Christian Bessy et Claude Didry (dir.), L’économie est une science réflexive. Chômage, convention et capacité dans l’œuvre de Robert Salais.

Villeneuve-d’Ascq, Presse universitaire du Septentrion, « Capitalismes-éthique-institutions », 2022, 374 p.

En 2019, deux journées d’étude étaient organisées en l’honneur de l’économiste Robert Salais, à l’occasion de son départ de l’École normale supérieure de Paris-Saclay (ex-Cachan). C’est alors que s’est dessiné le projet de cet ouvrage coordonné par Christian Bessy et Claude Didry. Ils y ont fait le choix de mettre en exergue l’« engagement réflexif » de Robert Salais comme chercheur, qu’ils présentent en écho à son « engagement » professionnel et politique en tant que statisticien à l’Insee en début de carrière. L’ouvrage est organisé en six parties et vingt-cinq chapitres, mobilisant vingt-sept auteurs. Il n’est donc pas envisageable d’en résumer l’entièreté ici. Je suivrai toutefois le plan de l’ouvrage pour présenter le contenu et les principaux apports des différentes parties.

La première partie est consacrée au rôle de Robert Salais dans la structuration et l’animation d’une « politique de recherche » caractérisée par son internationalisation et son interdisciplinarité. Dans le premier chapitre, Laurent Thévenot revient sur la période où Robert Salais dirigeait la « post-soixante-huitarde division Emploi » de l’Insee, désignée comme le terreau original de la posture de critique réflexive adoptée plus tard par Robert Salais comme chercheur. Dès ce premier chapitre, Laurent Thévenot évoque la « passion d’histoire » de Robert Salais, une passion qui s’incarne dans son œuvre mais aussi dans son parcours. De fait, dans le deuxième chapitre, Michel Margairaz témoigne de l’« interdisciplinarité respectueuse » de Robert Salais, une posture qu’illustre bien la création commune d’une unité mixte de recherche alliant histoire, sociologie, droit et économie (l’UMR IDHES en 1997). Dans un mouvement de balancier de l’histoire des sciences sociales, Michel Margairaz situe la création de cette unité comme un retour vers une « histoire économique et sociale, quantitative et “totale” » renouvelée – en réponse au « tournant critique » porté par les Cultural Studies et l’histoire politique. Selon lui, les travaux de Robert Salais ont été d’un apport précieux aux historiens. Il cite notamment son ouvrage L’invention du chômage1comme leur donnant les clés d’une « démarche consistant à saisir les catégories statistiques comme des constructions sociales ». Deux apports complémentaires sont également mis en avant : la réflexion sur les « mondes de production » permettant de sortir de la dichotomie micro/macro-histoire et celle sur les « conventions d’État » permettant de sortir de la dichotomie État-économie. Les deux derniers chapitres de cette partie mettent en lumière le rôle de passeur de sciences qu’a joué Robert Salais au niveau international (voir le chapitre de Rainer Diaz-Bone) et avec le monde syndical, en l’occurrence la CGT (voir le chapitre de Jacques Léger).

Les parties suivantes sont thématiques, évoquant chacune un des axes de recherche de Robert Salais. La deuxième partie porte sur la construction des catégories élémentaires de l’économie du travail (celle de chômage, évidemment, mais aussi celles d’activité, d’emploi ou d’entreprise, par exemple), leur imbrication et la nécessité de les inscrire dans leur contexte historique. Plusieurs chapitres proposent des analyses à la manière de Robert Salais. C’est le cas de celui de Paul Lagneau-Ymonet et Bénédicte Reynaud sur la genèse (tardive relativement à la France) de la catégorie « chômeur » en Grande-Bretagne, celui de Noel Whiteside interrogeant les reconfigurations de la catégorie « chômeur » face aux politiques d’« activation » des chômeurs en Grande-Bretagne et plus généralement dans l’Europe contemporaine, ou encore celui d’Alessandro Stanziani sur les formes du travail forcé. Adoptant une optique différente, c’est à la lumière de son expérience partagée avec Robert Salais comme conseiller (officieux) auprès de Jack Ralite, ministre communiste de l’Emploi (en 1983-1984), et de l’ouvrage qu’ils ont alors coécrit2, que Jacky Fayolle retrace leur souci de considérer l’entreprise comme catégorie clé de la politique de l’emploi. Jean Luciani, quant à lui, nous donne à voir la recherche en action en décrivant les rouages des projets d’histoire économique menés autour de Robert Salais dans les années 1980 et 1990, notamment ceux exploitant l’enquête de l’Office du travail sur les salaires et la durée du travail en France (1893-1897).

