Anthony Guyon, Les tirailleurs sénégalais. De l’indigène au soldat, de 1857 à nos jours.

Paris, Perrin, 2022, 384 p

L’auteur, Anthony Guyon, est enseignant et chercheur associé au Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES), rattaché à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Sa thèse, soutenue en 2017, constitue le terreau fertile d’où est né l’ouvrage consacré à ces dizaines de milliers de jeunes africains devenus soldats, de la création de la première unité dite « sénégalaise » en 1857 aux indépendances des territoires de l’Afrique subsaharienne française (AOF et AEF). L’aspect mémoriel permet à l’auteur de prolonger son analyse jusqu’à nos jours. Si le travail de recherche initial fut limité à la période de l’entre-deux-guerres, l’ouvrage quant à lui embrasse toute la période coloniale et constitue une synthèse bienvenue sur ces tirailleurs, terme réservé aux militaires assujettis. Plus encore, l’auteur nous propose une histoire sociale de ces hommes, vue « par le haut » grâce aux archives des états-majors et des différents services de la Direction des troupes coloniales, mais aussi une histoire « par le bas » en rendant compte du quotidien du soldat africain. Anthony Guyon poursuit et complète utilement les travaux de recherche entrepris dans les universités francophones, depuis notamment Marc Michel, mais aussi anglophones, comme Myron Echenberg. L’auteur s’inscrit d’ailleurs dès les premières lignes dans le sillage des travaux passés sur ces soldats africains : « ce serait négliger l’immense travail fourni au cours des quatre dernières décennies dans les domaines scientifique, politique et culturel ».

Si l’ouvrage est par certains aspects une histoire militaire de ces soldats colonisés, elle est aussi l’histoire d’une forme de travail en situation coloniale. L’approche sociale est rendue possible par l’exploitation d’un riche corpus, dans lequel certaines sources méconnues sont captivantes, celles du fonds de Moscou en particulier. Le choix de l’auteur de conclure chacun des chapitres par l’évocation du parcours d’un tirailleur contribue également à donner une épaisseur sociale au propos, car la masse des recrues africaines ne doit ni occulter la singularité du parcours de chacun, ni la complexité des relations tissées au cours de cette page d’histoire franco-africaine.

L’ouvrage se décompose en sept chapitres organisés de manière chronologique. Dans les deux premiers chapitres, l’auteur nous restitue la genèse de ces unités africaines jusqu’à la Grande Guerre. Leur création sous le Second Empire par Faidherbe, officier et gouverneur du Sénégal, répond d’abord à une nécessité, celle de disposer d’une force armée locale adaptée au milieu, capable de suppléer des soldats métropolitains en nombre insuffisant (l’armée coloniale attire peu en France) face aux défis de l’expansion coloniale. Mais il s’agit aussi de « convaincre […] les autorités métropolitaines des avantages économiques » à recruter des supplétifs aux soldes inférieures à celles des soldats européens. Les questions liées à l’inégalité des rémunérations, à la promotion sociale (notamment par l’accession aux grades supérieurs) souvent limitée, au consentement au métier des armes (est-on en présence d’une forme de travail contraint ?) sont dès le début posées et traversent tous les chapitres. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les tirailleurs sont utilisés pour la conquête puis la « pacification » des territoires convoités par la France en Afrique. Mais la campagne du Maroc, qui débute en 1907, « constitue […] un véritable laboratoire pour la compréhension des tirailleurs sénégalais », car l’armée constate leur sensibilité au froid, aux maladies pulmonaires, et jauge leur capacité à faire face à un adversaire relativement bien équipé. Si ces soldats ont pu jusque-là être accompagnés de leur épouse lors des opérations militaires, il n’en est plus de même après l’expérience marocaine. De supplétif le tirailleur devient soldat. Les rêves d’une « Force noire », théorisée en 1910 par Mangin dans un contexte de montée des tensions en Europe et de crise démographique en France, pousse l’armée à expérimenter la logistique nécessaire pour transporter et prendre en charge loin de chez eux des milliers de tirailleurs.

