Adam M. Romero, Economic Poisoning. Industrial Waste and the Chemicalization of American Agriculture

Oakland (California), The University of California Press, 2022, 270 p.

Les commémorations décennales de l’ouvrage de Rachel Carson, Silent Spring (1962) sont l’occasion tout à la fois de confirmer l’analyse de la biologiste étasunienne et de constater malgré tout une progression régulière de l’usage des pesticides dans l’agriculture. Les 60 ans de la parution du livre ne dérogent pas à la règle ; depuis le cinquantenaire, qui avait remis à l’honneur la pertinence de la dénonciation, les indicateurs sur la disparition des insectes et des oiseaux des champs montrent encore l’accélération de celle-ci. L’agriculture actuelle est devenue, à l’échelle mondiale, entièrement dépendante d’un système technique et chimique dévastateur pour le climat, la biodiversité et la qualité des sols et des produits. Les historiens ont tardivement dirigé leurs travaux sur le phénomène, et les premières études ont surtout porté sur l’après-Seconde Guerre mondiale, l’usage du DDT et ses conséquences, les réglementations environnementales ou encore sur la santé des travailleurs agricoles. Parmi cet ensemble, les travaux de Nathalie Jas en France constituent une contribution forte, tandis que l’ouvrage d’Edmund Russel sur le lien entre les pesticides et les guerres mondiales reste une référence1. Témoignant de l’intérêt croissant des chercheurs en sciences sociales pour les pesticides, le Centre Rachel Carson de Munich, pour le soixantième anniversaire de la publication de Silent Spring, vient d’organiser un grand colloque international sur le sujet.

Dans ce contexte, l’ouvrage d’Adam M. Romero est une contribution importante. Issu de ses travaux de thèse en science environnementale et géographie, mais qui laissent une place majeure à la démarche historique, le livre déploie une analyse de l’émergence des pesticides aux États-Unis (principalement en Californie) entre la guerre de Sécession et la Seconde Guerre mondiale. Distribué en cinq chapitres, le texte est relativement court (à peine plus de cent pages, sans compter les nombreuses notes et les images), mais efficace. Il n’établit pas seulement que les pesticides sont issus des résidus et produits non utilisés des mobilisations guerrières, mais qu’ils ont été consciemment conçus pour empoisonner la terre, même dans un contexte de paix : ils sont en cela consubstantiels à la modernisation agricole de la fin du XIXe siècle.

Le premier chapitre s’attache à décrire le développement des pesticides à base d’arsenic, un résidu toxique majeur de l’industrie du cuivre en pleine expansion au XIXe siècle. Les régulations contre les pollutions obligent les exploitants miniers à collecter cette substance nocive pour l’environnement, et par conséquent les incitent à la valoriser. Après de premiers emplois dans la fabrication de pigments verts, l’arsenic est testé dans l’agriculture des années 1870 pour lutter contre les maladies touchant les premières monocultures de pommes de terre, de pommes et de poires en Californie. L’expansion des mines de cuivre aux États-Unis, après 1890, permet opportunément de fournir aux industries chimiques 5 000 tonnes d’arsenic à bon marché en 1910, puis 10 000 tonnes en 1915 ; en 1927, la consommation monte à 27 000 tonnes et vingt-deux usines produisent des pesticides arsenicaux aux États-Unis. L’apogée est atteint dans les années 1940, jusqu’à l’emploi massif du DDT. Dans cette expansion, plusieurs universitaires se lancent dans la production industrielle, comme c’est le cas pour la California Spray Chemical Company, qui domine la commercialisation de ces pesticides.

Centré sur le cyanure, le deuxième chapitre adopte la même démarche. Là encore, c’est pour pallier la fragilité de la monoculture des agrumes face aux insectes que le cyanure, déchet de l’industrie des alliages précieux et du cuir, puis de la distillation du charbon, est employé. Les vergers d’agrumes destinés à l’exportation passent de 8 000 arbres dans le comté de Los Angeles en 1870 à 500 000 en 1885, puis 3 millions en 1900. Après un déclin très fort de la production en 1884-1885, premiers effets de la monoculture intensive et de l’attaque des nuisibles, les horticulteurs partent en guerre contre les insectes. En 1900, toute la Californie du Sud est sujette aux fumigations de cyanure.

Le troisième chapitre expose la formation de la toxicologie agricole (que l’auteur préfère qualifier d’économie du poison, car elle ne cherche pas à protéger l’homme et le vivant) lors de la mise au point de pesticides issus du pétrole. Adam M. Romero montre que cette nouvelle génération d’insecticides est développée pour réparer les dégâts de l’arsenic et du cyanure, ainsi que pour combattre la résistance des insectes aux premiers insecticides. Commercialisés sous forme de sprays par William Volck et la California Spray-Chemical Company dans les années 1920, leur avènement profite des recherches universitaires californiennes (Davis et Berkeley). Elle prend appui sur les nombreux déchets issus de la production des lubrifiants (Standard Oil of California) nécessaires à l’industrie automobile naissante. L’usage des sprays issus du pétrole explosent durant la Seconde Guerre mondiale, et donnent même naissance aux premiers herbicides. Comme pour l’arsenic et le cyanure, l’agriculture devient l’exutoire des déchets industriels et s’est encore davantage structurée en filière aval de la chimie industrielle.

