Bertrand Tillier, La disgrâce des statues. Essai sur les conflits de mémoire, de la Révolution française à Black Lives Matter.

Paris, Payot, « Histoire Payot », 2022, 295 p.

Le meurtre de George Floyd et les réactions planétaires qu’il a suscitées ont conféré une actualité brûlante aux dégradations et reconfigurations de la statuaire publique et aux questions que soulève la présence dans l’espace public de personnalités hier honorées mais aujourd’hui dénoncées à divers titres, dont, s’agissant de Black Lives Matter et de ses multiples déclinaisons, la traite et l’esclavage.

L’ouvrage de Bertrand Tillier réinscrit cette flambée contemporaine et les débats qu’elle a suscités dans la longue durée de ce qu’il propose de nommer la « statuoclastie », distincte du vandalisme et de l’iconoclasme en ce qu’elle s’exerce à l’encontre exclusif de la statuaire publique. Caractérisées par leur matérialité et leur inscription dans l’espace public, susceptible de débats et de combats préalables, les statues suscitent en effet, souligne-t-il, des attaques spécifiques qu’il convient d’aborder pour telles, sans toutefois les isoler des questions politiques plus vastes dont elles ont une déclinaison.

L’ouvrage ne s’assigne pas l’objectif d’« allonger la liste des exemples », mais de « se soustraire aux particularismes pour dégager une réflexion d’ordre général propice à interroger les cadres, mécanismes et enjeux sociaux des actions collectives conduites à l’encontre de ces signes publics » et, débordant chacune des conjonctures ayant suscité une poussée de statuoclastie, embrasse des questions de nature anthropologique, au premier rang desquelles la magie.

Il engage à tel effet une réflexion de longue durée, de la Révolution française à nos jours, en empruntant des exemples à l’Afrique du Sud, à l’Europe occidentale, aux démocraties populaires à l’heure de leur effondrement, au Moyen-Orient et aux États-Unis, interrogeant aussi bien la statuoclastie advenue lors de la chute de régimes dictatoriaux ou autoritaires ayant saturé l’espace public de marqueurs symboliques que la « critique démocratique » advenue « par éclipses », dans des pays dotés d’un espace public autorisant d’autres formes d’expression ou de contestation et caractérisés, en temps ordinaires, par des habitudes de cohabitation indifférente entre statues et passants. Ce vaste champ suppose de mobiliser une abondante bibliographie française et étrangère, utilement recensée au terme de l’ouvrage et abondamment citée au fil des pages, parfois jusqu’à l’excès dès lors qu’une simple note de référence pourrait alléger certaines d’entre elles.

L’ouvrage doit à son assise de comporter des développements connus du lecteur familier de ces questions, s’agissant en particulier, dans ses premiers chapitres, des processus antérieurs par lesquels, avant d’être contestée et de subir des attaques physiques, une statue publique est décidée et projetée, mise en forme et érigée. L’ouvrage n’en est pas moins original à plus d’un titre. Il accorde une importance majeure à la « vie sociale » des statues, s’affirmant, une fois passé le temps des inaugurations, en objet de réception et en support d’usages, n’excluant pas de longues séquences d’indifférence qui rendent d’autant plus inattendus les moments paroxysmiques de remise en cause critique. De nombreux développements déplacent l’angle d’approche en complexifiant et en enrichissant par là les débats contemporains. Mentionnons les pages consacrées à ces « usages » et « mésusages » des statues que sont les cartes postales et la publicité, aux relais médiatiques qui pérennisent l’éphémère en démultipliant la portée de la statuoclastie, ou aux contestations et rejets de l’art contemporain (Mac Carthy, Anish Kapoor…) qu’on associe rarement aux exemples plus explicitement politiques de statuoclastie. Bertrand Tillier souligne là le rôle notable de l’extrême droite intégriste, qui tient ces œuvres pour des symptômes d’une dégénérescence morale, culturelle et identitaire. Il aborde également l’antimonumentalité revendiquée par Gerz, Salcedo et d’autres, soucieux d’instituer la statue qu’ils veulent éphémère en « agora citoyenne ». Mentionnons encore les riches développements consacrés, in fine, à l’après de l’événement statuoclaste et aux solutions permettant, sous l’égide des pouvoirs publics, un rééquilibrage des mémoires permettant de tenir compte des dimensions historiques, artistiques et patrimoniales des objets, propres à enrichir l’indispensable réflexion contemporaine sur ce phénomène redevenu d’une actualité brûlante.

Danielle Tartakowsky



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 31 mars). Bertrand Tillier, La disgrâce des statues. Essai sur les conflits de mémoire, de la Révolution française à Black Lives Matter. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0gz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search