Christina Heatherton, Arise! Global Radicalism in the Era of the Mexican Revolution

Oakland, University of California Press, « American Crossroads », 2022, 305 p.

Et si l’histoire de la Révolution mexicaine devenait véritablement globale ? À défaut d’en offrir un récit exhaustif ou général malgré un titre ambitieux, l’ouvrage de Christina Heatherton nous propose une série d’études de cas, conçues comme autant de contributions à ce que l’autrice appelle une « histoire internationale des convergences des mouvements radicaux durant la Révolution mexicaine ». Écrit par une non-spécialiste de l’histoire mexicaine (Christina Heatherton est en réalité Associate Professor of American Studies and Human Rights), l’ouvrage est déroutant à plus d’un titre. D’abord, parce que la quasi-totalité des sources primaires et secondaires mobilisées pour cette recherche sont en langue anglaise (et non en castillan), ce qui semble logique étant donné le domaine de compétence de l’autrice. D’autre part, parce que les cas analysés relèvent parfois plus de l’histoire des États-Unis que de celle de son voisin mexicain. Enfin, parce que le registre militant imprègne l’ensemble de l’écriture, sans pour autant détrôner la méthode historique. En ce sens, le livre est triplement original et mérite d’être salué : vouloir aborder un phénomène aussi complexe que la Révolution mexicaine en quasi-profane invite le lectorat historien à s’intéresser réellement à ce moment majeur de « l’âge des extrêmes » (et non à l’exotiser, comme le font nombre de nos collègues) ; les études de cas présentées dessinent une histoire entrelacée de l’Amérique du Nord et de la ressource multifonctionnelle que représenta et continue de représenter la frontière américano-mexicaine ; le ton engagé de l’autrice nous rappelle que la Révolution mexicaine, dans son acception longue (de 1910 au milieu des années 1940), a pu effectivement constituer un espace de « convergences » pour la fabrique concrète de « l’internationalisme » (p. 180). De manière générale, l’ouvrage a les défauts de ses qualités : en spécialiste des États-Unis, l’autrice n’aborde qu’à grands traits les différents moments de la Révolution mexicaine, un processus parfois réifié et dépeint de manière irénique où les acteurs concrets semblent disparaître sous l’aura d’une grande geste populaire. Toutefois, ce même regard nord-américaniste permet d’éclairer des trajectoires spécifiques et notables, « connectant » humainement et matériellement États-Unis et Mexique. Rédigé par une praticienne des American Studies, le livre s’adresse visiblement à un public états-unien et excelle un peu trop, à notre sens, dans l’art de la contextualisation, qui prend régulièrement la forme de très longues digressions : à titre d’exemple, l’arrivée de la diplomate soviétique Alexandra Kollontaï dans le port de Veracruz, en 1926, fournit l’occasion à l’autrice de s’étendre longuement sur l’histoire de la ville depuis l’arrivée de Cortés en 1519 (p. 102-103). Bien entendu, il ne s’agit là que de critiques mineures qui n’enlèvent rien aux principaux apports du livre. Examinons-les à présent.

Dès son introduction, l’ouvrage invite à concevoir l’internationalisme en dehors du cadre de ses grandes organisations (les trois « Internationales » de 1864, 1889 et 1919) et insiste sur les trajectoires de fait pouvant mener à des solidarités concrètes – la proposition est des plus louables. Après un premier chapitre consacré à une contextualisation de l’internationalisme depuis 1848 et jusqu’à la fin du xixe siècle, l’autrice aborde brièvement une première série de parcours se mêlant à l’événement global appelé « Révolution mexicaine ». Ainsi, le deuxième chapitre traite successivement de Shinsei « Paul » Kochi, migrant originaire d’Okinawa qui traversa la frontière mexicano-américaine, de Manabendra Nath Roy, nationaliste indien en lutte contre l’impérialisme britannique et qui contribua à la fondation du Parti communiste mexicain, de Jack Johnson, célèbre boxeur afro-américain installé un temps à Tijuana et qui chercha à encourager la migration de ses compatriotes noirs vers un Mexique moins marqué par les préjugés racistes, et de John Reed, journaliste engagé de l’Oregon qui dépeignit la « Division du Nord » de « Pancho » Villa pour le compte du Metropolitan Magazine et dont les écrits ultérieurs sur la Révolution bolchevique défrayèrent la chronique. Ce deuxième chapitre est sans doute le plus « mexicaniste » de tous et le plus proche du titre du livre. Le propos de l’autrice concernant les figures évoquées demeure cependant trop général et ne saurait remplacer les études de première main parues antérieurement ou parallèlement.

Le troisième chapitre de l’ouvrage est consacré à la prison fédérale de Leavenworth, analysée comme une véritable « université » révolutionnaire. Le sort de l’anarchiste Ricardo Flores Magón en constitue le fil rouge. Arrêté en mars 1918 au nom de l’Espionage Act, le dirigeant du Parti libéral mexicain (PLM), alors en exil aux États-Unis, y fut incarcéré jusqu’à sa mort en novembre 1922. L’autrice retrace avec profit l’histoire du pénitencier de Leavenworth, de sinistre renommée, depuis sa construction comme fort militaire dans les années 1820 jusqu’à la Première Guerre mondiale (p. 75-77). Elle énumère également les nombreux militants qui y furent emprisonnés en même temps que Ricardo Flores Magón (le boxeur Jack Johnson déjà mentionné, Taraknath Das du Mouvement Ghadar, George Andreychine, socialiste bulgare, Earl Browder, futur secrétaire général du Parti communiste des États-Unis et toute une série de wobblies, c’est-à-dire de militants du syndicat International Workers of the World, tels Bill Haywood ou l’Afro-Américain Ben Fletcher). Le lecteur y apprendra que le frère de Ricardo Flores Magón (Enrique) – également emprisonné à Leavenworth – y donnait des cours d’espagnol et lisait avec attention le livre de la féministe et socialiste Louise Bryant consacré à la Révolution bolchevique (Six Red Months in Russia), lequel circulait largement parmi les détenus. De façon générale, cette section exhume des convergences frappantes, à « l’âge » de la Révolution mexicaine, mais les documente relativement peu.

