Eve Meuret-Campfort, Lutter « comme les mecs ». Le genre du militantisme ouvrier dans une usine de femmes.

Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, « Sociopo », 2021, 442 p.

Dans cet ouvrage issu de sa thèse de sociologie, Eve Meuret-Campfort fait œuvre de socio-historienne à propos des mobilisations des ouvrières de l’usine de lingerie Chantelle à Saint-Herblain, dans la région nantaise, entre 1966 et 1994, soit tout au long de la durée de vie de l’établissement. La période a été marquée par trois conflits sociaux majeurs : en mai-juin 1968, lors d’une grève générale de deux mois à l’hiver 1981-1982, et en 1993-1994, contre la fermeture. Elle fait le constat que l’intérêt pour les grèves de femmes s’est pour l’essentiel limité aux années 1968, mais se différencie moins sur la période étudiée que sur la problématique définie. L’autrice prend en effet le contre-pied des approches en termes de spécificités féminines, qui, tout en insistant à bon droit sur le déterminisme de genre, conduisent selon elle à « invisibiliser [les] autres caractéristiques sociales » (p. 10) des femmes. Dans une perspective qu’Eve Meuret-Campfort qualifie d’intersectionnelle et socio-historique, elle cherche à établir la manière dont s’articulent, dans le cas d’espèce, l’ensemble des caractéristiques sociales et des rapports sociaux. Il s’agit ainsi de voir comment les rapports de genre et de classe en particulier, à la fois permanents et situés, se co-construisent et se font évoluer l’un l’autre. Cette articulation est ici matérialisée par les pratiques militantes et l’apprentissage auquel elles donnent lieu, constituant dans les différents lieux de l’usine un capital militant qui intègre et modifie les traits du modèle du « militant viril » (p. 6). Le second fil conducteur, lié au premier, consiste à tenter d’expliquer l’improbable, c’est-à-dire à identifier les mécanismes qui conduisent des femmes dont l’engagement syndical est entravé par leurs caractéristiques sociologiques et professionnelles à se mobiliser quand même.

La sociologue s’appuie essentiellement sur deux types de sources. Elle dispose d’abord des fonds des deux sections syndicales CGT et CFDT de l’usine, ainsi que des Unions départementales correspondantes. Elle a fait le choix de les étudier in extenso, sans privilégier les périodes de mobilisation, pour identifier les traits du syndicalisme au quotidien. Elle a également réalisé une vingtaine d’entretiens avec d’anciennes ouvrières de l’usine, dont elle a ainsi reconstitué la carrière professionnelle et militante, mais aussi recueilli le discours rétrospectif sur l’usine, le travail, les activités syndicales et les grèves . La première partie de l’ouvrage tente d’identifier les « conditions de possibilité » (p. 21) de la mobilisation des femmes. Elle aborde en premier lieu les caractéristiques de l’usine Chantelle. Au moment de son implantation en 1966, celle-ci participe d’un processus de décentralisation industrielle bien connu, qui voit l’éloignement des établissements industriels du cœur historique et économique de la ville vers la périphérie. En son sein, les mécaniciennes de confection dominent en nombre, dans un contexte de division sexuelle du travail extrêmement marquée qui recoupe également sa division sociale : tous les chefs de service sont des hommes, tous les ouvriers spécialisés sont des femmes. La logique de recrutement et les compétences recherchées rappellent sans surprise celles que Laura Lee Downs avait mises au jour pour la période de la Première Guerre mondiale1. Eve Meuret-Campfort fait l’hypothèse que la position dominée des ouvrières de l’habillement peut paradoxalement offrir « des conditions favorables au déclenchement d’une mobilisation syndicale ». C’est sans doute ce qui s’avère le plus difficile à démontrer, tant les éléments relevés tendent en général à conserver à l’exception chantelloise son caractère d’emblée improbable, notamment sa forte implantation syndicale. L’usine attire des jeunes femmes des classes populaires nantaises de la fin des années 1960. Elles font partie de la première génération de Françaises à connaître la généralisation du travail salarié pour les femmes, mais restent à distance du mouvement de scolarisation massive qui la caractérise également. Si Chantelle est décrite comme attractive, son personnel se renouvelle assez peu, puisque au moment de sa fermeture, une grande partie des ouvrières encore présentes sont nées dans les années 1950 et ont commencé à travailler à la fin des années 1960 ou au début des années 1970. Elles ont également en commun une socialisation politique antérieure à leur arrivée à l’usine, par leur insertion dans leur environnement local et suivant deux traditions, l’une cégétiste et communiste, l’autre chrétienne de gauche. L’autrice montre qu’elles utilisent l’engagement syndical pour déjouer partiellement les logiques d’assignation de genre auxquelles elles sont soumises. Les expériences communes qu’elles partagent (l’entrée dans le travail, l’entrée en militantisme) s’ajoutent à leur âge et à leur ancrage social pour produire ce qu’Eve Meuret-Campfort nomme une « unité de génération », reprenant les termes de Karl Mannheim.

