Ahmed White, Under the Iron Heel. The Wooblies and the Capitalist War on Radical Workers.

Oakland, University of California Press, 2022, 349 p.

L’histoire des International workers of the world (IWW) et celle de leurs membres, ou wooblies, ont suscité de nombreux travaux académiques, militants et littéraires. Les quatorze pages de bibliographie au terme de l’ouvrage et leur densité sont là pour témoigner de la parfaite maîtrise qu’en a son auteur. Si Ahmed White, professeur de droit à l’Université du Colorado Boulder, spécialiste du droit du travail et du droit pénal, revient sur cette histoire, c’est aux fins de réagir contre deux approches dont il conteste le bien-fondé. Les historiens libéraux, au sens que le terme revêt aux États-Unis, tendent à fondre les luttes des wooblies dans le long combat pour les libertés et, privilégiant leurs batailles pour la liberté d’expression, veulent y voir une étape d’un seul et même combat qui se poursuivra avec le mouvement des droits civiques. D’autres abordent la répression dont les IWW ont été les victimes comme un phénomène conjoncturel lié à la guerre et à l’immédiat après-guerre.

Ahmed White, qui emprunte le titre de son ouvrage à la redoutable dystopie de Jack London, compagnon de route de toujours des IWW, très présent au fil des pages, et lui adjoint un sous-titre propre à afficher d’entrée de jeu son propos, entend montrer a contrario que les IWW, animés par une vision du monde et de l’avenir, ont été dès l’origine les cibles et victimes d’une guerre qui, pour être de classe, n’en a pas moins mobilisé dès la première heure et durablement la violence de toute guerre, contribuant à leur quasi-disparition en 1924, celle-ci étant également due à des divisions internes et à l’affirmation concurrente du parti communiste.

L’ouvrage, dont la structure est strictement chronologique, reprend assurément nombre d’éléments bien connus des spécialistes de l’histoire américaine et de son mouvement ouvrier, mais qu’un lecteur français moins familier de ceux-ci que d’autres (re)découvrira avec intérêt. Ainsi, ce répertoire d’action spécifique, mobilisé pour la défense de la liberté d’expression sur la voie publique, les grandes grèves du textile de 1912 et 1913 ou celles des ouvriers agricoles saisonniers dans tout le Middle West et l’Ouest des États-Unis entre 1915 et 1917, mené par l’Organisation des ouvriers agricoles (AWO) de l’IWW, est constitué à la faveur de la mobilisation qu’elle contribue puissamment à amplifier. Qu’on songe encore au rôle éducatif et culturel des IWW, à leur proximité avec de nombreux écrivains ou à leurs rapports difficiles avec le progressisme socialiste…

L’originalité de l’ouvrage tient à la nature inédite des sources mobilisées par Ahmed White. Le dépouillement minutieux de la presse des États et souvent des villes concernées par ces mouvements, mais aussi des archives législatives et judiciaires permet une approche sans concession d’une répression dont l’ouvrage entend montrer la dimension structurelle, quand même accrue après l’opposition des IWW à l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. La guerre et la criminalisation permanente du syndicalisme ainsi conçu s’opèrent toujours par le biais de lois destinées à d’autres finalités, par là propres à lui dénier sa nature : loi contre le vagabondage (Vagrancy Act), Espionnage Act, Sédition Act. L’ouvrage décrit par le menu la répression, d’initiative patronale ou publique, légale ou extra-légale, locale ou fédérale, perpétrée tantôt par des shérifs entourés de citoyens ordinaires, ou par l’agence Pinkerton qui, chargée d’assassiner quelques-uns des cadres du syndicat, confie la tâche à Dashiell Hammet… qui l’abandonne alors. White décrit et dénonce les conditions d’enfermement et, parfois, de véritables déportations, au prix d’effets souvent tragiques sur les trajectoires individuelles, auxquelles il consacre de belles pages empreintes d’une profonde empathie, en particulier dans un long martyrologue du premier chapitre.

L’ouvrage, qui présente un indéniable descriptif, assume le fait d’être un cri de colère contre la violence de classe, dénoncée en ces termes. Par-delà ses récits, dont la multiplication accentue la force, il n’est pas sans contribuer à la réflexion sur le poids et la nature de la violence à l’œuvre dans la société américaine, par-delà même le champ politique ici concerné.

Danielle Tartakowsky



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 22 mars). Ahmed White, Under the Iron Heel. The Wooblies and the Capitalist War on Radical Workers. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search