Henri Courrière, Les Alpes-Maritimes et la République. Histoire politique d’un département modéré (1879-1898).

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2023, 282 p.

Les monographies départementales sont passées de mode depuis longtemps et il faut le regretter, parce qu’en dépit de toutes les critiques qu’on lui adresse, le département a été et reste aujourd’hui encore l’échelon principal du découpage territorial dans la plupart des domaines. Spécialiste de l’histoire des Alpes-Maritimes et auteur d’une thèse sur son histoire politique de 1860 à la fin du siècle, Henri Courrière a déjà publié la première partie de sa recherche, soit la période allant de la création du département, lors du rattachement de Nice à la France, à la victoire définitive des républicains en 18791 ; il publie aujourd’hui la suite de l’histoire, jusqu’en 1898, terminus ad quem qu’il justifie par un changement de génération dans le personnel politique local (avec le décès de Léon Chiris et d’Alfred Borriglione) et au plan national par la recomposition qu’opérera la mise en place du Bloc des gauches. Ce choix est recevable, même si l’on choisirait plutôt les élections de 1902 pour clore la période.

L’auteur se propose classiquement d’étudier la vie politique locale afin d’expliquer la singularité des Alpes-Maritimes, département républicain modéré dans la sphère méridionale nettement dominée par les radicaux. Il utilise à cette fin les sources classiques de l’histoire politique et électorale, du moins pour autant qu’on puisse en juger, car, s’il s’orne de notes en bas de page bienvenues, l’ouvrage ne possède ni tableau des sources ni bibliographie, lacunes qui, de la part d’un éditeur universitaire, ne sont vraiment pas admissibles. On se bornera donc à constater que, dans les notes, l’absence de mentions de la série C des Archives nationales paraît pour le moins étrange, puisque c’est elle qui recueille le contentieux électoral pour les élections législatives et fournit les vrais chiffres à utiliser. L’information semble donc provenir des Archives départementales et surtout de la presse locale, ce qui laisse un peu sur sa faim.

L’auteur organise son propos en trois parties. Il commence la première par un long chapitre initial sur la sociabilité et ses vecteurs, poursuit avec un deuxième chapitre sur les fêtes et les monuments, et conclut avec une étude des problèmes posés depuis le rattachement de 1860 par l’italianité (décroissante) et la francisation à travers leurs outils (groupes politiques, clergé, presse, traitement réservé à la figure de moins en moins présente de Garibaldi). Il découpe ensuite la période en deux parties à peu près égales : celle du règne des opportunistes (1879-1889), d’abord incontesté puis remis en cause à partir de 1885, puis l’ère des crises qui transforment les opportunistes en progressistes sans bousculer vraiment la nette domination des républicains modérés sur le département. Pour chaque période, l’auteur suit scrupuleusement le fil chronologique des scrutins successifs, nationaux et locaux, et leur cortège attendu de polémiques assez répétitives.

Le tableau ainsi brossé peut déconcerter l’observateur habitué aux affrontements ordinaires de l’époque, républicains contre monarchistes ou radicaux contre opportunistes. Dans les Alpes-Maritimes, royalistes, bonapartistes et radicaux comptent peu et tout ou presque se joue à l’intérieur du camp républicain modéré, ce qui fait que les questions de personnes comptent ici encore plus qu’ailleurs. Cela n’enlève rien, bien au contraire, à la virulence des affrontements entre le camp opportuniste en quelque sorte officiel et les coalitions très disparates qui contestent sa domination sans parvenir vraiment à l’ébranler malgré quelques succès ponctuels, sur fond d’accusations récurrentes de corruption (les municipales de 1896 à Nice sont annulées), campanilisme, manque de patriotisme français, clientélisme, patronage, parachutages, etc.

Il faut avouer qu’on se perd un peu dans les méandres d’une vie politique locale riche mais sous-tendue par des clivages très particuliers (dans l’arrondissement de Nice plus que dans les deux autres). Cela permet à quelques personnalités fortes de s’imposer : Rouvier bien sûr, insubmersible à Grasse malgré le Panama, le banquier Bischoffsheim, qui dépense un peu trop fastueusement en 1889 et réussit à se faire invalider par son propre camp, Borriglione, l’homme fort de Nice, et l’étrange Flaminius Raiberti, qui sait fort bien évoluer et, tour à tour boulangiste, radical et modéré tout en pouvant critiquer les progressistes, entrera au gouvernement au lendemain de la guerre. Chacun cherche à cumuler les mandats et se constitue un fief électoral durable, les électeurs se montrant généralement fidèles à leurs élus en dépit d’accusations qui ne relèvent pas toutes de la calomnie. En vingt ans, et c’est cela la conclusion de l’ouvrage, les Alpes-Maritimes se transforment mais restent une terre libérale, assez méfiante envers l’État, où les républicains modérés ont su évoluer en douceur et gommer peu à peu leurs pratiques les plus contestables ou en tout cas les rendre moins visibles.

Cet ouvrage complète l’étude déjà ancienne et méthodologiquement datée de Jacques Basso2. Il sera utile, notamment par son souci des scrutins locaux, mais il aurait pu l’être davantage encore en offrant au lecteur quelques développements dont on ne comprend guère l’absence. Il manque en effet un premier chapitre classiquement contextuel, présentant sommairement le cadre géographique, démographique, économique, social, etc. Le département change (dans quelle mesure ?) pendant ces deux décennies marquées par une crise économique durable et de profondes mutations structurelles, l’école, la presse, la conscription, les transports, le tourisme, etc. L’étude initiale de la sociabilité, des fêtes et des monuments est bienvenue mais ne dispense pas de planter le décor et d’en signaler les changements. On regrette également que l’instance la plus représentative du département – le conseil général –, son recrutement et ses débats ne fassent pas l’objet d’un examen plus poussé ; qu’y dit-on, y a-t-il rivalité entre les trois arrondissements pour la présidence ? Un tel examen permettrait de savoir si ce département de création récente et hétérogène a su se doter d’une identité commune. Faut-il aussi rappeler que l’histoire électorale a besoin de chiffres précis et complets ? Pour chacun des cinq scrutins législatifs et pour les partielles, il faudrait au minimum un tableau présentant circonscription par circonscription les résultats officiels et les pourcentages, ce que les cartes données en annexe ne peuvent remplacer.

Dans son objet comme dans ses sources, l’étude ne sort pas du cadre départemental. On aimerait pourtant savoir, dans la mesure du possible, comment se comportent les élus au parlement. Forment-ils un groupe solidaire, ont-ils une influence, dans quelles commissions se glissent-ils, comment sont-ils considérés ? Surtout, y a-t-il eu des débats concernant les Alpes-Maritimes ? Celui qui conduit à l’invalidation de Bischoffsheim en janvier 1890 aurait justifié la consultation du Journal officiel, non cité en note (p. 200-201).

Ce livre a l’utilité de nous rappeler toute l’importance de l’histoire électorale, genre trop délaissé ou réduit à sa seule dimension sociologique ou culturelle. Une élection, c’est d’abord un résultat et nous manquons trop souvent de chiffres précis et d’étiquettes fiables, vérifiés pour chaque circonscription, au prix certes d’un labeur austère mais finalement très profitable. Dans cette perspective, on ne saurait trop encourager ce genre d’études locales.

Bertrand Joly




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 9 septembre). Henri Courrière, Les Alpes-Maritimes et la République. Histoire politique d’un département modéré (1879-1898). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hh

  1. H. Courrière, Le comté de Nice et la France. Histoire politique d’une intégration (1860-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. []
  2. J. Basso, Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939, éléments de sociologie électorale, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1958. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search