Peter Brandt et Gert Weisskirchen (dir.), Sozialismus mit menschlichem Antlitz. Der Aufbruch in der Tschechoslowakei 1968 in seinem historischen Umfeld.

Bonn, Dietz, 2022, 288 p.

Cet ouvrage se donne pour objectif de « rendre visible la valeur habituellement sous-estimée des événements de 1968 en Tchécoslovaquie eu égard au 1968 mondial » (p. 11). Ses coordinateurs, ainsi que plusieurs de ses contributeurs et contributrices, ont souvent vécu, voire participé eux-mêmes aux événements et assument de ne pas être de « simples observateurs neutres » (p. 11). Cela confère une certaine hétérogénéité à un projet éditorial dans lequel chaque participant et participante reste « responsable de sa contribution » (p. 16), les textes se partageant entre interviews d’acteurs et descriptions historiques, dont certaines prennent la coloration de l’essai.

Les entretiens avec Pavel Reiman et Petr Uhl, deux acteurs pourtant privilégiés du printemps tchécoslovaque, sont assez peu informatifs : quelques remarques sur la personnalité d’Alexander Dubček pour le premier, des souvenirs de voyages et de rencontres militantes et personnelles dans diverses villes d’Europe pour le second. Les descriptions historiques portent sur le « socialisme réformateur » (Peter Brandt), l’histoire de la Slovaquie et sa contribution au printemps tchécoslovaque (Peter Weiss), les réactions à l’intervention soviétique au sein de la gauche radicale ouest-allemande (Christoph Jünke) et de la population est-allemande, telles que les reflètent les rapports de la Stasi (Anna Kaminsky). La politique extérieure de la Pologne (Katarzyna Stokłosa) et celle de la Tchécoslovaquie (Libor Rouček) dans les années 1960 font l’objet de deux contributions instructives mais clairement inscrites dans une histoire des relations internationales assez éloignée des enjeux idéologiques du printemps tchécoslovaque. La dimension mondiale des révoltes de 1968 n’est finalement abordée que dans deux contributions (Peter Brandt et Luciana Castellina). En conclusion, Gert Weisskirchen s’interroge sur le sens à donner à 1968, en particulier vu d’Allemagne.

Trois de ces contributions seulement reposent sur des sources primaires. Sur la base des revues de la gauche radicale, Christoph Jünke montre que l’intervention soviétique, très majoritairement condamnée au départ, est finalement tolérée, voire justifiée par souci d’unité, le capitalisme restant considéré comme le mal premier. En utilisant les sources diplomatiques polonaises, Katarzyna Stokłosa décrit les tentatives par la Pologne de faire reconnaître ses frontières internationalement, en particulier par la RFA, une démarche prudente qui ne remet pas en question le cadre de la guerre froide (ce constat rejoint celui de Libor Rouček sur la politique extérieure de la Tchécoslovaquie pendant les années 1960). Anna Kaminsky s’appuie quant à elle sur les rapports de la Stasi pour étudier l’opinion est-allemande pendant le printemps tchécoslovaque, une source certes secrète, mais pas plus fiable pour autant, puisqu’elle reste focalisée sur des préoccupations sécuritaires.

Les autres contributions ne sont pas des recherches de première main mais se fondent sur une lecture de l’historiographie déjà existante. Au-delà de leur apparente hétérogénéité, elles convergent en réalité largement et présentent les mêmes passages obligés, non sans répétition d’un texte à l’autre : présentation des « origines » du printemps tchécoslovaque et de son développement depuis les années 1950, défense du projet réformateur tchécoslovaque en tant qu’alternative aussi bien au communisme soviétique qu’au capitalisme occidental, et unité du mouvement réformateur, brisé de l’extérieur par l’intervention soviétique. Ces thèmes reprennent ceux de l’historiographie produite par les exilés du mouvement réformateur après 1968, une historiographie dont l’horizon reste la justification d’un projet politique à la fois vilipendé par les régimes communistes jusqu’à la perestroïka et toujours mal vu dans le contexte anticommuniste de l’après 1989.

