Marianne Amar et Nancy L. Green (dir.), Migrations d’élites. Une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle)

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Migrations », 2022, 304 p.

Les Presses universitaires de Tours et leur collection « Migrations » donnent enfin accès aux résultats d’un important colloque tenu au Musée d’histoire de l’immigration en 2017 sur les migrations d’élites. Cela est heureux : plus que des actes, c’est un véritable ouvrage collectif, homogène et structuré, qu’ont dirigé Marianne Amar et Nancy Green. Cette dernière avait entamé le chantier d’une histoire des élites en migrations par un article programmatique en 2008, avant de mettre en œuvre les questionnements qu’elle y esquissait dans une monographie consacrée aux Américains installés à Paris au premier XXe siècle1. Des entreprises similaires ont été lancées par Laurent Dornel2 ou Jérémy Guedj3 ; ce nouveau projet se démarque par la vaste étendue chronologique et géographique couverte par son équipe de treize chercheuses et chercheurs, allant de la première modernité à nos jours et des Indes espagnoles aux États-Unis en passant par l’Afrique – avec, toutefois, une nette focalisation européenne.

Aborder les migrations d’élites revient, comme l’annonce l’introduction, à faire dialoguer deux champs historiographiques rarement connectés, l’histoire des migrations et l’histoire des élites. Ces deux domaines sont traversés par des difficultés de définition qui paraissent décuplées par leur rencontre. La notion d’élite paraît empreinte de jugement de valeur et masque une pluralité de critères d’appartenance difficilement réductible – fortune, rang, savoirs… Quant à celle de migration, elle renvoie à un domaine d’étude désormais bien balisé, qui pourtant ne cesse de déchaîner les passions dans et hors du monde académique. Réunir ces deux champs est donc une gageure, d’autant que leurs outils comme leur vocabulaire ne convergent pas toujours.

Pour aborder la mobilité des élites, on a souvent préféré aux mots classiques des études migratoires un vocabulaire spécifique : pas de migrants parmi les élites, mais des expatriés ; pas de nécessité de les réguler, mais une quête d’attractivité ; pas de fantasme autour des appels d’air ou de la submersion, mais la crainte d’un brain drain affaiblissant les pays de départ. Pourtant, derrière ces nuances de vocabulaire qui en disent plus sur ceux qui les utilisent que sur les mouvements qu’ils prétendent décrire, les mobilités des élites peuvent et doivent être soumises aux mêmes questionnaires que les autres migrations. C’est ce que démontrent avec brio les différentes contributions de l’ouvrage.

La première partie est consacrée à l’époque moderne. Antonella Romano propose une réflexion historiographique sur les modalités de la mobilité dans la République des lettres avant de s’intéresser à la figure des missionnaires comme vecteurs de savoirs et de représentations sur le monde au XVIe siècle. Mélanie Traversier se concentre sur les musiciens italiens dans l’Europe du XVIIIe siècle ; elle montre que la mobilité n’est pas l’apanage d’un microcosme transnational de castrats et de compositeurs réputés. Elle s’appuie pour cela sur un corpus original formé de correspondances diplomatiques, d’égo-documents de musiciens et de lettres de recommandation visant à faciliter la mobilité. Jean-Paul Zúñiga souligne comment la migration d’élites artisanales d’Espagne vers les Indes redessine les hiérarchies professionnelles, le contexte impérial modulant le prestige social comme la demande de main-d’œuvre.

Dans la deuxième partie, qui aborde le XIXe siècle, Simon Sarlin montre comment les ramifications anciennes des grandes familles aristocratiques européennes leur permettent à la fois un mode de vie fortement transnational et des capacités de rebond supérieures pour faire face à l’exil. La migration politique est également au cœur de la contribution de Catherine Brice, qui compare les trajectoires de membres de familles fortunées italiennes contraintes de quitter leur pays, lesquelles, selon leurs ressources propres et leurs choix de destination, voient leur statut se maintenir, décliner ou s’améliorer. Sylvie Aprile étudie les expatriations françaises au cours d’un long XIXe siècle et dresse le tableau d’un pays tiraillé entre la volonté de rayonner par la circulation de ses élites et la peur du déclassement par l’émigration.

La troisième partie se concentre sur les mobilités intellectuelles au premier XXe siècle. Elle s’ouvre avec une contribution de Dzovinar Kévonian, qui montre comment le fonctionnement communautaire des juristes internationalistes, en particulier ceux affiliés à l’Institut de droit international, permet de préserver du déclassement ceux d’entre eux qui doivent fuir leur pays ou sont frappés d’apatridie. Guillaume Tronchet s’intéresse à la mobilité entrante des étudiants étrangers en France et interroge le tournant élitaire qui marque la politique d’attractivité française au cours des années 1930, dans un contexte de fermeture des marchés intellectuels européens. Françoise Blum propose une sociologie historique des étudiants africains en mobilité en France au cours des années 1950 et 1960.

