Lola Zappi, Les visages de l’État social. Assistantes sociales et familles populaires durant l’entre-deux-guerres.

Paris, Presses de Sciences Po, « Académique », 2022, 366 p.

Dans cet ouvrage, issu de sa thèse en histoire présentée à l’Institut d’études politiques de Paris en 2019, Lola Zappi dresse un tableau très fouillé des relations, au cours de l’entre-deux-guerres, entre assistantes sociales du Service social de l’enfance en danger moral et familles populaires dont les enfants sont pris en charge. Mais elle ne se limite pas à décrire et analyser ces relations, elle les situe dans le contexte de la naissance des services sociaux et de la justice des mineurs.

Dans la première partie, consacrée à « la naissance des services sociaux », l’auteure montre le lien entre les courants de la réforme sociale et cette naissance des services sociaux : « Si les services sociaux se présentent comme un instrument de rupture avec la charité, leurs préceptes puisent en réalité dans quarante ans d’agitation réformatrice autour de la question sociale » (p. 59).

Quelques jalons du service social sont posés avant 1914, mais ce corps professionnel ne se développe qu’après la fin de la Première Guerre mondiale. L’engagement « des jeunes filles de bonne famille soucieuses d’aller au peuple » (p. 63) est l’élément essentiel qui a permis la fondation de services sociaux dotés, grâce à cet engagement, d’un personnel pour la plupart bénévole investi dans l’action sociale de terrain. Comme le précise l’auteure, les assistantes sociales ont, en quelque sorte, fondé le service social : « La naissance du service social est indissociable de celle du corps de métier chargé de le représenter. Les assistantes sociales, figures encore inconnues avant la guerre, apparaissent dans les années 1920 avant de s’imposer progressivement, durant tout l’entre-deux-guerres, comme le personnel indispensable des œuvres sociales » (p. 61). La naissance et le développement de ce corps de métier, souligne l’auteure, passe aussi par la mise en place, à partir des années 1920, d’un réseau d’écoles de service social qui mettent en place un enseignement de type pluridisciplinaire.

Si la première partie couvre le vaste champ des services sociaux, la deuxième s’intéresse au champ judiciaire de l’action sociale, traitant de l’enfance. Les premiers textes législatifs concernant la protection de l’enfance datent de la fin du XIXe siècle, mais c’est dans les années 1920-1930 que l’alliance, dans l’intervention auprès des mineurs, de la justice et de l’action sociale s’est réellement construite. L’auteure décrit le processus qui, en région parisienne, a construit, après maints tâtonnements, les relations entre le tribunal pour enfants et adolescents de la Seine et le Service social de l’enfance en danger moral (SSE) : « Sa mission, quelle que soit la procédure, est double : en amont du jugement, assurer un rôle d’investigation à travers l’enquête sociale ; en aval ou en alternative au jugement, mettre en place un suivi pour les jeunes et leurs familles » (p. 105). Dans leurs rapports aux familles, que ce soit en aval ou en amont du jugement, les assistantes sociales du SSE ont, du fait de leur position d’auxiliaires du tribunal, une position d’autorité sur les familles, d’autant plus que, comme le constate l’auteure grâce au dépouillement des dossiers du SSE, ces familles sont parmi les plus précaires des milieux populaires.

Les deux premières parties présentent le contexte de la période étudiée, l’entre-deux-guerres, marqué par la naissance et le développement du service social et par une intervention coordonnée du tribunal pour enfants et du service social spécialisé enfance. Dans la troisième partie, l’auteure aborde ce qui constitue le cœur de l’ouvrage, l’aspect le moins étudié jusque-là par les historiens qui ont traité ce sujet : « l’assistance éducative à l’épreuve du terrain ». L’auteure a réalisé un immense travail de dépouillement d’archives, celles du SSE, mais pas seulement : elle a aussi plongé dans les archives des écoles de service social. Elle peut ainsi se donner un objectif précis : « C’est la dynamique de ces rapports asymétriques de pouvoir entre assistantes et assistés qu’il convient d’explorer » (p. 249). En analysant dossiers du SSE, rapports de stage des élèves passant au SSE et autres documents, l’auteure se situe au cœur des liens entre assistante sociale et famille. Face aux situations d’enfants en danger, l’assistante sociale ne se contente pas de placer l’enfant pour le soustraire à sa famille dangereuse, elle a aussi pour but de maintenir, ou rétablir, le lien entre l’enfant et sa famille, même quand il est placé : « Par le biais du maintien des liens familiaux, les assistantes du SSE entendent donc mener une rééducation morale des parents “déficients” en les incitant à endosser un rôle parental conforme aux normes éducatives des services sociaux » (p. 218).

En agissant ainsi, l’assistante sociale a certes un rôle de protection de l’enfant, mais elle a aussi un rôle de protection des membres les plus vulnérables de la famille, femmes et enfants. Ces familles ne sont pas livrées désarmées, impuissantes face à la toute-puissance d’une assistante sociale, incarnation de la justice. Si la famille est sous contrainte, elle n’en dispose pas moins de marges de négociation, pouvant souvent les appuyer sur les interventions d’autres services sociaux ou œuvres d’assistance. Sur le territoire du département de la Seine, les assistantes sociales du SSE peuvent ainsi construire les modalités selon lesquelles se dessine la protection de l’enfance dans la période étudiée. Si, en 1923, l’unique assistante du SSE ou, en 1926, les six assistantes n’avaient que peu de poids pour marquer les modalités de la protection de l’enfance, il n’en est pas de même les années suivantes : les vingt-huit assistantes de 1931, les vingt-neuf de 1936, par leur nombre et leur pratique de terrain, fabriquaient le « visage » de la protection de l’enfance.

Dans sa quatrième et dernière partie, l’ouvrage repart sur le contexte dans lequel le SSE a exercé son action. L’auteure met en lumière « les émissaires de l’État social », dont fait partie le SSE. Ces émissaires sont pour la plupart des services sociaux privés (majoritairement associatifs) qui mettent en œuvre la politique sociale toujours plus étendue de l’État et, dans quelques cas, des municipalités. Le chapitre final dresse une cartographie du « maillage parisien de l’encadrement social ». Les services sociaux à Paris et en banlieue sont recensés par territoires, révélant un maillage particulièrement dense dans les quartiers populaires de la capitale et dans les communes de banlieue proche.

Avec ce livre, Lola Zappi apporte une connaissance approfondie des débuts, dans l’entre-deux-guerres, d’un des champs d’intervention importants du service social : la protection de l’enfance. En situant cet axe d’intervention dans son contexte, à partir de données nombreuses et précises sur les services sociaux, en focalisant sur la rencontre, sur le terrain, entre l’assistante sociale et les familles, sa recherche ouvre sur un domaine peu travaillé : la relation entre l’assistante sociale et la personne aidée, à une période et sur un territoire précis. Tel est l’intérêt de sa lecture pour la compréhension d’un moment clé de l’histoire du service social.

Henri PASCAL



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 17 juin). Lola Zappi, Les visages de l’État social. Assistantes sociales et familles populaires durant l’entre-deux-guerres. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0h8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search