Le quatrième chapitre se penche sur le court séjour (décembre 1926-juin 1927) d’Alexandra Kollontaï dans le Mexique du président Calles, en tant qu’éphémère ambassadrice soviétique à Mexico. Saluée dès son arrivée à Veracruz par le gouverneur Heriberto Jara (et non « Jeriberto », comme il est écrit p. 97) ainsi que par la chanteuse féministe « Concha » Michel, Kollontaï avait pour mission de dépolitiser l’ambassade russe qui était devenue, sous son prédécesseur Pestkovksy, un haut lieu du radicalisme révolutionnaire. Le chapitre retrace les déboires de la théoricienne de « l’amour-camaraderie », qui semble avoir mal vécu ses quelques mois passés dans le Mexique révolutionnaire. L’autrice émet beaucoup de propositions sous forme d’hypothèses (« Kollontai would have passed », « Kollontai might have sensed », « she might have sensed », p. 104-105), laissant in fine entendre que les archives se révèlent fort maigres pour explorer son immersion en terre mexicaine. Au-delà de ce bref passage, cette section ne permet pas de conclure sur les interactions, fécondes ou non, entre la révolution de novembre 1910 et celle d’octobre 1917.

Le cinquième chapitre conduit le lecteur aux États-Unis, plus précisément au sud de la Californie, en analysant le rôle de la militante Dorothy Healey au début des années 1930. Les ouvriers agricoles sont au centre du récit et l’autrice insiste, de manière peu convaincante, sur la circulation des expériences révolutionnaires mexicaines dans les champs du sud de la Californie.

Le sixième et dernier chapitre a pour principale protagoniste Elizabeth Catlett, la « doyenne » (p. 147) des artistes afro-américaines. L’autrice rappelle, sous forme de contextualisation, que l’art du New Deal emprunta considérablement au muralisme mexicain et que les artistes afro-américains connaissaient fort bien les œuvres de los tres (Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros). À partir de la fin des années 1940, Elizabeth Catlett commença à travailler, à Mexico, avec les membres du TGP (Taller de Gráfica Popular) qui exercèrent une puissante influence sur ses linographies, qu’elles représentassent le sort des Afro-Américains (The Black Woman) ou l’expropriation pétrolière de 1938 (To Pay for Petroleum). Ce chapitre, étayé par des reproductions des œuvres de Catlett, est assurément l’un des plus éloquents du livre.

Au final, le pari d’une histoire globale de la Révolution mexicaine est-il tenu ? Oui, en partie, dans la mesure où cette dernière est effectivement appréhendée à partir d’une galaxie d’acteurs en chair et en os, tout en se diluant parfois dans une forme d’éloignement, laquelle n’est pas sans rappeler la seconde partie des « détectives sauvages » du romancier Roberto Bolaño. Le livre aurait cependant gagné à retracer plus amplement les flux collectifs et les grandes logiques, au-delà d’une sélection d’individualités. Enfin, il semble étonnant qu’un ouvrage intitulé Global Radicalism in the Era of the Mexican Revolution taise entièrement les multiples liens et interactions entre le Mexique et l’Amérique latine. La construction des chapitres (How to Make a Map, How to Make a University…) nous en dit finalement peu sur la circulation des idées et pratiques qu’il est possible d’associer à la Révolution mexicaine. Quid de la constitution de 1917, de la réforme agraire, de la nationalisation des ressources ou de l’anticléricalisme obsessionnel ? Comme la lectrice ou le lecteur l’aura compris, cet ouvrage apporte des éléments marquants pour la compréhension de la Révolution mexicaine comme phénomène global et frontalier, mais ne saurait se substituer à la bibliographie stimulante et abondante portant sur les réceptions de l’expérience mexicaine dans l’espace atlantique1, sur les appropriations, par les élites du nouveau régime, d’idées et de pratiques venues de l’étranger2 ou sur le Mexique comme lieu d’exil et « hub révolutionnaire3 ».

Romain Robinet




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 6 septembre). Christina Heatherton, Arise! Global Radicalism in the Era of the Mexican Revolution. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hg

  1. P. Yankelevich, La revolución mexicana en América Latina: Intereses políticos e itinerarios intelectuales, Mexico, Instituto Mora, 2003 ; J. Meyer (dir.), Las naciones frente al conflicto religioso en México (1926-1929), Mexico, Tusquets, 2010. []
  2. Par exemple, V. J. Rodríguez, Creating the Practical Man of Modernity. The Reception of John Dewey’s Pedagogy in Mexico, New York, Routledge, 2017. []
  3. S. Rivera Mir, Militantes de la izquierda latinoamericana en México, 1920-1934. Prácticas políticas, redes y conspiraciones, Mexico, El Colegio de México, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search