Matteo Battistini, Middle Class: An Intellectual History through Social Sciences. An American Fetish from its Origins to Globalization.

Leyde-Boston, Brill, 2022, 217 p.

Dans cet excellent ouvrage, Matteo Battistini, professeur associé au département de sciences politiques et sociales de l’université de Bologne, retrace l’histoire intellectuelle du concept de « classe moyenne », tel que l’entendent les intellectuels et spécialistes de sciences sociales américains, entre la fin du XIXe et le début du XXIe siècle. Par-delà le fétichisme dont cette idée fait l’objet, Battistini restaure ses significations et usages contradictoires : après avoir servi des objectifs nationaux de progrès et de développement social, elle sert peu à peu d’outil de « comparaison transnationale » (p. 6). Plus largement, l’histoire intellectuelle de la « classe moyenne » aux États-Unis illustre les revers idéologiques du pays et les heurts de l’histoire du capitalisme américain, de sa progressive hégémonie à l’échelle globale à son effritement actuel.

Ce travail s’appuie sur une collecte et analyse minutieuses de l’immense corpus intellectuel dédié à cette question : dictionnaires de langue anglaise publiés aux États-Unis, pamphlets et essais sociologiques, littérature administrative de l’État fédéral.

Les quatre chapitres du livre sont autant de périodes historiques identifiées par l’auteur : le premier (« The Middle Class between History and Social Sciences ») présente une synthèse savante et enlevée de la signification de cette notion dans les traditions intellectuelles britanniques (middle class), française et allemande (Mittelstand), afin d’en analyser les éventuelles (dis)continuités avec leur homologue américain. La classe moyenne serait, tantôt le groupe support d’une industrialisation prospère et d’une démocratie florissante en Angleterre, tantôt l’incarnation aristotélicienne d’un juste – et indéfini – milieu politique et économique en France. Dans les deux cas, c’est surtout une « notion politique », un quasi-mythe des deux civilisations en question sur lequel bâtir le sens de l’histoire nationale ainsi qu’une digue à la violente lutte des classes européenne. Le cas allemand est légèrement isolé en ce qu’il est pensé, dès l’origine, comme projet concret de calibrage des politiques sociales du jeune Empire. Il reste que, quelle que soit la tradition intellectuelle européenne étudiée, les effets inattendus de la seconde révolution industrielle – au premier rang desquels la paupérisation des travailleurs et la massification du salariat – interrogent la notion de « classe moyenne », qui devient progressivement un outil sociologique de rééquilibrage du monde professionnel. Aux États-Unis cependant, le terme n’est utilisé au XIXe siècle que pour refuser toute similarité aux expériences européennes : ni bourgeoisie, ni classe d’affaires, elle ne contient pas cette contradiction que pointe du doigt la théorie marxiste (entre désir de promotion sociale et frustration économique qui nourrit ses penchants révolutionnaires), mais se définit par la célébration du travail intellectuel.

Au deuxième chapitre (« The American Middle Class: A Taken-for-Granted History »), Battistini examine la conception états-unienne d’une classe moyenne comme équilibre naturel de la société américaine et ciment de son exceptionnalisme. En réalité, cette vision est le produit d’une reconstruction a posteriori par les sciences sociales des années 1950 et 1960, qui font de ses profils types (professions libérales, techniciens, experts, employés du secteur public) le socle d’un capitalisme national triomphant. Or, l’enquête que l’auteur mène à travers la littérature sociologique et politique au tournant du XXe siècle, déboute ce fétichisme tardif – qui, comme tout mythe, en dit davantage sur son contexte de production que sur la période à laquelle il se réfère – en révélant l’absence éclatante de consensus quant à cette notion. Confrontés aux effets désastreux du libéralisme économique, les réformateurs et savants sociaux tentent de dire le changement social et ses groupes émergents (la « nouvelle classe moyenne », essentiellement des cols blancs), en choisissant comme base d’analyse, non pas le capital possédé ou le travail, mais la consommation : le statut et le degré d’évolution se lisent à l’aune de la capacité d’un individu à consommer, et non à l’activité qu’il mène. Se développe ainsi une science sociale aux objectifs téléologiques : construire une société sans classe, organisée par niveaux de consommation idéalement régulables par le jeu des politiques publiques.

