Enzo Traverso, Révolution. Une histoire culturelle.

Traduit de l’anglais par Damien Tissot, Paris, La Découverte, 2022, 462 p.

Ce livre procède d’une belle ambition intellectuelle. Dans un moment où violences et désillusions semblent condamner toute perspective révolutionnaire, Enzo Traverso souhaite réhabiliter les révolutions « comme expériences fondatrices de la modernité et moments essentiels du changement historique ». Considérée comme une clef d’interprétation majeure de notre monde contemporain, la révolution est ici étudiée « à la lumière de Marx et de Benjamin ». Le premier importe pour expliquer les mécanismes de l’exploitation capitaliste, de la lutte des classes et de la nécessité d’une transformation sociale. Le second permet de prendre de la distance et d’intégrer les tournants et les chemins de traverse possibles, qui ne sauraient être réduits à des « lois de l’histoire » entachées de facilités économistes. Cela produit un équilibre un peu instable, mais finalement heuristique.

Révolution se tient résolument sur le terrain de l’histoire culturelle, recourant à de nombreuses citations de textes et de reproductions d’images commentées. La culture de l’auteur et sa sagacité d’analyse sont impressionnantes. Son introduction débute par un commentaire subtil du Radeau de la Méduse (1819) de Géricault. Cette œuvre inquiète se révèle d’une grande polysémie, qui permet de renvoyer à l’histoire passée, mais aussi présente et à venir, de la Révolution à la Contre-Révolution en englobant le colonialisme et ses oppositions, jusqu’à une « féminité sans femmes », si on suit l’analyse de l’historienne de l’art Linda Nochlin. Faut-il comme l’auteur aller jusqu’à assimiler l’incompétence du capitaine émigré Hugues Duroy de Chaumareys « aux erreurs et aux trahisons de la social-démocratie et du stalinisme » ? Pour ma part, je n’y avais jamais pensé encore, mais chaque spectateur d’une œuvre est en droit de proposer sa propre lecture. Celle-ci ne s’épuise pas avec les intentions de l’artiste ou les regards contemporains de son exécution, l’argumentation d’Enzo Traverso en faveur d’une allégorie chargée de « préfigurations historiques » s’entend, donc pourquoi pas ?

De fait, le livre, séduisant, emporte souvent la conviction du lecteur. Il embrasse large, prenant en compte la révolution haïtienne, plus tard celle du Mexique, l’Orient lointain plus que l’Afrique ou le monde arabo-musulman du reste, mais décloisonnant à coup sûr son étude et notre regard. L’enquête comporte plusieurs sommets, citons ainsi ses réflexions sur les locomotives de l’histoire, actionnées par les trains de Trotski, Pancho Villa et d’autres, ou encore les transformations du corps par le projet révolutionnaire. Signe des temps, la citation sur le premier sujet la plus forte et appropriée semble bien être celle de Walter Benjamin, reprise par Michael Löwy : « Marx a dit que les révolutions sont la locomotive de l’histoire mondiale. Peut-être que les choses se présentent autrement. Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire le frein d’urgence » (p. 83). C’est en tout cas cette ambiguïté de la révolution par rapport à la modernité qui est la plus intéressante à approfondir et qui permet les notations les plus neuves.

On suit sans difficulté l’auteur dans les commentaires aussi fins que documentés qui accompagnent quelques grandes œuvres artistiques marquantes : La Liberté guidant le peuple (1830) de Delacroix ou L’Homme contrôleur de l’univers (1934) de Diego Rivera un siècle plus tard. Parfois, il est vrai, le lecteur souhaite apporter sa touche, nuancer : faut-il suivre Timothy J. Clark dans sa notation critique un peu rapide sur La Barricade (1851) de Meissonier ? Préparant sa thèse, l’alors jeune historien de l’art n’a-t-il pas été trop tenté d’aller de l’artiste à l’œuvre, alors que la démarche inverse se révèle plus fructueuse ? Là aussi, l’œuvre vit de sa propre vie, autonome, et il faut lui faire toute sa part. D’autres discussions pourraient s’ouvrir tout au long de ces deux siècles d’histoire mondiale revisités. Signalons ainsi en passant que le congrès de Stuttgart de l’Internationale socialiste n’approuve pas en 1907 « une résolution qui défendait le principe colonial » (p. 431). Certes, le coup ne passe pas loin. Une telle motion est bien majoritaire en commission, mais elle est repoussée en séance plénière (par 127 voix contre 108 et 10 abstentions). Au contraire, la motion finale maintient que « la politique coloniale capitaliste, par son essence même, mène nécessairement à l’asservissement, au travail forcé ou à l’extermination des populations indigènes sur le territoire colonial ». Elle est approuvée à la quasi-unanimité. Que l’affirmation d’Enzo Traverso soit inexacte ne signifie pas néanmoins qu’il ait totalement tort : il est bien exact que la question est discutée et que « l’anticolonialisme » de la IIe Internationale et de ses partis membres comprend sa part d’ambiguïté, qu’à cet égard une rupture se produit avec la IIIe Internationale (ce qui n’empêche d’ailleurs pas de nouvelles ambiguïtés ou la reformulation des anciennes malgré un aggiornamento du vocabulaire…). En tout cas, cela nous fournit une occasion de rappeler qu’avant comme après 1917 les meilleurs historiens doivent se méfier des simplifications excessives venant conforter des sympathies idéologiques préétablies.