La troisième partie de l’ouvrage s’inscrit dans le sillage de l’ouvrage sur les mondes de production3, coécrit par Robert Salais et Michael Storper en 1993. Les auteurs y ont proposé une grille de lecture de l’économie croisant méthodes de production (qualité du travail) et profil de consommation (qualité des produits). Les quatre chapitres de cette partie constituent tous des prolongements de la typologie proposée en 1993. Deux d’entre eux sont des monographies approfondies, dans l’esprit de celles menées par Robert Salais et Michael Storper. Elles illustrent la richesse et l’actualité de la grille de lecture proposée en l’appliquant à l’analyse des dynamiques transformationnelles d’une entreprise de production de chaussure française (pour Florent Le Bot) et d’un groupe automobile allemand, Daimler-Benz (pour Jürgen Kädtler). En rappelant l’écart entre une typologie définissant les mondes possibles et la situation économique effective d’un pays, le chapitre écrit par Gabriel Colletis souligne tout l’intérêt qu’il peut y avoir à mobiliser l’analyse en termes de mondes de production pour penser une politique industrielle – dans le cas de la France des années 1980, comme l’ont fait Robert Salais et Michael Storper, mais aussi en l’appliquant au cas de la Grèce dans le contexte de la crise des dettes souveraines du début des années 2010 (comme l’a fait Gabriel Colletis dans une réflexion commune avec Robert Salais). Le dernier chapitre est un texte inédit de Robert Salais, datant de 1995, proposant une analyse de l’innovation comme fruit de processus délibératifs (dans un contexte incertain) adossés à la présence d’un bien commun (survie de l’entreprise ou développement local, par exemple). Il constitue une illustration précieuse de la perspective constructiviste proposée par Robert Salais ici appliquée à la catégorie « innovation ».

La quatrième partie de l’ouvrage inscrit le courant de pensée de l’« économie des conventions », dont Robert Salais est l’un des fondateurs, dans le contexte des approches institutionnalistes (ou hétérodoxes) en économie. Le chapitre d’Olivier Favereau restitue quelques étapes de leur parcours « conventionnaliste » commun pour mieux interroger le potentiel d’enrichissements théoriques futurs qui pourraient découler du croisement de leurs travaux respectifs sur l’État (pour Robert Salais) et l’entreprise (pour Olivier Favereau). Pascal Petit, représentant ici le courant de la théorie de la régulation, interroge les complémentarités passées des deux courants de pensée pour mieux poser la question de leurs potentielles fertilisations croisées futures, notamment pour la définition d’objectifs de développement durable. Le chapitre de Laure Bazzoli et Thierry Kirat souligne la forte complémentarité entre la perspective pragmatique de John R. Commons et l’approche de Robert Salais pour appeler au développement de travaux croisant ces deux perspectives afin d’analyser le droit. En écho, dans le dernier chapitre de cette partie, le juriste britannique Simon Deakin met justement en exergue l’apport de l’économie des conventions pour comprendre et interroger la normativité du droit.

