Pascale Barthélémy, Sororité et colonialisme. Françaises et Africaines au temps de la guerre froide (1944-1962).

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Histoire contemporaine », 2022, 416 p.

Par cet ouvrage qui porte sur les liens associatifs et militants entre des femmes de France et d’Afrique francophone dans deux décennies de décolonisation, Pascale Barthélémy propose tout à la fois « une autre histoire des féminismes », qui est plus précisément « une histoire des autres féminismes » (p. 19) et « une autre histoire des décolonisations » (p. 36).

Ce positionnement est précisé dans un stimulant bilan historiographique en introduction. Les femmes et organisations étudiées dans l’ouvrage, si elles récusent pour beaucoup le qualificatif de « féministe » et ne se disent pas toutes « militantes », œuvrent toutes à l’amélioration de la condition féminine. En mettant à jour leur activisme, l’ouvrage s’inscrit dans une riche historiographie sur la pluralité des formes d’engagement féminin, éclairant le contexte de la décolonisation pour lequel on connaît encore trop peu les positionnements des femmes, qu’elles soient européennes ou africaines.

Ce faisant, l’ouvrage s’insère aussi dans le renouvellement récent de l’histoire des décolonisations. Comme l’explique l’auteure, l’historiographie s’est éloignée depuis une dizaine d’années de l’idée qu’en Afrique subsaharienne francophone les indépendances ont été obtenues sans heurts, tout en soulignant l’attachement de nombreux nationalistes africains à la France, du fait de la puissance des idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité, mais aussi des liens noués avec le Parti communiste français. Pascale Barthélémy souligne que les travaux sur l’anticolonialisme se concentrent sur les discours, et qu’il manque une histoire sociale de ses militantes et militants. C’est une telle approche qu’elle adopte, en dessinant les liens entre Françaises et Africaines engagées pour la cause des femmes. En s’intéressant à leur « sororité » paradoxale, non dénuée de rapports de domination, tout en rappelant la violence des luttes de libération, l’ouvrage s’insère pleinement dans les évolutions récentes de l’historiographie.

Les sept chapitres suivent une progression chronologique fine, qui répond à la rapidité de l’évolution des relations franco-africaines et de la situation politique des pays d’Afrique francophone dans ces deux décennies. Dans chaque chapitre, les sous-titres nous emmènent d’une capitale à une autre, nous faisant voyager entre Afrique et Europe au gré des conférences internationales et de moments importants dans les scènes politiques locales.

Le premier chapitre propose une très belle histoire de l’accession au droit de vote, en 1945, de la minorité de Sénégalaises ayant le statut de citoyennes. L’auteure retrace leur mobilisation qui, en quelques mois, leur permet d’obtenir ce droit acquis par les métropolitaines en mars 1944. Elles luttent avec le soutien de leurs concitoyens, mais presque pas de femmes françaises : cette entrée en matière est donc quelque peu décalée par rapport au reste de l’ouvrage, mais précieux pour montrer que les engagements conjoints entre Françaises et Africaines sont loin d’être évidents, et qu’ils se construisent sur une inégalité politique fondamentale.

Le deuxième chapitre présente la création au sortir de la Seconde Guerre mondiale des deux principales organisations que l’on suit tout au long du livre : la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF), qui fait partie du « conglomérat communiste », et l’Association des femmes de l’Union française (AFUF), proche de la démocratie chrétienne et du pouvoir en place. Les trois chapitres suivants précisent les engagements de ces deux organisations pour les femmes des colonies durant la décennie 1945-1955. Le chapitre 3, qui se concentre sur les discours, montre l’écart majeur entre l’AFUF qui, dans la continuité d’un féminisme colonial plus ancien, prône des réformes sociales dans un cadre colonial inchangé, et la FDIF, anticoloniale, qui soutient et fait connaître les engagements des militantes africaines, leur donnant son Bulletin comme tribune. Le chapitre 4 se tourne vers les liens entre les membres de la FDIF et des militantes ivoiriennes et sénégalaises. Ce resserrement de la focale sur deux territoires permet de mettre en lumière l’importance des relations interpersonnelles, ainsi que la radicalisation que suscite la participation aux conférences internationales chez de nombreuses militantes africaines. Le chapitre 5 porte sur les actions développées par l’AFUF, en métropole à l’intention des futures coloniales et des étudiantes africaines, et dans les colonies par la constitution de comités locaux se dédiant avant tout à l’enseignement ménager.

Les dernières années de la domination coloniale (1956-1960) sont traitées dans le sixième chapitre, qui montre l’évolution rapide de ces mouvements féminins dans ce moment de grande recomposition politique. De nouveaux acteurs entrent en jeu : la Fédération syndicale mondiale organise un congrès à Budapest, qui catalyse la création d’organisations féminines dans les pays africains. Les Africaines sont de plus en plus offensives dans leurs discours anticoloniaux et elles cherchent à s’organiser par-delà les frontières, avec notamment la fondation en 1959 de l’Union des femmes de l’Ouest africain qui, bien qu’éphémère, est un premier jalon de panafricanisme féminin. L’AFUF, elle, trouve de moins en moins sa place dans des pays qui s’apprêtent à accéder à l’indépendance, alors qu’elle continue à croire en sa « mission civilisatrice » et reste aveugle aux inégalités et violences coloniales.

