Ryan C. Edwards, A Carceral Ecology. Ushuaia and the History of Landscape and Punishment in Argentina.

Oakland, University of California Press, 2021, 254 p.

L’ouvrage de Ryan C. Edwards, consacré à la prison d’Ushuaïa, constitue une contribution intéressante à l’historiographie de la colonisation pénitentiaire et, plus largement, à l’histoire des institutions carcérales. Si les deux expériences de colonisation pénitentiaire les plus connues en France demeurent celles réalisées au cours des XIXe et XXe siècles en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, en particulier grâce aux travaux de Danielle Donet-Vincent et de Louis-José Barbançon1, cette pratique a affecté toutes les parties du globe et entraîné le déplacement forcé de milliers d’individus. Cette échelle globale a été bien mise en perspective dans l’ouvrage A Global History of Convicts and Penal Colonies, dirigé par Clare Anderson2. Ainsi, au même titre que la Sibérie ou l’Australie, l’Argentine (plus précisément la Terre de Feu) a été l’objet, à partir de 1895, d’une expérience de colonisation pénitentiaire qui a rapidement abouti, en 1902, à l’édification d’une prison « moderne », objet de cet ouvrage.

S’inscrivant dans le champ de l’histoire environnementale, Ryan C. Edwards questionne la prison d’Ushuaïa en déconstruisant la principale représentation à travers laquelle l’imaginaire collectif a plus ou moins figé cette institution, celle d’une prison naturelle (natural prison). Situé en Terre de Feu, à l’extrémité du continent américain (surnommée également « le bout du monde »), ce territoire isolé était tout désigné pour accueillir une colonie pénitentiaire. Inspirée du modèle de colonisation mis en œuvre par la Grande-Bretagne en Australie à partir de 1788, l’expérience avait pour objectif de déplacer des criminels loin des centres-villes, supposés criminogènes, pour les implanter dans un milieu naturel, seul à même dans ce schéma de les régénérer et de leur offrir une chance de rachat. Le contact avec la nature, en particulier avec le climat polaire, était censé purifier ces existences corrompues par le vice et le crime et les transformer en colons honnêtes et besogneux. Charge donc à ces hommes et quelques femmes qui les accompagnent de mettre ce territoire en valeur et de s’y établir durablement à leur libération. Loin de Buenos Aires, donc empêchant tout risque d’évasion, cet emplacement permet également d’occuper un territoire relativement vide et de sécuriser la frontière entre l’Argentine et le Chili.

Le gouvernement argentin charge le directeur Pedro Della Valle d’organiser la réception des premiers convois de condamnés volontaires en 1895. Mais l’arrivée en 1901 d’un nouveau directeur, Catello Muratgia, modifie radicalement le projet initial. Imprégné de théories criminologiques, celui-ci décide de fonder une prison inspirée des deux modèles carcéraux alors en vogue, les prisons d’Eastern State et d’Auburn, toutes deux situées aux États-Unis. C’est le modèle pennsylvanien de type panoptique qui façonne l’architecture de la prison d’Ushuaïa. Celle-ci constitue ainsi le premier pénitencier édifié sur un mode cellulaire en Amérique du Sud. Muratgia imagine toutefois un modèle de prison « porte-ouverte » (open-door penitentiary), où les détenus travaillent quotidiennement à l’extérieur pour pourvoir aux besoins – notamment en bois – du pénitencier et à son alimentation. Et c’est précisément cette relation entre l’intérieur et l’extérieur de la détention, ce qu’il intitule une écologie carcérale (carceral ecology), que s’emploie à analyser l’auteur tout au long de son ouvrage.

Ushuaïa présente la particularité d’être un modèle hybride qui ne parvient pas à faire un choix clair entre colonie pénitentiaire et prison (chap. 1). En transformant la colonie en un pénitencier où sont désormais incarcérés des détenus, le projet change de nature et devient strictement répressif. Cette situation rappelle le sort qu’a connu la colonie pénitentiaire de Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane, qui d’un village de colons a elle aussi été transformée en un pénitencier au début du XXe siècle, comme l’a analysé Marine Coquet3. L’écosystème carcéral analysé par l’auteur prend tout son sens à la lumière de l’intense déforestation à laquelle ont été employés les détenus (chap. 2). Environ 300 à 400 bûcherons s’échinaient chaque jour à couper du bois, notamment pour alimenter les besoins du pénitencier, qui s’élevaient à 40 m3 chaque jour. Dans les années 1930, c’est près de 500 tonnes de bois qui étaient ainsi prélevés tous les mois dans les forêts de la Terre de Feu. Ces prélèvements, aggravés par des pertes provoquées par de violents incendies, ont entraîné un véritable désastre écologique. L’exploitation du bois représente, avec celle de la laine, la principale activité de la région. Or, les détenus ne parviennent pas à s’installer sur place à leur libération, car ils sont directement mis en concurrence avec les détenus encore en cours de peine et les propriétaires terriens. Ce qui signe l’échec définitif de l’expérience de colonisation pénitentiaire projetée initialement.