La crise de 1929 heurte de plein fouet cet idéal de classe moyenne comme levier de contrôle social, peu à peu réinvestie comme base d’un nouveau pacte socio-politique, le New Deal, objet du troisième chapitre (« The Middle Class as Historical Project »). La décennie 1930 fait de la « classe moyenne » l’incarnation de la crise de 1929 – perçue dans tous ses aspects, économique (paupérisation, chômage, dégradation du niveau de vie), politique (effritement de la démocratie, perte de confiance dans l’État) et moral – et est le terrain d’une lutte définitionnelle que la vision monolithique post-1950 tend à gommer. Ça n’est donc pas un hasard si le New Deal (1933-1938), mené par l’administration Roosevelt, voit dans l’élaboration d’une certaine classe moyenne un levier de politique publique et un canal de réponse à la crise multidimensionnelle que traverse le pays. Les travaux statistiques du Census Bureau – et notamment la première classification des professions par compétences (skills) d’Alba M. Edwardsdéfinissent le périmètre social et racial d’une classe moyenne, cible privilégiée du Welfare State. Pour Battistini, cet aspect démiurgique de l’État américain autorise à en analyser la nature totalitaire, voire fascisante, réflexion aux deux conséquences immédiates : d’une part, la dépendance accrue des profils-types de la classe moyenne du New Deal (les cols blancs) à l’État, provoquant du même coup l’inévitable (et tant craint par les observateurs de l’époque) rapprochement avec la situation des classes moyennes européennes ; d’autre part, l’éclosion d’une certaine schizophrénie culturelle entre un idéal de classe moyenne et sa situation de fait (le col blanc ne fait pas rêver), schizophrénie aggravée par la montée du communisme en Occident et la détérioration des conditions de vie des salariés. Dispersant la force explicative du fétichisme américain, Battistini restaure ainsi les voix dissonantes mais toutes inquiètes, qui tentent de dire la classe moyenne nationale dans les années 1930 et 1940, phénomène qui se traduit, dans le champ des sciences sociales, par l’adoption de méthodes plus empiriques (monographies, enquêtes) et de théories s’essayant à dire la solidarité sociale (fonctionnalisme parsonien et behaviorisme).

Enfin, le quatrième chapitre (« The Rise and Fall of a Fetish ») revient sur la seconde moitié du XXe siècle, période d’hégémonie de la classe moyenne américaine portée par le triomphe d’un modèle capitaliste globalisé. Héritières des errements des deux décennies précédentes et à l’aide de nouvelles méthodes (anthropologie culturelle, psychologie sociale et sociologie systématique), les sciences sociales américaines des années 1950 tâchent de restaurer une certaine idée de cohérence sociale autour d’une classe moyenne érigée en « fétiche [à la] fonction mythopoétique » (p. 141) : sa force discursive réside précisément dans son indétermination sociologique (contrairement à ses homologues européens), symbole de l’identité américaine (anticommuniste) et garante de son capitalisme national. « Représentée comme un sujet de pouvoir intemporel » alors qu’elle est en réalité le produit du New Deal (p. 144), la classe moyenne américaine acquiert sa dimension naturelle et idéale. Cependant, ce fétiche fait long feu du fait d’abord de l’écart vertigineux entre mythe et réalité, de la montée d’une « caste » prestigieuse rassemblant les donneurs d’ordre du capitalisme, ainsi que des mouvements contestataires des années 1960 (Civil Rights, mouvement antiguerre au Vietnam, féminisme et renouveau de la lutte ouvrière). La réactivation de l’esprit américain et des valeurs du capitalisme née de la réaction néolibérale et conservatrice, fait d’une certaine classe, managériale, le moteur de la croissance économique (et non plus sociale) : la classe moyenne n’est plus une « référence consensuelle » mais balance entre classe technocrate, « méchant » contre qui unifier tous les combats, et nouvelle élite dirigeante susceptible d’asseoir la puissance américaine dans le monde. Après les revers intérieurs et extérieurs subis à partir des années 1990, la classe moyenne ne sert plus guère d’instrument de régulation, mais d’indicateur racisé de « désordre social et culturel » (p. 162), à l’aune duquel mesurer la crise du capitalisme américain (dégradation du welfare, paupérisation, concentration accrue du capital).

Ainsi, par cet essai de synthèse, Matteo Battistini s’attaque à l’épineuse question de la définition de la classe moyenne américaine. En la liant étroitement au rôle des sciences sociales nationales, l’auteur offre une perspective intéressante sur la performativité de cette notion sociologique aux contours difficilement discernables, sans jamais sacrifier la complexité et la dissonance des opinions à la facilité chronologique. Finalement, cet ouvrage fourmillant de sources fait une contribution remarquable à l’histoire des idées américaine et occidentale, qui devrait servir bien d’autres disciplines et aires géographiques, en apportant des exemples concrets de ce que pourrait signifier la très bruyante « américanisation du monde ».

Antoinette Ferrand



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 17 juillet). Matteo Battistini, Middle Class: An Intellectual History through Social Sciences. An American Fetish from its Origins to Globalization. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ha

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search