La deuxième partie de l’ouvrage traite « des processus d’engagement des ouvrières de Chantelle et de la façon dont elles s’approprient les modes d’actions ouvriers » (p. 133). L’autrice tente d’analyser comment s’articulent la socialisation syndicale et le féminisme. Elle montre à quel point il convient de distinguer entre les « leaders », dont une partie de l’activité militante se déroule hors de l’usine, dans le cadre des instances locales, fédérales ou nationales de la CGT ou de la CFDT, et les militantes dont les activités n’outrepassent pas les murs de l’usine. Elle distingue également deux types de rapports à l’organisation et à l’engagement, entre les cégétistes qui font valoir le « capital d’autochtonie et social » dont elles disposent et insistent sur la cohérence de leur itinéraire militant, et les cédétistes, qui y font moins référence, sans doute parce que leur trajectoire est marquée par plus de changements visibles. Leur rapport au féminisme, permis notamment par l’établissement de militantes féministes dans l’usine, est en revanche assez homogène. Il est classiquement marqué par un rejet du terme lié à une distance sociale, les féministes étant associées aux classes moyennes. S’exprime aussi une méfiance plus globale vis-à-vis du féminin et de la solidarité entre femmes, qui risque de les éloigner de « la classe » dont elles sont issues et de la place qu’elles veulent y conquérir en tant que militantes « à part entière » (p. 156), dans un espace usinier dont la non-mixité invisibilise en partie leur spécificité de sexe. La grève de l’hiver 1981-1982 est au cœur de l’ouvrage et tient lieu d’expérience fondatrice en matière d’engagement et de modes d’action, puisque les ouvrières se lancent dans une grève générale de deux mois, occupent leur usine et séquestrent leur directeur pendant un après-midi. Il y a là une exceptionnalité s’agissant d’une mobilisation de femmes, habituellement peu enclines à recourir à ce répertoire d’action. L’autrice analyse la manière dont la radicalisation se produit au cours de la grève, « par effets de situation et dynamiques de groupes » (p. 170), dans le cadre d’un conflit avec le nouveau directeur beaucoup plus répressif que les précédents : selon ses termes, les ouvrières s’approprient la virilité ouvrière, la séquestration constituant le summum de la remise en cause des oppositions qui fondent l’ordre usinier, produisant l’étonnement des femmes elles-mêmes. Cette remise en cause des normes de genre produit des conflits de rôles face auxquels les ouvrières déploient des stratégies pour maintenir leur respectabilité. Face à la sexualisation potentiellement stigmatisante de leur force collective, notamment produite par la presse, elles disposent de deux ressources, toutes deux liées à leur identité de femme : d’une part, l’image d’ouvrières « courageuses et intégrées dans une communauté ouvrière élargie » (p. 213), d’autre part, celle de « mères de famille responsables » (p. 219), protégées par la présence des hommes, surtout mise en avant par les militantes cégétistes. Pourtant, si la famille est un atout, elle constitue également un lieu de contraintes, de conflits et d’injonctions contradictoires qui sont autant d’obstacles qu’il s’agit de gérer, voire d’intégrer à la conduite de la grève, notamment les contraintes temporelles et les tâches domestiques. En opérant des compromis, elles allègent le poids des normes sans les faire disparaître. Cette dimension renforce la division du travail militant, entre les « leaders », célibataires ou libérées de ces obligations, se conformant à un modèle viril de disponibilité permanente, et les autres ouvrières mobilisées.

