Alice Romerio, Le travail féministe. Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Archives du féminisme », 2022, 256p.

Que devient une association militante lorsque ses revendications passent de l’illégalité à la reconnaissance officielle ? Comment se professionnalisent des organisations passées du statut d’instance contestataire à celui de partenaire institutionnel de l’État ? Ces questions sont au cœur de l’ouvrage issu de la thèse d’Alice Romerio sur l’évolution du Planning familial. Comme le rappelle l’auteure, l’histoire du Planning a fait l’objet d’une riche historiographie, mais celle-ci s’est principalement centrée sur la période des années 1960-1970, alors que l’organisme se bat en faveur de la légalisation de la contraception puis de celle de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). À l’inverse, sa trajectoire depuis les années 1970, alors que l’association devient « un acteur clé dans la mise en œuvre de politiques publiques dans le domaine de la santé et de l’égalité entre les femmes et les hommes » (p. 11), est restée dans l’ombre. Or, c’est justement ce processus d’institutionnalisation qui intéresse Alice Romerio. L’auteure se penche ainsi sur les tensions existant entre le mouvement de professionnalisation du Planning familial et le militantisme féministe qui forme l’identité historique de l’association.

L’étude se découpe en quatre chapitres dans une approche chrono-thématique. Dans le chapitre 1, Alice Romerio analyse les premiers enjeux relatifs à l’institutionnalisation du Planning à la suite de la légalisation de la contraception, puis de l’IVG. Grâce aux archives de l’association, elle montre comment celle-ci devient, dès la loi Neuwirth de 1967, l’un des principaux organismes partenaires de l’État en matière d’information sexuelle et familiale. L’association est alors dominée par les médecins, mais la professionnalisation concerne aussi les « assistantes-conseillères-animatrices », qui se chargent d’accueillir les femmes en amont de leur entretien médical. Pourtant, le Planning connaît un tournant sous la présidence de Simone Iff, qui est aussi vice-présidente d’une association féministe très active, le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC). La présidente s’oppose en effet à l’institutionnalisation de « professionnels du sexe » (p. 49), qui dépolitiserait l’information sexuelle en la réservant aux seuls médecins. Ce faisant, le Planning familial, tout en restant l’un des principaux relais de l’État à l’échelle locale, revendique une approche davantage ancrée dans le militantisme féministe et l’éducation populaire. L’association défend le recours à des bénévoles militants plutôt que le recrutement de salariés. Alice Romerio conclut ainsi très justement que les associations ne connaissent pas un processus unidirectionnel de professionnalisation. Tout juste peut-on regretter qu’elle ne dialogue pas davantage sur ces questions avec les travaux historiens, comme ceux d’Axelle Brodiez-Dolino ou Sylvain Pattieu, qui ont pourtant eux aussi battu en brèche ces représentations1.

Le deuxième chapitre explore les tensions qui se creusent entre cette revendication d’un militantisme associé au bénévolat et la professionnalisation de nombreuses antennes du Planning familial à l’échelle départementale. En effet, à partir des années 1980, de nombreux centres du Planning décident de recourir davantage au salariat : cette stratégie vise d’abord à fidéliser les employés, d’autant plus que la fin de la décennie 1970 est marquée par une baisse importante du personnel militant au sein de l’association. Depuis les années 2000, la salarisation répond aussi à une exigence de mise en conformité avec les recommandations des pouvoirs publics. Les finances du Planning familial dépendent en effet toujours davantage des subventions, qu’il s’agisse de celles de l’État ou des collectivités territoriales. Les pouvoirs publics réclament en retour une formation des employés aux techniques de gestion associative (administration budgétaire, ressources humaines, etc.), ce qui accélère le mouvement de professionnalisation. Reprenant un terme emprunté à Matthieu Hély2, Alice Romerio estime que le Planning familial se transforme ainsi en « entreprise associative » (p. 71). Face à cet état de fait, la direction nationale de l’association change de discours et n’oppose plus salariat et militantisme. Le Planning plaide également pour que les activités de « conseil conjugal et familial » de leurs employés soient considérées comme un métier à part entière du travail social. Alors que ces activités sont exercées très majoritairement par un personnel féminin, il s’agit pour l’association de se positionner en faveur de la reconnaissance des femmes dans le monde du travail.

Le troisième chapitre explore les carrières de ces « travailleuses féministes ». Si la reconstitution de ces trajectoires professionnelles est passionnante, le qualificatif de « travail féministe » ne nous apparaît peut-être pas le plus pertinent pour les caractériser. Grâce à un questionnaire diffusé à l’échelle nationale, Alice Romerio calcule que 80 % des employées du Planning familial se déclarent féministes. Néanmoins, on peut légitimement estimer qu’il existe une distinction entre se dire féministe et en faire la motivation principale de ses activités professionnelles. D’ailleurs, l’auteure elle-même en convient lorsqu’elle analyse comment ces femmes en sont venues à travailler au Planning familial. Près de 20 % d’entre elles ont connu l’association dans le cadre d’une recherche d’emploi plutôt que via leur réseau associatif ou politique – sans surprise, la proportion (34 %) est encore plus importante pour celles qui y exercent une activité salariée plutôt que bénévole. Alice Romerio distingue ainsi trois modes d’entrée dans le travail au Planning : par le féminisme, par la profession ou par la volonté de l’engagement associatif. À travers une analyse de terrain comparée dans trois centres départementaux, l’auteure montre toutefois que certains centres construisent une forte culture professionnelle féministe qu’ils transmettent à leurs employées.

Enfin, le chapitre 4 explore le lien entre ce militantisme féministe et le travail quotidien des salariées. En étudiant le cas de l’éducation à la sexualité en milieu scolaire, Alice Romerio propose une analyse de discours des différentes positions féministes en présence selon la culture militante de chaque centre départemental (féminisme universaliste ou intersectionnel). Si elle relève avec justesse les biais que peut présenter l’approche universaliste, elle tend cependant à s’effacer derrière le discours intersectionnel, qui ne fait pas l’objet de la même distance critique. L’étude aurait aussi peut-être pu s’enrichir en mettant en regard différentes activités exercées au sein du Planning familial : on pense notamment au personnel de santé (infirmières, médecins), dont il est mentionné dans le premier chapitre que leurs cultures professionnelles ont souvent été en conflit avec celles des conseillères et éducatrices.

À travers ces quatre chapitres, Alice Romerio tisse ainsi des fils multiples à la croisée entre la sociologie de l’action publique, du travail, du militantisme et des associations. Son ouvrage est une lecture riche, foisonnante d’informations et passionnante sur les enjeux de la professionnalisation dans le monde associatif.

Lola Zappi




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 20 janvier). Alice Romerio, Le travail féministe. Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0go

  1. A. Brodiez-Dolino, Le Secours populaire français, 1945-2000. Du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2006 ; S. Pattieu, Tourisme et travail. De l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Sciences Po, 2009. []
  2. M. Hély, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, 2009. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search