Emmanuel Destenay, Conscription, US Intervention and the Transformation of Ireland, 1914-1918. Divergent Destinies.

Londres, Bloomsbury, 2022, 250 p.

L’historiographie irlandaise considère traditionnellement l’insurrection de Pâques, en 1916 à Dublin, comme un tournant expliquant le ralliement soudain de la majorité des Irlandais à la cause du nationalisme républicain, contre les revendications modérées jusque-là dominantes1. L’Irish Parliamentary Party (IPP), chantre d’un nationalisme constitutionnel, hostile à tout fait d’armes, réclamait en effet le « Home Rule », soit une forme d’autonomie limitée, et l’indépendance du pays n’était portée que par un petit groupe de radicaux2. Pour Emmanuel Destenay, c’est sous-estimer l’importance d’un événement aussi majeur que la Première Guerre mondiale, et donner trop de poids à une insurrection de courte durée qu’une répression britannique féroce et disproportionnée a transformée en mythe fondateur. Il fait donc une autre hypothèse, considérant les évolutions de l’opinion irlandaise sur un temps plus long : il attribue notamment le ralliement progressif au Sinn Fein à sa position contre la conscription obligatoire que la puissance coloniale tente de mettre en œuvre en Irlande pendant la guerre, et impose en 1918. Il y ajoute le fait que le Sinn Fein adapte sa propagande aux préceptes wilsoniens, une fois les États-Unis entrés en guerre, se situant sur le terrain de l’autodétermination des peuples.

Aux archives militaires et diplomatiques de Londres, aux bases de données constituées par l’État irlandais entre 1947 et 1957 s’ajoutent ici les archives d’un Quai d’Orsay informé par ses représentants à Dublin et à Londres et inquiet qu’une diversion irlandaise puisse affaiblir son principal allié militaire dans la guerre ou lui aliène le soutien américain. Il s’agit de la source principale mobilisée par l’auteur pour analyser l’évolution de l’opinion publique irlandaise. S’il fait avant tout œuvre d’histoire politique et diplomatique, il revendique également le fait d’intégrer les dimensions sociale et culturelle des phénomènes analysés.

À la veille de la guerre, la Chambre des Communes à Londres avait voté le « Home Rule bill », qui accordait une part d’autonomie au Parlement irlandais. Cette décision faisait cependant fi d’un élément important de l’équation, l’opposition farouche de l’Ulster et de ses représentants à toute forme d’éloignement politique et institutionnel d’avec le Royaume-Uni. Cette opposition a pris des formes très concrètes, notamment une volonté des Unionistes de résister par les armes, et le refus des officiers militaires présents en Ulster d’envisager une répression contre eux. La perspective du Home Rule était donc grandement fragilisée, avec l’éventualité d’un affrontement armé et, déjà, l’hypothèse d’une partition de l’île. Cet élément a fortement fragilisé la situation de l’IPP.

Le début du conflit mondial vit cependant un enrôlement volontaire de plusieurs dizaines de milliers d’Irlandais (environ 50 000 entre août 1914 et février 1915) dans l’armée britannique, y compris des membres des deux organisations paramilitaires opposées, les Unionistes de l’Ulster Volunteer Force (UVF) et les nationalistes des Irish Volunteers (IV). Ce chiffre témoigne du soutien à l’effort de guerre d’une partie de l’opinion irlandaise, mais il semble qu’il soit assez différencié entre les principales zones urbaines et les régions rurales, où la guerre apparaît comme très distante, même si elle semble avoir profité à une partie des agriculteurs du sud de l’île. Londres fit preuve de prudence, n’imposant pas la conscription obligatoire qui valait dans le reste de la Grande-Bretagne. Les représentants français en Irlande observaient cependant la situation avec une certaine inquiétude, s’étonnant que les Britanniques n’agissent pas contre les activités maintenues des Irish Volunteers et craignant l’influence de la propagande allemande. Le dernier rapport de Jean de Longchamp, consul général, en fait état, quelques jours avant l’insurrection de 1916.

Celle-ci n’est cependant pas considérée par les diplomates français comme un tournant s’agissant de l’opinion publique irlandaise, qui y était très majoritairement défavorable et n’a pas résisté à l’intervention britannique pour reprendre le contrôle de Dublin. Il leur apparaît que les craintes concernant la possibilité d’une conscription obligatoire, ravivées en octobre 1916, ont joué un rôle plus important dans le renforcement de la position du Sinn Fein que la condamnation par l’opinion de l’exécution des dirigeants de l’insurrection. Les premiers signes tangibles datent en effet plutôt de la fin de l’année, et sont confirmés par quatre élections partielles en 1917, qui virent la victoire de dirigeants du Sinn Fein, après des campagnes centrées sur le risque et le refus de la conscription. L’insurrection de 1916 est intégrée dans cet argumentaire, se justifiant a posteriori notamment parce qu’elle aurait empêché que la conscription obligatoire frappe l’Irlande. Durant ces campagnes, le Sinn Fein parvint à convaincre de la duplicité d’un IPP présenté comme favorable à l’enrôlement obligatoire des Irlandais, tandis que l’évolution des discussions avec Londres indique de plus en plus nettement à l’opinion que le gouvernement britannique n’envisage plus le Home Rule que dans le cadre d’une partition.

