Daniel Bloch, Une histoire engagée de l’enseignement professionnel de 1984 à nos jours.

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2022, 154 p. Préface de Pascal Vivier.
ISBN : 9782706152764

Objet de réformes répétées depuis quatre décennies, l’enseignement professionnel reste souvent perçu comme une marge du système éducatif, malgré le nombre d’élèves qui le fréquentent (plus de 650 000 lycéens professionnels parmi les 2,2 millions de lycéens à la rentrée scolaire 2021). Cette relégation se répercute dans l’oubli dont il est encore parfois l’objet dans les recherches menées en histoire de l’éducation, du travail ou des entreprises. Aussi faut-il saluer les tentatives d’en saisir les permanences et les changements. À cet égard, Daniel Bloch figure assurément en bonne place : acteur important, témoin privilégié, il propose ici une « histoire engagée » qui ne fait mystère ni de son rôle dans les transformations de l’enseignement professionnel – ses fonctions successives guident le parcours proposé, du secondaire vers le supérieur, afin de restituer les politiques menées –, ni de son intention de mettre en perspective la situation présente afin de guider des choix futurs. Après deux livres récents sur les figures d’Henri Bergson, Jacques Chevalier et Emmanuel Mounier, l’auteur poursuit un travail d’historien et fait œuvre utile pour aborder des évolutions complexes.

Le livre s’ordonne chronologiquement selon quatre parties. Dans la première est retracé le rôle du ministre de l’Éducation nationale Jean-Pierre Chevènement, au milieu des années 1980, en faveur d’un changement d’approche de l’enseignement professionnel, appuyé sur les travaux d’une inédite Mission éducation-entreprises dont la présidence est confiée à l’auteur. La naissance du baccalauréat professionnel et les choix forts alors effectués sont restitués en s’appuyant largement sur les discours du ministre. Si cette étape a déjà été analysée par Antoine Prost ou Georges Solaux, les suites en sont moins bien connues, au risque d’occulter la « double ambition, économique et sociale » d’un baccalauréat professionnel que l’auteur dépeint en « école de la seconde chance » destinée aux « exclus des enseignements généraux et technologiques [et située] au sein même de l’Éducation nationale » (p. 34). La deuxième partie, plus courte, souligne la continuité décidée par René Monory malgré l’alternance politique de 1986, en y décelant un indice de l’importance et du sérieux du travail engagé par la Mission. Les enjeux pour l’institution scolaire se déplacent de l’enseignement professionnel secondaire vers les enseignements supérieurs avec le passage rue de Grenelle de Lionel Jospin et de son conseiller spécial Claude Allègre (troisième partie) : il s’agit alors d’anticiper les effets sur les enseignements supérieurs de l’objectif des 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat. L’auteur s’appuie ici en partie sur son passage à la direction des Enseignements supérieurs, de 1991 à 1993. Dans la quatrième partie, « De François Fillon à Jean-Michel Blanquer », la restitution de l’expérience des Instituts universitaires professionnalisés (IUP), de 1992 à 2003, est aussi un plaidoyer pour la formation des ingénieurs dans les universités (chap. 11). L’auteur expose également les prémices et la logique des campus des métiers et des qualifications créés en 2013, « chaînons manquants entre les enseignements professionnels secondaires et supérieurs », dont une centaine est labellisée ou en voie de l’être fin 2017 (chap. 15), avant une dilution des moyens octroyés qui a affaibli cette expérience. La période la plus récente est évoquée au prisme du projet d’introduction de la philosophie en lycée professionnel, guidé par des expérimentations locales et conduisant à légitimer la présence de cette discipline, malgré la faiblesse des horaires dévolus aux enseignements généraux.

On ne cherchera pas dans ce livre une restitution exhaustive de l’histoire de l’enseignement professionnel depuis 1985. Le projet de l’auteur vise plutôt la mise en évidence des enjeux des décisions prises et de leurs effets à moyen ou long terme, en rappelant d’emblée la nécessité d’envisager les transformations dans le temps long, seule façon de dominer l’impression d’un empilement de réformes jamais véritablement évaluées.