Le dernier chapitre montre que, dans les premières années d’indépendance (1960-1962), les mobilisations féminines africaines sont toujours polarisées en deux réseaux. Les militantes les plus proches de la FDIF continuent d’y trouver un relais pour leurs revendications, tout en s’organisant de manière autonome. Ainsi, elles fondent en 1962 la Panafricaine, qui réunit des mouvements féminins de tout le continent. Parallèlement, de multiples conseils nationaux de femmes se créent avec le soutien du Conseil international des femmes, qui, sous la présidence de Marie-Hélène Lefaucheux, figure majeure de l’AFUF, prolonge l’influence de celle-ci. Ainsi, beaucoup de ces associations nationales sont issues des comités locaux de l’AFUF, et se centrent sur des activités éducatives, tandis que les femmes proches de la FDIF insistent sur le rôle politique qu’ont joué les femmes dans les luttes anticoloniales et celui qu’elles entendent avoir dans les pays indépendants.

Un fil rouge particulièrement intéressant est celui des relations entre les femmes instruites et celles qui n’ont pas ou peu été à l’école. La majorité des femmes animant les réseaux étudiés sont diplômées des écoles fédérales de l’Afrique occidentale française, soit le parcours alors le plus prestigieux. Beaucoup étaient déjà familières à Pascale Barthélémy, dont l’ouvrage précédent, issu de sa thèse, portait sur la formation de ces diplômées1. Dans un dernier chapitre consacré à leurs engagements, elle montrait la construction d’un « réseau des instruites » ainsi que leurs luttes pour l’amélioration de la condition féminine, pour les indépendances, et la construction d’une unité panafricaine. Sororité et colonialisme, qui prolonge et élargit cette enquête, révèle que ces diplômées, tout en étant souvent les figures les plus importantes des organisations féminines ici étudiées, n’y étaient pas seules. L’historienne mentionne ainsi les conflits qui peuvent opposer ces femmes à une génération de militantes plus âgées qui ont été très peu scolarisées, notamment sur la question de la polygamie. On retrouve aussi à plusieurs reprises la figure de Fatou Diarra, qualifiée d’« illettrée » par une militante française (p. 196), mais qui a simplement été moins longuement scolarisée que la majorité de ses camarades de lutte. Elle écrit ainsi dans un français certes imparfait, mais lui permettant de développer un discours militant tout à fait clair (p. 208). Bien que ponctuels, ces éclairages sont importants pour une historiographie où les femmes les moins instruites sont peu visibles, et où la question de leurs relations souvent conflictuelles avec les diplômées est connue, mais insuffisamment étudiée.

La grande richesse de l’ouvrage tient à ce qu’il propose une histoire véritablement collective de ces engagements pour la cause des femmes, montrant comment les figures les plus importantes ou celles qui ont laissé le plus d’archives travaillent avec des dizaines d’autres. Ainsi, il donne à voir la construction de vastes réseaux militants, et reconstitue l’histoire de multiples organisations, dont beaucoup ont été modestes et éphémères, ainsi que les biographies de dizaines de femmes, Françaises comme Africaines. Pour certaines, l’historienne indique qu’elle n’a pu trouver aucune information, et on peut dès lors espérer que la circulation de l’ouvrage suscite des réactions apportant des réponses à ces questions restées ouvertes, voire donnant à connaître des archives familiales qui peuvent s’avérer précieuses pour l’étude du militantisme africain2. Le cadrage international de Pascale Barthélémy ne lui a pas permis d’en mobiliser dans cet ouvrage, qui s’appuie déjà sur les archives (coloniales, syndicales et associatives) de onze centres situés dans six pays. Elle nous offre ainsi un très beau livre d’histoire transnationale et connectée, qui par un jeu d’échelles constant, montre le rôle des conférences internationales et des liens personnels transnationaux dans la structuration de collectifs locaux. Il donne envie d’en savoir plus sur la manière dont ceux-ci ont mené leurs luttes et ce qu’ils ont obtenu : pour celles et ceux qui voudront entreprendre cette tâche, le présent ouvrage sera une ressource précieuse.

Florence WENZEK




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 1 juillet). Pascale Barthélémy, Sororité et colonialisme. Françaises et Africaines au temps de la guerre froide (1944-1962). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0h9

  1. P. Barthélémy, Africaines et diplômées à l’époque coloniale, 1918-1957, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010. En ligne : https://books.openedition.org/pur/102305?format=toc. []
  2. S. Panata, « Le Nigéria en mouvement(s). La place des mouvements féminins et féministes dans les luttes socio-politiques nationales (1944-1994) », thèse de doctorat en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search