robe », ont été écartés car leur étude avait déjà été largement effectuée et conduisait à prendre en compte d’autres problématiques que les siennes : celles de la justice, de la médecine, de l’Église. Il y a aussi les uniformes des policiers ostensibles, qui datent aussi du XIXe siècle, et ceux des militaires, qui de fait ont inspiré les concepteurs de certains habits du travail, reprenant ainsi le simple boutonnage appliqué à la capote militaire et qui présentait les avantages d’être plus pratique et meilleur marché.

C’est depuis la seconde moitié du XIXe siècle que des travailleurs des deux sexes ont dû revêtir une tenue spécifique pour exercer leur métier, ce qui permet d’identifier leur emploi. La tenue en question, devenue habit de travail, est en cela, précise l’auteur, « objet social total ». La question de l’habillement dans les places respectives qu’occupent au travail les femmes et les hommes, et de ses effets sur les rapports sociaux qu’ils peuvent entretenir, est largement prise en compte. C’est le cas pour les vestiaires, mixtes jusqu’aux années 1910, alors qu’une séparation est préconisée dès la fin du siècle précédent par le Comité consultatif des arts et manufactures, tandis qu’avant 1916 et la circulaire d’Albert Thomas aucune autorité ne préconise des locaux réservés aux femmes. Il s’agit certes de préserver la pudeur des travailleuses et de réduire les occasions d’agression sexuelle, mais par cette démarche, c’est l’existence d’un vêtement de travail féminin qui est mise en avant.

Quelques décennies plus tard, dans les réseaux ferroviaires comme à la poste, l’uniforme permet de valoriser la mobilité professionnelle ascendante qui est affichée par de nouveaux habits ou par des insignes, avec profusion d’étoiles et de feuilles de chêne. L’attribution de ces tenues pouvait varier d’une société à l’autre, d’une institution à l’autre, lorsque les postes les fournissaient tandis que les compagnies de chemin de fer les facturaient à leurs employés, à un tarif imposant : 10 francs par mois pour la compagnie de Ceinture, à une époque où les cheminots faisaient grève pour en obtenir 5, une « thune », par jour. S’afficher en costume de travail, même lorsque le temps en est fini (et qu’il n’est pas obligatoire, voire simplement possible, de les laisser sur le lieu du labeur), est un phénomène dont la dimension n’est pas seulement économique, pour réduire les achats. Là, on peut être fier de son métier, de son costume, quand bien même le quidam ignore tout de la signification des insignes, mais l’on peut aussi en avoir honte. Et comment ne pas penser à la réplique du paysan qui, dans Regain (film de Marcel Pagnol d’après le roman de Jean Giono, 1937), explique au cheminot tombant la veste pour labourer : « En général, les costumes pour obéir, c’est pas des costumes pour travailler » ?

L’on soulignera la profusion et la qualité d’illustrations qui étayent la démonstration, comme la planche des couvre-chefs de l’administration postale qui présente le képi de facteur modèle 1952, qui a succédé au modèle semi-rigide de 1883 que portait encore Jacques Tati dans Jour de fête. Il est aussi question de la cravate, qui est pour l’auteur signe de masculinité et serait une marque de prestige devenue signe de servilité, ce qui expliquerait qu’à la fin du xxe siècle, mais peut-être aussi parce que cela ne sert à rien, il s’agit de l’élément du costume le plus rejeté par les facteurs qui, à 86 %, le délaissent. Autre élément qui marie « virilité et coquetterie », le blouson, qui depuis les années 1980 se substitue à la veste boutonnée en usage depuis le siècle précédent. Pour la SNCF, la distinction se fait alors aussi dans l’appellation, lorsqu’il est question ces années-là du « costume » masculin et de « l’ensemble » féminin. Cette analyse, mise en perspective sur un temps long à l’échelle des métiers du tertiaire notamment, approche comparatiste qui ne se limite pas à la poste et au rail, est un apport de poids à l’histoire culturelle et sociale du travail et des groupes professionnels. Et un apport que l’on doit situer en son temps. C’est en 2019 qu’a été soutenue la thèse dont est tiré cet ouvrage. Cela peut nous sembler loin, tant la pandémie a brouillé notre rapport au temps, mais 2019, ce fut l’année du mouvement dit des gilets jaunes, vêtements de travail qui se sont alors imposés comme tenues de remise en cause de l’ordre social.

Christian Chevandier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search