L’ouvrage fournit peu d’éléments sur la réorganisation concrète du Sinn Fein en termes d’implantation et de moyens de propagande de masse. Il permet cependant de comprendre le tournant opéré dans l’argumentation des nationalistes radicaux à partir de la Convention d’avril 1917. Le Sinn Fein tente désormais de convaincre que ce n’est pas dans les couloirs de Londres ou de Westminster que les revendications seront satisfaites, mais dans le cadre de la future Conférence de paix, où l’Irlande devrait selon lui être représentée. L’indépendance de l’Irlande est présentée comme à portée de main dès lors qu’elle est compatible avec les déclarations de Wilson prenant parti pour l’autodétermination des peuples, tandis que le Home Rule est décrit comme une revendication dépassée. L’auteur montre que ce tournant dans la propagande s’accompagne d’un soutien de plus en plus explicite de l’Église catholique au mot d’ordre d’indépendance, et d’une forte augmentation du nombre de sympathisants du Sinn Fein, ce qu’indiquent à la fois les observations des diplomates français et les rapports de la police royale irlandaise.

Cette évolution est liée à l’internationalisation réelle de la question irlandaise à partir de l’entrée en guerre des États-Unis. Cette dernière modifie profondément les coordonnées de la situation, pour le courant républicain favorable à l’indépendance irlandaise aux États-Unis, qui, dans le contexte de la neutralité américaine, avait pu miser jusque-là sur une défaite de la Grande-Bretagne, et pour les « Home rulers », empêtrés dans leurs négociations avec Londres et les Unionistes alors que la clé de la situation se situait désormais à Washington. La diplomatie française, de son côté, acte le fait que le soutien des États-Unis aux Alliés est conditionné au fait que Londres s’engage à trouver la voie d’un règlement politique et non militaire à l’agitation en cours en Irlande et aux revendications des nationalistes.

Emmanuel Destenay établit également, pour expliquer l’influence grandissante du Sinn Fein en Irlande, outre l’importance du combat contre la conscription et l’identification aux idéaux d’autodétermination, le poids des revendications agraires des agriculteurs, tandis que les Républicains multiplient les actions armées pour réquisitionner les terres et empêcher les exportations de produits alimentaires vers le Royaume-Uni. Mais c’est, selon les archives du Quai d’Orsay, la décision inattendue du gouvernement britannique d’imposer la conscription obligatoire en Irlande en avril 1918 qui finit d’affaiblir l’Irish Parliamentary Party et d’enterrer la perspective du Home Rule. Le gouvernement, d’après les sources mobilisées, n’eut jamais l’intention d’imposer la conscription dans les faits, mais était en effet pris entre la pression des Unionistes favorables à une généralisation de la conscription à l’Irlande et la nécessité, pour justifier une nouvelle phase d’enrôlement obligatoire dans le reste du Royaume-Uni, d’enlever aux opposants l’argument de l’exception irlandaise. Mais cela signifiait paradoxalement affaiblir encore sa capacité à reprendre le contrôle de la situation en Irlande, et s’opposer aux principes wilsoniens. Deux éléments supplémentaires en font foi. En mai 1918, le gouvernement britannique procéda à l’arrestation des principaux dirigeants du Sinn Fein accusés de complicité avec l’Allemagne, ce qui ne convainquit ni l’opinion ni la presse libérale au Royaume-Uni. En décembre, le Sinn Fein remporta haut la main les élections au parlement irlandais, face à l’Irish Parliamentary Party, profitant de surcroît, d’après les diplomates français, de la récente extension du nombre d’électrices et d’électeurs et du vote d’une jeunesse qui avait été empêchée d’émigrer depuis le début de la guerre. Rappelons que Londres refusa de reconnaître le résultat des élections, provoquant par là le début de la guerre d’indépendance.

L’ouvrage d’Emmanuel Destenay contribue indéniablement, avec d’autres3, à remettre en question l’historiographie traditionnelle s’agissant du rôle de l’insurrection de 1916. Les sources mobilisées apportent un éclairage très utile sur l’évolution de l’opinion publique irlandaise. Le bât blesse cependant parfois pour ce qui concerne les explications et analyses des changements constatés, notamment en l’absence d’éléments sur l’organisation et l’implantation des deux partis politiques considérés. Les pistes sociale et culturelle ne sont qu’esquissées, et mériteraient sans doute d’être davantage explorées.

Ingrid Hayes




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 20 avril). Emmanuel Destenay, Conscription, US Intervention and the Transformation of Ireland, 1914-1918. Divergent Destinies. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0h1

  1. Voir par exemple C. Townshend, Easter 1916. The Irish Revolution, Londres, Penguin Books, 2005. []
  2. C. Mulvagh, The Irish Parliamentary Party at Westminster, 1900-1918, Dublin, University College Dublin Press, 2016. []
  3. F. McGarry, The Rising Ireland: Easter 1916, Oxford, Oxford University Press, 2010. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search