Charles-François Mathis, La civilisation du charbon. En Angleterre, du règne de Victoria à la Seconde Guerre mondiale.

Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2021, 555 p.

À l’heure où l’urgence climatique et la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine conduisent à nous interroger de manière accrue sur notre dépendance aux énergies fossiles, l’ouvrage de Charles-François Mathis sur l’histoire du rôle central joué par le charbon dans la société britannique des années 1830 à 1940 offre de stimulantes pistes de réflexion sur la complexité des transitions énergétiques.

Pour s’attaquer à cette question, l’historien propose une étude sur le temps long de la relation singulière que les Britanniques entretiennent avec le charbon pendant la période. Alors que, du début du règne de Victoria à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la consommation du combustible s’accroît considérablement, la notion de « civilisation du charbon » mise en avant par l’historien est particulièrement féconde. Elle permet de démontrer en quoi le charbon n’est pas une simple ressource, mais bien une construction sociale et économique qui s’impose progressivement au cours du XIXe siècle, à la fois matériellement et dans les esprits, comme un outil civilisateur, bien que critiqué pour la servitude et les pollutions qu’il crée. L’ouvrage donne également à voir le caractère éminemment politique du combustible et son pouvoir d’unité ou de dissension pour la nation, depuis l’exposition universelle de 1851 jusqu’au Festival of Britain de 1951.

En s’intéressant principalement à la consommation domestique du charbon, et non aux structures de production habituellement étudiées, le livre de Charles-François Mathis offre une approche originale permettant de renouveler un sujet très classique : l’histoire de l’industrialisation et de ses conséquences sociales et environnementales en Grande-Bretagne. S’inscrivant à l’intersection d’une histoire matérielle et d’une histoire des représentations, l’enquête s’appuie sur des sources de nature variée qui permettent de s’approcher au plus près des pratiques quotidiennes des consommateurs et de donner à voir les gestes nécessaires à la manipulation d’une source d’énergie qui est alors encore visible. L’iconographie est aussi fréquemment mobilisée tout au long de la démonstration et la mise à disposition, au centre de l’ouvrage, d’un feuillet regroupant illustrations, photographies ou encore affiches publicitaires, donne au lecteur la possibilité de saisir pleinement l’imaginaire qui se construit autour du charbon.

On notera également l’application à faire fréquemment varier les échelles d’analyse, celle-ci se déplaçant du cadre national au quartier, ce qui permet de mettre en lumière les spécificités de certains groupes sociaux et de certains espaces, comme le nord de l’Angleterre ou la ville de Londres. Si l’exclusion de l’Irlande, peu pourvue en bassins houillers, fait sens, on regrettera toutefois la mise à l’écart de l’Écosse, étant donné le rôle particulier de ce territoire dans la construction du rapport entre la Grande-Bretagne et le charbon, d’autant plus que celui-ci apparaît au détour de plusieurs exemples.

Le souci de proposer une histoire incarnée et concrète est visible dès le premier chapitre, qui s’attarde sur l’objet du charbon et montre comment ce combustible protéiforme devient un produit commercial dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ce sont ces « visages multiples » du charbon, de la roche à la fumée, qui expliquent son omniprésence dans le paysage britannique comme expérience quotidienne de l’industrialisation. Afin de montrer cette inscription sensible du combustible dans l’espace, l’historien retrace précisément son trajet, depuis les bassins houillers jusqu’aux domiciles des consommateurs. Ce faisant, il va bien au-delà des terrils et des smogs, symboles bien connus du Nord industriel et des excès de l’industrialisation et donne à voir au passage une myriade de métiers liés au transport, au déchargement, à la livraison ou encore au nettoyage et au tri des déchets.

Dans le deuxième chapitre, Charles-François Mathis s’attache à retranscrire l’« univers mental » des Britanniques vis-à-vis du charbon. Dans ces pages, l’historien utilise le concept forgé par Lucien Febvre pour démontrer la centralité du charbon dans la perception de l’espace et du temps par les contemporains. On voit bien comment ce faisceau de représentations, qui structure les esprits, est traversé de discordances. D’un côté, le charbon symbolise le réconfort du foyer et la puissance industrielle du Royaume-Uni, pensée, dans une perspective téléologique, comme le résultat d’un cadeau providentiel. De l’autre, les inquiétudes croissantes sur l’épuisement des réserves de charbon, qui s’esquissent dès le XVIIIe siècle et prennent corps dans la « question du charbon », ainsi que les remords sur le « coût du charbon », viennent faire s’interroger scientifiques, économistes et figures politiques et littéraires sur la pérennité et le bien-fondé d’une société qui repose en grande partie sur ce combustible.