Cette remarque marginale n’empêche pas de suivre Enzo Traverso dans nombre de ses développements : l’analyse des corps révolutionnaires, partant du judicieux En avant, en avant (1918) de Chagall se révèle diverse et passionnante. Des enjeux de tous ordres sont abordés, parfois apparemment anecdotiques comme la pratique de l’embaumement des corps des grands révolutionnaires au pouvoir en Russie, puis en Orient. Subsistent aujourd’hui, comme témoins de cette pratique apparemment éloignée du rationalisme et des Lumières, Lénine, Mao Zedong, Hô Chi Minh et les deux premiers Kim en Corée. On apprend au passage que la momie de Lénine n’est constituée qu’à 23 % par les restes du dirigeant bolchevik. Serait-elle presque une œuvre à la Damien Hirst ? Ou faut-il voir dans cette notation apparemment anecdotique la confirmation de l’artifice d’une révolution antinomique avec ce qu’avaient pu vivre et vouloir ses précurseurs et nombre de ses premiers artisans ? Certes, même pour l’histoire des corps, on ne peut réduire la révolution soviétique à un seul aspect. L’émancipation des femmes constitue un excellent critère pour mesurer l’efficacité de chaque moment révolutionnaire. Le moment symbolisé par Alexandra Kollontaï, même ensuite contredit et refoulé, maintient durablement un certain nombre de ses effets. L’audace révolutionnaire a longtemps paru s’accompagner d’une libération sexuelle, l’une et l’autre devenues aujourd’hui suspectes, sans que nous puissions aujourd’hui préjuger de leurs avatars à venir.

Prendre au sérieux le mouvement intellectuel de la Contre-Révolution, aujourd’hui revigorée, est au demeurant un des apports les plus intéressants du livre. Joseph de Maistre, Donoso Cortés ou Carl Schmitt sont ainsi mobilisés et analysés, jusque dans leurs symétries possibles avec le mouvement révolutionnaire. Malgré tout, l’auteur laisse un peu le lecteur sur sa faim, interrompant son investigation au profit d’une étude certes substantielle, mais moins novatrice, sur l’iconoclasme de la Révolution et les nouveaux symboles qu’elle cherche à promouvoir. Empli de notations intéressantes, le chapitre sur l’intellectuel révolutionnaire 1848-1945 ne convainc pas non plus totalement. Il reste un peu dispersé et trop personnel dans le choix de ses références. Pourquoi Blanqui et pas Louis Blanc, Guesde et pas Jaurès ou Vaillant, Kautsky et pas Bernstein, Eisner ou Adler, etc. ? On croit deviner que l’auteur retrouve dans les résultats de son enquête l’échantillon qu’il avait décidé au préalable d’y introduire, au risque à ce moment d’aboutir à une réflexion un peu circulaire.

Les doutes que peut éprouver le lecteur ne doivent pas être dramatisés. Ils s’intègrent à la lecture et l’enrichissent, contribuant à l’intérêt et au plaisir doux-amer procuré par celle-ci. Il n’est pas interdit de se demander si une histoire sociale et politique n’aurait pas pu être davantage mobilisée. Certains aspects de la défense de la révolution soviétique, y compris les effets sociaux positifs induits par le travail forcé et la contrainte généralisée au regard de l’œuvre nécessairement destructrice des régimes fascistes ne sont pas entièrement convaincants. N’est-ce pas une nouvelle manière de contourner la question morale et d’éviter de se confronter directement aux partis pris en la matière de bien des dirigeants révolutionnaires, bolcheviks, guides ou sauveurs suprêmes ? Le corps révolutionnaire que Trotski prétend être devenu en 1917, exprimant la position de la foule qui l’entoure (p. 89-90), n’est-il pas une facilité rhétorique ? Il est des moments où le leader politique choisit de céder à la foule et d’autres où il lui résiste et l’oriente, mais s’abandonne-t-il vraiment jamais tout à fait ? Nous pourrions aussi nous interroger sur ce que représente et signifie vraiment cette foule rassemblée, à la différence du corps constitué qui s’exprime dans un cadre défini préalablement. Vieux conflit entre le populus et les contiones et ligne de démarcation entre les républicains, révolutionnaires ou non, et les autres… D’une manière plus générale, la révolution et la modernité sont-elles des objectifs absolus ou doivent-elles être subordonnées à des idéaux de justice et d’humanité, comme le pensait finalement, malgré ses manques, l’essentiel de la pensée progressiste et socialiste du XIXe siècle ? Cette dernière se voulait toujours reliée aux Lumières et à un ensemble de principes avec lesquels ne convergent pas nécessairement et automatiquement les divers mouvements révolutionnaires se réclamant d’idéologies censées être émancipatrices. Vieux débats, impossibles à clore, que nous fait revivre pour sa part avec talent Enzo Traverso, mais nous pouvons relier à sa vaste enquête les leçons d’échec plus ou moins distanciées de Flaubert (L’Éducation sentimentale) ou France (Les dieux ont soif) pour ne prendre que ces seuls deux exemples.

Gilles Candar



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 17 décembre). Enzo Traverso, Révolution. Une histoire culturelle. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gk

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search