Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin et Vincent Hiribarren (dir.), Histoire du renseignement en situation coloniale.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2021, 294 p.

Couverture de l'ouvrage illustrée par la photographie noir et blanc, en contre plongée d'un groupe d'hommes africains, parlant avec un homme européen en uniforme et casque colonial
EAN : 9782753581760

Fin 2021, les Presses universitaires de Rennes ont fait paraître Histoire du renseignement en situation coloniale, dirigé par Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin et Vincent Hiribarren. Le premier est archiviste, chargé du fonds Foccart à propos duquel il a écrit un ouvrage. Le deuxième est chercheur indépendant et le troisième maître de conférences au King’s College de Londres. Cet ouvrage en français tombe à point nommé, alors que les ouvrages en anglais sur la question sont maintenant nombreux et que des travaux en français se développent actuellement. L’ouvrage ne cherche pas à faire une synthèse des travaux existants ni à embrasser l’ensemble des situations coloniales possibles, mais à mettre en avant des études en cours ou récentes.

L’introduction, stimulante, présente les enjeux et les objectifs du livre. Le renseignement est défini comme l’une des composantes d’une panoplie disciplinaire plus large, qui en situation coloniale « s’appuie sur l’asymétrie et la violence de l’appareil d’État colonial » (p. 9). L’enjeu pour les auteurs est d’en faire une histoire par le bas, qui ne soit pas focalisée sur les seuls aspects administratifs et politiques qu’implique le renseignement, en bref « de dépasser la question du contenu du renseignement pour se diriger vers celui (sic) de la fabrique du renseignement ». Il s’agit donc d’être attentif aux figures des employés ordinaires de ces services, notamment des informateurs indigènes, identifiés comme des figures de l’entre-deux, entre le monde des colonisateurs et celui des colonisés. Pour mener à bien cette ambition, les auteurs soulignent l’importance de ne pas se focaliser sur les seuls moments de guerres coloniales, mais d’observer au long cours et au quotidien le fonctionnement des services. Les auteurs se réclament d’un ancrage empirique fort, reprochant tacitement à l’histoire impériale ou globale de ne pas parvenir « à s’incarner à l’échelle locale et quotidienne ».

L’ouvrage se compose de trois parties. La première, intitulée « le renseignement par et pour l’État colonial », regroupe des contributions qui n’échappent pas complètement à l’histoire institutionnelle et politique de bureaucraties du renseignement. Au cœur de cette partie se situe la délicate question des rapports entre renseignement et exercice du pouvoir. Dans sa contribution intitulée « Renseigner pour gouverner en contexte de décolonisation », Sylvain Mary étudie cette dialectique à l’aune de deux cas d’études complémentaires : les émeutes de Fort-de-France (Martinique) les 20, 21 et 22 décembre 1959 et celles de Basse-Terre (Guadeloupe) en mars et mai 1968. En Martinique, les autorités sont préoccupées par la proximité de la révolution cubaine de janvier 1959, et par les rapprochements avec l’actualité algérienne, en pleine guerre d’indépendance que les militants ne manquent pas de faire eux-mêmes, à l’instar de Frantz Fanon. Le pouvoir déploie les forces de la répression. La Section d’études et de renseignement (SER), organe de renseignement du ministère des Colonies à l’échelle impériale, créée la même année, dément quant à elle un scenario à l’algérienne et caractérise les événements comme des émeutes de la faim, recommandant au pouvoir de ne pas davantage réprimer au risque d’attiser la colère. Il est dans ce cas entendu. Inversement en Guadeloupe, il n’est pas écouté par l’exécutif. Celui-ci (notamment dans le binôme Jacques Foccart-Charles de Gaulle) voit dans les soulèvements le fruit du Groupe d’organisation nationale de la Guadeloupe, parti maoïste incarnant pour le pouvoir la main de Moscou ou de Pékin. L’exécutif entame alors une bataille judiciaire avec le groupe, alors que la SER l’informe que ses militants ne sont pas à l’origine des soulèvements. La justice donne d’ailleurs raison au renseignement, acquittant treize des dix-huit accusés, les cinq autres écopant de sursis. La contribution suivante, de Victor Perreira, et intitulée « Au cœur de l’archipel du renseignement : la Police internationale et de défense de l’État (PIDE) », éclaire la même problématique, en évoquant enfin en langue française le fameux service de renseignement portugais1. Ce service très important est notamment au cœur du Museu do Aljube de Lisbonne, consacré à la Révolution des Œillets (1974) et à sa répression. Victor Perreira montre que la PIDE a l’originalité d’être un service de renseignement impérial, au sens plein du terme, incluant métropole et colonies portugaises dans son champ d’action à partir de 1954. Cette implantation coloniale est d’abord très modeste, et le service ne compte que vingt-sept agents au Mozambique, vingt-six en Angola et cinq en Guinée-Bissau à sa fondation, soit cinquante-huit agents dans les colonies sur 755 agents au total. Vingt ans plus tard, la PIDE compte 56 % de ses agents outre-mer, dont 800 en Angola, 583 au Mozambique et 81 en Guinée-Bissau. Ce service parvient à surveiller les plus hautes sphères militantes : Agostinho Neto, futur président de la République populaire d’Angola, est ainsi l’objet de plus de 4 500 pages de renseignements.