Ces inquiétudes croissantes trouvent pleinement à s’exprimer durant la « coal famine » de 1873, analysée dans le troisième chapitre. Cette année-là, qui est marquée par une explosion des prix du charbon, constitue un moment de prise de conscience aiguë de la dépendance des Britanniques au charbon. L’historien explore alors les tensions sociales et politiques que cette crise suscite, ainsi que les solutions proposées, offrant ainsi une relecture de la transition entre l’optimisme de la mid-Victorian period des années 1850-1960 et les tourments de la late Victorian period des trente dernières années du règne de Victoria.

Le quatrième chapitre analyse les stratégies mises en place pour permettre aux couches sociales les plus populaires de faire face à la précarité énergétique. Outre la « débrouille », pour économiser au mieux la ressource, et le recours à la charité, sont analysés plus en détail le système des clubs de charbon et le rôle de l’initiative individuelle. Les clubs de charbon émergent à la fin du xviiie siècle et sont en activité, pour la majorité d’entre eux, jusqu’à l’entre-deux-guerres. Contrôlés par des notables locaux, ils sont financés conjointement par des dons de ces derniers et par les cotisations des adhérents, encourageant ainsi l’épargne des classes populaires, dans une perspective de contrôle social. Les coopératives de consommateurs et de producteurs, ainsi que les astuces pour trouver des combustibles naturels et artificiels alternatifs au charbon, montrent également la capacité d’initiative des consommateurs des classes populaires.

Dans le cinquième chapitre, intitulé « L’art et la manière de chauffer », qui occupe une place centrale dans l’ouvrage, Charles-François Mathis cherche à comprendre le paradoxe entre une critique constante du gaspillage du charbon, lié aux modes de consommation, et l’inertie des comportements des consommateurs. En effet, à partir des années 1870, les excès de consommation énergétique des Britanniques, qui sont liés en partie aux défauts de la cheminée à feu ouvert, sont de plus en plus vivement critiqués. Pourtant, les innovations proposées pour améliorer les dispositifs de chauffage et de cuisson, ainsi que le recours à des énergies alternatives, ne se diffusent que lentement dans les foyers. Ces résistances ne sont pas seulement le résultat de choix rationnels. Ils s’expliquent aussi par la force des habitudes et des représentations, démontrant à quel point « l’inertie des systèmes énergétiques n’est pas seulement technique, elle est aussi culturelle et sociale » (p. 256).

Afin de comprendre la relation singulière que les Britanniques entretiennent avec le charbon pendant la période étudiée, une place particulière est donnée aux femmes et aux enfants. Si les sources utilisées ne permettent pas véritablement de voir comment l’ensemble des représentations liées au combustible transmis des adultes aux enfants est ensuite réapproprié par ces derniers, ces pages mettent bien en lumière la manière dont cet imaginaire se forge génération après génération. L’ambivalence de la civilisation du charbon, qui traverse l’ouvrage, se lit également dans le rapport spécifique des femmes au combustible. Celui-ci est à la fois un objet d’asservissement aux nombreuses tâches domestiques qui lui sont liées, mais aussi un outil d’affirmation au sein du foyer, grâce à la maîtrise d’un savoir-faire nécessaire à la bonne gestion du charbon, depuis son achat jusqu’au nettoyage des résidus qu’il crée après la combustion.

Après la Première Guerre mondiale, alors que les difficultés de l’industrie minière se font croissantes et que le gaz, l’électricité et le pétrole sont de plus en plus utilisés, la « civilisation du charbon » est sérieusement remise en question. Pourtant, comme le montre Charles-François Mathis dans le dernier chapitre, si le charbon n’est désormais plus qu’une source d’énergie parmi d’autres, de nombreux efforts sont faits à la fois par les pouvoirs publics et par les industriels et marchands de charbons pour moderniser l’image du combustible et pour encourager à son utilisation, grâce à des techniques d’optimisation de sa gestion et de sa combustion.

Le livre de Charles-François Mathis apporte ainsi une contribution très originale à l’histoire de l’industrialisation en Grande-Bretagne aux XIXe et XXe siècles, qui sera également utile à son enseignement. Parmi les nombreux questionnements suscités par la lecture, cet ouvrage donne des clés pour comprendre pourquoi, alors que la « civilisation du charbon » disparaît au cours de la seconde moitié du XXe siècle, le poids symbolique du combustible persiste. Il montre alors tout l’intérêt d’intégrer pleinement l’énergie dans une histoire longue des mutations des systèmes productifs des pays marqués par l’industrie.

Marion Henry


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search