Stève Bernardin (dir.), Croisades privées et problèmes publics. L’héritage sociologique de Joseph Gusfield.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Res publica », 2022, 278 p.

Cet ouvrage collectif est le produit d’un colloque, tenu à l’Université Paris-Dauphine en 2015, explicitant comment la lecture des travaux du sociologue états-unien Joseph R. Gusfield – décédé en janvier 2015 – permet d’analyser les problèmes publics en France. Stève Bernardin, maître de conférences en sociologie à l’Université Gustave-Eiffel, coordonne cette œuvre et connaît bien les travaux de Gusfield pour les avoir utilisés dans sa thèse de doctorat de science politique relative à la construction du problème public de la sécurité routière (2014).

Dans l’introduction générale, Bernardin explicite les origines et les enjeux de l’ouvrage. Il s’agit ici de comprendre les traductions des travaux de Gusfield en France, ses apports et ses limites, et plus largement d’appréhender comment les croisades symboliques deviennent des problèmes publics. Comment ceux-ci naissent-ils collectivement, se structurent-ils institutionnellement, voire comment sont-ils rendus visibles ou bien invisibilisés ? Quatre axes sont privilégiés lors de ce colloque, qui transparaissent dans les contributions : la spécificité collective des problèmes publics, leur étatisation, leur visibilité, à travers le processus de dramatisation notamment, ainsi que l’engagement du sociologue en société.

L’ouvrage comprend douze contributions rassemblées dans trois parties précédées chacune d’une introduction. La première partie traite des apports et limites du travail de Gusfield, avec l’ouvrage Symbolic Crusade, publié en 1963 dans les travaux scientifiques français. La deuxième partie s’attache à questionner la notion de « propriétaires » des problèmes publics, définie par Gusfield, ainsi que leur institutionnalisation. Par propriétaire, il entend ceux qui interviennent dans la résolution ou le transfert d’un problème public.

Enfin, la dernière partie se veut plus ouverte, dans la mesure où les contributions mobilisent Gusfield, parmi d’autres références, autour de problèmes a priori polémiques.

Dans la première partie, le chapitre de Clément Barbier permet d’appréhender que, comme Gusfield le montre dans La culture des problèmes publics,paru en 1981 aux États-Unis et traduit en France en 2009, la naissance d’un problème sociétal survient plutôt dans des cénacles peu visibles et peu publicisés, il n’est ainsi pas nécessaire d’analyser en premier lieu les médias. À cela s’ajoute la nécessité pour les chercheurs d’expliciter le poids et le rôle de la symbolique dans la mobilisation des acteurs des problèmes publics. Le chapitre rédigé par Christophe Traïni sur la protection des animaux en France et en Grande-Bretagne depuis la seconde moitié du XIXe siècle au début du XXe siècle illustre cela. L’évolution des différents registres émotionnels dépend de celle du prestige social des acteurs du mouvement de protection des animaux. Par exemple, c’est parce que la sensibilité des groupes mobilisés change que la lutte contre la vivisection éclot (p. 32). Traïni fait aussi appel aux travaux de Gusfield relatifs aux tensions entre réforme assimilatrice et réforme coercitive, démontrant ainsi que, selon les moments, les acteurs du mouvement de protection des animaux sont parfois en position de supériorité sociale, parfois en position d’infériorité. Comme le souligne, à juste titre, Emmanuel Henry dans l’introduction de cette partie, il aurait été intéressant de pouvoir y lire des analyses relatives aux mouvements qui n’ont pas nécessairement des « objectifs conservateurs » (p. 33). En effet, la majorité des terrains étudiés traite de problèmes caractérisés par un certain conservatisme et peu autour de mobilisations modernisatrices.