La question de la décision politique en matière éducative traverse le livre, que ce soit positivement, pour montrer la capacité de certains dirigeants à rompre avec les idées consensuelles ou les projets trop timorés – la décision de création du baccalauréat professionnel en février 1985 (chap. 3) s’inscrit dans cette perspective, avec des consultations menées après la décision et des classes expérimentales ouvertes dès septembre 1985 –, ou à l’inverse pour souligner certains renoncements lourds de conséquences. La critique du fonctionnement de l’administration est ici assumée, la « main ferme d’un ministre » étant « susceptible de modifier – au moins pour un temps – le mode de fonctionnement de son administration et de son Inspection générale » (p. 38). Par-delà la décision, la capacité à porter des choix et à en anticiper les effets est bien illustrée par la question de l’âge et du niveau de l’orientation vers l’enseignement professionnel : les classes de 4e et de 3e à option technologique ou professionnelle développées pour mettre fin aux classes de relégation qu’étaient les classes préparatoires à l’apprentissage ou les classes préprofessionnelles de niveau – dont l’histoire reste d’ailleurs à écrire –, sont ensuite progressivement supprimées (p. 62-64). Cette décision, prise par François Bayrou et confortée par Ségolène Royal à partir du milieu des années 1990, est critiquée par Daniel Bloch à la lumière de la détérioration du niveau des élèves à la sortie de la classe de 3e, révélée par les enquêtes PISA de l’OCDE, conçues à cette même époque ; mais l’existence de ces classes met aussi en question le collège unique et le positionnement des ministres par rapport à celui-ci, tandis que les tâtonnements autour des relations entre le collège et l’enseignement professionnel se poursuivent avec les « classes de 3e de découverte professionnelle », officiellement créées par François Fillon en février 2005 (chap. 13). La réforme du baccalauréat professionnel, préparé en trois ans au lieu de quatre à partir de la rentrée 2009, est abordée – et critiquée – tant d’un point de vue pédagogique que pour ses conséquences sur l’accès à l’emploi, rendu plus difficile par la baisse du niveau de compétence des bacheliers professionnels (p. 120). Toutefois, plutôt qu’un retour en arrière supprimant cette « contre-réforme » de 2009, l’auteur y voit l’opportunité d’une politique volontariste d’allongement des études des bacheliers professionnels vers des sections de techniciens supérieurs qui nécessiteraient des milliers de places supplémentaires (p. 145).

La rupture introduite en 1985 ne se limite pas à la création du baccalauréat professionnel. Comme d’autres logiques dont l’auteur suggère la continuité, la Mission nationale éducation-entreprises, instance renouvelée sous diverses désignations et avec une composition et des missions évolutives, fonctionne jusqu’en 2019. Si elle assume un rapprochement des écoles et des entreprises au nom d’une connaissance réciproque et de collaborations jugées indispensables (« la politique éducative et la politique économique ne peuvent pas être conduites indépendamment l’une de l’autre »), son premier président rappelle que la politique éducative « ne saurait cependant être définie de façon purement “adéquationniste”, sous la seule contrainte des réponses à apporter aux besoins du système économique » (p. 40), précision salutaire que les concepteurs ou les promoteurs des réformes les plus récentes de l’enseignement professionnel mériteraient de méditer. La « gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences » (chap. 7), permise grâce au travail confié en 1987 au Bureau d’informations et de prévisions économiques (BIPE), joue un rôle non négligeable si l’on admet le décalage persistant qui touchait notamment les jeunes filles dans les années 1960-1970, entre flux de formation (CAP couture, par exemple) et emplois (plutôt dans les usines d’électronique ou de l’agroalimentaire). Si « l’idée d’un pilotage précis des flux de diplômés à partir des besoins du système de production est apparue irréaliste et a été remplacée par une approche plus prospective » (p. 85-86), la tâche n’en reste pas moins ardue. Alors que la volonté affirmée depuis les années 1920 et 1930 de former tout à la fois l’homme, le producteur et le citoyen est remise en question par la hausse du chômage des jeunes, c’est la finalité de l’enseignement professionnel qui est en question depuis les années 1980 : comment préparer à l’emploi, en renforçant la place dévolue aux périodes en entreprise, sans réduire la part des enseignements généraux ? Comment valoriser la dimension professionnelle, sans renoncer pour autant à la prééminence de la logique pédagogique ?

Il faudrait à l’évidence, pour envisager une histoire « totale » de l’enseignement professionnel, approfondir le parcours proposé et se pencher sur l’histoire des élèves des lycées professionnels et des apprentis des centres de formations d’apprentis, ainsi que des étudiants inscrits dans les formations professionnalisantes des universités, revenir sur l’histoire des diplômes et des diplômés, des disciplines et des enseignants, engager des comparaisons internationales raisonnées – la liste n’est pas exhaustive. Les transformations des politiques menées au niveau national, au cœur de l’analyse, ne doivent pas éluder la question de la décentralisation et des relations compliquées avec les collectivités territoriales, évoquée par endroits et qui rappelle la place longtemps dévolue au « local » dans l’essor des formations techniques et professionnelles. Pour autant, à mi-chemin entre le témoignage et la réflexion prospective, l’ouvrage est une invitation à penser les possibles de la voie professionnelle, sans résignation.

Stéphane Lembré



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 13 novembre). Daniel Bloch, Une histoire engagée de l’enseignement professionnel de 1984 à nos jours. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search