Pour la recherche historique, l’apport de l’ouvrage reste modeste. Le récit des événements de 1968, convenu, reprend celui d’une historiographie déjà ancienne1 et, dans le cas de la Slovaquie (Peter Weiss), tourne même à l’écriture du récit national avec toutes les limites du genre. L’ouvrage ne parvient pas à réaliser la jonction entre le récit politique et les recherches en histoire sociale conduites depuis 1989, mentionnées sans être intégrées (p. 28). La focalisation sur les « origines » du printemps tchécoslovaque depuis la déstalinisation des années 1950 laisse de côté les recherches sur le monde ouvrier et celui de l’entreprise2, l’opinion publique et les conditions de la stabilité du régime3, autant d’éléments qui devraient pourtant être pris en considération pour comprendre les événements de 1968 en tant que fait social. Les efforts de justification d’une « troisième voie », ni communiste ni capitaliste, avec toute la sympathie qu’on peut lui accorder, ont tendance à donner une vision uniformément politique de la société tchécoslovaque, qui écrase les différences entre groupes sociaux et tend à passer sous silence la dimension nationale de l’événement, laquelle, à partir du 21 août 1968 surtout, a contribué à créer une unanimité ne procédant certainement pas du seul programme réformateur. Cette vision apologétique entretient une sous-estimation des tensions4 : tensions dans les milieux dirigeants, avec le rôle controversé de Gustáv Husák mais aussi d’Alexander Dubček lui-même dans la normalisation5, tensions avec la population autour des réformes économiques en gestation sur l’autonomie des entreprises et la révision des hiérarchies salariales6, tensions entre Tchèques et Slovaques enfin, la fédéralisation ayant souvent été accusée de faire accepter la normalisation en Slovaquie, où de fait la résistance a été moins forte. Sur ce dernier point, on s’étonne que le récit national proposé par Peter Weiss s’arrête précisément au moment de l’adoption de la loi de fédéralisation.

Vouloir donner au printemps tchécoslovaque sa place dans le panorama mondial des mouvements de 1968 est un objectif louable. L’entreprise se réduit cependant ici à deux tours d’horizon internationaux (Peter Brandt, Luciana Castellina) qui, tout en reconstituant le « contexte historique » du printemps tchécoslovaque (comme l’indique le titre de l’ouvrage), n’en renouvellent pas fondamentalement la compréhension. L’intérêt appuyé de l’ouvrage pour les mouvements politiques transnationaux favorise par ailleurs une focalisation sur les militants politiques, en particulier la jeunesse estudiantine. Cette approche, là encore assez traditionnelle, laisse de côté les autres classes sociales mais aussi les réseaux transnationaux auxquels les pays d’Europe centrale, tout communistes qu’ils fussent, ont activement pris part et dont une historiographie en pleine expansion – à peine mentionnée dans l’ouvrage (p. 268) – s’emploie depuis quelques années à montrer le poids et la diversité7. C’est peut-être dans ce dernier contexte que les acteurs du printemps tchécoslovaque auraient gagné à être replacés car, à partir des années 1960, c’est aussi le modèle des régimes communistes – et pas seulement sa version réformatrice – qui se présente internationalement comme une alternative au modèle capitaliste des pays du Nord.

Michel Christian




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 6 septembre). Peter Brandt et Gert Weisskirchen (dir.), Sozialismus mit menschlichem Antlitz. Der Aufbruch in der Tschechoslowakei 1968 in seinem historischen Umfeld. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hf

  1. Z. Hejzlar, Reformkommunismus. Zur Geschichte der Kommunistischen Partei der Tschechoslowakei, Cologne-Francfort-sur-le-Main, Europäische Verlagsanstalt, 1976, et en français K. Kaplan, Dans les archives du Comité central. Trente ans de secrets du Bloc soviétique, Paris, Albin Michel, 1978. []
  2. P. Heumos, « K sociálněhistorickému výzkumu komunistických systémů », Soudobé dějiny, vol. 15, n° 3-4, 2008, p. 686-702. []
  3. Voir en français M. Blaive, Une déstalinisation manquée. Tchécoslovaquie 1956, Bruxelles, Éditions Complexe, 2005. []
  4. K. McDermott, Communist Czechoslovakia, 1945-1989. A Political and Social History, Londres, Palgrave Macmillan, 2015. []
  5. K. Williams, The Prague Spring and its Aftermath. Czechoslovak Politics, 1968-1970, Cambridge, Cambridge University Press, 1997. []
  6. M. Christian, « Entre libéralisation et libération : les réformes économiques des années 1960 en Tchécoslovaquie », in D. Tartakowsky et M. Margairaz (dir.), 1968 entre libération et libéralisation. La grande bifurcation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 221-236. []
  7. S. Kott, « Cold War Internationalism », in G. Sluga et P. Clavin (dir.), Internationalisms. A Twentieth-Century History, Cambridge, Cambridge University Press, 2016, p. 340-362 ; voir également J. Mark, A. M. Kalinovsky et S. Marung (dir.), Alternative Globalizations. Eastern Europe and the Postcolonial World, Bloomington, Indiana University Press, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search