Aux travaux particulièrement éprouvants auxquels ils peuvent être exposés s’ajoute une expérience carcérale marquée par une entrée brutale dans une institution de type totalitaire (chap. 3, 4 et 5). Confrontés à un climat extrêmement difficile, les détenus sont conduits par bateau à la prison d’Ushuaïa et, une fois qu’ils en franchissent le seuil, sont désormais désignés par un numéro de matricule. Revêtus d’un uniforme, ils doivent se plier aux ordres des surveillants dont les coups de sifflet ponctuent leurs mornes journées, principalement occupées par le travail. L’auteur prend le soin de présenter différents témoignages de condamnés, en particulier d’anarchistes, incarcérés dans ce que des journalistes désignent à partir de 1909 comme la « Sibérie argentine » (Argentine Siberia), référence popularisée à la suite du reportage sur l’île de Sakhaline publié en 1895 par Anton Tchekhov4.

La prison d’Ushuaïa, devenue le symbole de la brutalité du système carcéral argentin (comme Cayenne put l’être dans le cas français), ferme par décision du président Juan D. Peron en 1947, année de son élection à la tête de l’Argentine (chap. 6). À l’instar des pénitenciers australiens, elle connaît alors un processus de reconversion et de valorisation patrimoniale assez exceptionnel. Au mois de septembre 1960, la Terre de Feu devient un parc national recouvrant une surface de près de 63 000 hectares, où la nature est désormais préservée de l’exploitation effrénée dont elle a été l’objet durant des décennies. Quant à la prison, elle aurait pu subir le même sort que le pénitencier national (National Penitentiary) de Buenos Aires en 1962, c’est-à-dire être rasée (voir l’épilogue de l’ouvrage). Mais c’est le choix inverse qui a été fait et l’ancienne prison d’Ushuaïa, située en bordure du parc national de la Terre de Feu, héberge désormais le Musée de la prison d’Ushuaïa (Museum of the Prison of Ushuaia) et le Musée maritime d’Ushuaïa (Maritime Museum of Ushuaia). L’auteur plonge alors son lecteur dans une visite du musée et analyse les ressorts qui alimentent le « tourisme sombre » (dark tourism), lequel, d’Alcatraz au Clink Prison Museum de Londres, attire des milliers de touristes avides de sensations fortes.

Les sources de seconde main sur lesquelles s’appuie l’auteur tout au long de son ouvrage sont très complètes, comme en témoigne la très riche bibliographie qui figure en fin d’ouvrage. Il aurait néanmoins été intéressant qu’il présente également les sources de première main sur lesquelles il s’est appuyé, notamment dans les chapitres consacrés à la vie carcérale. L’appareillage de notes laisse pourtant entrevoir la grande richesse du matériau qu’il a exploité, aux Archives générales de la nation (Argentine).

Cet ouvrage constitue, avec d’autres travaux récents5, une référence incontournable sur la prison d’Ushuaïa et permet de disposer d’une étude assez synthétique sur un sujet peu connu. Ushuaïa, qui renvoie dans l’imaginaire collectif à une terre d’aventure et de grands espaces naturels, est également porteur d’une mémoire douloureuse dont l’histoire mérite d’être découverte grâce à la lecture de cet ouvrage.

Jean-Lucien Sanchez




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 29 janvier). Ryan C. Edwards, A Carceral Ecology. Ushuaia and the History of Landscape and Punishment in Argentina. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gp

  1. D. Donet-Vincent, De soleil et de silences. Histoire des bagnes de Guyane, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003 et L.-J. Barbançon, L’archipel des forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003. []
  2. C. Anderson (dir.), A Global History of Convicts and Penal Colonies, Londres, Bloomsbury Publishing, 2018. []
  3. M. Coquet, « La ville et le bagne. Histoire d’une commune pénitentiaire en terre coloniale, Saint-Laurent-du-Maroni, Guyane, 1857-1949 », thèse de doctorat en histoire des civilisations, EHESS, Paris, 2016. []
  4. A. Tchekhov, L’île de Sakhaline, Paris, Gallimard, 2001. []
  5. C. P. Vairo, « La prison d’Ushuaïa », Musée Criminocorpus, 2022, https://criminocorpus.org/fr/ref/176/3/. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search