Dans la deuxième partie, les chercheurs s’intéressent à la notion de propriétaires en charge des problèmes publics : qui sont-ils, comment se légitiment-ils, comment évolue leur position ? La contribution collective de Benjamin Ferron, Renaud Hourcade et Jean-Pierre Le Bourhis est utile à différents niveaux. Elle porte sur la construction structurelle du problème public de « l’air intérieur » entre 1970 et nos jours. Les auteurs étudient les rapports de co-construction entre les acteurs scientifiques et politiques et les médias dans l’élaboration du problème public. Là où Gusfield mobilisait les médias comme source de documentation, Ferron, Hourcade et Le Bourhis les étudient en tant qu’acteurs à part entière, qui influencent à la fois le politique et les populations. Ainsi, ils en déduisent que les médias, pour cet exemple, se font les porte-parole des enjeux d’air intérieur lorsque les acteurs politico-scientifiques sont relativement stabilisés. L’approche historique met en avant le resserrement du nombre d’acteurs et le problème public qui se précise. Cela conduit à la fois à une clarté des enjeux environnementaux explicités par les propriétaires dominants, par exemple les organismes publics techniques (le laboratoire d’hygiène de la Ville de Paris), et un relais de ces enjeux, par les médias qui ont un accès relatif aux sources divulguées par les instances politiques et scientifiques. Accès relatif du fait de la temporalité médiatique, de la prudence des journalistes face à des documentations techniques que certains ont parfois du mal à appréhender. On aurait aimé, en conclusion, que les auteurs élargissent leur réflexion sur les apports de l’étude des acteurs médiatiques et politiques dans la structuration d’un problème public vis-à-vis des travaux de Gusfield. Le chapitre de Stanislas Morel élargit davantage l’analyse autour de la notion de propriété d’un problème public, avec une approche structurale autour du problème de l’échec scolaire. Il s’agit de vérifier la souplesse des concepts proposés par Gusfield pour les appliquer aux recherches contemporaines en sociologie, notamment. Un premier écueil qu’évoque Morel tient dans le fait de distinguer un ou plusieurs propriétaires, qui éloigne de la réalité, notamment avec l’expression du paradigme partenarial dans le domaine scolaire. Dans un second temps, l’auteur dépasse l’analyse de Gusfield en spécifiant qu’au sujet de l’échec scolaire, il n’y a pas un problème unicausal mais multicausal. Cela tient à la multiplicité des acteurs, notamment les « producteurs d’explications causales et [les] groupes chargés de la responsabilité politique » (p. 147).

Dans la troisième et dernière partie, les contributeurs explicitent des problèmes publics qui n’auraient pas dû advenir, renvoyant de ce fait aux rapports entre les acteurs, comme l’indique Claude Gilbert dans l’introduction. Les divers chapitres s’inscrivent dans les travaux de Gusfield en dévoilant les jeux de pouvoirs dans des arènes méconnues ou dans « l’arrière-boutique » des acteurs concernés. C’est le cas avec le texte d’Ivan Chupin. Ce dernier fait état de son travail de journaliste à France 3 Régions durant la canicule de 2003. Il mobilise les outils et méthodes « gusfieldiens » que sont les enjeux faisant éclore un problème social et les mises en scène de celui-ci par les acteurs. Il montre que le choix d’un sujet médiatique dépend de la conjoncture annuelle : les nouvelles sont moins nombreuses l’été. Cela dépend des forces en présence, car il y a moins de journalistes aguerris et davantage de pigistes, le prisme parisien oriente la focale médiatique provinciale, le rythme de l’information et la possibilité d’étayer son sujet par des entretiens constituent des variables qui décident de la viabilité d’un sujet médiatique. L’analyse du traitement de la canicule de 2003 par France 3 Régions montre la grammaire de non-sujet à un sujet spécifiquement orienté en local pour expliciter les enjeux des populations concernées. Avec le recours aux travaux de Gusfield pour cette étude, le lecteur appréhende les jeux et enjeux des acteurs médiatiques. Pour autant, on aurait aimé que l’article soit plus incisif sur ce que Gusfield oublie ou minore à l’égard des médias, notamment dans la conclusion de ce chapitre.

Pour finir, il s’agit d’un ouvrage structuré et clair, qui illustre les processus de traduction de travaux états-uniens en France. En ce sens, c’est un bon point de départ pour les chercheurs en sociologie, science politique et sciences de l’information qui s’intéressent aux médias, au travail et aux organisations, à l’action publique, à l’éducation, aux mouvements sociaux ou à la santé. Toutefois, en préambule, une analyse synthétique et critique des travaux de Gusfield aurait été utile aux lecteurs qui ne sont pas familiers de cet auteur, afin de leur faire davantage apprécier les études proposées par les contributeurs du présent ouvrage. Si les politistes, les chercheurs en sciences de l’information et les sociologues ont éprouvé la malléabilité des concepts gusfieldiens dans leurs travaux européens, on aurait aimé lire si d’autres disciplines, telles l’histoire ou la géographie, peuvent traduire ces concepts sur leurs propres terrains d’étude.

Étienne Faugier



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 18 février). Stève Bernardin (dir.), Croisades privées et problèmes publics. L’héritage sociologique de Joseph Gusfield. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search