Antoine Prost, Orléans 1911. Sociologie d’une ville.

Paris, CNRS Éditions, 2022, 208 p.

Professeur émérite à la Sorbonne, Antoine Prost rappelle, dans l’introduction de son étude sur Orléans à la Belle Époque, qu’il est arrivé dans cette ville par les hasards de sa vie professionnelle. À sa propre surprise, il a noué un tel attachement à cette cité qu’il ne l’a plus jamais quittée, devenant, une fois nommé dans la capitale, un voyageur assidu de la ligne Orléans-Paris. Cet enracinement l’a conduit à réunir en un volume plusieurs articles anciens issus d’enquêtes destinées à dresser une géographie sociale de la ville à la veille de la guerre de 1914. Leur originalité vient des sources et de la méthode utilisées. Historien du social, l’auteur a toujours insisté sur l’importance de la quantification pour comprendre les faits sociaux. Si, en 1996, dans ses Douze leçons sur l’histoire (Seuil, « Points Histoire »), il n’avait pas manqué d’en signaler la difficulté et les limites, il a toujours pratiqué l’étude des sources sérielles et quantitatives. Il démontre ici combien elles sont riches et précieuses si on a la prudence et la patience de les interroger.

Sa source principale est la liste nominative du recensement de 1911, choisie en raison des renseignements exhaustifs qu’elle donne rue par rue et ménage par ménage. Elle est complétée par le dépouillement de l’Annuaire d’Orléans, des registres fiscaux, des actes de mariage et des listes électorales de la même année. Ce qui n’empêche pas le recours à d’autres sources radicalement différentes. Ainsi, à propos des effets de lieu dans la répartition de la population, l’utilisation des mémoires de Louis Illiers, un aristocrate orléanais qui avait 20 ans en 1911, révèle « la convergence entre les résultats d’une exploitation minutieuse des abondantes sources sérielles disponibles et le témoignage d’un notable éminent sur l’Orléans de sa jeunesse » (p. 88).

Outre une analyse fine des caractéristiques de cette ville moyenne qui, à la veille de la guerre, ne faisait guère parler d’elle, « comme endormie, à l’abri des bouleversements de l’industrialisation », plusieurs faits majeurs se détachent de l’étude.

Tout d’abord, une réflexion court à travers l’ensemble des chapitres concernant la définition des classes sociales, plus complexe que la division simple et générale entre agriculteurs, ouvriers, bourgeois et classes moyennes. Ainsi, concernant les faubourgs de la ville, les agriculteurs, majoritairement propriétaires de leur habitation contrairement au reste de la population, faisaient partie des éléments stables de l’agglomération. Mais ils regroupaient divers métiers, cultivateurs, jardiniers, vignerons, maraîchers, chacun avec ses caractères propres. À l’autre bout de l’échelle, on constate une osmose entre le petit groupe d’aristocrates et la haute bourgeoisie, rassemblés par un train de vie et de « maison » quasi identique. Quant à la bourgeoisie, composée elle aussi de diverses strates, son groupe semble néanmoins uni par une même culture et surtout par la présence de domestiques inséparables de son mode de vie : « entre les diverses strates de la bourgeoisie, les très réelles différences de fortune et de situation sont sans doute moins décisives que les différences culturelles. […] De l’unique bonne à tout faire à la maison aristocratique avec ses valets de chambre et ses cochers, les différences ne sont pas seulement de degré. Elles recoupent d’autres différences, dans la structure des ménages, le nombre des enfants, leur absence du foyer familial, les différences d’âges entre époux, qui toutes convergent » (p. 85).

Ensuite, l’auteur souligne ce qu’il appelle « l’importance des effets de lieu ». Pour lui, l’interaction entre les effets de lieu et les effets de classe est une question centrale de l’histoire urbaine. « La population d’Orléans à la veille de la guerre de 1914 n’est pas cette population stable et enracinée que l’on attendait. Elle se répartit entre les divers secteurs suivant des régularités complexes, qui donnent à chaque lieu sa physionomie propre. La ville est une mosaïque chatoyante où se dissolvent les réalités macrosociales de la classe » (p. 87). Il en conclut de l’intérêt d’une approche ethnologique, à partir de territoires restreints, qui met en évidence ces effets de lieu, et que des analyses plus globales, non territorialisées, ne peuvent saisir.

Par ailleurs, si la géographie sociale d’Orléans en 1911 se caractérise par une certaine différenciation des secteurs, il ne s’agit en aucun cas d’une répartition et d’une ségrégation strictes. Pour Antoine Prost, « le peuplement est indissociable du bâti » (p. 61), mais ce dernier n’est jamais totalement homogène : même dans les quartiers les plus populaires, certaines rues voire certains immeubles sont habités par des bourgeois, favorisant la diversité. Malgré tout, la composition géographique de l’agglomération continue d’opposer la ville à ses faubourgs encore agricoles. « De ce point de vue, le XIXe siècle n’est pas terminé » (p. 43 et 113). Comme n’est pas terminée l’importance des ouvriers dans une ville où les usines ne sont pas une dominante de l’activité économique. En étudiant cette catégorie, l’auteur explique que l’importance prépondérante des ouvriers (52,9 %) vient de la minceur des classes moyennes. C’est pourquoi, plutôt que des ouvriers, il faudrait parler d’un « peuple urbain laborieux », davantage employé dans des ateliers que dans des usines. Un peuple urbain laborieux qui se loge principalement dans les quartiers où les loyers sont les moins chers, mais qui utilise toutes les occasions offertes par une structure du bâti qui reste diversifiée.

Avant de terminer son recueil d’articles par une analyse de l’évolution des rites de la fête de Jeanne d’Arc, patronne de la ville, Antoine Prost démontre toute la richesse des actes de mariages, dont l’étude occupe tout un chapitre : elle dessine, selon les catégories, les mobilités, les âges au mariage, les parcours professionnels, les lieux de rencontre des futurs époux, les caractéristiques masculines et féminines…

Dans sa conclusion, l’auteur rend un hommage appuyé « à la richesse des sources et à ceux qui les ont constituées ». Avec une analyse qui relève selon lui de la micro-histoire, il plaide pour l’importance des monographies, car dans la France de la Belle Époque, « toutes les villes ne se ressemblaient pas », ce qu’éclaire particulièrement le dépouillement des sources chiffrées.

Danièle Voldman



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 26 novembre). Antoine Prost, Orléans 1911. Sociologie d’une ville. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gh

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search