Patrick Cabanel, L’école du peuple ? Histoire d’une hypocrisie sociale – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Épures », 2023, 128 p.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Didact Histoire », 2023, 362 p.

Étrange pays que le nôtre où l’on demande à l’école, où l’on attend d’elle plus que dans aucun autre pays sans doute, mais où son histoire est très mal connue. C’est ce qui permet à la communication politique de faire à l’école une place à la mesure de la crainte du déclin dont elle serait, pour beaucoup de Français, le plus sûr témoin, tout en alimentant à son propos tout un répertoire de mythes, de fantasmes, d’idées reçues qui, pour avoir l’efficace attendue, supposent la crédulité, l’ignorance de ce qu’ont été dans le passé son organisation, ses programmes et ses résultats. Chaque jour apporte son lot de boniments concernant, pêle-mêle, la formation et l’autorité des maîtres, le niveau des élèves, leur tenue vestimentaire et, entre eux, l’égalité des chances de réussite. Aussi apprécie-t-on la parution quasi simultanée, aux Presses universitaires de Rennes, de deux ouvrages qui aideront à mettre en perspective les débats récurrents et – ne perdons pas cette espérance – à démonter les plus malhonnêtes des arguments dont on use à l’envi dans ce que Marc Bloch appelait les « politicailleries à courte vue ».

Le premier de ces deux livres réunit et renouvelle deux genres bien distincts : le recueil de documents et les mélanges dédiés à une ou un professeur émérite. Sous le titre Former, encadrer, surveiller, quatre de ses nombreux disciples ont rassemblé, suivant l’usage, des contributions qui font écho aux travaux de Jean-Noël Luc sur les deux grands chantiers où il s’est distingué, l’histoire de l’éducation et, à partir du poste d’observation de la gendarmerie, l’histoire du maintien de l’ordre et de la sécurité publique. Point n’est besoin de redire ici, à la suite de Jean-François Condette et Arnaud-Dominique Houte, qui retracent à la fin du livre son parcours universitaire, ce que doit à Jean-Noël Luc notre connaissance de la maternelle d’une part, de la maréchaussée d’autre part, aux XIXe et XXe siècles. Et nul n’a rappelé mieux que lui-même l’illégitimité dont étaient frappés ces deux objets avant qu’il eût la volonté de leur consacrer ses recherches.

Que, de l’un à l’autre, les objectifs et l’action de l’État aient tracé le fil conducteur, c’est ce que rappellent dans leur introduction Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux. Leur mise au point historiographique prolonge et complète celle qu’avait proposée notre revue dans son numéro spécial de 2008, « Faire autorité dans la France du XIXe siècle1 ». La convergence se repère aussi au sous-titre de l’ouvrage, qui sonne comme une profession de foi : « Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles) ». C’est en quoi il renouvelle singulièrement le genre des mélanges : ni anthologie d’articles dispersés du maître, ni recueil de contributions de circonstance de ses élèves, mais florilège de documents commentés – et la méthode même de ce travail d’atelier dit mieux que bien des phrases la fidélité à l’enseignement du professeur.

La variété des sujets abordés, leur amplitude chronologique, depuis les gendarmes du Premier Empire (Aurélien Lignereux, Gildas Lepetit) jusqu’à la « polémique sur le “lycée light” » (Yann Forestier), involontairement déclenchée par le ministre Claude Allègre à l’automne 1998, la précision et l’agencement de l’ensemble en six parties n’illustrent pas seulement l’étendue des terrains couverts par le directeur de recherche ; elles répondent à la fois aux attentes des spécialistes et aux curiosités des lecteurs non universitaires, et par là seront doublement utiles. Pour ne citer ici que quelques contributions à même d’éclairer des questions qui restent d’actualité, on recommandera le commentaire par Jean Le Bihan de la délibération de 1881 du Conseil supérieur de l’instruction publique, qui a fixé pour longtemps la doctrine « méritocratique républicaine » en matière d’attribution des bourses de l’enseignement secondaire, celui de Pierre Porcher-Ancelle d’une affiche électorale de 1928 en faveur de « l’école unique » ou celui de Clémence Cardon-Quint des « moyens supplémentaires » demandés par le ministère de l’Éducation nationale dans le cadre de la préparation du budget 1985.