La deuxième partie est intitulée « Culte du terrain et renseignement de choc ». Elle cherche à observer les acteurs du renseignement au plus près de leurs pratiques. La contribution de Romain Tiquet met en lumière une circulaire rédigée en 1950 par le directeur de l’Inspection générale des services de Sûreté, R. Guidon-Lavalée. Ce document, intégralement retranscrit, explique aux agents sous son autorité comment rédiger une notice de renseignement utile. L’auteur incite ses subordonnés à hiérarchiser les informations, et à ne pas s’en tenir à de simples descriptions pour également faire valoir leurs analyses. Il recommande également de ne pas justifier outre mesure leurs choix de rédaction, incitant les agents à plus d’autonomie. Romain Tiquet explique à raison que ces fiches de renseignement contribuent plus largement à forger au sein des administrations un véritable sens commun colonial, ensemble de présupposés considérés comme irréfutablement vrais.

Enfin, la troisième partie explore ce qu’est « le renseignement aux yeux des colonisés ». Parmi les contributions, celle de Jean-Pierre Bat revient sur la figure des indicateurs des services de renseignement. Il étudie le profil de deux indicateurs. D’une part, l’agent Kobus, agent clef de, simultanément et sans qu’ils ne le sachent, plusieurs services de renseignement français. « Retourné » par les services français à la faveur d’une arrestation en 1950, ce militant messaliste est démasqué par ses camarades du Front de libération national algérien, sa tête est mise à prix et il est en effet décapité par les nationalistes. L’auteur note néanmoins sa capacité à naviguer entre les services et les militants, bernant tout le monde pendant un temps. D’autre part, Jean-Pierre Bat revient sur le cas – désormais bien connu – de Lamine Senghor, en se servant des archives conservées aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) et dans le « Fonds de Moscou » aux Archives nationales. Tirailleur sénégalais blessé par les gaz moutarde, Lamine Senghor adhère à l’Union intercoloniale en 1924, association de colonisés en France proche du Parti communiste. Le militant meurt en 1927 après avoir milité dans plusieurs organisations anti-impérialistes, rédigé des dizaines d’articles révolutionnaires et tenu la tribune dans autant de meetings. Or, en 1924, il aurait contribué à renseigner le Service de contrôle et d’assistance en France des indigènes des colonies (CAI), service créé par Albert Sarraut au ministère des Colonies en 1923 pour épier les colonisés dans l’Hexagone2. À plusieurs égards, cette étude de cas n’est pas satisfaisante. D’une part, l’auteur se base principalement sur le travail de Michael Goebel, auquel il attribue la paternité de l’identification de Lamine Senghor comme « agent Martin3 ». En réalité, l’information est bien connue depuis la thèse d’Olivier Sagna, en 19884. D’autre part, la contribution évoque « les rapports [de l’agent Martin] conservés aux ANOM » (p. 233), sans donner de cote. En réalité, cet « agent Martin » dont les ANOM conservent le carton est un autre homme (évoqué de façon très allusive p. 235), puisqu’il ne produit de documents qu’exclusivement après la mort de Lamine Senghor5. En réalité, seuls cinq rapports peuvent être attribués de façon relativement certaine à Lamine Senghor6. Du fait de ces approximations, la contribution ne tire pas de conclusion très poussée de cette étude de cas, si ce n’est une série d’interrogations (p. 234).

À l’instar de ce dernier cas, l’ensemble de l’ouvrage cherche à dépasser une approche structurale pour insister sur les marges de manœuvre (ou l’agency) dont disposent les acteurs dominés comme les indicateurs. Le face-à-face du mouchard avec son officier traitant permettrait au premier d’arracher des avantages, de négocier quelques bénéfices, voire de ménager son quant-à-lui. Or, la nécessité de chercher de maigres espaces de liberté devrait plutôt attirer l’œil sur le poids inouï de la domination qui repose sur ces acteurs, si misérables qu’ils en sont disposés à contribuer à l’ordre qui les assujettit. L’objectif du livre était d’inclure les indicateurs dans les vastes études des « intermédiaires » de la colonisation, souvent pertinentes pour étudier l’ordre colonial à partir d’une démarche micro-historique. Si la démarche est la bienvenue, la conclusion relève en partie d’un biais propre aux études des marges de manœuvre, qui postulent qu’elles illustrent une (marge de) liberté alors qu’elles montrent surtout la domination.

Vincent Bollenot




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 1 juin). Jean-Pierre Bat, Nicolas Courtin et Vincent Hiribarren (dir.), Histoire du renseignement en situation coloniale. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0h5

  1. Voir aussi F. Pereira Marques, « Notes sur les archives de la PIDE/DGS », Sigila, n° 36, 2015, p. 131‑140. []
  2. V. Bollenot, « Maintenir l’ordre impérial en métropole : le service de contrôle et d’assistance en France des indigènes des colonies (1915-1945) », thèse de doctorat en histoire, Université Paris 1, 2022. []
  3. M. Goebel, Anti-Imperial Metropolis. Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism, New York, Cambridge University Press, 2015. []
  4. O. Sagna, « Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anti-colonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939) », thèse de doctorat en histoire, Université Paris VII, 1986, p. 310 []
  5. ANOM, FM 2SLOTFOM/9. []
  6. V. Bollenot, « Maintenir l’ordre impérial en métropole… », op. cit., p. 548. Travail mis à disposition après la publication de l’ouvrage commenté []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search