Prolongeant cette analyse dans le quatrième chapitre, l’auteur élargit le propos aux institutions créées dans les années 1920 pour coordonner la recherche à l’échelle fédérale. La plus importante est le Crop Protection Institute (CPI), avec ses laboratoires public-privé et ses cinquante stations expérimentales largement ouvertes aux essais industriels. Dans l’entre-deux-guerres, le CPI finance plus de cent vingt études focalisées uniquement sur l’intervention chimique comme solution au dépérissement agricole. Sa philosophie découle directement du National Research Council, entité privée créée durant la Première Guerre mondiale, et réunissant scientifiques, militaires, industriels, dans le but de stimuler la recherche pour la puissance nationale et la prospérité. Peu à peu, ce sont les industriels qui gagnent en influence au sein du CPI, et alors que sa composition devait être tripartie (scientifiques, agriculteurs, industriels), les agriculteurs en sont finalement absents. Au sein des programmes développés, figurent la standardisation chimique et commerciale des produits, la recherche sur une nouvelle génération de pesticides, les organo-chlorés et d’autres substances organiques synthétiques, en particulier les composés de phénol dont Dow Chemical Company est devenu leader après le développement de son explosif trinitrophénol durant la guerre. Ce succès, qui aboutit également au premier herbicide synthétique en 1942, est largement dû aux recherches fondamentales réalisées dans les universités publiques, mais ce sont bien les industriels qui déposent et profitent des brevets.

Le dernier chapitre tente de montrer l’interdépendance intrinsèque entre la chimie des engrais et celle des pesticides, une perspective qui aurait gagné à être mise au point dès le chapitre 1. À force de spécialisation, les sols s’appauvrissent en Californie après les années 1870. Les engrais chimiques permettent de remédier à l’abandon de la rotation des cultures et de la jachère, mais ne préviennent pas la prolifération des nuisibles que ces pratiques intensives induisent. La fabrication conjointe d’engrais et de pesticides est imaginée par l’entreprise Shell Union Oil Company, qui synthétise, à partir des années 1920, l’ammoniaque et fabrique des engrais de sulfate d’ammoniaque à base de gaz naturel échappé de l’industrie du pétrole. Cet engrais azoté est associé, dès sa conception, aux pesticides que l’entreprise produit avec ses résidus pétrolifères (dichloropropene et dichloropropane, dont la mixture forme le DD, ancêtre du DDT).

Cette étude empirique démontre que l’industrie des pesticides est structurellement antérieure à la Première Guerre mondiale, du moins aux États-Unis. Elle découle d’une trajectoire propre à la monoculture californienne pour des produits d’exportation, phénomène rendu possible par l’expansion du réseau de chemin de fer et de la baisse du coût de fret maritime. Les monocultures provoquant à la fois une baisse de fertilité des sols et une plus grande fragilité des plantes face aux insectes, le recours aux engrais et aux pesticides a été nécessaire pour faire perdurer ce nouveau régime agricole. La Californie des années 1900 est un laboratoire qui prépare l’intégration de l’agriculture dans la filière de la chimie industrielle à l’échelle étasunienne dans l’entre-deux-guerres, puis au monde entier après 1945. L’auteur explique également que l’argument de lutte contre la famine n’a été qu’un discours justificateur qui s’effondre à l’examen des faits, puisque les pesticides sont dès l’origine conçus pour les cultures d’exportation et les champs de coton. Leur invention a surtout servi à résoudre la question des pollutions, en disséminant les produits toxiques dans les espaces ruraux, un exutoire qui permet la survie de l’industrie chimique en valorisant des déchets encombrants. L’expression Economic poisoning prend alors tout son sens : c’est bien plus à une guerre au vivant qu’à une protection de l’humanité que se livrent les industriels. Les insectes résistant de façon récurrente aux produits toxiques, il a fallu aux industriels concevoir des générations successives de pesticides, un processus encore en cours aujourd’hui.

On peut regretter que certaines allusions n’aient pas été davantage investiguées. Ainsi, si l’auteur signale les logiques raciales et de classe du processus, en évoquant les maladies des travailleurs agricoles, bien souvent des immigrés, il n’aborde pas réellement cette question. De même, l’ouvrage mentionne les réticences des paysans face à l’expansion des pesticides, à cause de l’altération qu’ils provoquent sur les plantes et de la transformation des pratiques qu’ils induisent, et que, par ailleurs, les consommateurs ont régulièrement protesté contre la toxicité des fruits et légumes. Plusieurs contentieux et procès sont même évoqués. Malheureusement, cette dimension conflictuelle de la légitimité de l’emploi des pesticides manque à la démonstration faute d’éléments tangibles. Malgré ces réserves, cette étude montre que le développement des pesticides n’était pas inévitable, et qu’il découle d’une stratégie offensive des industriels de la chimie, appuyée sur un large soutien des institutions publiques de la recherche au profit des entreprises, et que chaque nouvelle génération de pesticide devient chaque fois davantage nécessaire à une agriculture toujours plus dépendante de l’industrie chimique. Face à cette fuite en avant, l’auteur en appelle, à la fin de l’ouvrage, à un changement systémique du secteur agricole contemporain qui puise ses sources dans la modernisation californienne du dernier tiers du XIXe siècle. Si les recettes de ce changement ne sont pas données, la démonstration historique aide à comprendre les ressorts de cette dissémination des produits toxiques à l’échelle planétaire.

Thomas Le Roux




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 17 décembre). Adam M. Romero, Economic Poisoning. Industrial Waste and the Chemicalization of American Agriculture. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gj

  1. E. Russell, War and Nature. Fighting Humans and Insects with Chemicals from World War I to Silent Spring, New York, The Cambridge University Press, 2001. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search