Tout autre est le propos du livre de Patrick Cabanel, dont le sous-titre explique le point d’interrogation du titre : L’école du peuple ? Histoire d’une hypocrisie sociale. À la diversité des objets et des regards succède un point de vue personnel revendiqué, né du besoin de répondre au « sentiment de scandale » que l’auteur, dès les premières lignes, dit avoir éprouvé en entendant « l’actuelle bourgeoisie de gauche parler brillamment de l’école laïque, et d’une laïcité ouverte, comme il se doit, tout en se gardant presque systématiquement de lui confier ses enfants […] en choisissant pour eux l’enseignement privé, d’origine dûment catholique, sauf à élire l’École alsacienne, aux racines protestantes ». On pourrait s’étonner de voir l’auteur s’étonner de ce qu’il qualifie de « scandale social », car on ne peut penser qu’il ait déduit de ce que, promotrice depuis la Révolution française d’une politique supposée assurer par l’instruction, l’émancipation et la promotion des enfants du peuple, la gauche en était, pour reprendre les mots de Christophe Prochasson, « morale par définition2 ». Mais l’apparente ingénuité révèle un désenchantement que notre actualité porte à prendre au sérieux.

Péguyste chevronné, Patrick Cabanel pourrait dire, comme jadis Albert Thibaudet : « le sorbonnagre n’est pas le totem de ma tribu ». On lui doit des contributions importantes à la connaissance historique de ce que fut l’enseignement primaire en France depuis le XIXe siècle3. Elles ont durablement nourri sa réflexion, et aucune sans doute plus que sa biographie de Ferdinand Buisson, cette « icône grise4 », qu’il avait dédiée à la fois à ses instituteurs de Nîmes et à ses étudiants du Mirail . Son essai en porte mainte trace. Son intérêt tient à la qualité de sa démonstration de ce que l’insincérité sociale qu’il dénonce vient de loin, et à vrai dire remonte aux fondations mêmes de l’école républicaine au temps de Jules Ferry. Il n’est certes pas le premier à souligner la « dualité institutionnelle et culturelle qui résistait aux efforts des mieux intentionnés5 » et avait constitué l’école primaire non en premier degré, mais en enseignement autonome. Ferdinand Buisson lui-même, qu’en 1902 Péguy désignait dans De Jean Coste comme le « principal organisateur de l’enseignement primaire en France », n’hésitait pas à affirmer, à la fin de sa vie, que les lois Ferry n’étaient que « la préface nécessaire de l’éducation nationale : ce n’était pas encore l’éducation nationale ». À peine ajoutera-t-on, en pensant précisément à Jean Coste, qu’au moment où Patrick Cabanel évoque la « schizophrénie » (les guillemets sont de lui) des institutrices et instituteurs soucieux de faire accéder leurs enfants à l’enseignement secondaire, il conviendrait de rappeler que leurs traitements en début de carrière ne rendaient pas enviable à tous le sort des oblats.

Du deuxième chapitre, le plus bref, l’auteur souhaite que l’on retienne avant tout la « modestie de la réforme scolaire » entre la fin du XIXe siècle et les années 1950. Les changements limités introduits au sortir des deux guerres n’attestent pas seulement la solidité des digues. Si ce n’est pas là que l’État fut d’abord attendu, c’est aussi que, dans un pays resté rural en profondeur, « la vraie force de la “barrière” a peut-être tenu à ce qu’elle était intériorisée, invisible à force d’être “naturelle” » (p. 58). Il y a là un fil qu’il faut tirer jusqu’à nos jours : l’éloignement par rapport au donné immédiat ne va jamais de soi ; l’accessibilisation ne suffit pas si elle n’est qu’un principe, un droit, un possible théorique ; pour qu’elle devienne une vraie chance, il faut en préparer les conditions matérielles, sociales et culturelles. Or qui a cette volonté, dans une société où la décentralisation et la marchandisation du système éducatif conjuguent leurs effets pour aggraver les risques de ségrégation au lieu de les réduire ?

Voilà qui nous mène tout droit au troisième et dernier chapitre du livre, où Patrick Cabanel, après le temps de « la réforme par petites touches », aborde celui de la démocratisation en trompe-l’œil. Il distingue trois étapes, celle du « collège pour tous » – et il ne manque pas de rappeler que la France des années 1960 s’est couverte de collèges comme celle des années 1880 s’était couverte d’écoles –, suivie de celle du « collège unique » puis de celle du « lycée pour tous », à partir du milieu des années 1980. L’idée selon laquelle « c’est grâce à un trompe-l’œil, à savoir les créations des bacs technologiques (en 1965) et professionnel (en 1985) », qu’a pu être atteint l’objectif de faire accéder au baccalauréat 80 % d’une classe d’âge (p. 72) est aujourd’hui largement partagée. Selon le président de la République lui-même, « la première hypocrisie consiste à se féliciter d’avoir 80 % d’une classe d’âge au bac. Or un tiers de nos lycéens sont en lycée professionnel6 ».

