Thierry Arnal, Corine Maitte, Thierry Pillon et Didier Terrier (dir.), Le corps au travail. Performance, discipline, fatigue.

Palerme, New Digital Press, « Economic History Frameworks », 2021, 424 p.

Depuis environ deux décennies, l’historiographie a vu se développer des recherches traitant de l’histoire du corps au travail, suivant des approches variées : atteintes à la santé, interaction avec les machines, théories de la valeur du travail, organisation et intensification du travail, rapports de genre, formation, etc. La plupart du temps, ces recherches ont été amenées à aborder de façon plus ou moins frontale des questions portant sur la fatigue, le surmenage ou l’usure des corps. Ces questions renouaient avec des propositions pionnières restées un temps sans suite, comme celle d’un dossier coordonné par Alain Cottereau dans cette revue. Elles faisaient aussi écho à une vague de recherches réalisées, notamment en sociologie, en ergonomie ou en économie, à propos d’un moment particulièrement marqué d’intensification du travail, à l’aube du XXIe siècle.

L’ouvrage présenté ici réunit les contributions de la plupart des autrices et auteurs de recherches francophones récentes, portant sur des situations allant de Vauban au présent très actuel. L’ensemble tient sa cohérence de la triple préoccupation du rendement du travail, de son organisation rationnelle et de la gestion de l’effort, autrement dit de l’intersection entre les enjeux de performance, de discipline et de fatigue. Cette rencontre en quinze textes, qui fait suite à un colloque, permet de façon efficace d’articuler les acquis, les notions et les perspectives. Le livre est organisé suivant les trois points de vue de la mesure de l’effort et de la fatigue, de leur expérience et enfin de leur gestion.

La première partie montre comment se sont formées différentes notions de la fatigue, essentiellement chez des penseurs qui ne sont pas eux-mêmes soumis au travail qu’ils analysent. Les développements renvoyant à la peine ou à la fatigue des travailleurs sont rares dans les textes de l’époque moderne, tant du fait du silence des travailleurs eux-mêmes que du désintérêt des lettrés. Néanmoins, dès le XVIIe siècle, le souci de bien prendre en compte l’effort, à côté d’un strict paiement de l’ouvrage, sous-tend les calculs de Vauban consacrés à la juste rémunération du travail sur les chantiers (C. Maitte, B. Durrive). La notion d’effort donne matière, de la fin du XVIIIe au début du XXsiècle, à une suite de théories et d’expériences de laboratoire où des économistes inspirent des physiciens et des physiologistes. Considérant le corps humain comme un moteur transformant des ressources énergétiques en activité, ces savants cherchent à mesurer le rendement du corps au travail et à rendre compte de la fatigue comme symptôme d’excès de sollicitation. Cette veine allant de Lavoisier à Jules Amar finit par s’épuiser, au profit d’un retour vers une combinaison des aspects tant psychiques que physiologiques, et surtout d’une réinsertion du travail dans les situations sociales effectives (F. Vatin, M. Saraceno). On rapprochera de ce groupe de textes un ample survol des interprétations médicales de la fatigue, attribuée successivement à une perte d’humeurs, à un affaiblissement des excitations nerveuses ou à une perte d’énergie (G. Vigarello).

La pénibilité du travail, objet de la deuxième partie, est directement accessible aux approches ethnographiques, qu’elle soit prévisible, comme dans le cas de marins-pêcheurs dont le métier dangereux et difficile suscite diverses addictions, ou dans celui, moins attendu, des techniciens du cinéma, particulièrement attentifs à prévenir ou à atténuer l’usure de leur corps (F. Clouette, G. Rot). Une approche comparable permet d’infirmer, à propos du travail viticole, les discours dissociant les emplois masculins et féminins. Sous prétexte de protéger les ouvrières, cette distinction permet surtout de préserver les salaires masculins sans atténuer en rien la peine des ouvrières agricoles (J.-L. Escudier). Cet éclairage par les expériences aide à interpréter les archives concernant les mineurs de Peñarroya ou les ouvriers des chantiers navals : la mise en lumière des situations effectives permet de décoder l’importance des licenciements de mineurs pour incapacité – en fait pour usure prématurée – ou bien les multiples écarts au travail prescrit et autres incidents de chantier (F. Sanna, J. Saint-Romain).

La troisième partie déplace la focale vers des acteurs soucieux d’aménager la peine des travailleurs, ou de faire en sorte que les organisations s’en accommodent. Une des façons les plus radicales est de l’occulter, comme le font par différents biais, à propos du travail d’usine, les principaux inspirateurs de la loi de 1874 concernant le travail des enfants. Une récente réforme, qui en 2002 démédicalise la médecine du travail, procède d’une démarche comparable d’occultation de la part du législateur (D. Terrier, L. Horn). C’est une indifférence d’un autre genre qui s’applique aux travaux sédentaires, dont l’importance croît énormément avec l’essor des emplois de bureau au XIXe siècle. Réputés néfastes à la santé, ils font l’objet au début du XXe siècle de modes de rationalisation qui tendent à aggraver l’immobilisme (T. Pillon). De façon comparable aux travaux ouvriers, c’est en partie du côté de la diminution de la durée du travail que l’on entrevoit une réponse au surmenage. Organisant une circulation internationale des études et des recherches, le Bureau international du travail (BIT) s’ouvre à une grande diversité de points de vue sur la conciliation de la performance du travail et la prévention de l’usure (I. Lespinet). Au fil du XXe siècle, la gymnastique et l’éducation sportive sont de façon récurrente mobilisées pour inculquer à la jeunesse des attitudes propres à prévenir l’usure au travail futur (T. Arnal).

Par-delà la variété des terrains, des époques et des approches qu’il rassemble, le livre met les questions de fatigue, d’usure et de surmenage au centre des relations de travail et d’emploi. Un tel choix souligne le caractère symptomatique de ces questions, qui marquent les bornes de l’excès d’effort et invitent à suivre les variations des rapports de force. Soucieux d’historiciser ces questions, appréhendées ici au long de quatre siècles, les coordinateurs se gardent de procéder à une fresque de surplomb. Le livre qu’ils proposent peut au contraire être lu comme un point d’étape, et offre une précieuse mise au point susceptible de constituer un socle de référence. En effet, d’un côté le livre rend compte des représentations savantes, de leurs variations, des controverses à l’œuvre en la matière. Mais ces propos savants sont situés dans leur paysage social et rapportés aux enjeux économiques ou politiques de leur temps. Si l’histoire sociale ne peut ignorer les théories de la fatigue, elle peut ainsi n’y recourir qu’avec précaution et mesure. D’un autre côté, les coordinateurs du livre invitent à ne pas se résigner devant la rareté des témoignages susceptibles d’exprimer le point de vue des travailleurs et, plus encore, des travailleuses du passé éloigné. En outre, maints textes illustrent combien les sources archivistiques peuvent être interrogées utilement pour redessiner les situations de travail. Par-delà l’explicite du fonctionnement des organisations, elles permettent d’approcher les termes dans lesquels est débattue la peine à l’ouvrage, voire les façons dont elle est vécue, subie, négociée, combattue ou esquivée. À cet égard, ce livre peut aussi être lu comme une invitation à continuer d’interroger le travail au prisme de la fatigue.

Nicolas Hatzfeld



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 18 février). Thierry Arnal, Corine Maitte, Thierry Pillon et Didier Terrier (dir.), Le corps au travail. Performance, discipline, fatigue. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search