La troisième partie est centrée sur les années 1980 et 1990, entre la grève de 1982 et le conflit lié à la fermeture de l’usine en 1994. Les ouvrières voient leurs conditions de mobilisation progressivement fragilisées, en lien avec la « démobilisation généralisée de l’ensemble du monde ouvrier » (p. 249). Eve Meuret-Campfort décrit cette dégradation et la manière dont les Chantelle s’y adaptent et s’y opposent. Entre délocalisation, sous-traitance, intensification du travail, désindustrialisation et tertiarisation, le groupe ouvrier se trouve fortement déstabilisé, tout comme sa représentation syndicale. Chez Chantelle, la légitimité de la CGT et de la CFDT s’affaiblit et le recours à la grève apparaît moins évident, tandis qu’on assiste au resserrement de l’activité autour d’un petit groupe d’élues confrontées à de nouveaux enjeux de lutte, qui nécessitent des outils juridiques et institutionnels. Se produit donc une forme de professionnalisation mais que l’autrice relativise, indiquant que si les exigences du travail syndical s’élèvent, il n’y a pas de rupture avec les pratiques anciennes ni avec les dynamiques collectives, d’autant plus que les militantes demeurent dans une posture oppositionnelle et conflictuelle. Elles sont en revanche en difficulté pour faire valoir leurs compétences et sont progressivement gagnées par « un sentiment d’indignité culturelle » (p. 294). Les éléments de continuité, renforcés par le non-renouvellement ouvrier et militant, l’emportent, appuyés sur une forme de nostalgie partagée et une fidélité au groupe. Lors de la longue mobilisation contre la fermeture, la faiblesse du groupe est cependant révélée, malgré ses multiples tentatives pour l’empêcher. Si les ouvrières réactivent leur savoir-faire militant pour l’occasion, le rapport au genre est très différent de 1981-1982 : la presse rend compte du caractère féminin de la lutte sur le registre de l’émotion : « parce qu’elles sont des femmes, elles émeuvent. Et parce qu’elles émeuvent, leur lutte est perçue comme une lutte féminine » (p. 336). Cette féminisation est vécue diversement par les militantes, mais certaines y voient une façon de dénigrer leur capital militant collectif. Les ouvrières sont décrites comme des victimes, et les compétences, l’expertise des leaders ne sont pas reconnues. En ce sens, les militantes sont victimes d’une dépolitisation de leur lutte et d’une déconstruction de leur capital militant, tandis que la presse les valorise comme épouses et comme mères et pas comme militantes et syndicalistes. De même, la perspective du licenciement et du chômage leur ferme les « espaces masculins que constituent traditionnellement l’usine et plus largement le travail » (p. 363), en les renvoyant à la figure féminine de la femme au foyer. Face à ces processus, les Chantelle disposent cependant de marges de manœuvre pour répondre à la victimisation et au misérabilisme, jouant notamment, selon des modalités variées, du stigmate de leur spécificité féminine, construisant ce qu’Eve Meuret-Campfort appelle « une contre-image de la féminité » (p. 385), « joyeuse, victorieuse, capable de bravoure et d’affrontement ». Cette utilisation de leur identité de femme est cependant un facteur de divergence entre les militantes de la CGT et de la CFDT. Les premières ont des comportements fortement transgressifs du point de vue du genre (elles boivent, fument, parlent fort, cherchent à faire rire) tout en mettant en scène un modèle de féminité exacerbée, potentiellement sexualisée. Les cédétistes sont très critiques de ces choix et attitudes, soucieuses de construire une image de respectabilité militante au maximum déconnectée des spécificités de genre. Il y a là deux conceptions du militantisme, les unes utilisant leur ressource de genre, les autres voulant faire valoir leurs compétences strictement militantes, mais aussi deux styles de féminité populaire et deux liens différents à l’appartenance de classe et à la culture populaire. La même logique s’applique après la fermeture de l’usine, entre des stratégies de reconversion individuelle valorisant l’émancipation qui résulte du militantisme et une forme de fidélité sociale plus grande des cégétistes. Les « filles de Chantelle » ont cependant en commun une forme de « féminité rebelle », s’étant approprié un répertoire d’action et des rôles socialement construits comme masculins, contre les assignations de genre et de classe, avant d’y être renvoyées lors de la fermeture de l’usine.

Eve Meuret-Campfort aborde des questions déjà au cœur d’études historiques et sociologiques anciennes, mais sa démarche enrichit la compréhension des phénomènes étudiés et de la période considérée. Le caractère hors normes de cette séquence combinant emploi ouvrier féminin et mobilisations produit un bon observatoire du lien complexe entre appartenance de classe et de genre. La démonstration de l’exceptionnalité de Chantelle aurait pu s’appuyer sur des comparaisons plus précises, fondées sur des données sociologiques générales ou d’autres exemples d’expériences professionnelles et militantes. De même, les formes de déplacement individuel et collectif permises par des mobilisations qui suspendent partiellement et temporairement les normes habituelles auraient pu être analysées de manière plus systématique. La dimension micro-locale est cependant contextualisée de façon convaincante. Cette articulation permet d’aborder la question majeure de la transformation des féminités populaires par l’arrivée massive des femmes dans le monde du salariat, mais aussi la transformation de ce dernier, marqué par une dévaluation progressive des normes de la virilité ouvrière et une valorisation dans les secteurs qualifiés des qualités considérées comme féminines. La médiation syndicale joue ici un rôle important, à distance d’un féminisme risquant d’affaiblir une légitimité déjà fragile, à distance aussi, pour l’essentiel, d’une émancipation individuelle que les conditions concrètes de la position des ouvrières rendent fort difficile.

Ingrid HAYES


  1. ((L. Lee Downs, L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Paris, Albin Michel, 2002. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (26 mars 2023). Eve Meuret-Campfort, Lutter « comme les mecs ». Le genre du militantisme ouvrier dans une usine de femmes. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gw


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search