Christine de Gemeaux, De la Prusse à l’Afrique. Le colonialisme allemand (XIXe-XXe siècle).

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2022, 348 p.

Ce livre rassemble des textes publiés par Christine de Gemeaux entre 2000 et 2021. Organisés en quatre parties, ces textes ont été complétés par des chapitres introductifs, des photographies, des cartes, une chronologie, une bibliographie et un index, de manière à constituer un véritable livre. Ils permettent de mettre en évidence les liens entre l’affirmation nationale allemande des années 1810 et l’impérialisme colonial allemand, et de réfléchir aux traces actuelles des diverses formes qu’a pu prendre cet empire disparu après 1918 et 1945, en Europe et en Afrique. Christine de Gemeaux part de l’hypothèse d’un impérialisme, associant germanisation et colonisation, qui se serait exercé de façon comparable, bien qu’avec une ampleur et des formes différentes, en Europe et en dehors de l’Europe – les cas ici étudiés étant l’Alsace, l’Europe orientale et l’Afrique. Elle reprend des grilles d’analyse élaborées par Michel Foucault : cet impérialisme colonial reposerait sur un soubassement discursif, soit le discours national allemand qui s’est développé au début du xix siècle (première partie) ; il se serait accompagné à la fin du xixe siècle d’une biopolitique (deuxième partie). Il serait possible d’en renouveler la compréhension à la lumière du genre, en analysant le discours de femmes qui y participèrent (troisième partie).

Le soubassement discursif est analysé à travers les discours d’Adam Müller et des membres de la Deutsche Tischgesellschaft (Société allemande de la Table), constituée en Prusse en 1811, qui fait l’objet des trois textes composant la première partie du livre, intitulée « L’affirmation nationale par le discours à l’époque du romantisme politique ». Christine de Gemeaux y montre que la Deutsche Tischgesellschaft a repris l’héritage des Lumières, tout en témoignant du passage d’une société d’ordres à une société de classes : on y a soigné la conversation, et elle a été le lieu d’expression de discours qui ont contribué à la constitution d’un espace public. Mais elle a aussi été un lieu de réaction contre l’occupation française, une société sélective (elle ne rassemblait pas plus de quatre-vingts membres, parmi lesquels Fichte, les frères Kleist, les frères von Arnim, le prédicateur Friedrich Schleiermacher…), qui associa des aristocrates et des bourgeois (avec parmi ces derniers de nombreux hauts fonctionnaires de l’État prussien) et dont furent exclus les « philistins », auxquels étaient associés les femmes, les étrangers et les juifs (les membres de la Société s’opposèrent à la reconnaissance de la pleine citoyenneté prussienne de ces derniers par l’acte d’émancipation de 1812, acte soutenu par les forces occupantes françaises). Au sein de la Société, Adam Müller mit en garde contre une modernisation qui, selon lui, s’accompagnait d’une atomisation sociale et d’un désenchantement du monde, et proposa d’y remédier en fondant un État organique germanique – mais il quitta bientôt Berlin pour Vienne, dans l’espoir d’y trouver plus d’appuis. Christine de Gemeaux montre ensuite que l’affirmation par Adam Müller d’une éloquence spécifiquement allemande prépare à une justification de l’impérialisme par la propagation d’une culture allemande qui serait intrinsèquement supérieure. Et que le fait de se démarquer de Kant et de considérer la guerre comme un état naturel (elle serait vertueuse du fait de sa dimension dialogique et comme facteur de cohésion sociale) autorisera le développement d’une apologie de la guerre telle que la formuleront quelques décennies plus tard un Heinrich Treitschke (Deutsche Gedichte, 1879-1894) ou un Max Scheler (Der Genius des Krieges und der Deutsche Krieg, 1915).

La deuxième partie du livre (« Une politique de puissance continentale et maritime ») est consacrée aux formes que prend le colonialisme allemand dans les années 1880. Elle analyse la politique allemande menée en Posnanie et en Alsace, puis les raisons de politique intérieure et étrangère qui ont poussé en 1884 Bismarck, a priori peu favorable à une expansion coloniale allemande outre-mer, à organiser une conférence sur le Congo qui se tiendra l’année suivante à Berlin. Christine de Gemeaux montre bien que les politiques de germanisation mises en œuvre en Alsace et Posnanie ont présenté des différences : en Alsace, Reichsland directement rattaché à Berlin, il s’agissait de réintégrer dans la germanité des populations qui avaient perdu le cadre de leurs élites francisées, sans pour autant que disparût un climat de méfiance réciproque ; en Posnanie, les populations polonaises, majoritaires, étaient considérées comme étrangères, les mariages mixtes prohibés, et l’arrivée de nouvelles populations allemandes fortement encouragée, avec l’aide d’un organisme dédié à l’installation des nouveaux colons. Dans les deux cas, on contraignait les populations à faire usage de l’allemand dans les écoles et les églises. Le cas alsacien est aussi analysé à travers l’action de Friedrich Curtius (1851-1933), fils d’un célèbre archéologue et père d’Ernst Robert Curtius (1886-1956), figure de la médiation culturelle franco-allemande. Haut fonctionnaire attentif aux intérêts de ses administrés, engagé au sein de l’Église luthérienne d’Alsace, Friedrich Curtius fut conduit à démissionner de son poste en décembre 1914, pour ne plus cautionner l’autoritarisme étroit de la politique impériale.