Dans la quatrième partie, consacrée aux contextes de guerre, Anouche Kunth prend appui sur les diasporas arméniennes de l’entre-deux-guerres pour montrer combien il est difficile d’en dégager une élite, le génocide, les migrations puis l’échec de la République d’Arménie ayant profondément transformé les hiérarchies sociales arméniennes. Marianne Amar se pose des questions similaires pour les DPs (displaced persons) qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, bénéficient d’un traitement différencié selon que leur statut d’élite – scientifique, culturelle, économique – est plus ou moins reconnu. Liora Israël parachève la réflexion en montrant l’actualité de ces enjeux dans le cadre du programme PAUSE d’accueil des scientifiques en exil, dont elle fut l’une des fondatrices.

Ce riche recueil interroge en premier lieu la reconfiguration des groupes élitaires – aussi imprécis que puissent être leurs contours – par la migration. Il met en évidence des phénomènes de déclassement, mais aussi de surclassement – comme pour les musiciens qui font de la mobilité une source de légitimité supplémentaire. Si certains accèdent aux groupes d’élites tandis que d’autres en déchoient, le plus fréquent est une nécessaire adaptation qui passe par une conversion de capital – du capital économique vers le capital social, du capital social vers le capital politique, etc.

Il en ressort que le contexte migratoire est un observatoire remarquable pour interroger la construction sociale de la catégorie d’élite. Une partie de ce statut est souvent attachée à un contexte géographique et social que la migration bouleverse. Toutes les contributions posent la question du devenir des élites quand elles en sont extraites. Certains réseaux, surtout ceux qui étaient déjà fortement internationalisés avant la migration, demeurent une ressource sans pareille. Simon Sarlin le montre pour les aristocrates européens, de même que Dzovinar Kévonian pour les juristes internationalistes : ceux dont les réseaux de connaissances avaient le plus de ramifications transnationales avant la migration sont aussi ceux qui se maintiennent le mieux une fois expatriés. La chose est moins nette pour les élites politiques qui perdent généralement leur statut lorsqu’elles sont contraintes à l’exil, voire pour les élites économiques dont le patrimoine est souvent en partie immobilisé, séquestré ou confisqué. Catherine Brice et Anouche Kunth interrogent ainsi les effets de la migration sur « ceux qui restent », dont le statut peut être remis en cause par le départ de leurs proches.

En sens inverse, le croisement de l’histoire des élites avec celle des migrations interroge la nature de la migration. Des « carrières gyrovagues » de musiciens étudiées par Mélanie Traversier aux élites arméniennes massacrées sans distinction lors du génocide arménien, parle-t-on bien de la même migration ? Les premières se rapprochent du champ déjà bien labouré de l’histoire de la circulation des élites – des voyages allers et retours, d’une durabilité variable, qui contribuent à la circulation des idées mais paraissent aux marges de la migration. Il n’en est que plus intéressant de constater que les migrations contraintes contribuent elles aussi aux circulations d’idées et peuvent être abordées sous cet angle.

L’ouvrage n’oublie pas d’interroger les spécificités des politiques migratoires à l’égard des élites, qui sont marquées par une recherche d’attractivité beaucoup plus forte que pour les migrations de refuge ou les mobilités liées à la misère. Pour autant, même les migrations d’élites supposent de la part des États un travail de sélection qui complète celui de recherche d’attractivité. Guillaume Tronchet montre ainsi comment la politique française à l’égard des mobilités étudiantes passe dans l’entre-deux-guerres d’une logique d’ouverture et d’attractivité à une redéfinition des élites visées par la politique de rayonnement de la France. En abordant les déplacés « professionnels, scientifiques et artistiques » qui demeurent dans les camps de DPs au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Marianne Amar montre de même que toutes les portes ne leur sont pas ouvertes et que c’est au terme d’une dialectique complexe entre leurs aspirations et les règles fixées par les États que s’organise leur réinstallation.

La multiplicité des thèmes abordés dans ce riche volume témoigne de l’importance des questions qu’il pose. Il constituera à n’en pas douter un jalon important d’un champ de recherche d’autant plus ouvert qu’on mesure en le lisant que des élites sont présentes dans la quasi-totalité des mouvements migratoires et que leur présence a souvent été occultée. Il est donc à souhaiter qu’il soit lu, discuté et imité.

Antonin Durand




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 22 mars). Marianne Amar et Nancy L. Green (dir.), Migrations d’élites. Une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gt

  1. N. L. Green, « La migration des élites. Nouveau concept, anciennes pratiques ? », Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 42, 2008, p. 107-116 ; Id., Les Américains de Paris. Hommes d’affaires, comtesses et jeunes oisifs, 1880-1941, Paris, Belin, 2014. []
  2. L. Dornel (dir.), Une histoire des migrations d’élites (XIXe-XXe siècles), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2013. []
  3. J. Guedj, « Les espaces de l’intellectuel en exil : trajectoires et réseaux immigrés dans le Paris d’après-guerre (1945-1960) », Revue européenne des migrations internationales, n° 33, 2017, p. 27-47. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Menghour dit :

    Très bonne synthèse
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search