La cinquième partie de l’ouvrage est consacrée à l’Europe, un thème au cœur des travaux de Robert Salais depuis la fin des années 1990. Cette période incarne un double déplacement de la pensée de Robert Salais : de l’État aux institutions supranationales ; de l’économie des conventions à son croisement avec l’approche des capabilités de l’économiste indien Amartya Sen. Il propose alors de repenser les institutions au prisme de Sen, en soulignant la portée constructive des droits sociaux comme source de capacité d’action des individus. Cette approche est appliquée au projet européen, dans une première phase que l’on pourrait qualifier d’« enthousiaste », comme en témoignent les nombreuses collaborations, européennes et institutionnelles, qui la scandent (collaborations avec la direction « Emploi et affaires sociales » de la Commission européenne mais aussi des organisations européennes patronales et syndicales). Là encore, Robert Salais s’engage pleinement et adopte une démarche collective, mobilisant notamment de jeunes doctorants, comme en témoigne le chapitre d’Élodie Bethoux. Cette période est riche de réflexions théoriques originales, introduisant notamment la notion d’« institution capacitante » – réflexions auxquelles Bénédicte Zimmermann a pris part et dont elle décrit les apports dans son chapitre. Ici encore, Robert Salais mobilise l’histoire de la construction européenne et l’analyse détaillée des processus délibératifs qui l’ont émaillée pour mieux en saisir les ressorts contemporains, que ce soit dans la définition des objectifs de la politique de la concurrence (tels que décrits dans le chapitre de Frédéric Marty) ou de la politique de l’emploi (telle qu’analysée dans le chapitre de Joëlle Affichard). Ces travaux, mettant l’accent sur le rôle jugé prépondérant du benchmarking d’indicateurs peu ou pas débattus dans la construction des politiques communes, ont finalement conduit Robert Salais à développer un regard beaucoup plus critique sur le processus de construction européenne. De l’enthousiasme à la désillusion, la publication du Viol d’Europe4, en 2013, illustre bien ce tournant.

Ironie de l’histoire, la critique d’une politique européenne focalisée sur les chiffres a conduit Robert Salais à revenir vers ses premiers thèmes de recherche : la mesure et ses fondements. C’est alors la dimension démocratique de la quantification qui est mise en discussion. Ce questionnement est l’objet de la sixième et dernière partie de ce livre. Les travaux de Robert Salais soulignent que pour être socialement utile, la quantification (comme outil de « contrôle administratif ») doit s’appuyer sur des choix collectifs, garants de son « fondement démocratique ». Dans cet esprit, le chapitre de Martine Mespoulet interroge le caractère démocratique des délibérations mises en œuvre à l’échelle locale pour le pilotage des politiques publiques territoriales. Ota de Leonardis interroge quant à elle la possibilité même d’un processus démocratique de construction des données à la base des choix politiques. Les deux autres chapitres de cette partie questionnent les processus délibératifs et choix sous-jacents aux fondements des statistiques de l’emploi (à l’appui d’un entretien avec Robert Salais sur son activité à l’Insee, mené par Emmanuel Didier et Claude Didry) et de l’indice des prix (dans le chapitre de Florence Jany-Catrice).

Au titre de conclusion, la parole est donnée à Robert Salais. Il ouvre alors un nouveau questionnement, que l’on espère fructueux tant il est porteur d’enjeux, sur les choix d’indicateurs à la source des politiques écologiques, mettant au jour les acteurs et fondements à l’origine de choix de quantification clés pour nos options politiques. En écho à la dernière partie de l’ouvrage, gageons que le développement de ce type de travaux est la condition sine qua non de la mise en œuvre d’une action efficace et démocratique.

Héloïse Petit




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 30 avril). Christian Bessy et Claude Didry (dir.), L’économie est une science réflexive. Chômage, convention et capacité dans l’œuvre de Robert Salais. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0h2

  1. R. Salais, N. Baverez et B. Reynaud, L’invention du chômage. Histoire et transformations d’une catégorie en France des années 1890 aux années 1980, Paris, PUF, 1986. []
  2. J. Fayolle et R. Salais, Objectif emploi. Une gestion économique au service des hommes, Paris, Éditions sociales, 1984, préface de Jack Ralite. []
  3. R. Salais et M. Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993. []
  4. R. Salais, Le viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, Paris, PUF, 2013. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search