La troisième partie porte sur les années 1890-1920. Elle entend offrir un éclairage nouveau sur la colonisation allemande en Afrique, en analysant les écrits produits par trois femmes qui y ont vécu et en revenant rapidement sur les discours révisionnistes allemands qui, après 1918, contestèrent l’interdiction faite à l’Allemagne de posséder des territoires coloniaux, avec un soutien massif parmi les Allemands et que le chancelier social-démocrate Gustav Stresemann continua à tenir jusqu’en 1926, rappelant en cela l’art de la politique (Staatskunst) de Bismarck. Les écrits féminins sur lesquels se fonde l’analyse sont des journaux et des récits dont les contextes de production auraient pu faire l’objet d’une analyse plus fine. Deux de ces femmes, Magdalene von Prince et Antonia Thiede, s’installèrent durablement en dirigeant une exploitation agricole. Après une longue période de fiançailles, Magdalene von Prince, fille d’un officier de l’aristocratie silésienne, partit en 1896 rejoindre son époux, un officier qui combattait sous les ordres de Hermann von Wissmann en Afrique orientale allemande. Elle l’accompagna dans les expéditions militaires contre les Wahehe avant de prendre la direction d’une ferme. Le journal qu’elle tint, encouragée en cela par Wissmann, nourrit plusieurs publications où elle exprimait le même sentiment de supériorité que les dirigeants allemands de la colonie. Antonia Thiede rejoignit en 1901 sa sœur installée dans le Sud-Ouest africain et y épousa un soldat allemand. Elle fut donc un témoin indirect de la politique d’extermination conduite contre les peuples nomades Hereros et Namas. L’actrice Meg Gehrts, originaire de Hambourg, partit quant à elle en 1913 pour quelques mois au Togo afin d’y jouer dans les films de fiction commerciaux, supposés répondre à la curiosité du public européen, que réalisait son mari. Son propre récit de voyage fut publié en 1915 en anglais à Londres (A Camera Actress in the Wilds of Togoland). Ces écrits permettent de conclure que ces femmes, même si elles pouvaient chercher en Afrique une certaine forme d’émancipation, partageaient largement les mêmes stéréotypes que les hommes. Christine de Gemeaux émet l’hypothèse que l’attention que Meg Gehrts portait à la sociabilité féminine dans son récit pût répondre à une sensibilité propre. On peut aussi considérer qu’elle répondait à une attente sociale et commerciale, en offrant un aperçu sur un monde féminin difficilement accessible aux hommes.

La quatrième et dernière partie de l’ouvrage, « Transimpérialité européenne et softpower allemand, xxe-xxie siècle », est sans doute la moins cohérente. Son premier chapitre décrit la façon dont la France a administré dans les années 1920 la partie de l’ancien Togoland qui lui avait été confiée par la Société des nations, et affirme l’intérêt d’étudier les interactions entre les différents empires coloniaux, dans l’espace et dans le temps. Les deux suivants portent sur les lendemains de la Seconde Guerre mondiale, alors que l’Allemagne est transformée par les déplacements de populations en Europe et doit y reconsidérer sa place. Le départ des Allemands de Prusse orientale peut être considéré comme une « décolonisation continentale » et une « rémigration » à la fois : tandis que Königsberg, renommée en 1946 Kaliningrad, est intégrée à l’URSS et la Mazovie à la Pologne, les populations allemandes ou mazuriennes qui refusent de se faire reconnaître comme polonaises sont déplacées ou se réfugient dans les territoires qui constitueront la RDA et la RFA. Leur histoire et leur mémoire ont reçu une attention nouvelle en Allemagne depuis les années 1990. Le discours européaniste d’Ernst Robert Curtius, analysé dans le chapitre suivant, affirme l’existence d’un espace culturel européen, ce qui ouvre à l’Allemagne la possibilité de s’y voir réintégrer, de fait de la place centrale qu’elle partage avec la France et l’Italie. Un dernier chapitre s’interroge sur l’impact de l’expérience coloniale sur la diplomatie d’influence allemande en Afrique et conclut sur une certaine continuité des liens alors établis. On y rappelle qu’en 2021 l’Allemagne a officiellement reconnu que ses officiers coloniaux avaient commis un génocide en Namibie, sans qu’il soit question de verser des réparations aux descendants des victimes, mais seulement d’apporter une aide au développement du pays. La germanophilie qui s’était développée après 1918 au Togo, par opposition à l’administration française, reste par ailleurs présente.

Ce livre a l’avantage de présenter de façon accessible et claire les soubassements et l’histoire d’un passé colonial allemand généralement peu connu en France, et de faire connaître au public francophone les questions qu’il continue de susciter aujourd’hui en Allemagne et en dehors de l’Allemagne. Le lecteur y trouvera matière à nourrir un débat sur l’inscription de la période coloniale dans un temps long, périodisation qui intègre le développement d’un discours national en amont, ainsi que les complexités, voire les limites des processus d’émancipation en aval.

Alain Messaoudi



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 26 mars). Christine de Gemeaux, De la Prusse à l’Afrique. Le colonialisme allemand (XIXe-XXe siècle). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search