Pascal Depoorter, Nathalie Frigul, Thomas Venet et Sébastien Vignon (dir.), Les mondes ouvriers : figures de (dé)mobilisations.

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Paradoxa », 2022, 271 p. Préface de Nicolas Hatzfeld.

Là où si nombreux sont ceux qui persistent à évoquer, sans prudence, « la fin des ouvriers » et, corollairement, des syndicats, les auteurs de cet ouvrage collectif, sociologues et politistes, proposent des modes et des échelles d’analyses permettant d’appréhender la coexistence contemporaine de mobilisations et démobilisations ouvrières en réintroduisant une complexité salutaire.

La notion de « classe populaire, écrivent-ils, dilue les ouvriers dans un ensemble plus vaste qui tend non seulement à renforcer l’idée de leur effacement progressif mais aussi à invisibiliser les caractéristiques sociales singulières ». Pour analyser les formes de mobilisations déployées dans un contexte marqué par un désinvestissement électoral de grande ampleur, ils se réclament d’une analyse multi-située rendant compte de figures contemporaines de mobilisation aspirant à une société plus égalitaire, mais également de replis individuels. Ils recourent à tel effet à des études de terrain dont plusieurs relèvent d’une démarche ethnographique.

La première partie de l’ouvrage, intitulée « Mobilisations et fermetures », rappelle utilement que les mouvements sociaux ne sauraient se réduire à ce répertoire d’action classique que sont les grèves, manifestations ou occupations1. Cinq articles respectivement consacrés à la défense d’une activité productive menacée de disparition, à des luttes pour l’obtention d’indemnités dignes de ce nom perpétuées après la liquidation d’une entreprise ou, s’agissant des trois derniers, à la santé au travail et la reconnaissance de maladies professionnelles, analysent ce qu’on pourrait qualifier de « critiques positives » ou « critiques en acte », en empruntant à Bruno Frère et Jean-Louis Laville, quand bien même les auteurs du présent ouvrage ne s’inscrivent aucunement dans leurs approches théoriques2.

Ces cinq mouvements, quel que nom qu’on leur donne, ont en commun de reconfigurer les cadres classiques de l’action syndicale. Démontrer la viabilité d’une entreprise menacée de fermeture d’activité implique une incursion des salariés dans ses enjeux économiques conjointement avec l’action collective, ici dépourvue d’adversaire. La mobilisation d’ouvriers dont la plupart n’avaient jamais fait grève dans leur carrière professionnelle après la liquidation judiciaire d’une autre entreprise s’opère par le biais d’une association qui se substitue à l’action syndicale pour perpétuer la lutte. Les luttes pour la reconnaissance des maladies professionnelles confrontent les travailleurs, écartelés entre défense de l’emploi et dangerosité du métier, à la nécessité de se battre pour l’emploi tout en combattant ses conséquences. À l’égal de celles visant à démontrer la viabilité économique d’une entreprise, elles nécessitent l’étroite association des travailleurs concernés ici avec des avocats ou là avec des experts, des savants, des journalistes permettant d’objectiver les facteurs et les causes du dommage industriel en s’inscrivant dans le temps long de l’administration de la preuve aux fins de faire reconnaître la responsabilité des entreprises concernées. Le temps long de l’espace judiciaire et de la recherche scientifique distinct du temps chaud de la grève doit dès lors coexister avec une temporalité (et parfois une spatialité) qui n’est plus celle de l’action syndicale, unissant des individus dans l’espace usinier, obligeant à intégrer qu’une possible victoire sera longue à obtenir.

Les contributions réunies sous le titre « Transformations économiques et style de vie », dans la deuxième partie de l’ouvrage (et à certains égards dans la troisième), opèrent un glissement du collectif à l’individu, démobilisé au regard de la mobilisation collective telle qu’analysée plus haut mais agissant pour certains au nom de l’estime de soi, de la dignité et de l’éthique. Tel, refusant « le travail comme seul accès à l’identité sociale », s’essaie à compenser la condition ouvrière, comme un handicap qu’il s’agit de compenser par d’autres pratiques. Tels autres, dans une étude qui pourrait contribuer à l’analyse des causes du mouvement des gilets jaunes, doivent se soumettre aux contraintes de l’éthique entrepreneuriale qui prétend rendre chacun responsable de sa vie et aux critères d’employabilité, dont la mobilité. Tels, encore, mobilisent l’éthique et le religieux pour justifier leurs pratiques économiques.

La question des « recompositions politiques et de l’engagement » pose celle du rapport de l’individu à des collectifs d’une autre sorte, abordée par trois contributions consacrées au travail comme facteur de politisation, à la formation des cadres de la CGT et du PCF et aux maires issus des milieux ruraux. Une approche ethnographique du travail des pompiers montre comment le collectif de travail participe d’une politisation par en bas, qu’on aurait grand tort d’ignorer ou de discréditer, et permet de « voir ce qui est tu et caché ». Le travail conserve un rôle qui peut être exclusif, dans la recomposition du capital militant des cadres de la CGT souffrant, à l’occasion, d’aspirations professionnelles déçues et non plus, comme l’avait montré Bernard Pudal s’agissant de l’entre-deux-guerres, de frustrations scolaires quand les cadres du parti communiste sont précocement formés aux métiers politiques au sortir de leurs études, en remplissant souvent des fonctions d’attachés parlementaires, au prix d’écarts grandissant là où prévalut longtemps une même culture. L’intercommunalité et les compétences qu’elle requiert a pour conséquence de marginaliser les maires issus de milieu ruraux et de faire disparaître le capital d’autochtonie.

Certaines transversalités peuvent se donner à lire. Lors d’entretiens avec l’un ou l’autre des chercheurs, plusieurs acteurs dénoncent les pratiques stigmatisantes de l’École dont ils ont souffert et le « souvenir cuisant de ses violences », en invitant d’autant plus à la réflexion que la critique surgit à propos de questions qui ne l’impliquaient pas, à fleur de peau. Le rapport aux intellectuels, quel que nom qu’on leur donne, n’est quant à lui rien moins qu’univoque. Là où plusieurs contributions de la première partie soulignaient l’importance des alliances fondées sur la complémentarité des savoirs et par là le rôle des experts, avocats et scientifiques, Romain Pudal oppose les processus de politisation par en bas à l’œuvre chez les pompiers à la difficulté des enseignants-chercheurs à imaginer une politisation autre que critique et protestataire face à l’ordre social et de conclure : « combien d’articles et de livres sur les intellectuels engagés et combien peu sur leurs soumissions, conformismes de tous ordres ou compromis avec les pouvoirs en place ? »

Cette multiplicité d’expériences, dont certaines se soldent par des avancées, n’entend aucunement signifier qu’un sujet collectif doté d’un projet de nature à (re)construire du sens commun pourrait naître de leur simple addition. Elles soulignent du moins l’intérêt de cette échelle d’analyse pour saisir les lignes de failles, contradictions et potentialités propres à générer des collectifs inédits ou au contraire à leur faire obstacle. Soulignons pour conclure que la multiplicité des directeurs et des auteurs n’exclut nullement qu’il s’agisse là d’un livre, doté d’un solide fil directeur, parfaitement charpenté et rédigé de bout en bout dans une langue aussi rigoureuse qu’agréable à lire.

Danielle Tartakowsky


  1. S. Béroud, « Les transformations des conflits du travail en France », Idées économiques et sociales, n° 178, 2014, p. 7-12. []
  2. B. Frère et J.-L. Laville, La fabrique de l’émancipation. Repenser la critique du capitalisme à partir des expériences démocratiques, écologiques et solidaires, Paris, Éditions du Seuil, 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search