La Grande Guerre (chap. 3) est une étape décisive dans l’emploi par la France des colonisés en Europe, cette participation étant par ailleurs déterminante dans la construction de la « figure de l’indigène ». Il en fut de même pour le concept de « race guerrière », certains groupes étant réputés plus aptes à faire la guerre que d’autres, vision racialiste des temps coloniaux adaptée à des fins militaires. Mal considérés en 1914, utilisés en France comme en Orient, surexposés pour certains dans les offensives meurtrières (mais pas plus que le fantassin européen), les unités de tirailleurs africains finissent par convaincre les autorités de les employer de manière pérenne. Les six mois « d’hivernage » dans des camps pas toujours salubres du sud de la métropole permettent d’ausculter le quotidien d’un soldat africain en France, de mesurer les difficultés de commandement liées à l’incompréhension de la langue, à la prise en charge de l’alimentation, des loisirs du soldat, mais aussi les relations de domination inhérentes à sa position de subalterne. 200 000 jeunes hommes ont été détournés de l’économie rurale africaine, les recrutements forcés ou pas ont bien représenté « une pression sur les ressources vives des villages ». Beaucoup de jeunes hommes tentent d’échapper aux recruteurs par de multiples stratégies d’évitement, alors que certains territoires se révoltent pendant plusieurs mois. Reste la question des engagements consentis (mais à quel point ?), notamment au cours de la campagne de recrutement de 1918, véritable succès pour les autorités.

La période de l’entre-deux-guerres est abordée sous deux angles (chap. 4 et 5). Tout d’abord celui d’une « une force au service de l’empire ». La pression sur les populations d’AOF et d’AEF se poursuit par le décret de 1919 qui institue la conscription dans l’empire africain. La métropole meurtrie par l’hécatombe de la Grande Guerre a l’ambition d’étendre sa position de vainqueur en Allemagne (occupation de la Ruhr) et au Moyen-Orient (Syrie), alors qu’au Maghreb l’agitation réclame toujours plus d’effectifs (guerre du Rif, par exemple). Les tirailleurs sénégalais deviennent alors indispensables durant cette paix armée, mais restent cantonnés dans leur position subalterne. Les archives consultées permettent à Anthony Guyon de nous restituer (chap. 5) la prise en charge quotidienne par l’armée d’hommes racisés que l’on souhaite former et encadrer, mais sans se départir d’une différenciation de traitement : la durée du service obligatoire est deux fois plus longue que celle d’un jeune métropolitain, pour une solde toujours inférieure à celle du citoyen français, et son quotidien est étroitement encadré par l’institution militaire. Si quelques promotions d’officiers ou de sous-officiers sont désormais plus volontiers ouvertes, elles demeurent modestes au regard du nombre de soldats colonisés : près de la moitié des effectifs de l’infanterie coloniale.

Quand le second conflit mondial éclate (chap. 6), les autorités françaises ont intégré ces soldats d’Afrique dans leur dispositif et peuvent compter sur l’expérience accumulée au fil des années pour recruter, acheminer et utiliser cette main-d’œuvre militaire. Mais les déboires de l’état-major en 1940 ruinent les illusions initiales et coûtent la vie à 20 000 soldats coloniaux en mai-juin 1940, alors que 15 000 tirailleurs sénégalais sont faits prisonniers. Le racisme idéologique nazi et les traces durables du fantasme de la « honte noire » forgé lors de l’occupation de la Ruhr expliquent les massacres de tirailleurs prisonniers en 1940 et le refus de les accueillir sur le territoire du Reich. Beaucoup participeront d’ailleurs à la Résistance contre l’occupant, après avoir fui leur Frontstalag métropolitain. La participation de ces soldats aux combats d’une France libre largement tributaire de l’empire colonial n’efface nullement leur frustration de ne pas être reconnus comme des égaux. Cumulée à des revendications salariales légitimes, elle s’exprime par le mécontentement des démobilisés, notamment à la fin de l’année 1944. Les morts de Thiaroye, près de Dakar, soulignent si besoin était les iniquités dont ces hommes furent victimes.

L’ultime chapitre, intitulé « le crépuscule (1945-2021) », permet cependant de constater que l’armée reste une opportunité d’emploi après 1945 quand la France tente de conserver son empire. La dernière génération de soldats coloniaux est aussi la plus ambiguë, entre sa participation aux guerres coloniales et son volontariat plus affirmé. L’armée se professionnalise à l’heure du colonialisme finissant et amalgame enfin en égaux ses soldats africains. La disparition du terme connoté de « tirailleur » illustre à elle seule cette égalité tant désirée par les générations passées d’Africains sous l’uniforme. Leur position très inconfortable au moment des indépendances explique leur effacement des récits nationaux en construction dans des États devenus souverains, alors que récemment une mémoire pacifiée de cette page d’histoire franco-africaine se dessine. L’ouvrage d’Anthony Guyon y contribue largement par sa rigueur historienne, par la qualité de son écriture et des sources utilisées. Il constitue une synthèse très solide pour de nouvelles recherches que l’auteur suggère dans sa conclusion, tout en permettant aux étudiants et curieux d’aborder la question au prisme d’une histoire sociale du fait militaire en contexte colonial.

Laurent Jolly



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 3 juin). Anthony Guyon, Les tirailleurs sénégalais. De l’indigène au soldat, de 1857 à nos jours. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://lms.hypotheses.org/15244

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search