Mais cette idée est ambiguë. Est-ce à dire qu’il faut tenir pour hypocrites l’ambition d’élever le niveau de qualification des ouvriers et des employés, non seulement sur le plan technique mais aussi sur celui de la culture générale, et celle de développer un enseignement professionnel supérieur, l’une des priorités du plan Université 20007 ? Patrick Cabanel n’entre pas dans le débat sur les objectifs, les moyens et les résultats de l’enseignement professionnel. Il concentre sur l’enseignement général une argumentation critique qui porte tour à tour sur le remplacement du latin par les mathématiques comme « matière de la distinction » (p. 74), sur la carte scolaire et les moyens de la contourner, ou de l’éviter en optant pour un enseignement privé dont il rappelle à juste titre qu’il n’y est pas assujetti et a la liberté de refuser des élèves, enfin sur la concurrence entre les classes préparatoires et les universités. Sur ce dernier point, sensible pour l’ancien khâgneux reconnaissant qu’il est, sa critique n’a pas la radicalité de certaines idées ambiantes. Quoiqu’il n’évoque pas cette tendance particulièrement marquée dans notre discipline, il n’ignore pas les raisons pour lesquelles nombre de jeunes docteurs, découragés par les conditions d’entrée dans la carrière universitaire, préfèrent s’orienter vers l’enseignement dans ces classes où, note-t-il, les élèves même les moins fortunés « apprennent, et apprennent à apprendre » (p. 95).

On ne peut refermer ce livre sincère et savant sans regretter qu’en visant surtout, à travers l’« élitisme républicain » et la « méritocratie » (entre guillemets dans le texte), une « ruse bourgeoise » ancienne et constante, l’auteur n’ait orienté son regard dans une autre direction. Dans ses pages sur les années 1980, il passe sous silence le virage libéral engagé à partir de 1986, et la manière dont la droite a voulu appuyer ses réformes sur trois éléments qu’Ismail Ferhat désigne ainsi dans une autre publication récente : « le choix des familles comme régulateur de la forme scolaire, la désétatisation du système éducatif et le rejet des syndicats enseignants8 ». Les alternances ont-elles, depuis lors, en provoquant revirements et incohérences, contribué à leur manière à renforcer l’inertie d’un système organisé à l’avantage de ses bénéficiaires traditionnels ? Une telle étude aurait toutes chances de confirmer le constat que fait Ismail Ferhat d’une relative continuité des politiques éducatives derrière les discours et les intentions affichées. Mais elle orienterait vers les choix stratégiques des partis, et leurs fondements sociologiques, une analyse où la dénonciation des hypocrisies, qui prête aux équivoques, pourrait déboucher sur une conclusion moins désespérante que celle de L’école du peuple ?. C’est du moins un vœu que Patrick Cabanel acceptera peut-être qu’on forme, en raison même de l’attachement qu’on partage avec lui à l’école du peuple, sans point d’interrogation.

Jean-François Chanet




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 30 août). Patrick Cabanel, L’école du peuple ? Histoire d’une hypocrisie sociale – Jean-François Condette, Arnaud-Dominique Houte, Jean Le Bihan et Aurélien Lignereux (dir.), Former, encadrer, surveiller. Documents d’histoire sociale de la France contemporaine (XIXe-XXIe siècles). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hd

  1. P. Karila-Cohen (dir.), « Faire autorité dans la France du XIXe siècle », Le Mouvement social, n° 224, juillet-septembre 2008. []
  2. C. Prochasson, La gauche est-elle morale ?, Paris, Flammarion, 2010. C’est l’auteur qui souligne []
  3. P. Cabanel, La République du certificat d’études. Histoire et anthropologie d’un examen (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2002 ; Id., Le tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2007. []
  4. Id., Ferdinand Buisson. Père de l’école laïque, Genève, Labor et Fides, 2016. []
  5. M. Crubellier, L’École républicaine. Esquisse d’une histoire culturelle, Paris, Éditions Christian, 1993, p. 132. []
  6. « Sur l’école, nous devons sortir des hypocrisies françaises », entretien avec Emmanuel Macron, Le Point, n° 2664, 24 août 2023, p. 36-37. []
  7. D. Bloch, Une histoire engagée de l’enseignement professionnel, de 1984 à nos jours, préface de Pascal Vivier, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2022 [Note de lecture]. []
  8. I. Ferhat, « Les projets éducatifs à l’épreuve de la gestion du pouvoir. L’exemple des droites parlementaires face à la libéralisation de l’école durant les années 1980 », in Ismail Ferhat (dir.), « L’école saisie par le politique (XIXe-XXIe siècle) », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, n° 38, 2023, p. 47. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search